Navigation – Plan du site

In memoriam : Robert Mankin (1952-2017)

Frédéric Ogée et Sophie Vasset

Texte intégral

Au nom de tous les collègues dix-huitiémistes (et au-delà) de l’UFR d’études anglophones de l’Université Paris Diderot

1Il y a un an disparaissait notre collègue et ami Robert Mankin, Professeur d’histoire britannique à l’Université Paris Diderot, emporté en quelques mois par une maladie dégénérescente rare et cruelle. Tous ceux qui l’ont connu se souviendront de ce grand spécialiste de Hume et de Gibbon, de cet authentique humaniste qui sut si bien interroger et partager l’immense érudition qui était la sienne, de Platon à The Wire.

2Né en 1952 à Pittsburgh aux États-Unis, il débute ses études supérieures à la Wesleyan University, d’où il sort en 1975 diplômé en histoire, littérature et philosophie. De son propre avis, c’est dans ce remarquable liberal arts college du Connecticut qu’il acquit son identité intellectuelle : rigueur du philologue, goût de la poésie, pluridisciplinarité sans limites (sciences comprises). Il poursuit cet idéal humaniste une année à Johns Hopkins (Baltimore) avant de rejoindre Yale, haut lieu de la « déconstruction », où il obtient en 1979 son Master (M. Phil.) en Littérature comparée.

3C’est alors qu’il vient à Paris, comme auditeur libre en philosophie à l’ENS, et rencontre Danielle Torren, sa compagne de toujours, mère de leur fils Émile. S’écartant un temps de la carrière universitaire, il travaille dans les années 1980 comme chargé de cours, traducteur auprès de l’UNESCO, bibliothécaire à l’Ambassade des États-Unis, éditeur scientifique pour un organisme international. Puis il retourne à Johns Hopkins pour, en un temps éclair, y achever, au sein du prestigieux Humanities Center et sous la direction du grand historien des idées J. G. A. Pocock, un doctorat sur le penseur anglais des Lumières Edward Gibbon (A History of Contempt : Gibbon’s Decline and Fall of the Roman Empire, 1996), auteur qui restera un compagnon voire un modèle de pensée.

4C’est à l’âge de 45 ans que Robert Mankin rejoint l’université française, d’abord avec un poste d’ATER à l’université de Provence, non loin de leur Italie bien-aimée, près du village de Gémenos où Danielle et lui ont élu domicile (et où Robert élève des abeilles) ; puis, à partir de 1998, en tant que Maître de conférences à l’UFR d’études anglophones de Paris 7, alors Institut Charles V, dans le quartier du Marais. C’est à Charles V et à Paris 7-Denis Diderot que Robert fera toute sa carrière universitaire, y devenant professeur en 2005 après son habilitation soutenue à Aix-Marseille en 2004, et immédiatement, directeur de l’UFR, pour une courte mais intense période pendant laquelle il sait se faire aimer et apprécier de tous. En 2009, il est nommé directeur de la Fondation Deutsch de la Meurthe à la Cité internationale universitaire de Paris, poste qu’il conserve jusqu’à sa disparition, et où il donne année après année d’innombrables preuves de son attention aux résidents de « sa » maison et aux parcours internationaux des jeunes boursiers de la CiuP, ainsi que des preuves de son exceptionnelle humanité, en même temps que de son intransigeance sur les principes humanistes.

5Enseignant convaincu, il avait à cœur de partager son savoir immense et sa passion pour la réflexion intellectuelle avec tous, depuis les étudiants de L1 jusqu’aux agrégatifs, aux doctorants et bien sûr aux collègues. Le souvenir de ses cours reste très vivant dans la mémoire de ses anciens étudiants. Ils assistaient au cheminement d’un esprit original, qui appliquait avec détermination la méthode socratique, et les invitait à emprunter un chemin intellectuel exigeant, tout en accompagnant son enseignement d’humour décalé et d’auto-dérision légère. Le cœur de ses cours, de l’Utopia aux Lumières Écossaises, invitait sans relâche à la réflexivité et au jeu intellectuel cher aux humanistes. Cet engagement humaniste profond, c’est cela aussi qui l’amène à œuvrer à la création, à Paris Diderot, d’un cursus pluridisciplinaire en Humanités et à celle de l’Institut des Humanités de Paris. Au même moment, de 2009 à 2013, il dirige le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA), fondé en 2008 par fusion de deux équipes préexistantes. Avec un soin, une vision, une intelligence et une exigence qui n’appartiennent qu’à lui, il insuffle à cette équipe une dynamique collective et interdisciplinaire exemplaire. Devenu UMR sur la base de ce travail, le LARCA tel qu’il existe aujourd’hui lui doit tout ou presque. L’initiative lui revient, entre autres, du film documentaire récemment achevé sous la direction d’Ariane Hudelet (L’Abécédaire filmé du LARCA), dans lequel on pourra voir sa belle leçon en images, en paroles et en gestes sur l’actualité d’Edward Gibbon — et sourire à l’humour si fin de Robert : https://www.youtube.com/​watch?v=DV3XFwB584U

6C’est à Gibbon et à la recherche qu’il était retourné depuis 2014, multipliant conférences, voyages de recherche et séminaires, préparant une édition française de référence et se lançant avec ses collègues d’Oxford, de Lausanne, de Los Angeles et d’ailleurs dans un projet international d’édition des œuvres complètes. Il n’a, hélas, pu mener ce projet à bien, amoindri et peu à peu détruit par la cruelle maladie qui l’a finalement emporté. Gibbon, historien-philosophe total, scrutateur des grands tournants et des petits détails, penseur de la concurrence des civilisations et de la persistance de l’ancien, était (on n’échappe pas à son destin) devenu une forme de double pour Robert, lui-même inlassable frayeur de chemins —chemins de traverse souvent —, infatigable et exigeant auditeur d’autrui, merveilleux et spirituel faiseur de lumières pour toutes celles et ceux qui eurent la chance de l’entendre, à Paris-Diderot et ailleurs. Ce lumineux spécialiste des Lumières a maintenant rejoint le cercle des esprits qu’il admirait tant. Ayant eu le privilège de partager son bureau pendant vingt ans, je ne parviens toujours pas à me faire à son absence et regretterai à jamais sa conversation.

Haut de page

Bibliographie

Principales publications

ouvrages

Co-édition : The Correspondence of James Boswell with Edmund Burke. Research Edition. Vol. 4 of The Correspondence of James Boswell. New York: McGraw-Hill, 1987.

Co-directeur d’un volume (et co-auteur de l’introduction) : The Ruin and the Sketch in the Eighteenth Century. Trier: Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2008.

Edward Gibbon. Essai sur l’étude de la littérature. Éd., intro et notes. Studies in Voltaire and the Eighteenth Century. Oxford, SVEC 7 (2010).

Key Figures in Cultural Transfer. The Internationalization of Intellectual Exchange from Edward Pococke to Sir William Jones (ca. 1650-1780). Lewisburg, PA: Bucknell UP, jan. 2018.

Image 100000000000046E000001F464CCFD00.png

À paraître:

Islam and World History: The Ventures of Marshall Hodgson. Ed. R. Mankin and E. Burke III. Chicago : U of Chicago P, 2018.

Articles

« An Introduction to The Claim of Reason ». Salmagundi 67 (1985) : 66-89. [Analyse d’un ouvrage du philosophe Stanley Cavell, suivie d’une réponse de celui-ci : « A Response to Robert Mankin », ibid : 90-96].

« Edward Gibbon et les déclinaisons de l’identité ». Annales du Monde Anglophone 10 (1999) : 75-89.

« De proche en loin : Allan Ramsay peint la philosophie ». Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 52 (2001) : 155-72.

« Montesquieu and the Spirit of Childhood ». Imaginaires de l’enfance. Modern Language Notes 117 (2002) : 737-53. Repris dans « The Spirit of the Laws by Montesquieu ». Literature Criticism from 1400 to 1800 219 (Detroit : Gale Cengage Learning, 2011): 241-49.

« La grammaire de la monstruosité chez David Hume ». La Beauté et ses monstres dans l’Europe baroque des xvie-xviiie siècles. Éd. Line Cottegnies et Gisèle Venet. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003. 49-59.

« David Hume ». Literary Encyclopedia. 2003. www.LitEncyc.com

« E. Gibbon et les Mémoires Littéraires de la Grande-Bretagne : contextes d’un projet de périodique et raisons d’un échec ». Dix-Huitième Siècle 36 (2004) : 469-90.

« Fictional Knowledge: Libraries in Gibbon’s Decline and Fall ». Interfaces 24 (2004) : 137-50.

« Authority, Success and the Philosopher : Hume vs. Rousseau ». Better in France? The Circulation of Ideas between Britain and the Continent in the Eighteenth Century. Ed. Frédéric Ogée. Lewisburg : Bucknell UP, 2005. 177-200.

« Can Jealousy be Reduced to a Science ? : Politics and Economics in Hume’s Essays ». Journal of the History of Economic Thought 27.1 (2005) : 59-70.

« Edward Gibbon ». Literary Encyclopedia. 2005. www.LitEncyc.com

« Hume Represents the World : The Case of the Essays, Moral, Political and Literary (1742, 1752) ». Representation and Performance in the Eighteenth Century. Ed. Peter Wagner and Frédéric Ogée. Trier: Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2006. 61-69.

« Locke’s Education of the Personality ». Études anglaises 58.4 (2005): 387-401.

« Languages of Enlightenment : Some Notes on Gibbon and Islam ». Shiso 3:1007 (2008) : 148-68. Traduit en japonais.

« Incorporer la science : le cas d’Edward Gibbon ». Dix-huitième siècle 40 (2008) : 121-37.

« Pins and needles : Adam Smith and the Encyclopédie ». Adam Smith Review 4 (2008) : 181-205.

« Electricity and Static : Benjamin Franklin and his British Compatriots ». Transatlantica 2 (2009). http://transatlantica.revues.org/4654

« The Makings of the Modern Philosopher : Fictions of Philosophical Identity in Locke and Hume ». Fiction and the Frontiers of Knowledge: Law, Literature and Philosophy in Europe, 1500-1800. Ed. Richard Scholar and Alexis Tadié. Farnham : Ashgate, 2010. 135-61. « Remarques sur de certaines objections que m’a faites un homme qui ma traduit mes ‘Romains’ en Angleterre ». Œuvres complètes de Montesquieu. Vol. 7. Éd. C. Volpilhac-Auger et P. Rétat. ENS Éditions/Classiques Garnier, 2010. 271-321. [Traduction française avec annotations de « L’Imprimeur au lecteur, » texte anglais du xviiie siècle qui critique les idées de Montesquieu sur le financement de l’armée romaine].

« Edward Gibbon, le déclin et la chute des Belles-Lettres ». Entre belles-lettres et disciplines : les savoirs au xviiie siècle. Éd. F. Salaün et J.-P. Schandeler. Centre international d’étude du xviiie siècle : Ferney-Voltaire, 2011. 39-57. http://www.fabula.org/actualites/fr-salaun-j-p-schandeler-dir-entre-belles-lettres-et-disciplines-les-savoirs-au-xviiie-siecle_48026.php

« Opinion et philosophie chez Locke ». L’Opinion publique dans l’Europe des Lumières. Stratégies et concepts. Éd. Bertrand Binoche et Alain J. Lemaître. Paris : Armand Colin, 2013. 149-66.

« Edward Gibbon : Historian in Space ». A Companion to Enlightenment Historiography. Ed. Sophie Bourgault and Robert Sparling. Leyde : Brill, 2013. 25-59.

« Gibbon’s Essay on the Study of Literature. A New English Translation ». Republics of Letters. A Journal for the study of knowledge, politics and the arts 3.3 (2014). http://arcade.stanford.edu/rofl/gibbons-essay-study-literature-new-english-translation

« Gibbon et les origines de l’Islam ». Conférence à l’Université de Lausanne, département d’histoire, le 3 mars 2014. https://lumieres.unil.ch/publications/videos

« La Maladie comme triomphe de la nature ? : “My Own Life” de David Hume ». Raconter la maladie. Dix‐Huitième Siècle 47 (2015) : 197-214.

« Adam Smith ». Dictionnaire Arts et émotions. Produit dans le cadre du programme ANR « Pouvoirs de l’art. Expérience esthétique, émotions, savoirs, comportements ». Paris : Armand Colin, 2016. Texte sollicité par les éditeurs.

« Quelques modèles de fin d’empire chez Edward Gibbon ». Regards transdisciplinaires sur les fins d´empires. Éd. Michael Parsons. Pau : PU de Pau, 2016.

« A man of sense surveys Europe : Edward Gibbon Abroad, 1764 ». Sensing the World (Taste and the Five Senses II). Éd. Frédéric Ogée. Trier: Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2017. 157-76.

À paraître:

« Gibbon’s Mind and Libraries ». Cambridge Companion to Edward Gibbon. Ed. Karen O’Brien and Brian Young. Cambridge : CUP, mai 2018.

« Gibbon, d’Anville et l’espace des empires ». Jean-Baptiste d’Anville, un cabinet savant au siècle des Lumières. Éd. Catherine Hofmann et Lucile Haguet. Bibliothèque nationale de France/Fondation Voltaire (Oxford University Studies in the Enlightenment). Oxford, mai 2018.

« Hume and the Politics of Sickness and Dying ». Eighteenth-Century Studies.

« Who Has History? Remarks on Gibbon and Voltaire ». Republics of Letters.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/921/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ogée et Sophie Vasset, « In memoriam : Robert Mankin (1952-2017) », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/921

Haut de page

Auteurs

Frédéric Ogée

Articles du même auteur

Sophie Vasset

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals