Navigation – Plan du site
Varia

Reconstruire une vision américaine de la Révolution française : Gouverneur Morris, architecte d’une pensée anti-Jeffersonienne ?

Émilie Mitran

Résumés

L’historiographie de la Révolution française est dense, et ses récits fondateurs témoignent du caractère polyphonique de cette structure narrative. Parmi ses voix américaines, les écrits de Gouverneur Morris, acteur de deux révolutions, américaine et française, n’ont été que peu exploités des deux côtés de l’Atlantique, contrairement à ceux de Thomas Jefferson. Cet article essaiera de montrer comment ce dernier a dominé, au détriment de voix dissidentes, le paysage diplomatique américain à la fin du xviiie siècle pour y imposer les termes de son propre récit. L’analyse portera sur le développement parallèle d’une vision bel et bien indépendante et singulière de la Révolution française, celle de Gouverneur Morris, en tension, de par ses principes organicistes, avec la rhétorique universaliste Jeffersonienne. L’étude confrontera la vision de ces deux architectes de la pensée politique américaine pour faire émerger un récit historique enrichi de la Révolution française, grâce aux différents apports théoriques défendus par ces bâtisseurs républicains.

Haut de page

Texte intégral

1Patriote durant la guerre d’Indépendance américaine et artisan du gouvernement national né de la convention de Philadelphie, Gouverneur Morris compte parmi les bâtisseurs de la république américaine dont la pensée politique reste toutefois mal connue. Cet article essaiera de présenter la voix de cet architecte de la Jeune République en prenant appui sur son journal personnel rédigé entre 1789 et 1793, alors qu’il résidait à Paris. Gouverneur Morris est en effet un observateur de la Révolution française beaucoup moins célèbre que son prédécesseur au poste de ministre plénipotentiaire des États-Unis en France, Thomas Jefferson. Les historiens ont rarement fait appel à son témoignage direct, retranscrit depuis les salons feutrés de l’aristocratie française, et l’ont, peut-être trop rapidement, assimilé au mouvement contre-révolutionnaire. Également écartée du récit historiographique des révolutions atlantiques, mouvement choral de révoltes qui vit éclore le monde moderne républicain, l’expérience parisienne de Morris vient pourtant s’ajouter à ces voyages transnationaux qui ont façonné l’espace atlantique, malgré la singulière posture intellectuelle du Père Fondateur.

  • 1 « He introduces me to Madame d’Houdetot who is the Protectrix of Crèvecœur, who is much courted by (...)
  • 2 « I write after they are gone, continue preparing the Form of a Constitution for this Country » (Mo (...)
  • 3 Gouverneur Morris s’est engagé du côté des Patriotes contre une partie de sa propre famille, dont s (...)
  • 4 « The Insecurity of Property is fatal to Industry, & Idleness must inevitably be productive of Crim (...)

2Auteur d’un journal dans lequel il rapporte par le menu ses journées à Paris et ses voyages à travers l’Europe, Morris fait état de ses analyses politiques, souvent critiques de l’universalisme républicain prôné par Jefferson. À travers les 1200 pages que compte son journal, Morris couche rétrospectivement chaque soir le script minutieux de ses journées, s’attardant tour à tour sur le surprenant strabisme d’une illustre dame,1 ou sur ses projets de constitution pour la France.2 Fort de son expérience de révolutionnaire,3 et incarnation du brillant exemple républicain instauré outre-Atlantique, Morris propose en effet, dès son arrivée à Paris, ses conseils aux ministres français afin de les accompagner dans un processus révolutionnaire qu’il sait ardu. Il se préoccupe notamment du sort que cette révolution va réserver aux Droits de l’Homme, à savoir la liberté individuelle, et plus particulièrement le respect de la propriété.4 Ainsi, après seulement quelques mois passés à Paris, Morris exprime ses réserves vis-à-vis d’une révolution qu’il perçoit déjà comme omnipotente et invasive. L’échec des États Généraux et les difficultés que Lafayette rencontre à la tête de la Garde nationale le confortent dans sa vision, poussant Morris à devenir, dès 1791, un discret agent dans les complots se tramant à la Cour, et au sein des cabinets ministériels, pour sauver le roi, la monarchie, et la France. En 1792, Morris est nommé ministre plénipotentiaire des États-Unis en France par le président Washington et sur proposition de Jefferson qui, terminant son mandat, lui confie sa feuille de route. Morris continue néanmoins ses activités clandestines en collaboration avec la Cour jusqu’à l’exécution du roi.

  • 5 L’organicisme est une doctrine selon laquelle le fonctionnement d’une société est semblable à celui (...)

3Cet article interrogera l’évolution politique de cet ancien délégué de la Convention de Philadelphie afin de comprendre, et de présenter, la pensée morrisienne dans toute sa complexité. Auteur du fameux préambule de la Constitution, Morris est l’auteur de ces lignes qui résonnaient alors comme une ode pragmatique aux idéaux républicains et à la liberté, proclamant la création d’institutions souveraines nouvelles. Grâce à une comparaison entre deux concepteurs de la pensée politique de la Jeune République, Thomas Jefferson et Gouverneur Morris, cet article entend proposer une vision américaine de la Révolution française dans toutes ses nuances et reconstruire le canevas de la pensée morrisienne à partir d’un témoignage trop longtemps négligé. La tension entre le discours universaliste et organiciste5 des deux Américains sera au cœur de ce questionnement afin d’explorer les différentes incarnations de principes républicains dans les discours de Jefferson et de Morris.

4Le premier axe de cette étude s’attardera sur l’historiographie de la Révolution française, à travers une perspective atlantique de l’histoire où domine le discours universaliste de Jefferson. Le deuxième point démontrera la complexité des rouages de la pensée politique de Morris avant de placer, dans une dernière partie, la vision jeffersonienne en contraste avec celle de Morris pour faire émerger un récit américain actualisé de la Révolution française.

La Révolution française et ses fondations atlantiques

  • 6 Néanmoins, cette vision globale de l’histoire a longtemps divisé les historiens, comme l’illustre l (...)
  • 7 « All that is necessary, or even desirable, is to set up a larger framework, or conceptual structur (...)

5D’après Jacques Godechot et Robert R. Palmer, historiens français et américain, pionniers et spécialistes de la question de l’espace atlantique au xviiie siècle, les différentes révolutions qui ont marqué la fin du siècle s’intègrent toutes dans une structure conceptuelle plus large qui constitue l’édifice de l’histoire atlantique.6 Ils reconnaissent les caractéristiques singulières de chacune de ces révolutions, propres à l’histoire particulière des nations américaine, française, ou encore haïtienne. Bien que ces révolutions diffèrent par leur durée et par le contexte particulier dans lesquels elles se sont déroulées, leurs objectifs sont, selon ces historiens, similaires. Elles tendent par exemple à l’établissement d’un gouvernement libre, républicain, en dehors du joug de tout oppresseur, et prônent l’égalité des citoyens devant la loi.7

  • 8 Dans ces ouvrages, les deux historiens ont, entre autres, analysé avec précision les multiples acqu (...)
  • 9 « The historical progression of France and America should then be read together, optimistically, as (...)

6Plus récemment, les historiens Pierre Serna ou Patrice Higonnet8 ont aussi travaillé sur cet « espace atlantique », cherchant à s’émanciper d’un récit révolutionnaire exclusivement national au profit d’une histoire croisée. Selon Higonnet, les histoires nationales de la France et des États-Unis peuvent se lire ensemble et sont complémentaires d’un même récit historique.9 Ces deux révolutions, qualifiées de « sœurs », ont établi, en quelque sorte, un paradigme révolutionnaire idéal dans leur combat pour la liberté et la souveraineté ; Higonnet voit dans ces deux mouvements nationaux un « parangon républicain » (280).

7Ce changement d’échelle historiographique a ainsi permis d’établir un récit historique international venant éclairer et expliquer des développements historiques particuliers. Marie-Jeanne Rossignol fait ainsi valoir que les études croisées sur les révolutions américaines et françaises permettent de percevoir les moyens de propagations des idées et « [d’] estimer les influences, les résistances et les déformations qu’elles suscitent » (Vincent 113). Cette théorie d’interconnexion et d’hybridation des révolutions permet donc de souligner l’importance de la circulation, et de la réappropriation, des concepts philosophiques de liberté et d’égalité, et de mettre en lumière l’importance de ce lien transatlantique.

8En comparant le regard porté sur la Révolution française de deux penseurs politiques américains qui ont durablement marqué le cours de leur propre révolution, il est possible d’explorer dans le même temps la connexion (trans)révolutionnaire dite « atlantique » dans toutes ses nuances. Dans cet article, le lien entre ces révolutions se retrouve dans le déplacement à Paris de Jefferson et de Morris, et s’incarne pleinement dans leurs différentes visions de la Révolution française, représentant, en réalité, deux facettes du voyage républicain, et de facto des révolutions atlantiques.

  • 10 Les premiers à avoir parlé de « révolutions sœurs » ou de « républiques sœurs » sont Patrice Higonn (...)

9La pensée politique de Thomas Jefferson domine le paysage diplomatique américain à la fin du xviiie siècle et a largement été étudiée par les historiens. Francophile notoire, héraut des idéaux républicains depuis la Déclaration d’Indépendance et son formidable écho dans le Vieux Monde, Jefferson demeure encore aujourd’hui une des voix américaines prépondérantes de ce récit atlantique, illustrant la portée universelle de la vague révolutionnaire américaine engendrant de considérables remous européens. Grâce à ses Observations sur la Virginie, son analyse politique a participé à l’élaboration du mythe révolutionnaire américain et à la diffusion de ses idéaux républicains élargissant, en conséquence, le mythe national aux « révolutions sœurs » lorsque se déclenche la Révolution française.10 La vision francophile du secrétaire d’État influence ainsi majoritairement l’opinion publique américaine, au détriment de voix dissidentes, comme celle de Gouverneur Morris. Jefferson symbolise cette force républicaine, antimonarchiste qui s’est élevée contre des puissances tyranniques, pour la libération des peuples et pour l’égalité entre les hommes.

10Ce récit binaire, et quelque peu manichéen, de la Révolution française, se retrouve cependant dans l’historiographie et ne connaît que peu de nuances, opposant contre-révolutionnaires et républicains, ou socialistes, Hippolyte Taine à Jules Michelet, Auguste Cochin à Jean Jaurès. Occupés à débattre du sens de la Révolution française en la portant aux nues ou en se déchirant sur ses origines et ses conséquences, les deux branches de l’historiographie française ont négligé, l’une comme l’autre, la nuance et la complexité des écrits de Gouverneur Morris en le cataloguant parfois hâtivement de conservateur. L’on ne saurait pourtant se satisfaire de placer simplement Morris aux antipodes de Jefferson sur le spectre politique. Taine ou Michelet, et plus récemment Patrice Higonnet ont en effet qualifié ce New Yorkais, issu d’une famille aisée de magistrats et de militaires, de « patricien » (Higonnet 1) aux idées conservatrices.

11Son journal permet néanmoins au lecteur de se représenter avec précision l’environnement aristocratique de la Révolution française en suivant Morris tout aussi bien dans les salons de sensibilité contre-révolutionnaire que dans ceux plus progressistes, voire républicains, de la Cour, établissant ainsi un panorama nuancé de la noblesse et de l’aristocratie française. Comme toute source primaire, son témoignage ne doit néanmoins pas être traité sans de nécessaires précautions et d’indispensables nuances, et l’historien se doit de percer le filtre morrisien. Le caractère spontané et l’aspect intime de ce récit permettent ainsi de se plonger dans un milieu social restreint, l’aristocratie française, à un moment clé, au cœur de la Révolution. Ce récit de la Révolution et de son quotidien révèle également l’identité profonde de ce patriote américain, à travers sa perception particulière du caractère français.

12Le journal de Morris permet d’avoir un accès direct à sa parole privée et de mettre au jour la pensée de ce Père Fondateur, plus complexe que certains historiens, comme Michelet, n’aient pu le croire, et ce, afin de mettre à jour une structure historiographique prépondérante.

Recomposer la pensée de Gouverneur Morris

  • 11 Il semble nécessaire de préciser ici que la vision modérée de Morris n’était pas une interprétation (...)
  • 12 Voir de l’Esprit des Lois (livre XIV) et Mes Pensées dans lequel se trouve la citation suivante : « (...)
  • 13 Ces critiques rappellent celles d’Edmund Burke dans Reflections on the Revolution in France, publié (...)

13Patriote républicain convaincu durant la guerre d’Indépendance, Gouverneur Morris est impressionné, dès son arrivée, par les préparatifs de cette Révolution. Il imagine encore que les États Généraux, appelés à se réunir, entameront un processus de transformation de la monarchie absolue, et ouvriront la voie aux idées républicaines.11 Les cahiers de doléances, remplis par les sujets français de chaque baillage, selon l’initiative de Necker, ouvrent ainsi la voie à l’expression de la citoyenneté et de la souveraineté. Gouverneur Morris déclare, peu de temps après avoir emménagé à Paris : « The leaders are our friends. Many of them have imbibed their principles in America and all have been fired by our example » (Morris 1 : 60). Cependant, il fait rapidement état de sa méfiance naissante vis-à-vis d’une révolution dont il pressent la complexité politique et sociale et écrit à ce propos, prenant déjà le contre-pied de Jefferson : « [Jefferson] with all the Leaders of Liberty here, are desirous of annihilating Distinctions of Order. How far such Views may be right respecting Mankind in general is I think extremely problematical, but with Respect to this Nation I am sure it is wrong and cannot eventuate well » (Morris 1 : 113). Cette référence au caractère universel d’une condition idéale pour l’Homme (égalité pour tous, absence de classes sociales), s’oppose à l’expérience de Morris en France : il observe que de nombreux obstacles, propres à ce royaume, se dressent sur le chemin de l’égalité entre les Français. Cette distinction du cas particulier de la nation française, avec la mise en exergue de conditions inhérentes au caractère français, rappelle la doctrine de Montesquieu qui établit qu’un gouvernement, pour être approprié à une nation donnée, doit prendre en compte différents critères, comme le climat, la géographie ou le caractère du peuple.12 Les arguments de Morris suivent, par conséquent, la logique du déterminisme environnemental de Montesquieu, et entrent directement en tension avec l’universalisme de ce siècle éclairé, porté notamment par Thomas Jefferson. Pour justifier sa réticence vis-à-vis de ce bouleversement institutionnel qu’il considère alors comme trop soudain, Morris met principalement en avant les défauts relatifs au caractère français. Selon lui, pour la courte expérience qu’il en a, les Français possèdent en effet des traits de caractère rédhibitoires ; inconstants (« The national Levity of the French » Morris 562), les Français ne seraient pas suffisamment matures, sur le plan politique, pour survivre politiquement et socialement à la suppression les différents ordres, et l’instauration d’un régime démocratique serait désastreuse pour la France qui sombrerait alors dans le chaos et le despotisme.13 Ce sévère constat revient souvent dans les écrits de Gouverneur Morris. Ci-dessous l’auteur blâme à son grand désarroi, mais dans un style piquant, la versatilité d’un peuple perverti par l’éloquence de ses leaders, mais peu enclin à raisonner par lui-même :

  • 14 Les suspensions empêchent les investisseurs d’avoir accès à leur argent lors d’opérations spéculati (...)

A Gentleman here tells us an Anecdote which shews how well this Nation is adapted to the Enjoyment of Freedom. He walked near a Knot of People collected together where an Orator was haranguing. The Substance of his Oration was : ‘Messieurs, nous manquons du Pain, et voici la Raison. Il n’y a que trois Jours que le Roi a eu ce Veto suspensif et déjà les Aristocrats [sic] ont acheté des Suspensions14 et envoyé les Grains hors du Royaume.’ To this sensible and profound Discours his Audience gave a hearty Assent : ‘Ma foi, il a Raison. Ce n’est que ça.’ Oh rare! These are the modern Athenians! Alone learned, alone wise, alone polite, and the Rest of Mankind Barbarians. (Morris 1 : 244)

14Cette critique acide de Morris souligne à quel point il est dépité par la naïveté d’un peuple prêt à se ranger derrière le meilleur orateur. Un changement s’opère donc courant juillet 1789 dans son esprit empreint de pragmatisme : son idéal républicain ne semble pas être remis en question, cependant sa mise en application est problématique dans l’environnement spécifique de la France. Ce positionnement ambigu a troublé les contemporains de Morris, ainsi que les historiens, pour qui ce dernier devenait obligatoirement un conservateur royaliste, adversaire de la république en général. La citation suivante vient cependant éclairer cet apparent conservatisme, qui révèle au contraire le réalisme de Morris :

I have here the strangest employment imaginable. A republican […], I preach incessantly respect for the prince, attention to the rights of the nobility, and moderation […] all of this you will say is none of my business, but I consider France as the natural ally of my country and […] besides (to say the truth) I love France. (Morris, in Miller 180)

  • 15 « She tells me she has informed the Marquis that I am an Aristocrat, in Consequence of the Conversa (...)

15Gouverneur Morris se retrouve ainsi au cœur d’un paradoxe : trop modéré pour les révolutionnaires français comme Lafayette et son épouse qui le qualifient d’aristocrate,15 il est pourtant jugé trop progressiste par d’autres aristocrates français à cause de sa défense de l’égalité politique des hommes, et de ses principes républicains. Opposé aux privilèges des nobles français, à l’esclavage dans les colonies américaines, aux régimes tyranniques émanant d’un roi ou du peuple, Morris manifeste pourtant son aversion pour une transposition transnationale des principes républicains américains car il est, selon lui, nécessaire qu’un gouvernement soit adapté au caractère d’un peuple. Cette conception organiciste de l’État prend en compte la totalité d’un peuple et de ses particularités, ne se contentant pas d’appliquer ce qui serait alors un contrat artificiel entre des individus, établissant aveuglément une république. Morris raisonne donc moins à l’intérieur d’un cadre politique théorique que dans l’expérience et l’analyse d’une situation donnée troublant ainsi des lignes partisanes clairement établies.

Transposition et adaptation : de Thomas Jefferson à Gouverneur Morris, quel récit de la Révolution française ?

16D’après Robert Palmer, les diplomates américains comme Benjamin Franklin ou Thomas Jefferson ont servi, à travers leur propre personnalité, de « voies de transmission » entre l’Amérique et l’Europe (252). Représentant par excellence l’exotisme américain et son précédent révolutionnaire réussi, ces diplomates ont permis de véhiculer les valeurs universalistes du républicanisme américain comme l’égalité des hommes devant la loi et le fonctionnement démocratique d’institutions nouvelles. Ce succès fonctionnait ainsi du côté français comme un miroir « de l’audace française » qui bouillonnait (Vincent 93) et que Jefferson encourageait, en organisant notamment des réceptions à son domicile parisien en compagnie de certains Américanistes tels que Lafayette ou Condorcet :

Go from thence to Mr. Jefferson’s to Dinner. A large Party of Americans [Américanistes] and among them Monsr. & Madame de La Fayette. Some political Conversation with him after Dinner in which I urge him to preserve if possible some constitutional Authority to the Body of Nobles as the only Means of preserving any Liberty for the People. The Current is setting so strong against the Noblesse that I apprehend their Destruction, in which will I fear be involved Consequences most pernicious, tho little attended to in the present Moment. (Morris 1 : 134)

17Le groupe des Américanistes rassemblait intellectuels et philosophes souhaitant engager un processus de réformes de la monarchie absolue afin de démocratiser des institutions entièrement contrôlées par le roi et les notables. Ils défendaient la mise en place d’institutions républicaines et souveraines, avec une assemblée législative élue, et prônaient l’abolition la société des ordres, tout en conservant la monarchie héréditaire des Bourbons, un programme que Morris jugeait alors insensé. Le New-Yorkais était convaincu que ce nouveau régime hybride n’apporterait pas la stabilité politique et sociale aux Français, car le bouleversement institutionnel et social que cela causerait serait trop important, et trop peu approprié à la nation française. Il remarque dans son journal, et cette fois-ci de façon définitive :

They want an American Constitution with the Exception of a King instead of a President, without reflecting that they have not American Citizens to support that Constitution. Mankind see distant Things in a false Point of Light and judge either more or less favorably than they ought […]. Whoever (therefore) desires to apply in the practical Science of Government those Rules which prevail and succeed in a foreign Country, must fall into the same Pedantry with our young Scholars just fresh from the University, who would fain bring every Thing to the roman Standard. Different Constitutions of Government are necessary to the different Societies on the Face of this Planet. Their Difference of Position is in itself a powerful Cause, their Manners, their Habits. The scientific Taylor who should cut after Grecian or Chinese Models would not have many Customers either in London or Paris : and those who look to America for their political Forms are not unlike those Taylors in the Island of Laputa who, as Gulliver tells us, always take Measure with a Quadrant. (Morris 1 : 136)

  • 16 « In their Eagerness to abolish antient Institutions they forgot that a Monarchy without intermedia (...)

À la différence des Américanistes, Morris pensait qu’il était nécessaire de conserver l’ordre de la noblesse, et ce afin de s’assurer que le processus de transition vers un régime républicain, plus ouvert et souverain, se fasse dans un climat apaisé qui permette la protection les intérêts de chacun en vue d’une égalité civique.16 La transposition aveugle du moule institutionnel américain en France est, pour Morris, une absurdité digne d’une aventure de Gulliver. Il lui semble en effet préférable de s’intéresser aux symptômes propres à la société française plutôt que de lui administrer un traitement générique inspiré du modèle républicain américain.

18Lorsque le régime de la Terreur se met en place, Morris est le seul diplomate étranger alors en fonction. Il en observe les déroulements sanglants, et ne peut ni accréditer ni justifier cette escalade de violence arbitraire au nom de la liberté et de l’égalité des hommes, là où lui ne voit qu’une sauvagerie despotique des masses parisiennes. De retour en Amérique, Jefferson ne semble pas réaliser l’effroi de la situation malgré de funestes comptes rendus rédigés par son ambassadeur en poste à Paris. La vision du secrétaire d’État diverge alors grandement de celle de Morris, lorsqu’il écrit avec fatalisme en janvier 1793 :

In the struggle which was necessary, many guilty persons fell without the forms of trial, and with them some innocent. These I deplore as much as any body, and shall deplore some of them to the day of my death. But I deplore them as I should have done had they fallen in battle. It was necessary to use the arm of the people, a machine not quite so blind as balls and bombs, but blind to a certain degree. A few of their cordial friends met at their hands, the fate of enemies. But time and truth will rescue and embalm their memories, while their posterity will be enjoying that very liberty for which they would never have hesitated to offer up their lives. The liberty of the whole earth was depending on the issue of the contest, and was ever such a prize won with so little innocent blood?(« Thomas Jefferson to William Short », 3 January 1793).

Les conditions en France sont telles, selon Jefferson, qu’il est impossible d’y remédier autrement que par une purge rédemptrice, lourde de sacrifices, et ceux-ci ne resteront néanmoins pas vains car, comme Jefferson l’assure dans la prophétie sus-citée, la liberté de tous les Hommes se joue à Paris. Au contraire de Jefferson, Morris n’adhère pas à cette rhétorique qui exalte les martyrs de la Révolution française dans un séduisant discours universaliste, à nouveau appuyé par la citation suivante, extraite de la même missive :

My own affections have been deeply wounded by some of the martyrs to the cause, but rather than it should have failed, I would have seen half the earth desolated. Were there but an Adam & Eve left in every country, & left free, it would be better than as it now is. […] The universal feasts, and rejoicings which have lately been had on account of the successes of the French shewed the genuine effusions of their hearts. You have been wounded by the sufferings of your friends, and have by this circumstance been hurried into a temper of mind which would be extremely disrelished if known to your countrymen. (« Thomas Jefferson to William Short », 3 January 1793).

  • 17 « What country can preserve its liberties if their rulers are not warned from time to time that the (...)

Ces mots rappellent déjà ceux que Jefferson écrivait en 1787, dans sa lettre à William Stephens Smith, pour justifier les violences révolutionnaires et le sang versé, des « patriotes » ou des « tyrans » « pour arroser l’arbre de la liberté ».17

19Huit ans plus tard, en février 1795, Jefferson écrit : « It is unfortunate that the efforts of mankind to recover the freedom of which they have been so long deprived, will be accompanied with violence, with errors and even with crimes. But while we weep over the means, we must pray for the end » (« Thomas Jefferson to François D’Ivernois, 6 February 1795 »). Fidèle à ses convictions, Jefferson continue alors de défendre la violence, les « erreurs » et même les « crimes » commis au nom de la liberté. La fin justifie ainsi toujours les moyens. Néanmoins, en juin de la même année, le sage de Monticello fait preuve de plus de nuances et écrit alors :

This ball of liberty, I believe most piously, is now so well in motion that it will roll round the globe, at least the enlightened part of it, for light & liberty go together. It is our glory that we first put it into motion, & our happiness that being foremost we had no bad examples to follow. What a tremendous obstacle to the future attempts at liberty will be the atrocities of Robespierre! (« Thomas Jefferson to Tench Coxe, » 1 June 1795).

Blâmant désormais Robespierre pour ses actes de terreur, Jefferson semble reconnaître dans ce passage que l’institutionnalisation de l’extrême violence ne serait pas justifiable au nom d’idéaux universels, même dans la poursuite de l’égalité des Hommes et dans l’instauration de gouvernements libres. Cette condamnation du régime Jacobin de 1793 modère quelque peu l’habituelle rhétorique révolutionnaire exaltée de Jefferson en soulignant l’impact manifeste de la dérive robespierriste sur le progrès de la liberté, qui paraît inexorable sous sa plume, bien que désormais encombrée des exactions jacobines.

20Pour revenir à la comparaison de Palmer, les diplomates américains auront en effet servi de canaux de transmission des idéaux révolutionnaires ; même si l’historien est assez prudent pour ne pas mentionner Morris dans cette convergence de luttes républicaines, cette comparaison serait pourtant tout à fait appropriée. Morris fut en effet un émissaire hors norme du point de vue universaliste des révolutions atlantiques : il s’est rapidement mis à défendre une position qui lui a valu d’être qualifié de contre-révolutionnaire, et d’œuvrer à l’encontre des « révolutions sœurs ». Pourtant, c’est bien en tant que révolutionnaire américain, fort de son expérience d’architecte du gouvernement de la Jeune République, de ses institutions et de sa constitution, que Gouverneur Morris a émis des réserves quant à la Révolution française. L’Américain, passeur des idéaux républicains, s’est alors mué en guide éclairé de la monarchie, cherchant à établir des compromis avec la cour et les ministres du roi, tandis que les véritables partisans de la monarchie, opposés aux principes républicains de souveraineté et d’égalité, continuaient d’affronter leurs adversaires à l’Assemblée nationale.

21Dans cette fonction de transmission, Jefferson a encouragé le processus révolutionnaire mais n’a pas pris en compte les circonstances particulières de la France. Dans l’un de ses ouvrages, l’historien Gilbert Chinard qualifie Thomas Jefferson « d’interprète américain » de la Révolution française (Chinard 150) ; il serait au contraire plus juste de parler d’interprète, voire de traducteur de la Révolution française, pour Gouverneur Morris car, à la différence de Jefferson, Morris s’est lui intéressé à la cible, pour filer ici la métaphore de la traduction, et a cherché tout au long de son séjour à éviter de « calquer » les institutions établies aux États-Unis à travers leur propre contrat républicain qui ne pouvaient convenir aux Français. Le journal de Morris prouve que son expérience révolutionnaire américaine l’a poussé à réfléchir aux meilleures solutions pour adapter les principes républicains au peuple français et trouver des moyens d’effectuer une transition souple et progressive de la monarchie absolue vers un gouvernement constitutionnel.

*

22En conclusion, la défense de l’ensemble de la Révolution au nom de la liberté universelle par Jefferson (y compris de la Terreur) contraste avec la vision empirique de Morris. L’analyse de Jefferson correspond tout à fait au récit de la Révolution qui a été fait dans l’historiographie française par l’école républicaine et socialiste, avec Alphonse Aulard, Jules Michelet, ou encore Albert Soboul, qui ont vu dans la Terreur l’expression pure de la démocratie, un mal nécessaire à l’établissement d’un gouvernement libre.

23Si certains historiens ont vu dans l’histoire atlantique de Godechot et Palmer une « tentation réductrice et globale » (Alan Forrest dans Furet 146) il est aujourd’hui difficile de continuer de nier l’interconnexion entre les révolutions française et américaine. La diffusion des idées républicaines des Lumières à la Déclaration d’Indépendance a en effet établi un espace atlantique intellectuel transnational, amorce d’une globalisation économique avec l’ouverture des marchés nationaux. La connexion (trans)révolutionnaire « atlantique », indéniable, se révèle néanmoins multiforme et plurielle dans les expériences contrastées de Jefferson et de Morris. Dans cette histoire globale, deux visions entrent néanmoins en collision : celle de Jefferson, universaliste, destinée à traverser les frontières, et celle de Morris, dont l’importance accordée aux particularités d’une nation dans sa (re)construction politique révèle son approche organiciste de la vie politique et constitutionnelle.

24Dans son journal, Gouverneur Morris compare l’universalisme républicain à une « grippe morale » (Roosevelt 155) et comme l’explique Gérard Hugues, « lorsque Morris parle du républicanisme qu’il voit émerger en France et dans la société où il évolue, comme d’une maladie, il entend condamner non pas l’idée républicaine elle-même, mais l’interprétation qui en est faite par les classes dirigeantes et qui conduit, selon lui, à un excès de démocratie, préjudiciable à la pérennité même de l’idéal républicain » (60). Cette « grippe morale » affecte la Révolution française car d’après l’expérience qu’en fait Morris, le succès américain éblouirait les Français et troublerait leur jugement quant à leur propre situation révolutionnaire. Cette expression, qui s’apparente à une « néfaste contagion » qui empêcherait toute adaptation mûrie des concepts républicains selon le caractère national d’un peuple, appuie dès lors l’idée d’interconnexion entre les nations, dans la même logique atlantique que celle proposée par Godechot et Palmer. Morris partage donc bel et bien une conception organiciste du monde ; en d’autres termes, il y a bien une propagation d’idéaux républicains parmi les différentes nations, de la même manière qu’une fièvre se répand et contamine un corps. Le témoignage de Morris permet cependant de nuancer l’enthousiasme général pour cette « contagion », en apportant un regard contrasté sur les conséquences de ces transpositions révolutionnaires : l’espace atlantique permet ainsi de mettre en regard les différentes révolutions et l’apport du témoignage de Morris démontre que les révolutions atlantiques ne se résument pas à une chorale révolutionnaire opposant monarchistes, loyalistes et contre-révolutionnaires, aux républicains et aux Patriotes. Républicain modéré, il se range néanmoins du côté des monarchistes pour sauver la nation française et l’empêcher de sombrer dans la guerre civile, et offre un contrepoint nuancé à Jefferson pour proposer un récit américain de la Révolution française enrichit et actualisé.

25Préférant une monarchie éclairée au despotisme du peuple au nom de l’idéal républicain et de la liberté, Morris ne saurait donc être simplement un « anti-Jefferson » ; leurs deux points de vue discordent, mais se juxtaposent également pour former la multiplicité et la richesse de l’espace Atlantique.

26Bernard Bailyn parle de « l’idéalisme pragmatique » de la révolution américaine (232) qui a été capable de produire et de rassembler au sein de ce moment révolutionnaire des textes comme la Déclaration d’Indépendance mais aussi la Constitution de 1787, deux documents tout aussi fondateurs que différents l’un de l’autre. Il semblerait approprié de réunir ici ces deux termes pour parler de ce récit américain reconstruit de la Révolution française, grâce à l’idéalisme jeffersonien et au pragmatisme morrisien. Ces deux architectes, qui ont notamment œuvré personnellement à la création des deux documents précités, permettent, lorsque l’on confronte leurs deux perspectives, d’obtenir un récit multidimensionnel de la Révolution française, aux ramifications atlantiques complexes, à l’image de ce monde en mouvement perpétuel.

Haut de page

Bibliographie

sources primaires

« From Thomas Jefferson to François D’Ivernois, 6 February 1795 ». Founders Online. National Archives, last modified June 29, 2017. [Original source :The Papers of Thomas Jefferson 28, 1 January 1794 -29 February 1796. Ed. John Catanzariti. Princeton : Princeton UP, 2000. 262-64.]
<http://founders.archives.gov/documents/Jefferson/01-28-02-0196>

« From Thomas Jefferson to Tench Coxe, 1 June 1795 ». Founders Online. National Archives, last modified June 29, 2017, [Original source :The Papers of Thomas Jefferson 28,1 January 1794 - 29 February 1796. Ed. John Catanzariti. Princeton : Princeton UP, 2000. 373-74.]
<http://founders.archives.gov/documents/Jefferson/01-28-02-0282>

« From Thomas Jefferson to William Short, 3 January 1793 ». Founders Online. National Archives, last modified March 30, 2017. [Original source : The Papers of Thomas Jefferson 25, 1 January–10 May 1793. Ed. John Catanzariti. Princeton : Princeton UP, 1992. 14–17.]
<http://founders.archives.gov/documents/Jefferson/01-25-02-0016>

« From Thomas Jefferson to William Stephens Smith, 13 November 1787 ». TJRS Monticello, “Jefferson Quotes & Family Letters,” Thomas Jefferson Foundation, Inc. 22/08/2017.
<http://tjrs.monticello.org/letter/100>

Montesquieu, Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de. Mes pensées. Paris : Folio Classique, 2014

Morris, Gouverneur. A Diary of the French Revolution. Ed. Beatrix Cary Davenport. 2 vols. Boston : Houghton Mifflin, 1939.

sources secondaires

Aulard, Alphonse. Histoire politique de la Révolution française. Paris : Armand Colin, 1926.

Bailyn, Bernard. The Ideological Origins of the American Revolution. Cambridge, MA : Belknap, 1992.

Chinard, Gilbert. Thomas Jefferson: apôtre de l'américanisme. New York : Overseas, 1939.

Dunn, Susan. Sister Revolutions : French Lightning, American Light. New York : Faber & Faber, 1999.

Furet, François, et Mona Ouzouf. Dictionnaire critique de la Révolution française. Paris : Flammarion, 1988.

Godechot, Jacques. La Grande Nation L’expansion révolutionnaire de la France dans le monde, 1789-1799. Volume 1. Paris, Aubier, 1956.

Godechot, Jacques, et Robert R. Palmer. « Le problème de l’Atlantique du xviiie au xxe siècle ». Relazioni del x Congresso Internazionale di scienze storiche, (Roma 4-11 Settembre 1955). Vol. 5. Florence : 1955. 175-239.

Higonnet, Patrice. Sister Republics : The Origins of French and American Republicanism. Harvard : Harvard UP, 1988.

Hugues, Gérard. « Gouverneur Morris ou les ambiguïtés de l’universalisme révolutionnaire ». XVII-XVIII [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2016. 09/05/2017.
<http://1718.revues.org/607>

Michelet, Jules. Histoire de la Révolution française. Paris : Folio, 2007.

Miller, Melanie Randolph. Envoy to the Terror. Dulles : Potomac, 2005.

Palmer, Robert. The Age of the Democratic Revolution : A Political History of Europe and America, 1760-1800. Princeton : Princeton UP, 1959.

Roosevelt, Theodore. Gouverneur Morris. Cambridge : Houghton Mifflin, 1898.

Serna, Pierre, ed. Les Républiques Sœurs sous le Directoire et la révolution Atlantique. Rennes : PU Rennes, 2009.

Soboul, Albert. La Révolution française. Paris : PUF, 2014.

Vincent, Bernard. Thomas Paine ou la République sans frontières, Nancy : PU Nancy, 1993.

Haut de page

Notes

1 « He introduces me to Madame d’Houdetot who is the Protectrix of Crèvecœur, who is much courted by the Acadamicians, who was the only beloved of Rousseau, who had at the same Time another Lover, a happy one, and who is I think one of the ugliest Women I ever saw, even without her Squint which is of the worst Kind » (Morris 1 : 335).

2 « I write after they are gone, continue preparing the Form of a Constitution for this Country » (Morris 2 : 322).

3 Gouverneur Morris s’est engagé du côté des Patriotes contre une partie de sa propre famille, dont sa mère, propriétaire de leur domaine de Morrisania à New York, qui accueillit les troupes britanniques sur ses terres lors de la guerre.

4 « The Insecurity of Property is fatal to Industry, & Idleness must inevitably be productive of Crimes and both of Misery. This is equally true applied to Individuals and to Nations » (Morris 2 : 19).

5 L’organicisme est une doctrine selon laquelle le fonctionnement d’une société est semblable à celui d’un organisme vivant. Dans le cas de Morris, sa perception organiciste de la société française s’articule autour de deux traits principaux : le caractère des habitants qui la composent et les pratiques politiques qui leur sont ainsi naturellement appropriées. Le gouvernement et l’organisation de la société doivent donc se penser en fonction des caractéristiques de celle-ci afin de pouvoir fonctionner correctement, à la manière d’un corps mû par ses différents organes. De cette manière, Morris considère que toutes les nations doivent suivre des prescriptions adaptées à leur constitution et, malgré ses convictions républicaines, n’adhère pas à l’universalisme de Jefferson qui s’adresse à tous les Hommes, quel que soit leur nationalité.

6 Néanmoins, cette vision globale de l’histoire a longtemps divisé les historiens, comme l’illustre la citation suivante d’Albert Soboul, historien français, pour qui la perspective de révolutions « Atlantiques » est insensée : « Étape nécessaire de la transition générale du féodalisme au capitalisme, la Révolution française n’en conserva pas moins, au regard des diverses révolutions similaires, ses caractères propres qui tiennent à la structure spécifique de la société française à la fin de l’Ancien Régime. Ces caractères ont été niés. La Révolution française ne serait ‘qu’un aspect d’une révolution occidentale, ou plus exactement Atlantique, qui a commencé dans les colonies d’Amérique peu après 1763 […] avant d’atteindre la France […]’ [L’auteur cite ici Godechot, La Grande Nation, 1.11]. Cette conception, en vidant la Révolution française de tout contenu spécifique, économique, social et national, tiendrait pour nul un demi-siècle d’historiographie révolutionnaire […] » (Soboul 112-13).

7 « All that is necessary, or even desirable, is to set up a larger framework, or conceptual structure, in which phenomena that are admittedly different, and even different in very significant ways, may yet be seen as related products of a common impulse, or different ways of achieving, under different circumstances […] certain recognizably common goals » (Palmer 9).

8 Dans ces ouvrages, les deux historiens ont, entre autres, analysé avec précision les multiples acquis sociaux et politiques de la Révolution française, sa filiation avec la révolution américaine, ainsi que son impact sur les autres nations, rendant compte d’une histoire globale qui ne minore pas les retentissements divers de la Révolution française.

9 « The historical progression of France and America should then be read together, optimistically, as complementary versions of a single story » (Higonnet 280).

10 Les premiers à avoir parlé de « révolutions sœurs » ou de « républiques sœurs » sont Patrice Higonnet et Susan Dunn.

11 Il semble nécessaire de préciser ici que la vision modérée de Morris n’était pas une interprétation isolée à cette époque en France : les monarchiens, aussi nommés « anglomanes » par les historiens (voir Soboul) possédaient la même sensibilité politique que Morris. Parmi ses fréquentations : Mounier, Malouet, La Luzerne, Clermont-Tonnerre ou encore La Fayette, sont tous partisans d’une monarchie éclairée. Leur projet consistait à doter la France d’une constitution instaurant, entre autres, une chambre haute et basse, et à donner au roi un véto absolu. Cependant, contrairement à de nombreux monarchiens, Morris n’est pas convaincu lorsqu’il arrive en France du bien-fondé du pouvoir royal.

12 Voir de l’Esprit des Lois (livre XIV) et Mes Pensées dans lequel se trouve la citation suivante : « il se forme dans chaque pays une espèce de génération de lois. Les peuples, comme chaque individu, ont une suite d’idées, et leur manière de penser totale comme celle de chaque particulier, a un commencement, un milieu et une fin » (n°1794).

13 Ces critiques rappellent celles d’Edmund Burke dans Reflections on the Revolution in France, publié en 1790. Cependant, à la différence de Burke, Morris n’idéalisait pas le système de l’Ancien Régime, demeurant extrêmement critique quant aux abus de l’absolutisme Bourbon et ce, malgré quelques analyses communes. En effet, en 1791 Morris considérait, comme Burke, que la Révolution prenait une tournure inquiétante en déchirant le tissu social et culturel français avec des réformes inadaptées détruisant la hiérarchie sociale et son lourd héritage politique qui ne pouvait être simplement balayés (Furet et Ozouf).

14 Les suspensions empêchent les investisseurs d’avoir accès à leur argent lors d’opérations spéculatives. Utilisées dans des situations de crise, les suspensions bloquent les fonds spéculatifs et envoient ainsi un signal négatif aux différentes parties impliquées dans l’opération.

15 « She tells me she has informed the Marquis that I am an Aristocrat, in Consequence of the Conversation last Thursday at Madame De Tessy’s. It seems, my Ideas were too moderate for that Company » (Morris 1 : 9).

16 « In their Eagerness to abolish antient Institutions they forgot that a Monarchy without intermediate Ranks is but another Name for Anarchy or Despotism. The first, unhappily, exists to a Degree scarcely to be paralleled ; and such is the Horror and Apprehension which Licentious Societies have universally inspir’d that there is some Reason to believe the great Mass of french Population would consider even Despotism as a Blessing » (Morris 2 : 441).

17 « What country can preserve its liberties if their rulers are not warned from time to time that their people preserve the spirit of resistance? Let them take arms. The remedy is to set them right as to facts, pardon & pacify them. What signify a few lives lost in a century or two? The tree of liberty must be refreshed from time to time with the blood of patriots & tyrants » (From Thomas Jefferson toWilliam Stephens Smith, 13 November 1787).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Mitran, « Reconstruire une vision américaine de la Révolution française : Gouverneur Morris, architecte d’une pensée anti-Jeffersonienne ? », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/834 ; DOI : 10.4000/1718.834

Haut de page

Auteur

Émilie Mitran

Emilie Mitran est agrégée d’anglais et actuellement doctorante contractuelle à Aix-Marseille Université, sous la direction du Pr. Gérard Hugues. Sa thèse, « Gouverneur Morris, traducteur de la Révolution française », porte sur l’analyse des journaux parisiens du Père Fondateur. En outre, elle participe aussi à la traduction française de ces derniers, sous la direction de G. Hugues. emilie.mitran@univ-amu.fr

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals