Navigation – Plan du site
Varia

La reconstruction du passé anglo-écossais par les premiers historiens whigs de l’Union (1707)

Yannick Deschamps

Résumés

À la différence des autres historiens de leur époque, Daniel Defoe (1660-1731), Abel Boyer (1667-1729) et Sir John Clerk of Penicuik (1676-1755) évoquent longuement les relations anglo-écossaises antérieures à l’Union de 1707. Whigs et unionistes, ces auteurs sont enclins à noircir le passé anglo-écossais préunioniste afin de mieux souligner la nécessité d’un rapprochement entre l’Angleterre et l’Écosse. S’ils tombent parfois dans les travers méthodologiques dénoncés par Herbert Butterfield, ils proposent une interprétation authentiquement whig du passé anglo-écossais, qui assigne un rôle central au concept de liberté, même si elle diffère de l’interprétation whig-libérale victorienne de ce passé par l’importance qu’elle accorde à la Providence.

Haut de page

Texte intégral

1Le 1er mai 1707, l’Union anglo-écossaise, qui donne naissance au royaume de Grande-Bretagne, entre en vigueur. Parmi ses premiers historiens, certains, tels Gilbert Burnet, John Oldmixon ou Thomas Salmon, ne mentionnent que ses causes immédiates. D’autres lui attribuent des origines plus lointaines. Daniel Defoe, Sir John Clerk of Penicuik et Abel Boyer font partie de cette dernière catégorie. Ils évoquent longuement les relations anglo-écossaises antérieures à l’Union. Defoe remonte au règne d’Édouard Ier, Clerk, à l’Antiquité romaine, marquée par des conflits entre Britons et Calédoniens, et Boyer, moins ambitieux, à l’époque d’Henri VIII.

2Ces auteurs ont au moins deux points communs : ce sont des Whigs, et ils sont favorables à l’Union. Ces deux caractéristiques influencèrent leur conception des relations anglo-écossaises antérieures à 1707 : présentées sous un jour très défavorable, elles justifient le rapprochement entre l’Angleterre et l’Écosse, s’accordant ainsi avec leur vision positive de l’Union. Nous verrons que, pour ces auteurs, la période préunioniste fut essentiellement marquée par des guerres incessantes et par les échecs répétés des projets d’union entre les nations anglaise et écossaise.

3Puis, en nous appuyant sur la distinction établie par Mark Knights entre méthodologie et interprétation whig de l’histoire, nous montrerons, d’une part, que ces historiens tendent à tomber dans les travers méthodologiques dénoncés par Herbert Butterfield dans The Whig Interpretation of History (1931) et, d’autre part, qu’ils proposent une interprétation des relations anglo-écossaises préunionistes qui révèle le rôle central joué par le concept whig de liberté dans l’histoire britannique, ce qui semble accréditer la thèse de J. G. A. Pocock selon laquelle une interprétation whig de l’histoire était déjà en place en Grande-Bretagne au début du XVIIIe siècle.

4Il ressortira toutefois de notre étude que la vision du passé anglo-écossais proposée par les trois historiens de notre corpus assigne un rôle important à la Providence, et qu’à cet égard, elle diffère de l’interprétation whig-libérale proposée par les historiens victoriens et post-victoriens, qui substitue le progrès à la Providence comme moteur principal de l’histoire de la Grande-Bretagne.

5Si Defoe est avant tout connu comme l’auteur de Robinson Crusoe (1719) et d’autres romans tels que Moll Flanders (1722) ou Roxana (1724), on lui doit également une volumineuse History of the Union of Great Britain (1709) rédigée à Édimbourg, où Robert Harley, alors Secrétaire d’État (Secretary of State), l’envoya dès septembre 1706 pour promouvoir l’Union contestée par les Écossais (Deschamps 189-209). Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement d’une série de six Essays at Removing National Prejudices against a Union (1706-1707), et constitue le point d’orgue de la production écossaise de Defoe sur l’Union. Il reçoit les éloges de Sir John Clerk of Penicuik (1676-1755) : « This History of the Union deserves to be read […] There is not one fact in it which I can challenge » (Clerk, Memoirs 64).

6Membre de la gentry écossaise, Clerk est nommé en 1706 à la commission chargée de négocier le Traité d’Union et siège au Parlement qui le ratifie. Il écrit plusieurs pamphlets pour promouvoir cette mesure, dont A Letter to a Friend Giving an Account how the Treaty has been received here (1706) et An Essay upon the XV. Article of the Treaty of Union (1706). Mais surtout, il rédige en latin, dans la plus pure tradition humaniste, une longue histoire des relations anglo-écossaises depuis l’époque romaine jusqu’à l’Union de 1707 intitulée « De imperio Britannico », dont le manuscrit ne sera – partiellement – traduit en anglais et publié qu’en 1993 sous le titre History of the Union of Scotland and England (Brown 34-36 ; Mitchison 1-3 ; Backscheider, « Defoe and the Clerks » 372-381).

7S’il n’a pas l’érudition de Clerk, Abel Boyer (1667-1729) n’en est pas moins un auteur prolifique. Huguenot d’origine française naturalisé anglais en 1706, Il compte à son actif plusieurs ouvrages historiques portant sur les règnes de Guillaume III et d’Anne (Gibbs 1-6). Il consacre à ce dernier une série d’annales, The History of the Reign of Queen Anne, Digested into Annals (1703-1711), qu’il synthétise dans son magnum opus, The History of the Life and Reign of Queen Anne (1722). C’est dans le cinquième volume de ses Annals, publié en 1707, qu’il propose le premier récit détaillé de l’Union.

8Boyer rédige ce volume en Angleterre, où la ratification du Traité d’Union n’est qu’une formalité. Il n’a pas l’occasion de se rendre en Écosse, où celui-ci est vivement contesté à l’interieur comme à l’extérieur du Parlement (Whatley 274-315 ; Bowie 115-158). En revanche, Defoe et Clerk, qui sont amis et se fréquentent au sein du cercle du duc de Queensberry, alors à la tête du gouvernement écossais, résident tous deux à Édimbourg lorsque le Traité d’Union y est débattu. Ils sont ainsi témoins de la forte opposition que rencontre cette mesure (Backscheider, Defoe 203-225 ; Defoe, Letters 132-212 ; Clerk, Memoirs 56-68).

9Defoe et Clerk se trouvent également en Écosse pendant la rédaction de leurs ouvrages historiques sur l’Union (Backscheider, Defoe 234 ; Defoe, Letters 196-197 ; Clerk, Memoirs 84-85), ce qui leur permet de consulter de nombreux documents et travaux sur l’histoire de ce pays, dont la somme magistrale de George Buchanan, Rerum Scoticarum Historia (1582). Boyer ne bénéficie pas de l’expérience de première main de Defoe et de Clerk, et ne peut accéder aux mêmes sources qu’eux, comme l’atteste son récit. Toutefois, à l’instar de ces deux auteurs, et à la différence des autres historiens de l’Union, il juge utile d’exhumer un passé relativement lointain pour mieux mettre en évidence les causes de cette transaction.

Des guerres anglo-écossaises incessantes et dévastatrices

  • 1 L’édition originale de The History of the Union of Great-Britain de Daniel Defoe que nous utilisons (...)

10Le passé anglo-écossais préunioniste décrit par Defoe, Clerk et Boyer dans leurs ouvrages historiques sur l’Union est très sombre, même s’il est entrecoupé de quelques éclaircies. Il est placé sous le signe de la guerre. Les trois historiens de notre corpus relatent les nombreux conflits qui mirent aux prises Anglais et Écossais avant 1707. Dans son History of the Union of Scotland and England, Clerk fait état des hostilités qui, avant même la création des royaumes d’Écosse et d’Angleterre, opposèrent les Calédoniens aux Britons (Clerk, History 34). Defoe, pour sa part, évoque avec tristesse, dans la section de son History of the Union of Great Britain intitulée « A General History of Unions in Britain », les ruines du mur d’Hadrien, symbole des conflits insulaires de cette époque et de ceux qui les suivirent: « The Famous Picts Wall built in the Time of the Romans, the Remains whereof are visible to this day, are sad Tokens of the Ancient Quarrels, Wars, and Devastations that were carried on between the two Kingdoms, even beyond our Accounts of Time » (Defoe, « General History » 3).1 Defoe et Clerk relatent ensuite les guerres d’Indépendance (1296-1328, 1332-1357), la première d’entre elles en particulier, dominée par les deux héros écossais Wallace et Bruce. Dans la plus pure tradition antique, Clerk les met en scène par le truchement d’une conversation reconstituée censée s’être déroulée après la bataille de Falkirk (1298), dans laquelle Wallace aurait apostrophé Bruce et lui aurait reproché de ne pas avoir combattu à ses côtés (Clerk, History 53-54). De même, Clerk recrée de toutes pièces le discours que Bruce aurait prononcé devant ses troupes avant la bataille de Bannockburn (1314) pour les exhorter à tailler en pièces l’ennemi anglais : « Your choice is to conquer or die a wretched death amid taunts and jeers and well-deserved torments. Follow me, then, through wounds and slaughter, through streams of blood and the souls of the dying to eternal glory and the sweets of victory » (55-56). Defoe, Clerk et Boyer portent ensuite leur attention sur la Guerre de huit ans (1543-1551), plus connue sous le nom de « cour brutale » (« rough wooing »), qui fait suite au rejet écossais du projet conçu par Henri VIII d’unir son fils Édouard à la jeune reine d’Écosse, Marie Stuart. Leur récit de ces conflits anglo-écossais se clôt sur les Guerres des trois royaumes (1639-1651), qui, si elles voient des Anglais combattre d’autres Anglais et des Écossais combattre d’autres Écossais, opposent également Anglais et Écossais, notamment lors des Guerres des évêques (« Bishops’ Wars ») (1639, 1640) et de la bataille de Dunbar (1650), dont Clerk réalise un compte rendu très circonstancié, qui, entre autres, dénonce l’influence pernicieuse des ministres de l’Église d’Écosse sur la stratégie de l’armée écossaise alors dirigée par David Leslie : « The ministers were hoping for a bloodless victory, not wishing (as they claimed) to have the blood of their English brothers on their hands, but Cromwell in the meantime was constantly on watch to bring the Scots to destruction » (Clerk, History 75).

11À lire Defoe et Clerk, les relations anglo-écossaises préunionistes ne sont pas loin de se résumer à cette litanie de guerres et de batailles. Régies par aucune règle, elles sont cruelles et dévastatrices. Elles ont engendré des pertes humaines et des dégâts matériels considérables :

These unhappy Wars have therefore been all Devastation and Blood, the Invasions on either Side have always been Fire and Death, the Land laid waste with Burnings and Plunder, and then the Armies Fighting with Fury and Desperation, no Nations that ever Fought, since what we are told of in the old Eastern and Roman Empires, have killed so many in Fight; And if I should enter into proportions of Land & People, I need not make Exceptions for them either, Sixty Thousand, Thirty Thousand, Twenty and Fifteen Thousand slain of a Side, have been the frequent Numbers, of which History gives Account in the Wars between these two miserable Nations, and that not seldom, but very often, and some very lately (Defoe, « General History » 3).

  • 2 « the torrent of blood which was shed in the wars which raged, one after another, for nearly two hu (...)
  • 3 « the stereotyped view of ages of raid and counter-raid » ; « this peculiarly English Victorian Got (...)

