Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Cartes et cartographies dans le m...Introduction

Cartes et cartographies dans le monde anglophone aux XVIIe et XVIIIe siècles

Introduction

Carine Lounissi, Emmanuelle Peraldo et Agnès Trouillet

Texte intégral

1Les cartes sont des objets d’étude multidimensionnels. Elles impliquent, en effet, des enjeux scientifiques, artistiques, politiques, diplomatiques, militaires et économiques. Sur le plan scientifique, la question des techniques de cartographie et leur évolution se pose en rapport avec l’établissement du métier de cartographe, d’arpenteur et de géographe professionnel. Qui réalise les cartes, dans quel but et pour qui sont des éléments indispensables à la compréhension de ces documents. Il faut distinguer les cartes à usage secret de celles imprimées et diffusées. Les premières sont utilisées par les gouvernements pour les négociations de paix et pour les opérations militaires (comme les cartographes auxquels ont recours les Français et les Américains pendant la Guerre d’Indépendance), mais également pour l’exploration et la conquête de nouveaux territoires, notamment l’Amérique du Nord et du Sud, ainsi que l’Afrique et l’Inde. Les cartes rendues publiques ont été la plupart du temps publiées dans des ouvrages à destination du public lettré, mais leur degré d’exactitude et la part artistique de celles-ci doivent être évaluées. On peut ainsi considérer que les cartes créent des espaces plutôt qu’elles ne les épousent. Les cartes circulent également sous forme d’objets individuels comme, par exemple, les globes terrestres. Des études récentes ont été consacrées à la fabrication de ces objets et à l’impression de ces cartes, mais également à leur commercialisation, leur diffusion (Pedley), leur exposition dans les cabinets de curiosité, ainsi qu’à leur circulation entre sociétés savantes européennes et américaines.

  • 1 Ce numéro constitue un volet complémentaire à celui coordonné en 2017 par Marie-Jeanne Rossignol et (...)
  • 2 Voir la communication de Kimberly Sayre Alexander (University of New Hampshire), lors du colloque d (...)

2On peut ainsi parler de tournants cartographiques, pour paraphraser le titre de l’ouvrage dirigé par Jacques Lévy (Lévy, éd.), au XVIIesiècle, d’abord, avec l’avènement de la carte fondée sur les révolutions occidentales de la science et, très récemment, dans l’historiographie avec le renouvellement des études sur les cartes. L’objet carte (imprimée ou manuscrite, officielle ou officieuse, réalisée pour des particuliers ou des Etats, par des arpenteurs professionnels ou non, par les colonisateurs ou par les colonisés) a permis de repenser l’approche de la question de l’empire, et ce, pas uniquement aux XVIIe et XVIIIe siècles, période qui nous intéresse plus particulièrement ici1. Ces réinterprétations historiographiques des modalités de l’appropriation territoriale ont été principalement menées par des historiens britanniques et américains (Edelson; Edney; Edney and Pedley, eds; Hornsby). La carte permet ainsi de repenser le territoire. Nombre des articles réunis ici s’inscrivent dans ce renouveau historiographique. La cartographie se trouve au croisement des nouveaux paradigmes qui ont émergé en sciences humaines : l’histoire atlantique et l’histoire globale, celle de la culture matérielle et des sociabilités, ainsi que les études de genre et du rôle des minorités ou des dominés dans les sociétés coloniales. Les formes de cartographies non occidentales offrent dès lors un support privilégié pour mieux comprendre les liens entre carte et pouvoir (Short; Lewis, ed.). Le rôle des femmes dans des formes alternatives de cartographie a permis de mettre en lumières des formes de savoir et de savoir-faire considérées jusqu’à présent comme marginales (Tyner)2.

3La cartographie, la connaissance et l’usage de la géographie ont transformé l’écriture de l’histoire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le discours historiographique sur ces siècles a évolué en parallèle et en rapport avec les progrès de la science géographique et topographique. Ces changements sont particulièrement notables aujourd’hui puisque les outils numériques ont relancé l’intérêt pour les cartes comme supports de réflexion historiographique. Des ouvrages récents ont ainsi un pendant numérique consultable en ligne (Pritchard and Taliaferro; Edelson)3. Inversement des bases de données comptables tirées de registres ou d’autres documents ont été compilées grâce aux logiciels informatiques et ont permis de créer des outils de cartographie numérique qui changent notre perception du passé et de l’histoire4. Ces évolutions de la cartographie entraînent donc sur le plan historiographique une redéfinition des espaces comme étant doublement à la croisée des enjeux de pouvoir et de savoir.

4L’historien S. Max Edelson, spécialiste de l’Amérique coloniale et du Monde atlantique, présentait dans son dernier ouvrage la façon dont l’empire britannique imaginait l’Amérique avant l’indépendance (Edelson). Ici, il souligne l’exception constituée par la Caroline : contrairement aux autres colonies anglaises d’Amérique du Nord concevant l’espace accordé par leur charte comme une tabula rasa prête à être implantée, les fondateurs de la Caroline au XVIIe siècle voient l’intérieur du continent situé entre la Virginie et la Floride comme une région où règnent des chefferies, communautés puissantes, riches et civilisées avec lesquelles il faut composer. Ces représentations proviennent des récits et des cartes espagnols, véhiculant l’idée initiale de la conquête des minerais, de l’exploitation de la main-d’œuvre indienne et du contrôle géopolitique. Lorsque les Anglais arrivent, les chefferies n’existent plus, mais l’idée qu’ils s’en font, leur image persiste dans l’appréhension et la définition de cet espace. Cofitachequi, symbole des chefferies puissantes composant cette société indienne mississippienne, demeure longtemps sur les cartes, et même sur la première « nouvelle carte » de la Caroline, A New Discription of Carolina d’Ogilby et Moxon en 1672, contribuant à entretenir le mythe. Alors que disparaît Cofitachequi, la première génération de colonisateurs anglais va devoir se rendre à l’évidence : une nouvelle société, constituée d’une multitude d’entités indiennes s’est mise en place. Très différente, c’est une société volatile et violente, nourrie des échanges et des pratiques commerciales autour des peaux et des esclaves avec les Européens. Une société fragmentée par les conflits, dont émergent de nouvelles entités qui s’agrègent. Or, profitant de la confusion créée par l’adaptation à une nouvelle donne géographique, sociale et politique, les populations indiennes offrent aux Anglais de prendre la place de Cofitachequi pour les aider à appréhender l’intérieur du continent. C’est une opportunité pour ces populations d’imposer leurs villes, à la mesure de Cofitachequi, c’est-à-dire en tant que points de référence indispensables dans la région : elles s’imposent alors sur la « nouvelle carte de la Caroline », A New Map of the Country of Carolina de Joel Gascoyne en 1682, qui intègre notamment Yamasee, Creek, Cherokee, Catawba, Chocktaw et Chickasaw. Les Indiens ont ainsi reconfiguré la conception géographique des populations natives de la Caroline, en se présentant comme alliés et partenaires commerciaux, et en forçant les Anglais de Caroline à tenir compte de sociétés désormais mobiles, décentralisées et structurées autour de villes. Alors que Cofitachequi disparaît des nouvelles cartes européennes de la région, apparaît le réseau reliant entre elles ces nouvelles nations coalescentes.

5Spécialiste de l’histoire du livre et de la carte, Katherine Parker nous entraîne ensuite dans la zone Pacifique de ce qui va devenir l’Empire britannique. Elle propose une étude de quatre cas – l’expédition de Narbrough (1669-1671), le voyage de Dampier à bord du Roebuck (1699-1701), le troisième voyage de Cook (1776-1780) et l’expédition Vancouver (1791-1795) – qui permet d’examiner les processus de publication ainsi que la matérialité des cartes et des textes pour comprendre comment les récits des expéditions dans le Pacifique et les cartes qui les accompagnent étaient publiés au XVIIIe siècle, comment le savoir géographique a changé de forme et de format au fil du siècle et quels acteurs étaient impliqués dans ce partage de l’information géographique lors des expéditions. K. Parker articule les concepts d’auctorialité et d’autorité avec ceux du public et du format de publication, questionne le rôle effectif de la Royal Navy et de la Royal Society et montre que le commandant de bord n’était pas le seul auteur des cartes et récits qui étaient le fruit d’une construction plus collective.

6L’exploration a aussi été celle des modalités de cartographie. Expérimentées à partir du XVIIe siècle, les techniques et méthodes cartographiques ont souvent été le résultat de l’hybridation de diverses influences, aussi bien européennes que provenant des populations colonisées. Martin Brückner s’interroge sur divers types de contre-cartographies à l’époque de la colonisation de l’Amérique du Nord par la Grande-Bretagne. Ces contre-modèles sont d’abord amérindiens. Ils ont eu une incidence sur un certain nombre de cartes dessinées par des Européens. Cette porosité entre les différentes formes de représentations cartographiques suggère des possibilités de relecture de l’histoire de la cartographie impériale et colonisatrice. C’est une carte préparée sur une peau de daim et datant de 1724 que Martin Brückner nous présente comme exemple. Il nous rappelle la radicale altérité de ces cartes au regard des conventions européennes de la cartographie. Cette altérité a pourtant été intégrée à des cartes réalisées par des cartographes européens. L’exemple de la carte de Philippe Buache (1754) qui juxtapose les modèles européens et amérindiens offre des perspectives nouvelles pour comprendre l’histoire de la cartographie des colonies de l’Amérique du Nord. La carte des Mid-Atlantic colonies réalisée par Lewis Evans en 1749, et déjà controversée à l’époque, intègre plus discrètement des éléments de la cartographie amérindienne des nations rencontrées par Evans. Elle constitue surtout une preuve de l’écriture d’une histoire coloniale américaine locale, par opposition à la métropole, et d’une réinvention des modes narratifs des cartes au milieu du XVIIIe siècle.

7C’est en étudiant une autre carte amérindienne dessinée sur une peau de daim en 1723 que Kris Ray nous invite à prolonger ce décentrement par rapport aux formes européanocentrées de la cartographie. Cette carte réalisée par un Chickasaw propose une contre-cartographie de l’espace colonial britannique du sud-est des Etats-Unis actuels, et ce, à deux titres : premièrement, les colons britanniques occupent une place marginale sur cette carte qui, deuxièmement, donne la primauté aux relations entre nations indiennes et non à la topographie. Cette carte s’avère donc être un diagramme géopolitique qui remet à l’échelle réelle l’occupation des territoires amérindiens par les Britanniques. Kris Ray utilise ici cette carte comme porte d’entrée dans la complexe réalité des échanges commerciaux et des relations diplomatiques dans cette région. La marge de manœuvre des Amérindiens apparaît ainsi comme plus grande que celle des colonisateurs. Les liens entre les différentes nations amérindiennes, et notamment le rôle des Cherokees, peuvent également être appréhendés via ces cartes amérindiennes et être remis en perspective si on les compare à la perception déformée qu’en avaient les puissances européennes.

8La perception, et surtout la représentation européennes sont au cœur de l’article de Bertie Mandelblatt. Elle présente une carte de Pennsylvanie publiée en 1792 par l’arpenteur John Adlum, comme performatrice de deux fonctions distinctes et apparemment contradictoires : annonçant la transformation industrielle du paysage survenant au début du XIXe siècle, avec notamment la construction du Canal d’Érié reliant la région des Grands Lacs à l’Atlantique, dans le but spécifique d’accélérer l’expansion vers l’Ouest et de multiplier le potentiel industriel de la jeune nation, la carte s’inscrit également dans la tradition cartographique de Pennsylvanie, où depuis l’époque coloniale plus d’un siècle auparavant, des cartes ont été produites et publiées par arpenteurs et propriétaires terriens afin de promouvoir une colonie dans laquelle ils ont un intérêt financier personnel. Cette tendance va de pair avec la multiplication des professions techniques, arpenteurs, cartographes et ingénieurs se fondant avec la classe sociale des propriétaires terriens. La carte d’Adlum renforce ainsi le mythe cartographique persistant selon lequel, hormis les colons européens, la Pennsylvanie est un espace vide et ouvert au développement (improvement) agricole et industriel. En évacuant la présence indienne, Adlum exploite le processus de destruction et de dépossession, ressort essentiel permettant de faire refléter par la carte ces nouvelles entités sociales, selon l’idée de « vie sociales des cartes », définie par Martin Brückner pour désigner les contextes sociaux de production, de circulation et de lecture des cartes (Brückner).

9Dans une autre partie de l’empire britannique, l’Inde, des interactions entre modes de cartographies impériale et indienne ont aussi eu lieu, comme le montre Baijayanti Chatterjee. La cartographie impériale du territoire indien, et notamment du Bengale, remplace au XVIIIe siècle les formes orales et traditionnelles du savoir géographique. La carte est ainsi un instrument majeur du pouvoir colonial. Baijayanti Chatterjee revient sur le rôle clé de la Compagnie des Indes Orientales dans l’entreprise de cartographie des terres indiennes, qui ne s’est pas faite sans difficultés matérielles et financières. Après un utile résumé des réalisations de James Rennell, principal cartographe du Bengale, la contribution majeure des intermédiaires indiens est ici mise en lumière. Face à la résistance des autorités locales qui percevaient la présence des arpenteurs britanniques comme une intrusion, Rennell n’eut d’autre choix que de faire appel à des informateurs natifs des régions dont l’empire souhaitait prendre possession.

10James Rennell choisit le rouge pour délimiter les possessions britanniques en Inde. Or, cette couleur qui symbolisait le pouvoir impérial s’inscrit dans l’élaboration d’un code couleur cartographique. En s’appuyant sur une étude approfondie et originale de la provenance et de la fabrication des pigments, Bénédicte Miyamoto démontre à quel point cette matérialité a été un élément crucial dans la mise en place du code des couleurs présent sur les cartes militaires. L’efficacité, le pragmatisme et les qualités visuelles des cartes étaient en réalité d’égale importance. Ces multiples exigences se reflétaient dans la formation des cartographes de l’armée, comme en témoignent les manuels utilisés dans les écoles militaires. Les couleurs figurant sur leurs cartes traduisaient le pouvoir de l’Empire britannique, d’une part, parce que la fabrication des pigments empruntait les routes commerciales de l’Empire et, d’autre part, parce que ces couleurs étaient choisies pour mettre en valeur “le pouvoir du militaire sur le territoire”. Le code couleur créé par l’institution militaire apparaît ainsi comme à la croisée du pouvoir et du savoir. Les techniques de la colorisation des cartes militaires entendaient refléter le progrès rationnel et les réalisations des Lumières militaires ainsi que les compétences de l’armée britannique qui représentait un instrument essentiel de la conquête impériale.

11Dans le contexte de la colonisation balbutiante de la Virginie au début du XVIIe siècle, Ladan Niayesh et Louise McCarthy nous invitent à reconsidérer les masques de cour sous les Stuarts comme une forme à la croisée des questions artistiques, des enjeux commerciaux et des intérêts impériaux. C’est précisément le flou existant sur la connaisance de ce nouveau territoire qui a permis la mise en place d’une propagande pour attirer des investisseurs. Les divers supports de cette promotion de l’entreprise coloniale de la Couronne, confiée notamment à l’éphémère Virginia Company, se répondent les uns les autres, comme le démontrent les auteures ici. La carte, partiellement réelle, partiellement imaginaire, dite de « Tatton et Wright » et produite en 1600 par cette compagnie, se chargeait de faire miroiter les ressources minières potentielles des territoires de la Virginie représentée comme une sorte d’ « Eldorado ». Ladan Niayesh et Louise McCarthy étudient comment cette carte prospective, et de prospection pourrait-on dire, a pu trouver son pendant visuel et théâtral dans plusieurs des mascarades organisées à la cour de Jacques Ier. Ces représentations scéniques de la colonisation constituaient une version scénographiée de la carte de Tatton et Wright, et ce, à grands renforts de plumes et de dorures, éléments codifiant désormais la représentation de l’Amérique en Angleterre et en Europe. On peut alors prendre la mesure de l’importance de la traduction du langage cartographique en langage scénique dans la propagande pro-coloniale de la Couronne au début du XVIIe siècle.

12Destinées à être consultées afin d’y trouver des informations ou des savoirs, les cartes sont aussi faites pour être regardées et lues, voire contemplées, ce qui souligne d’emblée la coexistence d’enjeux scientifiques et esthétiques autour de cet objet, la carte, et de l’acte cartographique. Rendant inséparables l’image et le langage par la présence des deux pôles visuel et textuel, la carte est en tension entre deux modalités de représentation que sont l’œuvre d’art et la carte de géographie. Parfois l’effet esthétique prend le dessus sur la précision géographique. Parfois c’est l’inverse. Outre l’apparence scientifique que revêtent la carte et l’activité de cartographier le monde, il y a toujours eu de l’art dans la cartographie, qui peut être définie comme l’art de dessiner les cartes : « la carte met toujours en jeu un imaginaire d’un genre particulier. » (Palsky, in Artistes de la carte, 202) À mi-chemin entre science et art, les cartes aux XVIIe et XVIIIe siècles sont des objets hybrides, reflétant ainsi le monde dans lequel elles sont produites et utilisées, un monde en mouvement, dans lequel les frontières du savoir sont en train d’être définies – un véritable flou épistémologique dans lequel il est impossible de tracer la frontière entre les arts et les sciences. Cela correspond bien à la description de l’« artiste scientifique », dans la lignée de Léonard de Vinci, qui n’appartenait à aucun corps en particulier mais pouvait être un peintre, un théoricien ou un observateur, ce que Park et Daston décrivent en ces termes : « the drive to render nature in images ran deep, and it found differing expressions among artists, theorists, observers and others » (Park & Daston, 776).

13Les XVIIe et XVIIIe siècles sont le temps des grands voyages de découverte initiés par des navigateurs qui rapportent des images et des cartes permettant de visualiser les contrées inconnues. Des cartographes de renom, comme Herman Moll, travaillent à la confection de grands atlas, comme The World Described (1709) qui fait l’objet de l’article d’Alex Zukas. Les cartes de Moll sont intéressantes à plus d’un titre et sont de bons exemples pour comprendre que les deux pans artistique et scientifique de la carte évoqués plus haut sont plutôt deux polarités sur un continuum : les cartes de Moll participent au savoir encyclopédique par leur insertion, par exemple, dans l’Atlas Geographus ; cependant, lorsqu’elles sont insérées dans les textes fictionnels, ces mêmes cartes réitèrent et renforcent le réalisme par leurs qualités scientifiques. Les cartes rendent les aventures narrées crédibles et participent à la stratégie fictionnelle. Ainsi Defoe ou Swift empruntaient-ils des cartes à Herman Moll afin de donner à leurs récits l’apparence du vrai et la crédibilité du géographe, nettement supérieure à celle de l’écrivain de fictions. Alex Zukas va au-delà de l’analyse de l’insertion des cartes au sein de récits : il analyse les cartes de Moll comme une forme de cartographie narrative en s’intéressant à l’histoire que raconte la carte et à la façon dont la carte construit un récit et a des qualités narratives et pas seulement esthétiques ou scientifiques. Analysant le lien texte-image par le biais d’une lecture des annotations « extra-géographiques » qui accompagnent les cartes de Moll, Zukas montre à quel point les enjeux scientifiques, politiques, diplomatiques et économiques des cartes sont mis en œuvre par la combinaison des lignes, de l’image cartographique et du texte qui, combinés, mettent en récit et promeuvent l’histoire de l’expansion impériale et capitaliste britannique ou encore le rôle de la science dans la construction des cartes.

14L’un des buts du voyage aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles est de combler les blancs de la carte, de mettre un nom et de cartographier ces terrae incognitae si effrayantes. Les ajouts marginaux, l’ornementation des cartouches et la richesse graphique des cartes du XVIe siècle en font des objets chargés d’imaginaire, et les blancs de la carte sont fréquemment remplis par des dessins d’animaux, de bateaux ou encore de monstres. Cependant, comme le montre Manon Turban, sous l’impulsion de Bacon entre autres, l’empirisme, qui n’était pourtant pas nouveau, prend au XVIIe siècle une place importante et la carte participe à la construction d’une nouvelle image du monde, donnant à voir le monde encore méconnu, participant ainsi à l’élaboration du savoir. Pour les philosophes empiristes, le savoir est acquis par l’expérience sensible ; aussi, selon M. Turban, les monstres dans les blancs ou dans les marges de la carte, sans disparaître complètement mais en n’étant plus utilisés qu’à titre ornemental, laissent progressivement place à des animaux effectivement observés dans les lieux cartographiés.

Haut de page

Bibliographie

Brown, Richard H. and Cohen, Paul E. Revolution: Mapping the Road to American Independence 1755-1783. New York: London W.W. Norton et Company, 2015.

Brückner, Martin. The Social Life of Maps in America, 1750-1860. Chapel Hill: the University of North Carolina Press, 2018.

Bulson, Eric. Novels, Maps, Modernity. The Spatial Imagination. 1850-2000. New York & London, Routledge, 2007.

Chester, Lucy P. “The Mapping of Empire: French and British Cartographies of India in the Late-Eighteenth Century”, Portuguese Studies, Vol. 16 (2000), pp. 256-275.

Edelson, Max. The New Map of Empire: How Britain Imagined America before Independence. Harvard University Press, 2017 and website with maps online: http://mapscholar.org/empire/

Edney, Matthew H. Mapping an Empire: The Geographical Construction of British India, 1765–1843. Chicago: University of Chicago Press, 1997.

Edney, Matthew H, and Pedley, Mary Sponberg, eds. The History of Cartography, Volume 4: Cartography in the European Enlightenement. Chicago University Press, 2019.

Forster, Jean-Paul. Eighteenth-Century Geography and Representations of Space in English Fiction and Poetry. Berne: Peter Lang, 2013.

Harley, John Brian, Laxton, Paul and Andrews, J.H. The New Nature of Maps: Essays in the History of Cartography. Baltimore, MD: Johns Hopkins UP, 2002.

Hofmann, Catherine, éd. Artistes de la carte de la renaissance au XXIe siècle. Paris, éditions Autrement, 2012.

Hornsby, Stephen J. Surveyors of Empire: Samuel Holland, J. W. F. Des Barres, and the Making of The Atlantic Neptune. Ithaca, N.Y.: McGill-Queen's University Press, 2011.

Jacob, Christian. L'Empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l'histoire. Paris, Bibliothèque Albin Michel, 1992.

Lévy, Jacques, ed. A Cartographic Turn. Mapping and the Spatial Challenge in Social Sciences. Routledge, 2016.

Lewis, Malcolm, ed. Cartographic Encounters: Perspectives on Native American Mapping and Map Use. Chicago: University of Chicago Press, 1998.

PARK, Katherine and Daston, Lorraine. The Cambridge History of Science. Vol. 3. Early Modern Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Pedley, Mary Sponberg. The Commerce of Cartography: Making and Marketing Maps in Eighteenth-century France and England. Chicago: University of Chicago Press, 2005

Pritchard, Margaret B. and Taliaferro, Henry G. Degrees of Latitude: Mapping Colonial America. Williamsburg, VA: Colonial Williamsburg Foundation, 2002 and digital collection https://www.nyhistory.org/exhibitions/degrees-latitude-mapping-colonial-america

Short, John Rennie. Cartographic Encounters: Indigenous Peoples and the Exploration of the New World. London: Reaction Books, 2009.

Tally, Robert T. Spatiality. London and New York: Routledge, The Critical Idiom, 2013.

Tyner, Judith A. Stitching the World: Embroidered Maps and Women’s Geographical Education. Ashgate, 2015.

Westphal, Bertrand. La Géocritique. Réel, fiction, espace. Paris : Les Editions de Minuit, 2007.

--. Le Monde plausible. Espace, Lieu, Carte. Paris : Les Editions de Minuit, 2011.

Haut de page

Notes

1 Ce numéro constitue un volet complémentaire à celui coordonné en 2017 par Marie-Jeanne Rossignol et Ladan Niayesh sur « L’Empire », XVII-XVIII, n°74, 2017, https://doi.org/10.4000/1718.811

2 Voir la communication de Kimberly Sayre Alexander (University of New Hampshire), lors du colloque dont sont tirés ces articles, et intitulée “Silk Roads. Mapping Post-Revolutionary Boston at Mrs. Rowson’s (1762–1824) Young Ladies Academy”, https://www.youtube.com/watch?v=xMCfl9xfo0E

3 Pritchard and Taliaferro, digital collection: https://www.nyhistory.org/exhibitions/degrees-latitude-mapping-colonial-america; Edelson, 2017, website with maps online: http://mapscholar.org/empire/

4 The Grand Tour Travelers Project, Stanford University : https://classics.stanford.edu/projects/grand-tour-project, part of the larger project, Mapping the Republic of Letters: http://republicofletters.stanford.edu/publications/index.html; Mapping Early American Elections, George Mason University: http://earlyamericanelections.org/; Slave Voyages, Rice Univeristy: https://www.slavevoyages.org/; Mapping Writing: https://mappingwriting.com/; Nicholas Gliserman, (forthcoming): Cartography and Empire in Northeastern America, 1580-1760. Voir la table ronde organisée lors du colloque dont sont tirés ces articles, “Maps and Digital Mapping” : https://www.youtube.com/watch?v=QCKWZW7QagI

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Lounissi, Emmanuelle Peraldo et Agnès Trouillet, « Introduction  »XVII-XVIII [En ligne], 78 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/1718/8862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.8862

Haut de page

Auteurs

Carine Lounissi

Carine Lounissi est Maîtresse de Conférences en Civilisation américaine à l’Université de Rouen-Normandie et membre des laboratoires ERIAC et LARCA (Université de Paris). Son travail porte principalement sur les échanges intellectuels transatlantiques et sur la culture de l’imprimé à l'ère des Révolutions à la fin du XVIIIe siècle. Elle est spécialiste de l'une des figures majeures de ces échanges, Thomas Paine, sur lequel elle a publié en 2012 un ouvrage issu de sa thèse, La pensée politique de Thomas Paine en contexte. Elle a prolongé ces recherches par une monographie sur Thomas Paine and the French Revolution publiée en 2018 chez Palgrave Macmillan et qui s'appuie sur des archives et des textes de Paine inédits. Son projet actuel porte sur la réception intellectuelle de la Révolution américaine en France à partir de 1776, thème sur lequel elle prépare un ouvrage et a déjà fait paraître plusieurs contributions (notamment, dans Maria O'Malley and Denys Van Renen (eds), Beyond 1776: Globalizing the Cultures of the American Revolution. Charlottesville: University of Virginia Press, 2018, ainsi que dans la revue Mémoires du livre / Studies in Book Culture en 2019). Elle est également directrice adjointe de publication des Thomas Paine Papers à paraître chez Princeton University Press en 2025.

Articles du même auteur

Emmanuelle Peraldo

Emmanuelle Peraldo est Professeure de littérature britannique à l’Université Côte d’Azur, membre du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des arts vivants, UPR6307), Directrice de la section d’anglais et Présidente de la SELVA (Société d’Etude de la Littérature de Voyage Anglophone). Son doctorat, obtenu en 2008, portait sur Defoe et l’écriture de l’Histoire (Champion 2010). Depuis, elle travaille sur le lien entre géographie et littérature au XVIIIe siècle (ce qui a fait l’objet de son Habilitation à Diriger des Recherches), et plus particulièrement chez Daniel Defoe et Jonathan Swift. Très intéressée par le récit de voyage, la cartographie, l’écocritique, la géocritique ou encore les études animales, son approche est transdisciplinaire.

Articles du même auteur

Agnès Trouillet

Agnès Trouillet est Maîtresse de conférences en Civilisation américaine à l’Université Paris Nanterre et membre du CREA (Centre de Recherches Anglophones). Ses recherches portent sur l’histoire politique à l’époque coloniale et contemporaine. Elle s’intéresse aux questions de gouvernement local ainsi qu’à la division comme génératrice de pouvoir, et étudie en particulier les liens entre territoire et souveraineté, ainsi que leur représentation dans la cartographie européenne et la « contre-cartographie » amérindienne. Elle est l’auteure d’un article sur les conflits frontaliers dans les annales de la conférence « Power of Maps and the Politics of Borders » publiées par l’American Philosophical Society (2021), et prépare un article sur le plan d’implantation de William Penn dans la redéfinition de l’espace géographique dans la Vallée du Delaware pour le Journal of Early American History (2022). Pour la partie contemporaine, elle a publié un article sur les stratégies conservatrices multi-scalaires pour prendre le contrôle du Parti républicain dans la revue Politique américaine (2020) et un article sur conservatisme, Tea Party et militantisme local est à paraître dans un ouvrage sur la démocratie à l’épreuve de la présidence Trump aux Presses Universitaires de Bordeaux (2022).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search