Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Agnès Derail, dir., Puritains d’Amérique: Prestige et déclin d’une théocratie, textes choisis, 1620-1750

Paris : Éditions Rue d’Ulm, collection « Versions françaises », 2016, ISBN 978-2-7288-0558-7
Lauric Henneton
Référence(s) :

Derail, AgnÈs, dir. – Puritains d’Amérique : Prestige et déclin d’une théocratie, textes choisis, 1620-1750. Paris : Éditions Rue d’Ulm, collection « Versions françaises », 2016. 394 pp. ISBN 978-2-7288-0558-7

Texte intégral

1Ce recueil, imprimé sur du papier « bible » particulièrement approprié à son objet, est bien plus dense qu’il n’y paraît au premier coup d’œil. Il s’agit d’une anthologie critique de textes écrits par des puritains de Nouvelle-Angleterre, essentiellement au xviie siècle. En cela, le titre de l’ouvrage est quelque peu trompeur, dans la mesure où la période qui suit l’épisode des sorcières de Salem (1692) est nettement moins documentée que les premières décennies, de même que les écrits de puritains hors de Nouvelle-Angleterre. Cette entreprise assez titanesque de traduction et d’édition critique a pour maître d’œuvre Agnès Derail, avec le renfort de Thomas Constantinesco, Laurent Folliot, Bruno Monfort, Cécile Roudeau, soit une équipe de littéraires habitués à travailler ensemble et rompus à la traduction de textes américains. Dans leur exploration individuelle et collective du canon américain, le choix de se porter sur le corpus puritain semble donc logique. La répartition des rôles ne donne pas lieu à une disparité dommageable, le livre se tient en tant que tel.

2Le recueil se compose d’un bref avant-propos, de six parties thématiques (Covenant, dissensus, altérités, jérémiades, mœurs et reconfiguration), précédées chacune d’une introduction confiée à l’un des auteurs. Les notes, essentiellement contextuelles et portant sur les références bibliques, forcément abondantes, sont reléguées à la fin de chaque partie, ce qui n’en facilite pas la consultation. L’anthologie de documents est suivie par une postface d’une cinquantaine de pages, dont le titre fait écho à un texte de Cotton Mather, « Theopolis Americana: Société et spiritualité dans la Nouvelle-Angleterre puritaine ». Cet essai couvre de façon synthétique les grandes lignes de l’histoire du puritanisme au xviie, en Angleterre d’abord, avec sa place dans la mosaïque protestante, puis en Nouvelle-Angleterre. Le traitement n’apporte aucun élément d’analyse nouveau et ne s’adresse pas aux spécialistes de la question: il sera utile aux lecteurs, étudiants ou spécialistes d’autres disciplines, à la recherche d’une introduction concise. Cependant, il existait déjà des synthèses récentes sur le sujet dans un contexte plus large (B. Van Ruymbeke, L’Amérique avant les États-Unis, [Flammarion, 2013] et L. Henneton, Histoire religieuse des États-Unis [Flammarion, 2012]). Cette partie ne vient donc pas combler un vide dans l’historiographie, même en français. Le volume se clôt sur une quarantaine de pages de notices biographiques, utiles et bienvenues, une chronologie (à laquelle on peut reprocher d’utiliser des traductions pour les titres d’ouvrages, et non les titres originaux) et une bibliographie sélective. Contrairement à ce qu’affirment les auteurs, le récit de William Bradford a été publié en français in extenso en 2004 (Histoire de la colonie de Plymouth, Genève, Labor et Fides).

3On peut s’interroger sur le public visé par l’ouvrage dans son ensemble. Il existe déjà des anthologies célèbres et assez anciennes d’écrits puritains en anglais, donc ces traductions s’adressent plutôt à des lecteurs non anglicistes qui ne maîtrisent pas toujours l’anglais du xviie siècle (historiens, littéraires, philosophes, éventuellement politistes). Pour des anglicistes, cependant, l’appareil critique pourra être utile, même s’il n’est pas exempt de lacunes. D’abord, malgré quelques allusions à l’espace atlantique, pourtant très largement couvert par l’historiographie des vingt dernières années, l’ouvrage n’envisage le puritanisme que cantonné à la Nouvelle-Angleterre, notamment parce qu’il s’appuie sur des écrits de l’élite politico-ecclésiastique et non sur des archives ou de la correspondance. C’est donc une approche littéraire et intellectuelle davantage qu’historique et socio-politique. Par ailleurs, les auteurs évacuent un peu vite la dimension politique, notamment l’aspect éminemment politique du facteur religieux. C’est particulièrement flagrant dans le traitement d’épisodes comme les différends entre Roger Williams et les autorités du Massachusetts, ou encore la crise antinomienne, dans les années 1630. Le terme de théocratie, qui apparaît dans le titre, n’est discuté qu’à la toute fin de la postface, pour y être en partie remis en cause. On pouvait attendre soit une discussion plus informée de la question, soit un choix différent pour le titre de l’ouvrage. Le traitement du sujet par l’historiographie récente (F. Bremer, L. Henneton, L. Crété) n’apparait pas. D’ailleurs, si l’historiographie française récente (postérieure aux travaux de Jean-Pierre Martin et de Pierre-Yves Pétillon) n’y avait pas été passée sous silence, ce volume aurait pu donner un aperçu plus juste des études puritaines dans l’université française aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lauric Henneton, « Agnès Derail, dir., Puritains d’Amérique: Prestige et déclin d’une théocratie, textes choisis, 1620-1750 », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/922

Haut de page

Auteur

Lauric Henneton

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines
Dynamiques patrimoniales et culturelles (DYPAC)

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals