Navigation – Plan du site
L'Empire

L’Empire au prisme de l’histoire atlantique : le cas des Treize Colonies (Round-table I)

Bertrand Van Ruymbeke

Texte intégral

1L’ « histoire atlantique » a-t-elle renouvelé l’étude de l’Amérique du Nord britannique ? Sachant que j’avais été exposé à l’histoire atlantique dès les années 1990 aux États-Unis, quand elle s’y développait, les organisatrices du programme scientifique du Congrès m’ont demandé de réfléchir à l’apport historiographique de cette approche dont le succès ne se dément pas. À partir de mes propres recherches sur la Caroline du Sud et de mon expérience à l’Université de Charleston, je souhaiterais dresser ici un bilan de l’histoire atlantique sur l’étude des Treize Colonies au cours de ces vingt dernières années, son influence sur l’histoire impériale, et son devenir.

Découvrir l’histoire atlantique dans les années 1990

2Mon travail de thèse, soutenu à Paris 3 en 1995, portait sur les migrations huguenotes (et suisses) en Caroline du Sud de 1660 à 1740 (Van Ruymbeke, From New Babylon to Eden : The Huguenots and Their Migration to Colonial South Carolina). La diaspora des protestants français à la fin du xviie siècle est appelée par les historiens français « le Refuge » depuis les travaux de Charles Weiss au milieu du xixe siècle. Le terme refugee, à l’inverse, apparaît en Angleterre dès le moment de la migration. Il s’agissait donc à l’origine d’étudier une communauté, petite et lointaine, dans le cadre d’une grande dispersion, environ 200 000 individus, principalement axée sur l’Europe. Vu de France, le sujet paraissait doublement marginal : étudier une communauté de quelques dizaines de personnes au sein d’une migration de plusieurs centaines de milliers, de surcroît loin de l’Europe. En Caroline du Sud, où j’ai mené mes recherches à Charleston et à Columbia, c’était tout le contraire. Non seulement les premiers réfugiés huguenots arrivèrent au moment même où la ville de Charleston était fondée sur son site péninsulaire actuel et tinrent une place importante dans les premières décennies de l’histoire de la colonie, mais au fil du temps certaines familles huguenotes furent pleinement constitutives de l’aristocratie sudiste de Caroline.

3De manière plus fondamentale, étudier les migrations huguenotes en Caroline du Sud me permit de pénétrer au cœur d’un phénomène essentiel dans l’histoire coloniale anglaise en Amérique du Nord : la colonie à propriétaires. L’axe central de ma thèse évolua donc de l’étude de migrants à un processus de colonisation. Il s’agit alors davantage d’étudier en profondeur un mécanisme de colonisation étape par étape : l’exploration et la cartographie d’un territoire, l’octroi et la formulation de la charte coloniale, la publication d’imprimés de propagande, le recrutement de colons, la mise en place des institutions, la rédaction d’une constitution, le choix d’une production agricole d’exportation (en l’occurrence le riz), la bataille pour imposer l’Église anglicane, la fondation de paroisses, de villes et de comtés, et last but not least les guerres indiennes. Ce qui devait être la toile de fond de mon étude en devint l’axe central.

  • 1 Les deux ouvrages de Sparks ont été traduits en français. Le site internet du CLAW est claw.cofc.ed (...)
  • 2 Auteur, entre autres, de Pursuits of Happiness : The Social Development of Early Modern British Col (...)
  • 3 Ces colloques ont donné lieu, le plus souvent, à des ouvrages collectifs publiés aux Presses Univer (...)

4Ce déplacement de la focale fut en très grande partie due à mon accointance avec l’histoire atlantique qui – coïncidence heureuse – prenait son essor aux États-Unis dans ces mêmes années. En 1994, le College of Charleston, où j’avais obtenu un poste de maître de conférences invité (visiting assistant professor), créait, sous l’impulsion de Randy J. Sparks, historien du Sud et de l’esclavage (désormais à l’Université de Tulane, à la Nouvelle-Orléans), un centre d’histoire atlantique qui prit le nom de Carolina Lowcountry and Atlantic World ou CLAW.1 Pour lancer ce centre d’études, Charleston fit appel au professeur Jack P. Greene, alors l’un des tout meilleurs spécialistes de l’Amérique britannique, en poste à l’Université de Johns Hopkins.2 Jack Greene devait aider à structurer et à financer le centre, organiser un colloque annuel et des journées d’étude. Ces premiers colloques ont porté sur la Caroline du Sud à l’époque coloniale (1995), la diaspora huguenote (1997), la révolution haïtienne (1998), l’économie atlantique (1999), les plantations et l’industrie touristique (2000).3 Au même moment, en 1996, j’étais invité, avec Cécile Vidal, au tout premier International Seminar on the History of the Atlantic World, animé par Bernard Bailyn à Harvard. Dans ces années 1990, l’histoire atlantique était en vogue.

  • 4 Voir aussi Canny & Morgan, notamment l’introduction, p. 1-17.

5David Armitage, dans un essai publié en 2002 intitulé « Three Concepts of Atlantic History », après avoir déclaré « We are all Atlanticists now », théorisa l’histoire atlantique en distinguant trois approches possibles : circum-Atlantic, trans-Atlantic et cis-Atlantic. La première approche voit l’océan Atlantique comme une zone d’échanges et étudie les mouvements de biens et de populations, voire d’idées, au sein de cet espace maritime et côtier ; la seconde dresse une comparaison entre des régions ou des villes qui bordent l’Atlantique, l’espace maritime commun servant de vecteur et de guide privilégiés à cette comparaison ; enfin, la troisième approche permet d’étudier une région ou une ville par le biais des multiples influences venues du monde atlantique.4 Le CLAW faisait ainsi de l’histoire « cis-atlantique » puisqu’il s’agissait d’étudier une ville portuaire, Charleston, et son hinterland, le Lowcountry, cette longue région côtière de marais rizicoles qui s’étend de Savannah, en Géorgie, au sud de la Caroline du Nord.

6Ma recherche chevauchait deux de ces approches : l’étude des réfugiés huguenots (origines géographiques des migrants, destinations, parcours diasporiques, réseaux migratoires, établissement dans le pays d’accueil) était une façon d’analyser le mouvement d’une population dans l’espace atlantique puisque les huguenots s’installèrent aux Pays-Bas, en Angleterre, en Irlande, aux Antilles, en Caroline du Sud, à New York, dans le Rhode Island et en Virginie, mais aussi d’étudier cette diaspora atlantique dans un lieu spécifique, en l’occurrence à Charleston et dans le Lowcountry. Je faisais donc du « circum » et du « cis » ! Cette immersion privilégiée dans l’histoire atlantique telle qu’elle se pratiquait dans les universités américaines au milieu des années 1990 me permit de renouveler complètement l’étude de la diaspora huguenote en proposant de l’intégrer dans le paradigme atlantique (« Le Refuge atlantique: la diaspora huguenote et l’Atlantique anglo-américain »).

L’histoire atlantique et l’Amérique coloniale

  • 5 Voir par exemple Peter Coclanis.

7Lorsque l’on évoque l’histoire atlantique dans les années 1990, sans doute devrions-nous plus exactement parler de la « nouvelle histoire atlantique ». Dans les années 1950, Jacques Godechot, professeur à l’Université de Toulouse, et Robert Palmer, de Princeton, faisaient déjà de l’histoire atlantique. Mais celle-ci portait principalement sur les révolutions françaises et américaines et éclairait les liens, notamment intellectuels, entre les deux pôles révolutionnaires. Sujet classique, mais la démarche n’en était pas moins nouvelle et valut aux deux historiens de très vives, parfois même virulentes, critiques. Nous étions en pleine guerre froide et l’OTAN venait d’être fondée en 1949. C’est le sens de la formule (mentionnée ci-dessus), « We are all Atlanticists now », de David Armitage. La pertinence de l’histoire atlantique, dans les années 1990 et 2000, à l’inverse n’est plus à prouver. Cela ne signifie pas que, malgré son vif succès, elle fût sans opposants. Ceux-ci estimaient que l’histoire atlantique privilégie un espace maritime – l’océan Atlantique – au dépens d’autres, et que l’histoire atlantique ne s’intéresse qu’à l’Atlantique nord masquant ainsi un certain eurocentrisme.5

8La « nouvelle histoire atlantique », tout en étant consciente de cette filiation, est différente de celle pratiquée par Godechot et Palmer et a aussi évolué depuis les années 1990. Tout d’abord, elle n’est pas limitée aux révolutions française et américaine, ni à l’histoire des échanges intellectuels ou diplomatiques. Elle ne s’inscrit pas non plus nécessairement dans un lien bilatéral ni même dans une relation transatlantique. Comme l’a définie Bernard Bailyn, l’histoire atlantique est « more than the sum of its parts » (60). Il ne suffit donc pas d’étudier des morceaux de cet espace, puis de les collationner. Elle n’est pas non plus une histoire de l’Atlantique même si celle-ci reste tout à fait légitime et éclairante (Butel). Elle a pour vocation d’intégrer les villes et régions bordant l’espace atlantique, Afrique incluse. Elle est très difficile à appréhender pour un seul chercheur dans sa globalité du fait de la multiplicité des lieux, des angles d’approche, des langues et de la dispersion des sources. Pour cette raison, des numéros de revue et des ouvrages collectifs en histoire atlantique rassemblent des historiens de nationalités différentes, travaillant sur des espaces, des villes, des migrations ou des réseaux – un terme clé en histoire atlantique – liés aux mondes anglo-américain, néerlandais, français et ibérique (Dorigny ; « Round Table »).

  • 6 Il existe aussi des manuels en histoire atlantique, une matière enseignée dans certaines université (...)

9L’histoire atlantique est essentiellement – mais pas uniquement – une grille de lecture. Elle a permis ainsi de renouveler de vieux sujets mais a aussi ouvert la porte à de nombreux autres et a également rendu possible le changement de perspective et d’échelle. Prenons quelques exemples. L’étude de Karen O. Kupperman sur l’île de Providence, au large du Nicaragua, a montré combien la Nouvelle-Angleterre était l’une des destinations, et non la principale, des migrations puritaines du premier xviie siècle. Le travail de David Hancock sur le vin de Madère lui a permis d’étudier les réseaux mercantiles de l’espace atlantique par le biais d’une production et de sa distribution sur la longue durée. L’histoire atlantique a aussi permis d’explorer les liens entre les colonies en Amérique du Nord surtout au xviie siècle. Notons le livre d’April Hatfield sur la Virginie, Atlantic Virginia. Intercolonial Relations in the Seventeenth Century et celui de Cynthia Van Zandt, Brothers Among Nations. The Pursuit of Intercultural Alliances in Early America 1580-1660, qui révèlent l’étendue des relations entre les Anglais de Virginie et de la Nouvelle-Angleterre avec les Hollandais de la Nouvelle-Néerlande. L’histoire atlantique, et ce de manière originale, s’est aussi penchée sur l’étude non plus des acteurs humains mais des animaux avec notamment Creatures of Empire. How Domestic Animals Transformed Early America par Virginia Dejohn Anderson, préalablement connue pour son travail sur la migration puritaine des années 1630, et celle de J. R. McNeill sur l’impact des moustiques et des maladies, aussi désastreux que celui des guerres, sur la géopolitique caribéenne dans la longue durée, Mosquito Empires. Ecology and War in the Greater Caribbean 1620-1914. L’histoire atlantique a donné un nouvel élan à l’histoire environnementale aux Amériques à l’époque moderne.6

10Pour l’Amérique britannique, ou les Treize Colonies, l’histoire atlantique, tout en étant enracinée dans l’histoire sociale des villages (towns) de Nouvelle-Angleterre et des sociétés de plantations de la Chesapeake des années 1970 et 1980, a profondément renouvelé les études et les perspectives – et les auteurs. Ce faisant, elle a désenclavé cet espace en le reliant de manière dynamique aux Antilles, à l’Amérique ibérique et à l’Afrique de l’Ouest et, d’un point de vue historiographique, a « désaméricanisé » le sujet en l’ouvrant à des historiens canadiens, européens, africains et océaniens, même si ceux-ci ont le plus souvent été formés, d’une manière ou d’une autre, dans les universités américaines. Inspirée par « l’école des Annales », la démographie historique pratiquée en France et en Angleterre dans les années 1960, l’historiographie des Treize Colonies des années 1980 renouvela les thématiques en s’éloignant de l’histoire religieuse de Nouvelle-Angleterre et en s’aventurant vers le sud (Virginie et Maryland), puis – dix ans plus tard – dans les Carolines. L’histoire atlantique s’est nourrie de l’histoire sociale et globale, de l’histoire des colons, des espaces (ruraux et semi-urbains), des objets, des migrations et des échanges. Ce faisant, elle a décuplé les sujets et les espaces (Van Ruymbeke). Un des grands mérites de cette approche est ainsi d’avoir élargi l’horizon des thèmes et d’avoir non seulement connecté les régions mais aussi les historiens. Car l’essor de l’histoire atlantique est indissociable de la mondialisation qui la meut et qu’elle reflète. Peter Wood, par exemple, a, dès 1974 avec son Black Majority. Negroes in Colonial South Carolina from 1670 through the Stono Rebellion, mis en exergue les liens entre la Caroline du Sud et les Antilles, la Barbade principalement, et montré combien la Caroline du Sud était « antillaise » (West Indian) par son peuplement (africain et européen), son économie et le mode de vie de ses colons. Une autre des grandes forces de l’histoire atlantique est qu’elle fournit – enfin – la possibilité de synthétiser les multiples études des villes et des colonies des Amériques du Rio de la Plata à la Baie de Hudson en désenclavant ces régions. D’ailleurs, les villes-ports de l’Atlantique étaient reliées entre elles beaucoup plus que l’on n’aurait été tenté de l’imaginer. L’histoire atlantique a, d’une certaine manière, recréé l’espace atlantique de l’époque moderne. Elle a été et reste indispensable pour certains sujets tels les migrations, la traite et l’esclavage, et les échanges commerciaux.

11L’histoire atlantique ne se situe pas contre l’histoire impériale, bien au contraire. Certes, elle se veut un décloisonnement et par conséquent ne se définit pas par rapport à un empire en particulier mais aspire à la trans-impérialité. Les réseaux commerciaux ou migratoires qu’elle identifie et définit transcendent les limites des empires. Mais sa pratique a relancé une nouvelle histoire impériale en connectant le global au local, en suivant des acteurs qui se meuvent d’un empire à l’autre, en mettant l’accent sur le culturel et le social à l’échelle des individus, et en forçant la comparaison entre les empires en privilégiant un cadre océanique et des littoraux comme entités géographiques plutôt qu’un ensemble national.

12Sans surprises, cette nouvelle approche historiographique possède ses limites. L’une d’entre elles est qu’en s’attaquant à la colonisation par l’océan, elle a inévitablement mis l’accent sur les littoraux et les îles. Elle est, par essence, mal adaptée pour l’étude des vastes espaces continentaux car elle n’est pas faite pour sonder l’épaisseur. Même si dans Facing East From Indian Country : A Native History of Early America, Dan Richter a magistralement utilisé en contrepoint la perspective atlantique pour imaginer la perception qu’avaient les Amérindiens du peuplement euro-africain du littoral nord-américain. Le point de vue continental permet le renouvellement des perspectives et complète, davantage que supplante, à nos yeux, l’histoire atlantique. Citons la belle étude de Pekka Hämäläinen, The Comanche Empire (2009), et l’article de Catherine Desbarats et Allan Greer « North America From the Top Down : Visions from New France » (2015).

  • 7 Sur cette réticence, méfiance peut-être, voir Vidal et Marzagalli.

13L’histoire atlantique, à regret dirons-nous, ne s’est jamais vraiment imposée en France hormis auprès des historiens des Amériques qui collaborent avec des institutions et des collègues nord-américains, les historiens américains et britanniques installés en France et les civilisationnistes nord-américanistes.7 Pour autant, l’histoire atlantique qui, sans doute, devait inévitablement être elle-même renouvelée, aura marqué durablement l’historiographie et aura formé toute une génération d’historiens de par le monde.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Virginia Dejohn. Creatures of Empire : How Domestic Animals Transformed Early America. New York : OUP, 2004.

Armitage, David. « Three Concepts of Atlantic History ». The British Atlantic World, 1500-1800. Ed. David Armitage & Michael J. Braddick. London : Palgrave Macmillan, 2002. 11-27.

Bailyn, Bernard. Atlantic History: Concept and Contours. Cambridge, MA.: Harvard UP, 2005.

Butel, Paul. Histoire de l’Atlantique de l’Antiquité à nos jours. Paris : Perrin, 1997.

Canny, Nicholas, and Philip Morgan. The Oxford Handbook of the Atlantic World 1450-1850. New York : OUP, 2011.

Coclanis, Peter. « Drang Nach Osten : Bernard Bailyn, the World-Island, and the Idea of Atlantic History ». Journal of World History 13 (2002) : 169-82.

Desbarats, Catherine, and Allan Greer. « North America From the Top Down: Visions from New France ». Journal of Early American History 5. 2 (2015) :109-36.

Dorigny, Marcel, ed. L’Atlantique. Dix-huitième Siècle 33 (2001).

Egerton, D., A. Games, J. Landers, K. Lane and D. Wright. The Atlantic World. Wheeling, Il : Harlan Davidson, 2007.

Godechot, Jacques, et Robert Palmer. « Le problème de l’Atlantique du xviiie au xxe siècle ». Relazioni del X Congresso Internationale, Rome 4-11 septembre, 1955. Rome : 1957.

Greene, Jack P. Pursuits of Happiness : The Social Development of Early Modern British Colonies and the Formation of an American Culture. Chapel Hill : U. of North Carolina P., 1988.

Hämäläinen, Pekka. The Comanche Empire. New Haven : Yale UP, 2009.

Hancock, David J. Oceans of Wine : Madeira and the Organization of the Atlantic Market 1640-1815. New Haven : Yale UP, 2009.

Hatfield, April. Atlantic Virginia: Intercolonial Relations in the Seventeenth Century. Philadelphia : U. of Pennsylvania P., 2004.

Kupperman, Karen O. Providence Island 1630-1641 : The Other Puritan Colony. Cambridge : CUP, 1995.

Marzagalli, Silvia. « Sur les origines de l’‘Atlantic History’: Paradigme interprétatif de l’histoire des espaces atlantiques à l’époque moderne ». Dix-huitième siècle 33 (2001) : 17-31.

McNeill, J. R. Mosquito Empires : Ecology and War in the Greater Caribbean 1620-1910. Cambridge : CUP, 2010.

Palmer, Robert. The Age of the Democratic Revolution : A Political History of Europe and America 1760-1800. Princeton : Princeton UP, 1959.

Richter, Daniel K. Facing East From Indian Country. A Native History of Early America.2001. Cambridge, MA: Harvard UP, 2003.

« Round Table : The Nature of Atlantic History ». Itinerario 23.2 (1999) : 48-162.

Sparks, Randy J. The Two Princes of Calabar : An Eighteenth-Century Atlantic Odyssey. Cambridge, MA: Harvard UP, 2009.

Sparks, Randy J. When the Negroes are Masters : An African Port in the Era of the Slave Trade. Cambridge, MA: Harvard UP, 2014.

Van Ruymbeke, Bertrand. « Le Refuge atlantique : la diaspora huguenote et l’Atlantique anglo-américain ». D’un rivage à l’autre. Villes et protestantisme dans l’aire atlantique xviie-xviiie. Ed. D. Poton, G. Martinière et F. Souty. Paris : Imprimerie Nationale, 1999. 195-204.

Van Ruymbeke, Bertrand. From New Babylon to Eden : The Huguenots and Their Migration to Colonial South Carolina. Columbia : U of South Carolina P., 2006.

Van Ruymbeke, Bertrand. « Du paradigme puritain à l’espace atlantique : les Treize Colonies au prisme de l’histoire sociale ». Sociétés, colonisations et esclavages dans le monde atlantique. Historiographie des sociétés américaines des xvie-xixe siècles. Ed. Cécile Vidal et François-Joseph Ruggiu. Bécherel : Les Perséides, 2009.

Van Ruymbeke, Bertrand, L’Amérique avant les États-Unis. Une histoire de l’Amérique anglaise 1497-1776. Paris : Flammarion, 2013; 2e ed. Coll. Champs Histoire, 2016.

Van Zandt, Cynthia. Brother Among Nations : The Pursuit of Intercultural Alliances in Early America 1580-1660. New York : OUP, 2008.

Vidal, Cécile. « The Reluctance of French Historians to Address Atlantic History ». The Southern Quarterly 43 (2006) : 153-89.

Weiss, Charles. Histoire des réfugiés protestants de France de la Révocation de l’Édit de Nantes à nos jours. 1853. 2 vols. Paris : Ampelos, 2008.

Wood, Peter H. Black Majority : The Negroes in South Carolina from 1670 through the Stono Rebellion. New York : Norton, 1974.

Haut de page

Notes

1 Les deux ouvrages de Sparks ont été traduits en français. Le site internet du CLAW est claw.cofc.edu.

2 Auteur, entre autres, de Pursuits of Happiness : The Social Development of Early Modern British Colonies and the Formation of an American Culture.

3 Ces colloques ont donné lieu, le plus souvent, à des ouvrages collectifs publiés aux Presses Universitaires de Caroline du Sud. Pour une liste de ces colloques jusqu’à 2017, voir http://claw.cofc.edu/conferences/.

4 Voir aussi Canny & Morgan, notamment l’introduction, p. 1-17.

5 Voir par exemple Peter Coclanis.

6 Il existe aussi des manuels en histoire atlantique, une matière enseignée dans certaines universités américaines. Voir, par exemple, D. Egerton, A. Games, J. Landers. K. Lane & D. Wright.

7 Sur cette réticence, méfiance peut-être, voir Vidal et Marzagalli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Van Ruymbeke, « L’Empire au prisme de l’histoire atlantique : le cas des Treize Colonies (Round-table I)  », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/826 ; DOI : 10.4000/1718.826

Haut de page

Auteur

Bertrand Van Ruymbeke

Paris 8/IUF
Bertrand van Ruymbeke is Professor of American history. His recent publications include Une histoire de la Guinée. (Some Historical Account of Guinea, Philadelphie, 1771) par Anthony Benezet Collection de la Société d’étude du dix-huitième siècle (Paris, 2017); The Atlantic World of Anthony Benezet (1713-1784). From French Reformation to North American Quaker Antislavery Activism (Brill, 2016); A Companion to the Huguenots (Brill, 2016).

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals