Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Notes de lecturealine helg, Slave No More ! Self-...

Notes de lecture

aline helg, Slave No More ! Self-Liberation before Abolitionism in the Americas

Traduit du français par Lara Vergnaud. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 2019. 368 pp. ISBN 978-1-4696-4964-1
Virginie Adane
Référence(s) :

HELG, ALINE. Slave No More ! Self-Liberation before Abolitionism in the Americas, traduit du français par Lara Vergnaud. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 2019. 368 pp. ISBN 978-1-4696-4964-1

Texte intégral

  • 1 Plus jamais esclaves ! De l'insoumission à la révolte, le grand récit d'une émancipation (1492-1838(...)

1Les travaux sur le monde atlantique ont longtemps pâti d’un cloisonnement culturel (ou impérial) des historiographies. Le présent livre, traduction et adaptation en anglais d’un travail paru en 2016,1 entreprend de remédier à ce problème en proposant un panorama d’une grande richesse autour de la thématique des sorties d’esclavage. En adoptant une échelle hémisphérique, l’autrice propose une histoire de l’esclavage du point de vue des populations esclavisées, et plus spécifiquement de celles et ceux qui ont réussi à s’affranchir de la condition servile qui leur était imposée, à un moment où la traite atlantique et la pratique de l’esclavage sur le continent américain sont à leur apogée, fragilisant ainsi un système en pleine expansion. Plus qu’une synthèse historiographique donc, l’ouvrage est organisé autour d’une argumentation forte, centrée sur les stratégies mobilisées par les esclaves pour sortir de cette condition. Le choix est fait de mettre de côté la question des abolitions européennes, afin de centrer le propos sur l’agentivité au sein d’un système aliénant, la prise en main par les esclaves eux-mêmes de leur destinée. La perspective retenue est celle de la longue durée, allant du XVIe siècle au début du XIXe siècle, dans le sillage de la révolution haïtienne initiée par des populations noires, esclavisées et libres, et de l’abolition de l’esclavage dans les Antilles britanniques en 1838.

2Une partie liminaire contextualise à une échelle continentale la traite atlantique et la pratique de l’esclavage aux Amériques entre le XVIe et le XIXe siècle. Outre les rappels d’usage sur le poids démographique de la traite, sur la mise au travail forcé sur l’ensemble du continent et sur la différenciation entre « sociétés esclavagistes » et « sociétés à esclaves » (suivant la terminologie de Moses Finley, reprise par Ira Berlin), Helg souligne qu’une autre différence notable entre les différents territoires et empires réside dans une gestion différenciée des sorties d’esclavage. Ces sorties d’esclavage sont analysées et périodisées en trois grands moments : la première période s’étend de 1501 jusqu’au déclenchement de la Guerre de Sept Ans, la deuxième période couvre l’âge des révolutions, depuis le déclenchement de la Révolution américaine jusqu’aux indépendances d’Amérique du Sud, tandis que la troisième période couvre le premier XIXe siècle et l’âge de l’abolitionnisme.

3Au cours de la première période, des centaines de milliers d’Africains et d’Afro-descendants ont recours au grand marronnage et créent de véritables sociétés d’esclaves fugitifs, tels les palenques en Amérique espagnole et quilombos du Minas Gerais. Helg connecte ce phénomène à la spécificité de cette première phase coloniale, où de vastes territoires échappent encore au contrôle des autorités. Dans la Grande Caraïbe, les conflits entre puissances créent par ailleurs une opportunité pour les marrons qui instrumentalisent ces rivalités, comme par exemple à Hispaniola où les Espagnols accueillent les esclaves fugitifs de la partie française de l’île. L’autrice explore également des stratégies légales de libération, au cours desquelles les esclaves s’engagent dans l’armée, ou alors adressent des recours pour leur émancipation par rachat, une pratique courante dans les empires ibériques, notamment avec la coartación. À l’inverse, cette pratique reste très restreinte voire interdite dans les empires néerlandais, britannique et français, où la promulgation des premier codes noirs est accompagnée de restrictions dans les possibilités d’émancipation des esclaves. Enfin, l’argument du quatrième chapitre, centré sur les révoltes serviles, est de mettre en avant l’existence d’une peur socio-raciale collective inhérente à ces sociétés coloniales, s’incarnant dans les récits de conspiration servile. C’est surtout à partir des années 1730 que les rumeurs de révoltes se multiplient dans l’ensemble des sociétés américaines – et que la répression s’intensifie en conséquence. Pendant la Guerre de Sept Ans, cependant, de véritables conspirations donnent à voir l’aspiration des Africains à construire une société alternative, comme notamment à Berbice en 1763.

4Pour la période des révolutions et indépendances américaines, l’autrice met en évidence la façon dont ces stratégies de libération des esclaves ont rencontré de manière différenciée les différentes luttes indépendantistes. Dans les treize colonies d’Amérique du Nord, outre les débats, révélateurs des contradictions internes de la Révolution américaine, sur la compatibilité de l’esclavage avec les droits humains et le christianisme, la guerre d’indépendance est mise à profit par une partie des esclaves eux-mêmes. Le conflit facilite ainsi la désertion de 30 à 50000 esclaves ou l’enrôlement auprès de l’armée britannique, instrumentalisée par les populations esclavisées comme une opportunité de libération. Mais le moment-pivot dans ces luttes des esclaves pour leur émancipation reste indéniablement le moment haïtien, auquel l’autrice consacre deux chapitres qui viennent restituer l’ampleur d’un moment trop longtemps délaissé dans les mémoires collectives et en rétablir la pleine place prise dans l’historiographie depuis une vingtaine d’années. Un premier chapitre consacré à Saint-Domingue retrace l’enchevêtrement événementiel qui s’étend de l’insurrection de 1791 dans le nord de l’île jusqu’à l’indépendance de 1804. Ce panorama révèle la variété des stratégies mobilisées par les esclaves pour lutter activement pour leur liberté, insurrection, enrôlement militaire ou encore lutte abolitionniste avant et après 1794. La complexité de l’émancipation est ainsi exposée et témoigne de la diversité des acteurs afro-descendants qui participent à la révolution de 1804. Un deuxième chapitre interroge l’ampleur des répercussions des événements de Saint-Domingue dans l’hémisphère nord. La révolte de 1791 vient en effet matérialiser une crainte du soulèvement d’esclaves qui était très présente dans l’ensemble de l’hémisphère américain, mais crée finalement une « onde de choc » à deux vitesses. De fait, les répliques de l’insurrection domingoise dépendent fortement des circonstances locales et restent finalement limitées. En revanche, c’est surtout chez les maîtres que la peur d’un « autre Saint-Domingue » est importante et domine l’appréhension de toute forme de résistance servile. Par ailleurs, l’absence de réplique dans certains territoires révèle une compréhension par les esclaves des forces et des défaillances des systèmes esclavagistes par lesquels ils sont contraints et les chances de succès d’un soulèvement. À partir de 1810, les indépendances sud-américaines donnent de nouvelles opportunités de libération aux esclaves de ces territoires, encore une fois par l’engagement militaire ou par le marronnage. Les esclaves profitent de la déstabilisation que représentent ces guerres d’indépendance pour s’enfuir ou obtenir leur libération. De fait, entre 1810 et 1820, la population d’esclaves diminue du tiers voire de moitié dans les républiques nouvellement indépendantes, où l’abolition s’impose en outre graduellement.

5La dernière partie de l’ouvrage, plus brève, montre l’adaptation de ces mêmes stratégies de libération à un climat nouveau gagné par l’abolitionnisme. Alors même que l’historiographie a tendance à adopter une approche par le haut de cette question, en ce concentrant sur des débats intellectuels européocentrés, Helg rappelle que partout où l’esclavage n’est pas aboli, les esclaves continuent de s’enfuir pour se libérer. Dans le Sud des États-Unis avec l’underground railroad ou dans les Antilles espagnoles, un marronnage endémique, individuel ou collectif, interroge sur la perception par les esclaves du Codigo Negro ou des mouvements abolitionnistes, qui leur serviraient alors d’outillage juridique à la résistance. Par ailleurs, l’affranchissement reste une pratique courante, principalement dans les Antilles britanniques ou françaises. Quant aux insurrections serviles, elles reflètent également les jeux d’influence croisée avec l’abolitionnisme : dans les Antilles britanniques, les trois insurrections de la Barbade en 1816, de Demerara en 1823 puis de la Jamaïque en 1831 sont initiées par des rumeurs d’émancipation, et la brutalité de la répression par les autorités coloniales contribue à la radicalisation des abolitionnistes anglais, jusqu’à l’abolition de 1838. Au sein même de ce mouvement, Helg insiste sur l’évolution dans la perception des esclaves par les abolitionnistes, qui les érigent en acteurs de leur émancipation par la révolte, alors justifiée par le caractère inhumain de l’institution.

6Ce panorama, servi par la consultation d’une historiographie impressionnante, mise à jour pour l’édition anglophone, permet de faire un pas de côté dans l’analyse de la construction des sociétés américaines. L’approche par les résistances serviles donne à voir la formation au fil du temps d’une autre Amérique, celle de territoires où des sociétés enchevêtrées ont vu le jour, dans les zones de frontière ou en milieu urbain, où ces « centaines de milliers d’esclaves » libérés ont construit une vie et des cultures spécifiques, et où la résistance est loin de ne passer que par le soulèvement. Du reste, le nombre relativement circonscrit de révoltes serviles, notamment après la révolution haïtienne dénote une compréhension fine des faiblesses d’un système de domination et les possibilités d’exploiter ces faiblesses et de s’en accommoder. L’ambition comparatiste et de longue durée du projet n’empêche pas l’autrice de restituer la spécificité de chaque situation coloniale et constitue un formidable outil de synthèse pour les historiens du fait colonial. Ce travail aurait sans doute néanmoins bénéficié de la prise en compte d’autres formes d’agentivité n’aboutissant pas à la libération comme le petit marronnage ou les actes de sabotage du quotidien, autant d’épreuves au système esclavagiste qui donnent à voir la complexité des stratégies d’action des populations esclavisées – et donnent toute leur force à la réussite des stratégies ici étudiées. On retiendra néanmoins le regard renouvelé sur l’agentivité des esclaves que permet cette monographie.

Haut de page

Notes

1 Plus jamais esclaves ! De l'insoumission à la révolte, le grand récit d'une émancipation (1492-1838), La Découverte, 422 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Adane, « aline helg, Slave No More ! Self-Liberation before Abolitionism in the Americas  »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/8689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.8689

Haut de page

Auteur

Virginie Adane

Université de Nantes

Fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search