12Cette vision d’un passé anglo-écossais préunioniste anarchique, anomique et ensanglanté par les guerres a longtemps été acceptée. Elle est encore défendue à la fin du XIXe siècle par George Omond, qui évoque « la rancœur invétérée » qu’éprouvaient les peuples anglais et écossais l’un pour l’autre pendant cette période et « le torrent de sang qui fut versé au cours de guerres qui firent rage, sans interruption, pendant presque 200 ans après la mort de Bruce » (Omond 9, 15).2 Elle n’est toutefois pas partagée par l’historien révisionniste – et anti-unioniste – William Ferguson, qui rejette « la vision stéréotypée d’une ère de raids et de contre-raids sauvages » de part et d’autre de la frontière anglo-écossaise et s’inscrit en faux contre « cette version typiquement anglaise, victorienne et gothique de l’Écosse du haut Moyen Âge » qui appartient au folklore, à laquelle il substitue une interprétation qui la présente comme étant plus civilisée et plus stable (Ferguson 27, 28, 36).3

Les échecs des projets d’union

13Par ailleurs, Defoe, Clerk et Boyer considèrent que le seul moyen de mettre un terme aux guerres qui déchirent l’Angleterre et l’Écosse est d’unir ces deux nations le plus étroitement possible. Aussi déplorent-ils l’échec des différents projets d’union conçus avant 1707. Ceci, d’autant plus qu’à l’exception du plan d’annexion militaire d’Édouard Ier, ils les considèrent comme étant parfaitement adaptés à la situation de l’Angleterre et de l’Écosse, et susceptibles de réconcilier définitivement ces deux nations. Boyer estime que le projet d’union conçu par Henri VIII entre sa fille Marie Tudor et Jacques V constitue une « proposition avantageuse » pour l’Écosse (Boyer, Fifth 6). C’est un avis partagé par Defoe, qui observe que ce projet est « rationnel » et vise à améliorer la situation des deux nations (Defoe, « General History » 15). Par ailleurs, exposant, dans l’un de ses nombreux exercices de recréation historique, les arguments qui auraient été avancés en faveur de ce projet matrimonial lorsqu’il fut rendu public, Clerk souligne qu’il constituait le seul moyen de préserver une paix durable entre les deux nations et qu’il conduirait, à terme, à une « union des cœurs » (Clerk, History 60). Les trois historiens de notre corpus émettent un jugement tout aussi positif à propos du projet d’union, également mis sur pied par Henri VIII, entre son fils Édouard et Marie Stuart. Ils le plébiscitent même dans sa dernière version, proposée par Somerset, qui avait tenté de l’imposer aux Écossais par les armes à la suite de leur refus de l’adopter sous le règne d’Henri VIII. Defoe et Boyer voient dans la déclaration de Somerset qui clôt les hostiliés et renouvelle l’offre de mariage un geste généreux et un témoignage d’amitié (Defoe, « General History » 16-17 ; Boyer, Fifth 6-7). Par ailleurs, d’après Clerk, le dessein d’une union plus étroite conçu par Jacques Ier en 1604 est « un objectif louable » (History 65).

14Afin de mieux souligner le bien-fondé de ces différents projets d’union et de renforcer leur légitimité, Defoe et Boyer s’efforcent de montrer qu’ils bénéficient d’un large soutien populaire. Selon Defoe, c’est en 1286, à l’occasion du projet de mariage entre Édouard et la « pucelle de Norvège » que s’est manifesté pour la première fois le désir les peuples anglais et écossais de voir leurs deux nations s’unir (Defoe, « General History » 4). Ce désir était toujours présent lors du projet d’alliance entre Marie Tudor et Jacques V (15). Defoe souligne la constance du soutien populaire en Angleterre comme en Écosse en faveur d’un rapprochement entre les deux royaumes :

Never any rational Prospect of Uniting these Kingdoms appeared in the World, but both the Nations unanimously agreed, that Union was for the mutual Advantage of both, and that it never was Opposed by either Nation, as a Nation, but only as Private interest, Strength of parties, Court intrigues, and the Enemies of both the Nations have prevailed, to prevent their Happiness (6).

15Si tous ces projets recueillent l’assentiment enthousiaste de Defoe, de Clerk et de Boyer, qui n’a d’égal que leur déception de les voir avorter, l’historien révisionniste William Ferguson est plus circonspect sur la portée des différents projets d’union et sur leur capacité à modifier radicalement le cours des relations anglo-écossaises. Il rappelle que le traité de Birgham (1290), qui prévoit un mariage entre Édouard de Caernarfon et la « pucelle de Norvège », contient des clauses garantissant l’indépendance de l’Écosse et protégeant les lois et les libertés écossaises contre toute tentative d’ingérence anglaise (Ferguson 23-24). Des clauses analogues figurent dans les traités de Greenwich (1543), qui prévoient une union entre le Prince Édouard et Marie Stuart ainsi qu’une alliance entre l’Angleterre et l’Écosse (60). Dans les deux cas, la souveraineté et l’identité écossaises sont préservées, ce qui exclut toute union dite « par incorporation » ou « complète ».

16Ferguson émet en outre des réserves sur l’existence d’un soutien populaire à ces tentatives de rapprochement, en particulier en Écosse. Les Écossais dans leur ensemble étaient très attachés à leur indépendance, et plus favorables au maintien de la « Vieille Alliance » avec la France qu’à un rapprochement avec l’Angleterre (Ferguson 54, 60). Ferguson invoque à cet égard le témoignage de Sir Ralph Sadler: « The whole realm murmureth that they had rather die than break the old leagues with France » (60). Selon l’historien révisionniste, l’unionisme défendu par John Major dans son History of Greater Britain (1521) n’était pas représentatif de l’opinion dominante en Écosse à cette période (54).

17Ainsi, Defoe, Clerk et Boyer tendent à surestimer la portée des projets d’union antérieurs à 1707 et à surévaluer le soutien populaire dont ils bénéficiaient. Ils sont aussi enclins à donner un retentissement exagéré à l’échec de ces projets, tout comme ils sont portés à amplifier la fréquence et l’importance des conflits qui jalonnent le passé anglo-écossais – même si leur réalité ne saurait être niée, ni relativisée. Il s’agit pour eux de reconstruire un passé anglo-écossais préunioniste généralement sombre et inquiétant pour mieux mettre en évidence le bien-fondé de l’Union de 1707. Nous avons montré que cette reconstruction était influencée par leurs convictions unionistes, nous allons maintenant tenter de prouver qu’elle est aussi façonnée par leur whiggisme.

Reconstructions whigs du passé anglo-écossais préunioniste

18Soulignant, dans son article intitulé « The Tory Interpretation of History in the Rage of Parties », certaines ambiguïtés du discours de Herbert Butterfield dans The Whig Interpretation of History (1931), Mark Knights établit une distinction entre l’interprétation et la méthodologie whigs de l’histoire. Par cette dernière, il entend l’ensemble des méthodes utilisées par les historiens whigs que dénonce Butterfield dans son célèbre essai, en particulier le finalisme, le présentisme – ou la propension à étudier le passé en référence au présent –, ou encore l’adoption d’un point de vue protestant sur les événements : « the tendency of many historians to write on the side of Protestants […] and to produce a story which is the ratification if not the glorification of the present » (Butterfield v). Par interprétation whig de l’histoire, en revanche, Knights comprend les valeurs, les idéaux que les historiens whigs placent au cœur du processus historique, tels que la liberté ou le progrès (Knights 349-355). Nous verrons en premier lieu dans quelle mesure Defoe, Clerk et Boyer ont adopté la méthodologie whig de l’histoire pour reconstruire le passé anglo-écossais et sont ainsi tombés dans les travers méthodologiques dénoncés par Butterfield. Puis, nous apprécierons à quel point ces historiens se sont conformés à l’interprétation whig de l’histoire telle que la définit Mark Knights, notamment en évaluant l’importance qu’ils ont accordée au concept de liberté dans leur entreprise de reconstruction de ce passé.

Un passé reconstruit selon la méthodologie whig de l’histoire

19 Defoe, Clerk et Boyer semblent rétrospectivement vulnérables à certaines critiques émises par Herbert Butterfield contre les historiens de son époque, dont celle de finalisme : « the attempt of the whig writers to gain from [history] a finality that it cannot give » (Butterfield vi ; voir également Butterfield 4, 52, 66-67). Comme les historiens whigs tancés par Butterfield, Defoe sacrifie au finalisme – ou téléologisme – lorsqu’il explique à son lecteur, dans « A General History of Unions in Britain », qu’il va examiner avec lui toutes les démarches effectuées depuis 1289 jusqu’en 1707 pour parvenir à l’Union (Defoe, « General History » 1), comme s’il s’agissait d’une même union et d’un processus historique continu. On peut faire le même reproche à Clerk lorsqu’il souligne que la reine Anne a parachevé l’union commencée par Jacques Ier : « Queen Anne brought about what no ruler before her had been able to achieve by force or diplomacy. In the year 1707 she completed the union begun by her ancestor, effectively founding the imperium Britannicum » (Clerk, History 34-35).

20 Par ailleurs, Defoe et Clerk tendent à « étudier le passé en référence au présent », comme les historiens whigs morigénés par Butterfield : « It is part and parcel of the whig interpretation of history that it studies the past with reference to the present » (Butterfield 11). Ainsi Defoe voit-il à plusieurs reprises dans les projets d’union conçus au Moyen Âge et au début de l’ère moderne des préfigurations de l’Union de 1707. Il présente le projet de mariage conçu par Édouard Ier entre son fils Édouard de Caernarfon et la « pucelle de Norvège » comme une véritable union politique entre l’Angleterre et l’Écosse, au même titre que l’union ratifiée pendant le règne d’Anne : « An intire Incorporation of Countries, a Coalition of Interests and Affection, as well as Commerce and Constitution, was Designed, even at that distance of Time, as the only Means to Settle the Peace and Happiness of both Nations » (« General History » 7). D’après Defoe, ce projet est le modèle le plus exact du Traité de 1707: « I take this to be the most exact Pattern of the present Treaty, of any that have ever gone before it, as it was a Treaty seriously set about by both Nations, with a real Design for the general Utility, and with a Desire on both Sides to bring it to pass » (« General History » 8). Les articles du traité d’union négocié par les commissaires anglais et écossais en 1604 à la demande de Jacques Ier annoncent également l’union entérinée pendant le règne d’Anne. Defoe y discerne en effet « les véritales fondements de la présente union » (« the true Ground Plat[e] of the present Union ») (« General History » 19). Même s’il est moins enclin que Defoe à « étudier le passé en référence au présent », Clerk n’échappe pas toujours à ce travers. Nul doute, en effet, qu’il songe aux Britanniques de son époque lorsque, évoquant l’alliance nouée par les Britonniques – également dénommés « Bretons insulaires » – au Ve siècle contre les Saxons, il écrit : « Agreement would give all parties in Britain the religious and civil security they wished and deserved. There were two reasons why the British peoples should unite: because they were Christians, and because they were British. Any other course of action would soon be found to fail as being contrary to Nature and the will of God » (Clerk, History 39).

21 Par ailleurs, Defoe, Clerk et Boyer adoptent souvent le point de vue protestant des historiens whigs dénigrés par Butterfield : « The result of detailed historical research has been to correct very materially what had been an accepted Protestant or whig interpretation » (Butterfield 5). De fait, catholiques et Français se trouvent fréquemment dans leur ligne de mire, dans la mesure où ceux-ci sont tenus responsables de la plupart des échecs des projets d’union. Les historiens de notre corpus fustigent sans cesse les « conseillers papistes et français de la Couronne écossaise » qui s’opposent au projet de mariage entre Marie Tudor et Jacques V d’Écosse, puis à celui mis sur pied entre Marie Stuart et Édouard VI (Defoe, « General History » 15-16, 17, 30-31 ; Boyer, Fifth 6-7). Defoe les accuse de faire usage de la ruse et de manipuler Jacques V. Contrairement à eux, il refuse de voir en Édouard VI un hérétique (« General History » 16). Par ailleurs, en bon protestant, il associe « papisme » et tyrannie (17). Clerk assume également son protestantisme, même s’il rejette tout enthousiasme religieux. C’est à l’une des cibles traditionnelles des auteurs protestants qu’il s’en prend lorsqu’il accuse des « scribes monastiques » (« monkish writers ») d’avoir relaté des hommages que des rois écossais auraient rendus à leurs suzerains anglais, à l’image de celui que Kenneth II aurait prêté à Edgar d’Angleterre, alors que ceux-ci n’avaient jamais eu lieu. Il dénonce avec force les falsifications de ces copistes corrompus :

One must marvel at the inventive industry of these men in their efforts to detract from the majesty of the Scottish crown: all the charters of Edgard they adduce have been proved to be spurious fabrications. But since these are the same people whose ignorant notions of religion make wiser men laugh, one need not be surprised if their time-serving judgement as historians led them into error and sacrilege on topics such as nationhood and kingship (Clerk, History 45).

22Clerk condamne en outre la persécution des réformateurs sous Marie Tudor (« Disorders were fomented by Cardinal Beaton and his clerical inquisitors […] Although Jews, Muslims and pagans were allowed to live peaceably under the law, Reformers were punished with torture and death ») et se réjouit de l’extension de la Réforme à toute la Grande-Bretagne pendant le règne d’Élisabeth: « It was under her rule that British union first began to take root, starting, very properly, with religion. Rome’s authority was gradually rejected as both peoples sought to restore Christianity’s original simplicity » (History 61).

Un passé conforme à l’interprétation whig de l’histoire

23À l’évidence, Defoe, Boyer et Clerk ont reconstruit le passé anglo-écossais préunioniste selon la méthodologie whig de l’histoire au sens où l’entend Mark Knights et illustrent les travers dénoncés par Herbert Butterfield. Le passé des nations anglaise et écossaise est-il également conforme à l’interprétation whig de l’histoire telle que la définit Knights ? Quelle place ce passé accorde-t-il au concept de liberté qui se trouve au cœur de l’idéologie whig ?

24Le terme « liberté » – dans ses deux traductions anglaises « freedom » et « liberty » – apparaît très souvent dans les pages que Defoe, Clerk et Boyer consacrent au passé préunioniste de l’Angleterre et de l’Écosse. On relève deux acceptions principales du terme : tantôt il renvoie à la liberté des nations anglaise ou écossaise, c’est-à-dire à leur souveraineté, tantôt il se réfère aux libertés des Anglais et des Écossais en tant qu’individus, c’est-à-dire à leurs droits individuels. Si les Whigs sont attachés à la liberté des nations, les Torys le sont tout autant. Les Whigs, en revanche, se distinguent des Torys par le dévouement qu’ils portent aux libertés individuelles (Lessay 13). Aussi est-ce sur ces dernières que nous nous concentrerons ici. Defoe, Clerk et Boyer ont des conceptions différentes de l’évolution des libertés individuelles en Grande-Bretagne pendant la période préunioniste. Defoe considère qu’en Angleterre, celles-ci sont très anciennes et remontent à des temps immémoriaux. Elles ont été menacées à plusieurs reprises, notamment sous les Stuart ou pendant l’interrègne de Cromwell, mais elles ont toujours triomphé des épreuves, de sorte qu’elles étaient florissantes au moment de l’Union de 1707. Pendant toute cette période, en revanche, les Écossais en ont été privés. Ils n’ont connu que la tyrannie de leurs souverains et le joug de leurs nobles, qui les ont sans cesse opprimés. Ce n’est que grâce à l’Union de 1707, qui a conféré aux Écossais les bienfaits de la constitution anglaise, que les libertés individuelles ont pu s’épanouir au nord de la Tweed (Defoe, « General History » 2-3). Si l’un des projets d’union antérieurs à 1707 avait vu le jour, elles auraient pu s’y implanter plus tôt, mais l’échec de ces projets y a signé celui des droits individuels. Defoe propose ainsi une interprétation whig anglaise – ou anglo-britannique, pour reprendre l’expression de Colin Kidd (voir, par exemple, Kidd, Subverting Scotland’s Past 4, 7) – du passé anglo-écossais préunioniste.

25Clerk révèle une conception très différente de la généalogie des libertés individuelles en Grande-Bretagne. Contrairement à Defoe et à de nombreux auteurs whigs anglais, il note qu’en Angleterre, celles-ci, loin de remonter à des temps immémoriaux, firent leur apparition pendant le règne d’Henri III (1216-1272) :

So, with unprecedented solemnity, numerous acts were passed […] which in one way or another might seem to conduce to the freedom of the people and the good of the realm. All these the king [Hennry III] sanctioned calmly and swiftly […] Thus the English won their freedom and showed the successors of William the Conqueror that […] they chose such a system of rule as would best promote and safeguard the advantage and freedom of the people (Clerk, History 48-49).

26À peine acquises, elles furent remises en cause pendant le règne d’Édouard Ier: « England almost lost its new-found freedom to its overweening king [Edward I] » (49, 52). Elles furent par la suite malmenées par les rois Stuart et par Cromwell, même si elles résistèrent à leurs assauts, pour être florissantes au moment de l’Union.

27D’après Clerk, elles étaient alors également rayonnantes en Écosse, contrairement à ce que prétend Defoe. Ceci n’était pas nouveau : les anciens Calédoniens, ancêtres des Écossais, en bénéficiaient déjà, même si celles-ci étaient quelque peu rudimentaires (Clerk, History 34). D’ailleurs, ce n’est qu’à l’occasion de la conquête d’Édouard Ier, plusieurs siècles plus tard, que celles-ci furent menacées pour la première fois :

So, with his absolute authority over Scotland confirmed as fully as could be, Edward [I] began to rule entirely as he pleased and Scots learned for the first time the meaning of obedience to a king. Though they had lived under kings for many a century, the governance of their country had been shared between the king and his nobles in such a way that one could scarcely tell which had counted for more : the majesty of the throne, the power of the nobility, or even sometimes the good of the people as a whole (Clerk, History 51).

28En Écosse, les libertés individuelles furent de nouveau remises en cause sous Jacques Ier et, davantage encore, sous Charles Ier, qui, en voulant imposer l’épiscopalisme à une nation presbytérienne, oublia que celles-ci comprennent la liberté de conscience et de culte : « He forgot that an essential part of personal freedom is the right of choice in matters of religion » (Clerk, History 71). Les libertés individuelles écossaises furent de nouveau bridées sous Cromwell, plus tyrannique qu’aucun roi d’Écosse n’avait jamais osé l’être, puis sous Jacques II. Mais elles purent de nouveau prospérer après le règne de ce dernier, qui, à travers les atteintes inconsidérées qu’il leur porta, montra paradoxalement à ses successeurs le bien-fondé de les promouvoir (76, 81), en sorte que celles-ci étaient florissantes au moment de l’Union de 1707. Ainsi, contrairement à ce que prétend Defoe, les Anglais n’eurent pas besoin de transmettre leurs libertés individuelles aux Écossais à travers l’Union, puisque ces derniers en jouissaient déjà. Clerk s’inscrit ici dans la tradition popularisée par George Buchanan, selon laquelle les libertés écossaises étaient incarnées dans une « ancienne constitution » située dans des temps immémoriaux (Kidd xii, 19-21).

29Cette interprétation whig écossaise – ou scoto-britannique, selon la terminologie de Colin Kidd – du passé anglo-écossais préunioniste est également celle de Boyer. Influencé par Buchanan et par l’historien whig radical écossais George Ridpath (Ridpath, Account 2), il souligne lui aussi l’ancienneté des libertés individuelles écossaises (Boyer, Second 14). Il présuppose d’ailleurs leur existence lorsqu’il condamne les initiatives prises par Jacques Ier pour renforcer ses prérogatives en Écosse, au détriment des libertés civiles et religieuses écossaises (Boyer, Fifth 8).

30Nous avons ainsi montré, en évoquant la reconstruction du passé préunioniste de l’Angleterre et de l’Écosse, l’existence d’une historiographie whig déjà relativement aboutie au début du XVIIIe siècle en Grande-Bretagne, comme le pressentait J. G. A. Poccok dans son article intitulé « The Varieties of Whiggism from Exclusion to Reform » (Pocock 232-233).

Un passé gouverné par la Providence

31L’historiographie whig est toutefois traditionnellement associée à la période victorienne et post-victorienne et à des historiens tels que Henry Hallam, T. B. Macaulay ou G. M. Trevelyan. La reconstruction du passé de l’Angleterre et de l’Écosse réalisée par Defoe, Clerk et Boyer répond-elle aux critères de cette historiographie whig-libérale ? L’une des principales valeurs qui animent ce passé reconstruit, nous l’avons vu, est la liberté. Mais il est également guidé par la Providence. Les trois historiens de notre corpus voient chacun la main de Dieu dans les événements qui peuplent ce passé et dans le succès de l’Union qui vient le couronner.

32Pour Defoe, la Providence est foncièrement bienveillante. C’est elle qui conduisit les Anglais et les Écossais vers l’Union de 1707, garante de leur félicité : « Providence has led the Nations, as it were, by the Hand, and brought them, by the Hints of their mutual Distasters, to seek this Treaty, as the only Harbor the Ship of the State could safely come to an Anchor in » (Defoe, « General History » 1). Boyer partage cette conception positive du rôle de Dieu dans les affaires de la Grande-Bretagne. Il met à son crédit d’avoir œuvré pour que l’Union soit ratifiée pendant le règne d’Anne (Boyer, Fifth 11). Selon Defoe, toutefois, la Providence se manifeste également sous la forme de jugements prononcés contre les peuples anglais et écossais. Il voit un jugement de Dieu dans la mort – survenue le 19 mars 1286, à la suite d’une chute de cheval – du roi Alexandre III, qui place sur le trône d’Écosse sa petite-fille Marguerite, âgée de trois ans (Defoe, « General History » 5). Il discerne un autre châtiment divin dans le décès de cette jeune reine sans couronne à l’âge de six ans, qui entraîne une crise de succession et fait échouer le projet d’union entre l’Angleterre et l’Écosse conçu par Édouard Ier, qui avait mis au point un mariage entre son fils, le futur Édouard II, et Marguerite. Cette union aurait apporté aux Anglais et aux Écossais une paix durable et évité les bains de sang qui suivirent, mais la Providence s’interposa, car les péchés commis par ces deux peuples ne pouvaient rester impunis (« General History » 6, 7). D’après Defoe, il s’agit d’un des jugements les plus sévères que Dieu ait jamais infligés à la Grande-Bretagne (« General History » 10). Parfois, c’est Satan qui, comme dans le livre de Job, administre le châtiment. C’est lui qui fait échec au projet mis sur pied par Henri VIII d’unir sa fille Marie au roi Jacques V d’Écosse : « Both Parties were well pleased with it, and look’d upon it as the best Method, to bring both Nations to a State of Prosperous and Durable Peace. But Satan hindered » (Defoe, « General History » 15).

33On trouve également chez Clerk cette conception d’une Providence punitive. Selon lui, les différentes difficultés – et l’ingratitude anglaise – que rencontrent les Écossais à la suite de leur engagement militaire en faveur du camp parlementaire lors de la Guerre civile sont une punition que Dieu leur a infligée pour s’être rebellés contre leur monarque légitime (Clerk, History 72). De même, la relative absence de liberté et de félicité qu’ils connaissent après la Restauration (1660) constitue une réponse divine à cette transgression (History 79). Pour Clerk, l’homme est impuissant face à la Providence. La persistence, pendant plusieurs siècles, de divisions entre Anglais et Écossais en est la preuve. Aucune force humaine ne put rapprocher ces deux peuples tant que Dieu n’accorda pas son blanc-seing à ce rapprochement (Clerk, History 49). Par ailleurs, la Providence peut intervenir directement dans les affaires de l’Angleterre et de l’Écosse. Elle n’a pas besoin d’agents humains pour parvenir à ses fins. L’Union des Couronnes (1603), qui permit à Jacques VI d’Écosse de monter sur le trône d’Angleterre à la mort d’Élisabeth Ire, ne fut pas négociée par des hommes, mais directement réalisée par Dieu (39, 56). Outre la Providence, Clerk évoque le rôle de la fortune dans les événements qui jalonnent le passé anglo-écossais. Celle-ci accorda à Édouard Ier deux chances de réunir l’Angleterre et l’Écosse, mais il ne put les mettre à profit : « Fortune gave him two chances which only the Destiny of Britain kept him from turning to account. One was by marrying his son to Margaret, the heir to the Scottish throne, as a result of which he hoped that natural succession would lead both nations to own the same lord. The other was the death of the self-same Margaret which split her country into factions and made it a prey to the strongest power » (49). Clerk fait également référence à la fortune dans le discours qu’il prête à Robert Bruce, alors que celui-ci s’adresse à ses hommes avant la bataille de Bannockburn (1314) : « If fortune deserts us, look for no safety in flight » (55).

  • 4 « But these Exercises [planting trees and gardening] never interfered with my studies, for within t (...)

34Si les allusions de Boyer à la Providence sont peu nombreuses et quelque peu conventionnelles, Defoe, dans son History of the Union of Great Britain, s’y réfère très fréquemment, et avec conviction. Il ne s’agit pas pour lui d’une figure de style. Defoe croit sincèrement que la Providence joue un rôle très actif dans l’histoire de la Grande-Bretagne et que le succès de l’Union lui est imputable. Il le suggère d’ailleurs dans plusieurs lettres qu’il adresse à Harley lors de son premier séjour écossais (Defoe, Letters 143, 182, 199, 200). On notera qu’à ses yeux, la Providence n’est pas seulement bienveillante, comme elle le deviendra pour nombre d’auteurs des Lumières, en particulier pour tous ceux qui se revendiquent du « christianisme raisonnable » ; elle peut aussi être terrifiante, et punir les hommes et les peuples qui s’écartent du droit chemin. C’est donc une vision protestante orthodoxe de la Providence, fortement influencée par son héritage puritain, qui anime Defoe dans son History of the Union of Great Britain, comme dans nombre de ses autres écrits, dont Robinson Crusoe. Ce que révèle plus spécifiquement l’étude de son histoire de l’Union, toutefois, c’est que, pour Defoe, la Providence gouverne non seulement le sort des individus, mais celui des nations. Cette vision du rôle de Dieu dans l’histoire britannique est en grande partie partagée par Clerk, presbytérien comme Defoe. On signalera toutefois que la vision de Clerk, qui met en évidence l’impuissance et la nécessaire résignation de l’homme face aux décrets divins, est teintée d’un certain stoïcisme, nourri par son éducation humaniste et sa profonde connaissance des auteurs antiques,4 auxquels il emprunte la notion de fortune, qui lui permet d’expliquer les aléas de l’histoire de la Grande-Bretagne.

35Contrairement à Defoe, à Clerk et à Boyer, les historiens victoriens et post-victoriens whigs-libéraux n’invoquent plus la Providence – ni la fortune – pour rendre compte du passé. Ils y substituent la notion de progrès, héritée des Lumières (Blass 18-24 ; Burrow 11-60). On notera cependant qu’au moment où il émet certaines réserves quant à l’attitude de rejet adoptée par les Calédoniens à l’égard de la culture romaine, Clerk exprime son attachement au concept de civilisation (History 38-39). On observera en outre qu’il assimile tout retour à l’heptarchie saxonne ou aux anciens royaumes calédoniens des Scots et des Pictes à une régression vers un état de nature : « Any return to the primitive forms of human society means exposure to the dangers and distresses of a savage state of nature » (64). N’est-ce pas, d’une certaine manière, souscrire à l’idée de progrès ?

36Defoe, Clerk et Boyer se distinguent des autres historiens de l’Union par leur volonté d’exhumer un passé anglo-écossais parfois lointain pour expliquer les causes de cette transaction. Les récits qu’ils proposent de ce passé sont influencés par leur unionisme et par leur whiggisme. Le soutien qu’ils apportent à l’Union les conduit à noircir les relations anglo-écossaises antérieures à 1707, qui semblent parfois se résumer à une alternance de conflits et de courtes trèves. Il les incite en outre à dramatiser l’échec des tentatives de rapprochement entre l’Angleterre et l’Écosse opérées au cours de cette période. Par ailleurs, les récits de Defoe, de Clerk et de Boyer portent la marque de la méthodologie whig de l’histoire, que dénoncera Herbert Butterfield. Ces auteurs semblent plus enclins à analyser le passé anglo-écossais en référence au présent, à travers le prisme de l’Union de 1707, vers laquelle il paraît tendre inexorablement, qu’à étudier ce passé pour lui-même. Ceci les conduit à accentuer les similitudes entre les projets d’union matrimoniale passés et le Traité d’Union négocié par les commissaires anglais et écossais au printemps 1706. De plus, les exposés de ces historiens sont conformes à l’interprétation whig de l’histoire, dans la mesure où ils font de la conquête de la liberté l’un des principaux moteurs de l’histoire de l’Angleterre et de l’Écosse. Des divergences apparaissent toutefois dans l’appréciation que portent les trois historiens de notre corpus sur les progrès réalisés par les Anglais et les Écossais dans la conquête de leurs libertés individuelles. Selon Defoe, les premiers en jouissent depuis des temps immémoriaux, tandis que les seconds n’y ont accédé qu’à travers l’Union de 1707. D’après Clerk et Boyer, en revanche, les seconds ont conquis leurs libertés avant les premiers. On voit donc ici s’opposer deux interprétations de l’histoire de la Grande-Bretagne : une interprétation whig anglaise – ou anglo-britannique – incarnée par Defoe, et une interprétation whig écossaise – ou scoto-britannique – représentée par Clerk et Boyer. Par ailleurs, à la différence des historiens whigs-libéraux des périodes victorienne et édouardienne, qui font du progrès l’un des principaux ressorts de l’histoire britannique, Defoe, Clerk et Boyer considèrent qu’elle est façonnée par la Providence. Le début du XVIIIe siècle voit donc bien se développer en Grande-Bretagne une interprétation whig de l’histoire, comme l’avait noté Pocock, mais celle-ci n’est pas réductible à l’interprétation whig-libérale, incarnée par T. B. Macaulay et ses successeurs, qui s’imposera au siècle suivant.

