Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Notes de lectureanne-claire faucquez, De La Nouve...

Notes de lecture

anne-claire faucquez, De La Nouvelle-Néerlande à New York. La naissance d’une société esclavagiste (1624-1712)

Préface de Betrand Van Ruymbeke. Paris, Les Indes Savantes, coll. « Americana », 2021. 484 p. ISBN : 978-2-84654-569-3
Domitille de Gavriloff
Référence(s) :

FAUCQUEZ, ANNE-CLAIRE. De La Nouvelle-Néerlande à New York. La naissance d’une société esclavagiste (1624-1712), préface de Betrand Van Ruymbeke. Paris, Les Indes Savantes, coll. « Americana », 2021. 484 p. ISBN : 978-2-84654-569-3

Texte intégral

  • 1 Ira Berlin « Time, Space and the Evolution of Afro-American Society on British Mainland North Ameri (...)

1En 1980, l’historien Ira Berlin appelait à décentrer le regard historien des sociétés esclavagistes du Sud des États-Unis afin de mettre en avant la diversité des systèmes esclavagistes en Amérique du Nord.1 Dans son sillage, Anne-Claire Faucquez, maîtresse de conférence à l’université Vincennes-Saint-Denis, propose une histoire inédite de la naissance de l’esclavage à New York, une colonie dont le passé esclavagiste fut longtemps occulté. Depuis quelques décennies, des spécialistes se sont, certes, emparés de ce nouveau champ de recherche et le fait que New York ait été une ville esclavagiste n’est désormais plus à démontrer, comme l’a prouvé la tenue de l’exposition « Slavery in New York » en 2005 (New York Historical Society). Mais il restait à étudier le processus par lequel elle le devint au cours du XVIIe siècle.

2Reprenant la distinction de l’antiquisant Moses Finley entre « société à esclaves » et « société esclavagiste », l’autrice avance que New York fut non pas une « société à esclaves », comme le proposait Ira Berlin, mais bel et bien une société esclavagiste, en raison du caractère totalisant de l’institution dans l’organisation sociale. Cette vision novatrice redonne à la colonie de New York toute sa spécificité au sein de l’ensemble des colonies du Nord. D’une part, parce qu’elle concentre rapidement une forte proportion servile – 20 % de sa population en 1664 –, et d’autre part, parce que le nombre de propriétaires d’esclaves ne cesse de croître jusqu’à concerner 41 % des foyers de la ville en 1703.

  • 2 Frank Tannenbaum, Slave and Citizen : The Negro in the Americas., New York, Alfred A. Knopf, 1947.
  • 3 A-C. Faucquez a sélectionné les comtés de Staten Island, du Kings, du Queens, du Suffolk et de Wesc (...)

31624 voit la fondation de la ville néerlandaise de La Nouvelle-Amsterdam, suivie dès 1626 de l’arrivée des premiers Africains. La révolte d’esclaves de 1712 clôt l’ouvrage, sans mettre fin toutefois à l’institution esclavagiste qui perdure à New York jusqu’au milieu du XIXe siècle. La chronologie choisie par l’autrice est riche à plus d’un titre. Elle lui permet d’examiner le devenir de la colonie au fil de deux colonisations successives, néerlandaise d’abord, puis anglaise à partir de 1664. En mettant la focale sur ce premier siècle de colonisation, l’ouvrage s’inscrit dans une perspective résolument atlantique qui relie La Nouvelle-Amsterdam aux autres territoires sous domination néerlandaise au Brésil ou dans la Caraïbe. La comparaison d’un même espace sous dominations impériales différentes est aussi l’occasion, dans la lignée de la thèse de Franck Tannenbaum,2 de souligner l’importance du cadre impérial et religieux pour expliquer la diversité des systèmes esclavagistes, même si la question ne figure pas au cœur du livre. A l’échelle micro, l’autrice se concentre non seulement sur les villes de La Nouvelle-Amsterdam et New York mais aussi sur six comtés ruraux voisins,3 et compare ainsi la variété de l’expérience esclavagiste en milieu urbain et rural.

4L’étendue des sources utilisées est vaste : des archives des instances gouvernementales aux sources judiciaires en passant par les recensements, listes d’imposition, sources notariales, registres paroissiaux ou encore les données archéologiques des fouilles du cimetière d’esclaves de Manhattan découvert en 1991.

  • 4 Winthrop D. Jordan, The White Man’s Burden : Historical Origins of Racism in the United States, Oxf (...)

5En mettant en parallèle le développement de la Nouvelle-Amsterdam et l’engagement des pouvoirs politiques dans la traite, la première partie de l’ouvrage bat en brèche une première idée reçue : New York a bien été intimement associée au commerce de la traite. Comme aux Antilles anglaises et françaises, les colons privilégient la lucrative main d’œuvre servile à l’emploi d’engagés européens. Pour expliquer le tournant de New York vers une colonie de peuplement esclavagiste, A-C. Faucquez souligne le rôle du Brésil, son principal fournisseur d’esclaves jusqu’en 1654. L’essor d’une classe marchande new-yorkaise liée à ce commerce interrégional, modifie en retour l’économie de la colonie. Malgré ces observations, l’autrice qualifie toutefois l’importation d’esclaves africains d’ « aléatoire » jusqu’au tournant du XVIIIe siècle et leur présence d’ « accidentelle » (93). A-C. Faucquez rejoint ainsi au moins implicitement la thèse de l’ « unthinking decision » développée par Winthrop Jordan pour qualifier la naissance de l’esclavage en Virginie.4 Cette théorie a été depuis largement débattue dans le cadre plus vaste des origines de l’institution esclavagiste en Amérique du Nord. Au sein de ce débat, la question cruciale de la disponibilité des flux de la traite dans le basculement d’une « société à esclaves » à une société esclavagiste aurait pu être davantage encore creusée.

6Dans une seconde partie, A-C. Faucquez traite de la question de la nature de l’esclavage dans les communautés urbaines et rurales étudiées. Elle présente l’esclavage au cours de la période néerlandais comme une institution publique, sous l’égide de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (WIC). Celle-ci emploie les esclaves tant amérindiens qu’africains aux travaux agricoles, de fortifications ou de défense, autant de tâches clés qui permettent au comptoir de New York de se muer en une véritable colonie. Ce n’est que progressivement, au cours de la colonisation anglaise, que la possession d’esclaves devient l’apanage des colons. L’étude de la répartition des esclaves dans les foyers des six comtés ruraux sélectionnés ébranle la représentation commune que l’on peut se faire de l’esclavage dans le Nord des États-Unis : la majorité des esclaves n’étaient en effet pas affectés à des tâches domestiques. L’analyse des caractéristiques sociales de 1 313 propriétaires d’esclaves témoigne en outre de la manière dont la possession d’esclaves se répand au-delà du groupe des élites et confirme que New York est bien devenue une société esclavagiste.

  • 5 Voir par exemple Katharine Gerbner, Christian Slavery. Conversion and Race in the Protestant Atlant (...)
  • 6 Winthrop D. Jordan, White over Black. American Attitudes towards the Negro. 1550-1812, Chapel Hill, (...)
  • 7 L’autrice emprunte l’expression à l’historienne Joyce D. Goodfriend dans « Burghers and Blacks : Th (...)

7La troisième partie de l’ouvrage porte sur les justifications du système esclavagiste, à travers l’examen de l’attitude des Églises et de la législation. Aucune des Églises de la mosaïque confessionnelle qu’est New York ne s’érige contre l’esclavage, et si elles encouragent la conversion des esclaves, celle-ci reste limitée par le faible nombre de pasteurs. Au débat sur la compatibilité entre esclavage et christianisme, une loi de 1706 coupe court en niant la faculté émancipatrice du baptême. En dépit de cette législation, les maîtres restent hostiles à l’évangélisation de leurs esclaves – réticence largement répandue dans le monde atlantique protestant5 – et une ségrégation religieuse s’installe entre chrétiens blancs et noirs en particulier dans les cimetières. Reprenant l’idée formulée par Winthrop Jordan,6 A-C. Faucquez analyse la transition du critère religieux au critère racial pour définir la frontière entre l’esclave nécessairement noir et le libre. La démarche d’A-C. Faucquez fait de la loi le vecteur premier de racialisation de l’esclavage. Elle consacre ainsi un chapitre à la racialisation progressive de la législation coloniale selon une chronologie que l’autrice présente comme fondamentalement linéaire. La Nouvelle-Néerlande serait ainsi un « embryon de société esclavagiste »,7 où le « flou juridique » vis-à-vis de l’esclavage n’en ferait pas encore une institution racialisée. Un esclavage racial serait mis en place avec la conquête anglaise et l’apparition des premiers codes de lois biraciaux dont la rédaction répond selon A-C. Faucquez à la hantise des révoltes serviles. Elle insiste cependant sur le fait que les Africains sont, dès les débuts de la colonie new-yorkaise, toujours au plus bas de la hiérarchie sociale.

  • 8 Comme le rappelle A-C. Faucquez, la question de savoir si l’environnement urbain a été propice aux (...)
  • 9 Voir Cécile Vidal, « Villes », in Paulin Ismard (dir.), Les Mondes de l’esclavage. Une histoire com (...)

8Enfin, à rebours d’une historiographie qui présentait les esclaves new yorkais comme isolés, la dernière partie s’intéresse aux liens communautaires et familiaux tissés par les esclaves dans la sphère privée. Bien loin du tableau paternaliste souvent dressé des relations entre maîtres et esclaves dans les colonies du Nord, l’autrice insiste sur les conséquences de la cohabitation des esclaves avec leur maître en ville, leur difficulté à fonder une famille, l’amplification de la surveillance et de la ségrégation, la menace de la vente plus présente que sur les plantations et la plus ou moins grande facilité à se révolter dans l’environnement urbain.8 Plus que les autres, cette partie souligne ainsi les particularités de l’esclavage urbain, bien identifiées par une historiographie en plein essor.9 Adoptant une définition très large de la notion de résistance, l’autrice y accorde toute leur place aux pratiques qui ont permis aux esclaves de résister ou plus sobrement de survivre à l’oppression.

9L’ouvrage opère en définitive un double déplacement dans l’histoire de l’esclavage : des colonies du Sud vers celles du Nord et de la plantation vers la ville. Il montre que l’esclavage fut loin d’être une « institution particulière » au Sud et réussit pleinement son pari de dépasser le clivage historiographique Nord-Sud. Cette centralité méconnue de l’esclavage à New York éclaire en retour le si long chemin qui mena à son abolition.

Haut de page

Notes

1 Ira Berlin « Time, Space and the Evolution of Afro-American Society on British Mainland North America”, American Historical Review, 85-1, 1980, pp. 44-78.

2 Frank Tannenbaum, Slave and Citizen : The Negro in the Americas., New York, Alfred A. Knopf, 1947.

3 A-C. Faucquez a sélectionné les comtés de Staten Island, du Kings, du Queens, du Suffolk et de Weschester en raison de leur proximité avec l’espace urbain new-yorkais.

4 Winthrop D. Jordan, The White Man’s Burden : Historical Origins of Racism in the United States, Oxford, Oxford University Press, 1974. Rebecca Goetz a récemment soulevé les limites de cette interprétation en appelant à réfléchir à la question dans un cadre atlantique, Rebecca Anne Goetz, « Rethinking the “Unthinking Decision”: Old Questions and New Problems in the History of Slavery and Race in the Colonial South », Journal of Southern History, 75-3, 2009, p. 599‑612.

5 Voir par exemple Katharine Gerbner, Christian Slavery. Conversion and Race in the Protestant Atlantic World, Philadelphie, Pennsylvania University Press, 2019.

6 Winthrop D. Jordan, White over Black. American Attitudes towards the Negro. 1550-1812, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press, 1968.

7 L’autrice emprunte l’expression à l’historienne Joyce D. Goodfriend dans « Burghers and Blacks : The Evolution of a Slave Society at New Amsterdam”, New York History, vol. 59, n°2, 1978, p. 125-144.

8 Comme le rappelle A-C. Faucquez, la question de savoir si l’environnement urbain a été propice aux révoltes d’esclaves a fait l’objet d’un débat opposant principalement Eugène D. Genovese et Richard C. Wade.

9 Voir Cécile Vidal, « Villes », in Paulin Ismard (dir.), Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée, Paris, Seuil, 2021, p. 751‑769.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Domitille de Gavriloff, « anne-claire faucquez, De La Nouvelle-Néerlande à New York. La naissance d’une société esclavagiste (1624-1712) »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/8674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.8674

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search