Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78In memoriam : Armand Himy (1933-2...

Texte intégral

1Notre collègue, Armand Himy, éminent dix-septiémiste et grand spécialiste de John Milton, nous a quittés en juin dernier. Sa disparition brutale nous a plongés dans la tristesse et privés d’un professeur passionnément dévoué à l’étude de la littérature anglaise du dix-septième siècle en même temps que d’une personnalité des plus sympathiques. Très attaché à l’Université de Paris X-Nanterre où il est nommé professeur en 1979 après un passage par l’Université de Lille III, il y assurera les fonctions de Vice-Président chargé des Relations Internationales de 1981 à 1988. Auteur de nombreuses conférences à l’étranger (Allemagne, Angleterre, États-Unis), il créera et participera à des échanges avec et la Chine (Shanghai, 1987) et les États-Unis (New York, 1980 ; Austin, 1996, 1999).

2Sur le plan des activités scientifiques il a été co-fondateur du « Centre de recherches sur les origines de la modernité et les pays anglophones » et co-responsable de la revue Confluences ainsi que membre associé du Comité de Rédaction des Cahiers Élisabéthains. Outre la publication en 1977 de sa thèse sur Milton (Pensée, mythe et structure dans Le Paradis perdu), et d’une traduction en vers du Paradis perdu (Imprimerie Nationale, 2001), il a publié deux biographies parues aux éditions Fayard, John Milton (2003) et William Blake, peintre et poète (2008), et un Que-Sais-Je ? sur Le puritanisme (PUF, 1987). Il est aussi l’auteur de très nombreux articles (dont certains sont consacrés à des auteurs américains comme William Faulkner ou Flannery O’Connor) et a été responsable ou co-responsable de plusieurs ouvrages collectifs.

3À la suite et à l’image de Robert Ellrodt qui avait dirigé sa thèse, Armand Himy a été un grand professeur qui aura permis, à l’université comme auprès d’un public plus large, en France et à l’étranger, de faire rayonner la littérature anglaise du siècle de Milton.

4J’ajouterai à ce résumé très incomplet de sa brillante carrière un témoignage de nature plus personnelle pour dire à quel point cet homme, à la fois amical et bienveillant, était un hôte toujours à l’écoute qui savait, avec une courtoisie parfaite, montrer de l’attention aux autres. Il savait aussi se rendre disponible quand on avait besoin de lui et il ne disait jamais non pour participer à un jury de thèse ou d’HDR.

5Je l’avais connu à Montpellier, lors de soutenances de thèses, mais aussi à l’occasion de sa collaboration aux Cahiers Élisabéthains, dont j’assurais à l’époque le secrétariat. Je l’ai ensuite retrouvé à Paris puis à Austin, au Texas, en 1999 où nous étions l’un et l’autre invités comme « Visiting Professors » au cours de la même année. C’est à ce moment-là que nous sommes devenus véritablement amis et que j’ai eu de nombreuses occasions d’apprécier sa grande gentillesse et son ouverture d’esprit.

6Armand était en tous points un parfait gentleman, toujours élégant mais sans affectation, toujours ponctuel à ses rendez-vous, ne critiquant jamais personne et se montrant constamment généreux dans son appréciation des autres. Profondément modeste, il ne se mettait jamais en avant et, par pudeur autant que par sa parfaite éducation, il savait garder une forme de distance qui aurait pu passer pour une forme de froideur s’il ne s’était pas agi là d’un art, pour ne pas dire d’un culte de la discrétion. Son élégance n’était pas que vestimentaire, elle était aussi la marque d’un esprit aussi alerte et distingué que sincèrement et naturellement généreux.

7Je ne peux mettre un point final à ces quelques lignes sans rendre aussi hommage à son épouse, Aimée, la bien nommée en même temps que la très présente, qui aura été pour lui une compagne de tous les instants et à laquelle il était très profondément attaché. Je pense aujourd’hui à elle ainsi qu’à ses trois enfants pour leur dire à quel point je partage leur peine à tous les quatre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Laroque, « In memoriam : Armand Himy (1933-2021) »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/7549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.7549

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search