Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Notes de lectureJonathan Swift, Voyages du capita...

Notes de lecture

Jonathan Swift, Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés. Première traduction française (1727) de Travels into several Remote Nations of the World by Lemuel Gulliver

Édité par Dominique Triaire et Valérie Maffre, Presses universitaires de la Méditerranée, coll. Littératures, 2021, 418 pp. ISNB 978-2-36781-336-3
Jeffrey Hopes
Référence(s) :

SWIFT, JONATHAN. Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés. Première traduction française (1727) de Travels into several Remote Nations of the World by Lemuel Gulliver. Edité par Dominique Triaire et Valérie Maffre. Montpellier: Presses universitaires de la Méditerranée, coll. Littératures, 2021. 418 pp. ISNB 978-2-36781-336-3

Texte intégral

1Valérie Maffre et Dominique Triaire nous offrent une belle édition critique de la toute première traduction française de Gulliver’s Travels, bien moins connue que celle de l’abbé Desfontaines qui lui a succédé de peu. Bien plus fidèle, voire littérale, que cette dernière, la première traduction, publiée à La Haye en janvier 1727, à peine trois mois après la première édition du chef d’œuvre de Jonathan Swift, fait partie de ces nombreuses traductions vers le français, mais aussi vers le néerlandais, à voir le jour en Hollande à cette époque, quand Amsterdam (où fut publiée la première traduction de Robinson Crusoe sept ans auparavant) et La Haye hébergeaient une activité d’édition et de traduction importante. Malgré la vitesse à laquelle était produite cette première traduction, et en dépit des erreurs et inexactitudes qu’elle comporte, il s’agit d’un travail soigné qui respecte, pour l’essentiel, la lettre, sinon l’esprit, du texte original. On peut imaginer qu’elle soit l’œuvre de plus d’un traducteur : la présence de deux conversions différentes de miles en lieues (voir la note p. 163) plaiderait dans ce sens. Il paraît également probable que ces traducteurs (probablement des protestants français exilés) aient eu vent de la préparation de la traduction de Desfontaines et qu’ils se soient dépêchés pour sortir la leur en premier. Des erreurs et omissions dans le quatrième livre pourraient être dues à une certaine précipitation, tout comme les approximations et omissions bien plus importantes de Desfontaines pourraient découler, du moins en partie, de sa propre connaissance de l’imminence de la traduction de La Haye.

2Dans leur introduction, les éditeurs pointent la nature des principales divergences de ce texte par rapport à l’original anglais: effacement de la couleur locale, atténuation de la portée satirique du texte, nettoyage d’un anglais considéré comme trop cru, suppression de maintes descriptions d’ordre sexuel et scatologique. Les raisons de ces divergences se trouvent principalement dans ce que les traducteurs de Swift, mais aussi de bien d’autres auteurs anglophones, voyaient comme leur devoir d’adapter un texte à un lectorat différent: les références à des lieux ou à des objets familiers aux Britanniques, le seraient beaucoup moins au lecteur français tout comme les cibles politiques de la satire de Swift (même si l’on peut aussi avancer que leur traduction pourrait avoir comme effet de transposer cette satire sur la cour ou le gouvernement français); puis, le goût français était réputé plus policé, moins barbare que celui des Britanniques. Toutes ces questions sont soulignées avec précision et pertinence dans l’excellent travail éditorial. La traduction se lit du coup, moins comme une satire que comme un véritable récit de voyage (aussi peu crédible qu’il soit). Ce n’est pas simplement la satire qui se trouve adoucie, voire effacée, mais aussi la dimension ironique du récit. Les emportements, les hyperboles, toutes ces listes et répétitions qui font voir la naïveté et l’aveuglement du narrateur, sont souvent raccourcis ou résumés.

3Les notes des éditeurs, jamais envahissantes et toujours éclairantes, guident notre lecture de cette traduction qui méritait amplement d’être rééditée. Un seul regret: que les illustrations ne soient pas davantage commentées. Il semblerait que les cartes (ainsi que l’illustration de la machine à fabriquer des textes) soient directement prises sur l’édition anglaise mais avec les indications de lieux traduites en français (à l’exception de celle qui précède le quatrième livre p. 312 où subsistent Edels Land et Lewins Land), alors que les gravures aient été créées spécialement pour cette édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeffrey Hopes, « Jonathan Swift, Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés. Première traduction française (1727) de Travels into several Remote Nations of the World by Lemuel Gulliver »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/8600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.8600

Haut de page

Auteur

Jeffrey Hopes

Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search