Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Notes de lecturevalérie capdeville and alain kerh...

Notes de lecture

valérie capdeville and alain kerhervé eds., British Sociability in the Long Eighteenth Century. Challenging the Anglo-French Connection

Woodbridge: the Boydell Press, 2019. xvi + 304 pp. ISBN 978-1-78327-359-1
Jacques Carré
Référence(s) :

CAPDEVILLE, VALÉRIE and KERHERVÉ, ALAIN eds. British Sociability in the Long Eighteenth Century. Challenging the Anglo-French Connection. Woodbridge: the Boydell Press, 2019. xvi + 304 pp. ISBN 978-1-78327-359-1

Texte intégral

1Comme le rappelle Valérie Capdeville dans la conclusion de ce riche volume collectif, « le lien entre la sociabilité, le genre et l’éducation ont clairement joué un rôle central dans la définition d’un modèle national de sociabilité » en Grande-Bretagne. Un modèle « homosocial » s’est affirmé dès la Restauration, et a résisté au fil du XVIIIe siècle à la séduction du salon à la française, qu’il s’agisse du club de gentlemen, de l’académie artistique, de la loge maçonnique ou du groupuscule radical. Tout en confirmant la persistance de ce modèle britannique, ce livre affine fort utilement notre perception de la sociabilité, notamment en explorant selon un plan chronologique ses tensions et contradictions occasionnelles.

2Brian Cowan dénonce initialement l’idée selon laquelle la Restauration aurait ouvert à elle seule une nouvelle ère dans les relations de sociabilité. Il rappelle que l’interrègne n’a pas été une coupure aussi nette dans ce domaine, et souligne que la Restauration n’a fait que développer quantitativement des formes de sociabilité pré-existantes. D’autre part, il rejette l’opposition classique entre un XVIIe siècle marqué par les luttes politiques et un siècle Hanovrien de « stabilité politique » à la Plumb.

3Les lieux de sociabilité font l’objet de plusieurs contributions dans la première partie de l’ouvrage. Marie-Madeleine Martinet examine les diverses façons de relier les espaces urbains aux types de sociabilité. Elle souligne que l’interaction entre les techniques cartographiques modernes et les bases de données sociales peuvent révéler des évolutions chronologiques de la sociabilité. Elle attire aussi notre attention sur les questions de l’échelle spatiale de la sociabilité en évoquant les nouvelles communautés que peuvent créer les réseaux scientifiques. De même les échanges d’allégeance entre certaines loges maçonniques françaises et britanniques étudiées par Pierre-Yves Beaurepaire renouvellent notre vision des sociabilités purement nationales.

4Valérie Capdeville traite de l’apparition de nouvelles pratiques politiques dans le cadre des clubs de gentlemen. Elle rappelle que des débats idéologiques s’y développèrent hors Parlement. Pourtant on peut se demander si la polarisation des attitudes partisanes dans certains clubs correspond vraiment au modèle habermasien de formation d’une opinion publique grâce au débat rationnel. Plus convaincante est son analyse de l’appartenance à un club comme moyen d’ascension sociale pour les hommes des classes moyennes, avec ses développements sur le lien entre la ‘construction de soi’ et l’intégration sociale qu’elle pouvait encourager.

5Markman Ellis réhabilite vaillamment la conversation féminine autour de la table à thé, si souvent présentée dans la littérature du XVIIIe siècle comme prétexte à la médisance. Il rappelle l’image favorable qu’en donne pourtant le Spectator et note que des sociologues contemporains ont associé ce type de conversation à l’expression d‘une morale pratique, distincte de l’enseignement de l’église. Elle serait ainsi une forme de « participation des femmes au débat public ».

6La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux « modèles concurrents de sociabilité », surtout français et anglais. Elizabeth Martichou compare utilement les « amateurs » français aux « connoisseurs » britanniques dans le monde de l’art. En France les premiers sont admis comme conseillers et conférenciers à l’Académie dès son origine, avant d’être critiqués au milieu du XVIIIe siècle. En Grande-Bretagne, où la création de l’Académie a été tardive, les connoisseurs ne sont pas admis, mais considérés surtout comme des clients potentiels par les artistes, ce qui justifie une certaine convivialité.

7C’est encore la France qui est opposée à la Grande-Bretagne par Annick Cossic-Péricarpin dans son chapitre sur Smollett. Tout en fulminant contre la mixité sociale mondaine dans son pays, l’atrabilaire romancier, une fois à l‘étranger, semble trouver à ses concitoyens au moins les vertus de l’hospitalité. Mais il redoute leur contamination par les mœurs supposées efféminées du continent, où il ne voit que cynisme, absolutisme et superstition.

8Alain Kerhervé compare ensuite les manuels épistolaires anglais et français. La « justesse et l’élégance » qu’ils étaient censés recommander était aussi bien celle de la langue écrite que celle de la conversation, et rapprochait ces ouvrages des traités de savoir-vivre. Les manuels traduits du français tendaient à faciliter les relations avec des personnes placées plus haut dans la hiérarchie sociale. En Grande-Bretagne les manuels étaient plus diversifiés et incluaient des modèles de lettres à des « inférieurs ». Kerhervé analyse plus particulièrement l’anonyme Ladies Complete Letter-Writer (1763) qui couvre un large éventail social, et le manuel de William Gilpin, récemment publié par l’auteur (2014) et destiné à guider de jeunes gentilshommes.

9Les femmes de lettres d’Edimbourg apparaissent comme des pionnières dans le milieu patriarcal de l’Athènes du nord. Jane Rendall rappelle qu’on trouvait dans la ville de nombreux clubs et associations intellectuelles de qualité, mais de composition entièrement masculine. Les dames éduquées comme Eliza Fletcher, Elizabeth Hamilton et Anne Grant qui recevaient chez elles des intellectuels de renom se voyaient plus en hôtesses mondaines qu’en femmes d’influence, ce qui ne les empêcha pas d’être traitées de bas-bleus. Dès qu’elles s’aventuraient dans la vie publique, par exemple en créant des mutuelles pour les domestiques ou des écoles gaéliques, elles rencontraient l’hostilité des magistrats de la ville. Néanmoins, leurs efforts contribuèrent à l’émancipation progressive des talents des bourgeoises.

10La troisième partie du livre, sans doute la plus originale, explore les « paradoxes de la sociabilité britannique », notamment dans le domaine politique. Après le chapitre d’Allan Ingram sur le contraste entre les postures publiques de Boswell et Johnson comme adeptes de la sociabilité et leur for intérieur dépressif porté à la solitude, Emrys Jones applique le concept kantien de ungesellige Geselligkeit à la société britannique. Il se réfère au topos philosophique et littéraire du friendly enemy exploité après 1730 par l’opposition « Patriote » à Walpole et George II dans divers poèmes et drames comme Edward and Eleonora de James Thomson. Leurs auteurs y font allusion aux avantages et aux risques politiques pris par ceux qui prêchaient la réconciliation entre le prince de Galles Frederick et son père le roi.

11Ian Newman montre à propos des années 1790 les nouvelles ambiguïtés du toasting, pratique réputée comme la marque du consensus dans une assemblée. Il s’intéresse à plusieurs épisodes impliquant le radical John Thelwall et le whig Charles James Fox. Dans ces années conflictuelles les mots mêmes prononcés lors d’un toast pouvaient être réprouvés par des minorités, ou encore réinterprétés par la presse à des fins polémiques. Il y eut à cette époque, selon l’auteur, « a fundamental reassessment of which ideas one could silently submit to, or could let go unchallenged ».

12A propos du même contexte politique, Norbert Col étudie subtilement les réticences de Burke envers la « nouvelle sociabilité », celle des clubs et des salons, dont les liens avec la politique seraient délétères, avec comme résultat la Révolution française. Pour Burke, justement, la Révolution anglaise de 1688 n’a rien de « glorieux », mais elle a assuré seulement une pacification religieuse et politique du royaume, assurant fondamentalement une continuité de l’ordre ancien. Pourtant la défense burkéenne d’un catholicisme encore exclu de la vie civique représente une faille dans son raisonnement.

13Le dernier chapitre, rédigé par Rémy Duthille, porte sur les tensions à l’intérieur de la London Corresponding Society et de ses émules entre une culture populaire exubérante de la taverne et le souci de respectabilité politique des militants radicaux. Après une analyse de l’historiographie récente qui met justement en valeur ces tensions, l’auteur avance l’idée originale selon laquelle l’insistance de la LCS sur les procédures en séance et l’organisation de vrais débats mimait en quelque sorte la vie parlementaire et constituait une véritable école de la démocratie souhaitée par les artisans londoniens. Cette discipline serait même à long terme plus importante que l’idéologie véhiculée par les militants, et aurait pour certains comme Hardy ou Place un rôle dans leur relative ascension sociale.

14La bibliographie générale des sources primaires est riche et utile, mais inévitablement incomplète. La copieuse correspondance d’Horace Walpole aurait pu y figurer avantageusement. Celle des sources secondaires est un peu moins riche, et n’accorde qu’une part réduite aux publications en français, ignorant notamment celles, très nombreuses, éditées par Alain Montandon (par exemple, le Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre, Seuil, 1995). Dans l’ensemble, ce passionnant ouvrage ouvre de nouveaux horizons sur les usages de la sociabilité des deux côtés de la Manche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Carré, « valérie capdeville and alain kerhervé eds., British Sociability in the Long Eighteenth Century. Challenging the Anglo-French Connection »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/8634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.8634

Haut de page

Auteur

Jacques Carré

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search