Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Notes de lecturejohn locke, Drafts for the Essay ...

Notes de lecture

john locke, Drafts for the Essay concerning Human Understanding, vol. II : Draft C

Edited by J. R. Milton & G. A. J. Rogers. Oxford: Oxford University Press, The Clarendon Edition of the Works of John Locke, 2021, 315 pp. précédées de 83 pp. de textes introductifs ISBN 978-0198717218
Philippe Hamou
Référence(s) :

LOCKE, JOHN. Drafts for the Essay concerning Human Understanding, vol. II : Draft C. Edited by J. R. Milton & G. A. J. Rogers. Oxford: Oxford University Press, The Clarendon Edition of the Works of John Locke, 2021, 315 pp. précédées de 83 pp. de textes introductifs ISBN 978-0198717218

Texte intégral

1La première édition de l’Essay concerning Human Understanding de Locke est parue à Londres en décembre 1689 mais Locke y a travaillé pendant presque vingt ans. Seuls trois brouillons manuscrits ont survécu – manuscrits qu’il est de tradition de désigner comme les Drafts A, B et C. Les deux premiers, rédigés en 1671-1672, avaient fait l’objet d’un premier volume dans l’édition Clarendon des œuvres complètes, paru en 1990 et édité par G. A. J. Rogers. Longtemps attendue, la publication de ce second volume, met à la disposition du lecteur le troisième brouillon de l’Essay, Le Draft C, dont l’intégralité n’était connue jusqu’alors que par les happy few ayant eu accès aux photographies du manuscrit conservé à la Pierpont Library de New York. Quelques passages substantiels avaient cependant été retranscrits et publiés par Richard Aaron (dans son John Locke, 2nd éd. Oxford, 1955) et par Ruth Mattern dans “Locke on power and causation, excerpts from the 1685 draft of the Essay” (Philosophy Research Archives (7), 1981, 835-995). L’ouvrage comporte deux introductions (i-lxxxiii), l’une générale, l’autre textuelle. Suivent le Draft lui-même (1-274), et trois appendices établissant parallèles et différences entre les Draft, A, B, C et la première édition de l’Essay (275-302). Bibliographie et index complètent le volume. Cette édition très soignée est conforme aux standards élevés de l’édition Clarendon des œuvres complètes. On y retrouve les grandes qualités philologiques auxquelles John Milton, assurément l’un des meilleurs connaisseurs de la production manuscrite de Locke, nous a habitué.

2Dans son introduction générale, Milton nous propose ce qui constitue sans doute la première histoire détaillée de l’écriture de l’Essay entre les premiers mois de 1672 (date probable d’achèvement du Draft B, dont Milton montre qu’il était sans doute plus long que ce qui nous en est conservé aujourd’hui) et la publication de l’Essay. Il s’appuie pour cela sur maintes considérations textuelles et contextuelles, mobilisant notamment la correspondance et les journaux manuscrits de Locke, y puisant des informations de tout ordre – jusqu’aux quantités de papier que Locke achète, ou les frais qu’il engage pour déposer ses manuscrits dans différents lieux sûrs.

3Le Draft C, beaucoup plus tardif que les deux premiers, est daté de l’année 1685. Il s’agit d’une copie de la main du secrétaire de Locke, Sylvester Brounower, comportant quelques corrections manuscrites de Locke lui-même. Il correspond à un état du manuscrit de l’Essay sur lequel Locke s’était remis à travailler à son arrivée aux Pays-Bas, où il se réfugie à la fin de l’été 1683, peu après la crise de l’exclusion. En 1684, se défendant d’être l’auteur de libelles anonymes contre le roi et le duc d’York (libelles qui avaient motivé son expulsion de Christ Church), Locke évoque dans une lettre à Pembroke, l’intense travail d’écriture que l’exil et les rudes hivers hollandais lui auront permis d’accomplir : « My time was most spent alone, at home at my fire side, where I confess I writ a good deale, I thinke I may say, more than ever I did in soe much time in my life, but noe libel, unless perhaps it may be a libel against all mankind to give some account of the weaknesse and shortnesse of humane understanding. » (Locke to Pembroke, 28 no/ déc. 1684 cité p. xxix).

4Le manuscrit du Draft C est un prédécesseur des seuls livres I et II de l’Essay. Locke n’entreprit qu’ultérieurement la rédaction des livres III et IV ainsi que celle de l’abrégé de l’Essay (dont Le Clerc publiera une traduction française en 1688). Il s’y consacra dans l’intense période d’écriture qui suivit l’année 1685 (tout particulièrement au cours de l’été et de l’automne 1686).

5Quiconque s’intéresse à la manière dont Locke élabora, mais aussi affina et parfois élagua sa pensée, ne peut que se féliciter de la mine d’informations nouvelles apportées par cette publication. Les tables de concordance proposées dans les appendices permettent d’identifier aisément les quelques passages du Draft C qui ne trouvent aucun correspondant dans l’Essay, mais aussi les nombreux passages des livre I et II qui furent ajoutés après 1685. Si, pour l’essentiel, le Draft C offre une version du livre I déjà proche de la version publiée, l’on y trouve occasionnellement des écarts intéressants. Notons par exemple au chap. IV, le § 24 (52), écarté dans la version publiée, qui examine comment chez beaucoup d’hommes l’existence de Dieu, reçue sur la foi d’autrui, n’est en somme qu’une « opinion probable », faute d’un exercice adéquat des facultés rationnelles qui seul pourrait en manifester l’évidence. S’agissant du livre II, les écarts entre le Draft C et le texte de la première édition sont en revanche considérables – tant pour ce qui concerne la structure d’ensemble (on note par exemple que le chapitre sur l’idée de « solidité », 21e dans le Draft, deviendra le chapitre 4 du livre II), que pour le détail de l’argument. Mentionnons ici quelques exemples. Dans le chapitre I du livre II, sur « l’origine de nos idées », Locke considère § 24-27 (67-68) les pensées que l’âme pourrait avoir lorsqu’elle est jointe à l’embryon, et la manière dont le corps pourrait les retenir. Ces considérations, considérablement allégées dans l’Essay, témoignent que Locke a médité soigneusement les arguments cartésiens exposés en réponse à Gassendi et Arnauld sur la question de savoir si l’âme pense toujours. Le chapitre consacré à la « dénomination et l’abstraction » contient de brèves considérations sur la fixation des noms et sur leur usage, où l’on peut lire les prémisses du futur livre III de l’Essay (104-105). Quelques paragraphes du chapitre sur les modes simples de la pensée (183-184), développent des thèmes écartés de l’Essay, mais qu’on retrouvera dans l’ouvrage posthume sur la Conduite de l’entendement, notamment sur la distinction entre la rêverie, l’attention et la contemplation, et sur la manière dont cette dernière est favorisée par le calme, l’obscurité, et l’absence de passions. Dans le chapitre sur nos idées complexes de substance, l’on voit Locke encore attaché à une distinction conceptuelle qu’il ne reprendra plus telle quelle dans l’Essay entre « qualités actuelles » (actual qualitys) (des qualités constamment occurrentes, telle la couleur) et « qualités potentielles » (potential qualitys) des substances, décrites comme « the fitness it hath to change the simple Ideas of any other thing », en d’autres termes les « pouvoirs » (219). Dans le chapitre sur les autres relations, Locke précise le genre de récompenses (rewards) qui accompagnent l’obéissance aux lois de réputation, aux lois civiles et aux lois divines (respectivement la louange, la protection, et le bonheur dans l’autre vie) et discute la hiérarchie qui doit prévaloir entre ces diverses allégeances (246-247). Ou encore, sur les idées claires et distinctes, Locke développe un exemple qui n’apparaîtra plus dans l’Essay, celui des sons d’un orgue, qu’un musicien est capable de percevoir plus distinctement qu’un non-musicien, et il propose pour distinguer clarté et distinction, l’analogie entre l’impression d’un sceau faite sur du mortier, qui peut être plus claire, et celle qui est faite sur la cire, qui elle est plus distincte (258).

6L’on ne peut que saluer la mise à disposition de cette remarquable édition, nouvel instrument de travail incontournable pour les spécialistes de Locke. Il est certain qu’il permettra d’accroitre considérablement l’acribie textuelle et historique des études sur l’Essay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Hamou, « john locke, Drafts for the Essay concerning Human Understanding, vol. II : Draft C »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/8162 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.8162

Haut de page

Auteur

Philippe Hamou

Université de Paris Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search