Haut de page

Bibliographie

sources primaires

Boyer, Abel. The History of the Reign of Queen Anne, Digested into Annals. Year the Second. London, 1704.

Boyer, Abel. The History of the Reign of Queen Anne, Digested into Annals. Year the Fifth. London, 1707.

Clerk of Penicuik, Sir John. History of the Union of Scotland and England [Extracts from his MS ‘De Imperio Britannico’ composed circa 1724-30, revised 1731-45, 1746, 1749-51]. Trans. and ed. Douglas Duncan. Edinburgh : Scottish History Society, 1993.

Clerk of Penicuik, Sir John. Memoirs of the Life of Sir John Clerk of Penicuik, Baronet, Baron of the Exchequer/ Extracted by himself from his own Journals, 1676-1755. Ed. John M. Gray. Edinburgh : Scottish History Society, 1892.

Defoe, Daniel. « A General History of Unions in Britain ». The History of the Union of Great Britain. Edinburgh, 1709.

Defoe, Daniel. The Letters of Daniel Defoe. Ed. G. H. Healey. Oxford : Clarendon, 1955.

Ridpath, George. An Account of the Proceedings of the Parliament of Scotland, which Met at Edinburgh, May 6. 1703. s. l., 1704.

sources secondaires

Backscheider, Paula R. Daniel Defoe : His Life. Baltimore & London : The Johns Hopkins UP, 1989.

Backscheider, Paula. « Defoe and the Clerks of Penicuik ». Modern Philology 84 (1987) : 372-81.

Blass, P. B. M. Continuity and Anachronism : Parliamentary and Constitutional Development in Whig Historiography and in the Anti-Whig Reaction between 1890 and 1930. The Hague, Boston & London : Martinus Nijhoff, 1978.

Bowie, Karin. Scottish Public Opinion and the Anglo-Scottish Union, 1699-1707. Woodbridge, Suffolk, & Rochester, New York : Royal Historical Society & Boydell P, 2007.

Brown, Iain Gordon. « Modern Rome and Ancient Caledonia : The Union and the Politics of Scottish Culture ». The History of Scottish Literature. Vol. 2. Ed. Andrew Hook. Aberdeen : Aberdeen UP. 33-49.

Burrow, J. W. A Liberal Descent : Victorian Historians and the English Past. Cambridge : CUP, 1981.

Butterfield, Herbert. The Whig Interpretation of History. 1931. New York & London : Norton, 1965.

Deschamps, Yannick. « The Adventures of Daniel Defoe in Scotland (1706-1707) : Secret Agent, Propagandist and Entrepreneur ». Adventure: An Eighteenth-Century Idiom. Essays on the Daring and the Bold as a Pre-Modern Medium. Ed. Serge Soupel, Kevin Cope & Alexander Pettit. New York : AMS Press, 2009. 189-209.

Ferguson, William. Scotland’s Relations with England: A Survey to 1707. Edinburgh : John Donald, 1977.

Gibbs, G. C. « Boyer, Abel (1667?-1729) ». Oxford Dictionary of National Biography. Oxford : OUP, 2004.

Kidd, Colin. Subverting Scotland’s Past: Scottish Whig Historians and the Creation of an Anglo-British Identity, 1689-c. 1830. Cambridge : CUP, 1993.

Knights, Mark. « The Tory Interpretation of History in the Rage of Parties ». The Uses of History in Early Modern England. Ed. Paulina Kewes. San Marino, CA : Huntington Library, 2006. 347-366.

Lessay, Franck. « Modèle whig et modèle tory de lecture des deux révolutions d’Angleterre ». RSEAA XVII-XVIII 27 (1988) : 7-22.

Mitchison, Rosalind. « Clerk, Sir John, of Penicuik, second baronet (1676-1755) ». Oxford Dictionary of National Biography. Oxford : OUP, 2004.

Omond, G. W. T. The Early History of the Scottish Union Question. Edinburgh & London : Oliphaunt, Anderson & Ferrier, 1897.

Pocock, J. G. A. « The Varieties of Whiggism from Exclusion to Reform : A History of Ideology and Discourse ». Virtue, Commerce, and History. Cambridge : CUP, 1985. 215-310.

Whatley, Christopher A. The Scots and the Union. Edimbourg : Edinburgh UP, 2006.

Haut de page

Notes

1 L’édition originale de The History of the Union of Great-Britain de Daniel Defoe que nous utilisons pour cet article est divisée en plusieurs sections paginées séparément, dont celle intitulée « A General History of Unions in Britain », qui apparaîtra dans les références ultérieures – comme dans celle-ci – sous la forme abrégée « General History ».

2 « the torrent of blood which was shed in the wars which raged, one after another, for nearly two hundred years after the death of Bruce ».

3 « the stereotyped view of ages of raid and counter-raid » ; « this peculiarly English Victorian Gothic version of early medieval Scotland ».

4 « But these Exercises [planting trees and gardening] never interfered with my studies, for within the House I made a considerable progress in most studies, particularly in Greek and Roman Literature. About this time I began to project the writing of A History of the Union of the two Kingdoms in Latine, and to give an account of all the attempts that had been made to unite the Britons under one Head, from the days of Julius Cæsar down to the accomplishment of this great work in 1707. This I confess was a very arduous attempt, and therefore to accomplish it I not only read all the Roman Classicks, but made very large Excerpts from them all, particularly from Livy and Salust, whom I was chiefly to imitat [sic] in my History » (Clerk, Memoirs 84).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Deschamps, « La reconstruction du passé anglo-écossais par les premiers historiens whigs de l’Union (1707) », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/914 ; DOI : 10.4000/1718.914

Haut de page

Auteur

Yannick Deschamps

Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne
deschamp@u-pec.fr
Publication du même auteur dans XVII XVIII sur le site Persée
Yannick Deschamps a pour thème de recherche les écrits polémiques et didactiques de Daniel Defoe ; l'Union anglo-écossaise ; la religion et le surnaturel aux xviie et xviiie siècles.

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals