Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Cécile Révauger et Jacques Charles Lemaire, dir., Les Femmes et la Franc-maçonnerie des Lumières à nos jours. xviiie et xixe siècles | Cécile Révauger et Éric Saunier, dir., La Franc-maçonnerie dans les ports

Bruxelles, La Pensée et Les Hommes n°86-87, 2012, ISSN 0774-2754 | Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2012, ISBN 978-2-86781-770-0
Simon Deschamps
Référence(s) :

RÉVAUGER, CÉCILE & Jacques Charles LEMAIRE, dir. – Les Femmes et la Franc-maçonnerie des Lumières à nos jours. xviiie et xixe siècles. Bruxelles: La Pensée et Les Hommes n°86-87, 2012. 420 pp. ISSN 0774-2754

RÉVAUGER, CÉCILE & ÉRIC SAUNIER, dir. – La Franc-maçonnerie dans les ports. Bordeaux: Presses Universitaires de Bordeaux, 2012. 216 pp. ISBN 978-2-86781-770-0

Texte intégral

1Ces deux recueils d’articles regroupent respectivement les actes d’un colloque organisé à Bordeaux en juin 2010 et d’une journée d’études organisée au Havre en septembre 2009. Ils font figure d’ouvrages pionniers dans l’étude de la Franc-maçonnerie aux xviiie et xixe siècles, puisqu’ils regroupent les travaux extrêmement riches et informés d’une vingtaine de chercheurs internationaux sur les questions jusque-là inexplorées de la participation des femmes au fait maçonnique et de son fonctionnement en milieu portuaire. Ces deux thématiques sont certes différentes, mais néanmoins complémentaires, puisqu’il s’agit dans les deux cas d’explorer et de circonscrire le degré d’ouverture sociale et culturelle de la Franc-maçonnerie et par-delà de définir les contours de la sociabilité maçonnique.

2Le numéro consacré aux femmes et à la Franc-maçonnerie aux xviiie et xixe siècles comporte 21 études, organisées en quatre parties, qui croisent approches thématique, chronologique et géographique, au péril peut-être parfois de la cohésion et de la clarté de l’ensemble. Les articles rassemblés offrent un panorama d’une très grande richesse sur une question longtemps ignorée. Seules les contributions traitant du monde anglophone aux xviie et xviiie siècles seront mentionnées ci-après, évidemment. Dans son introduction, Cécile Révauger rappelle avec brio que « l’historiographie de la Franc-maçonnerie féminine a encore du mal à trouver sa place » (10) et que cela est dû au sexisme de bon nombre de maçons, ainsi qu’au manque d’intérêt de tout un pan de la critique féministe. Il s’agit par conséquent de réhabiliter plus d’un siècle d’une histoire très largement méconnue. Les articles de Margaret Jacob et de Janet Burke, deux grandes spécialistes américaines du xviiie siècle, font de la Franc-maçonnerie féminine un produit des Lumières, qui a permis à des femmes, souvent issues de l’aristocratie, de participer à la sociabilité des Lumières et de s’approprier ses valeurs émancipatrices, pour en faire le laboratoire de rapports plus égalitaires entre les sexes. L’étude de Robert Collis révèle d’ailleurs que la participation des femmes à cette sociabilité ne se cantonnait pas à la Franc-maçonnerie, mais s’étendait également à certaines confréries britanniques et tout particulièrement aux confréries jacobites. L’exemple le plus saisissant est sans doute celui de la Oak Society, qui fut créée à Londres pour soutenir Charles Stuart, et dont la liste de membres révèle la participation de six femmes issues de l’élite aristocratique, vraisemblablement les épouses des chevaliers de la confrérie. Le lecteur appréciera également l’article très argumenté et très dense de Pierre Besses, qui relève certaines des ambivalences du rituel de la maçonnerie d’Adoption né sous la plume de Guillemain de Saint-Victor, auteur du Manuel des Franches-Maçonnes, à la Vraie Maçonnerie d’Adoption (1785) et pratiqué à Boston, à partir de 1827. Pierre Besses voit dans ce rituel « la forme maçonnique d’adaptation à une reformulation de la domination masculine visant à se substituer à une vieille stratégie d’exclusion des femmes » (175) et met ainsi en lumière une différence majeure quant à la place des femmes dans les loges d’Adoption françaises et américaines. Au fond, c’est de la grande diversité des éclairages et des points de vues autant que de la pluralité des aires géographiques examinées que cet ouvrage tire son originalité et sa force. Cette pluralité permet notamment de battre en brèche la théorie selon laquelle la Franc-maçonnerie féminine est à considérer comme un phénomène essentiellement français. Les contributions de Robert Peter, Andrew Pink, Susan Snell, Susan Mitchell Sommers et Andrew Prescott attestent du contraire. Andrew Pink démontre ainsi l’existence improbable d’une loge mixte qui opérait dans un jardin de plaisance londonien dès 1739, alors que Susan Snell révèle que les femmes participaient régulièrement aux périodiques maçonniques anglais du xviiie siècle, sous forme de poèmes, mais aussi de contributions plus ouvertement politiques, à l’instar de « Elegy to the Island of Jamaica », diatribe contre l’esclavage. Susan Mitchell Sommers et Andrew Prescott concentrent leur attention sur la loge Urania, créée en 1787 et placée sous la protection de « Sœur Dunkerley », l’épouse du célèbre Thomas Dunkerley, alors Grand Maître Provincial de l’Essex, et longtemps considéré comme le fils illégitime de George II. Les auteurs y démontrent l’intérêt certain de ce dernier pour l’acception des femmes en Franc-maçonnerie, portrait qui tranche radicalement avec « l’icône de zèle et de probité maçonnique » (258) que les apologistes de la Franc-maçonnerie anglo-saxonne masculine tentèrent de faire de lui. Robert Peter se livre, quant à lui, à une étude très fine du discours d’exclusion des femmes en Franc-maçonnerie tel qu’il apparaît dans la presse anglaise du xviiie siècle et démontre plus encore qu’elles « n’étaient pas de simples spectatrices d’un siècle des Lumières anglais, masculin et conservateur » mais au contraire, qu’elles furent parfois en mesure de contourner les règles, de faire bouger les lignes, comme le démontre la création de la loge Urania déjà citée. En somme, le volume offre un tour d’horizon très complet de la contribution toute en nuance du fait maçonnique au mouvement proto-féministe et remet ainsi en question l’idée, avancée à tort, selon laquelle la Franc-maçonnerie était un bastion masculin imprenable. Bien que l’on puisse regretter l’absence d’une conclusion éditoriale qui fasse le point sur l’apport historiographique du volume à notre connaissance du fait maçonnique à travers l’engagement des femmes à travers les loges mixtes et les obédiences spécifiquement féminines, il ne fait nul doute que cet ouvrage a sa place dans la bibliothèque de quiconque s’intéresse à l’histoire de la Franc-maçonnerie et au siècle des Lumières.

3Le second recueil est moins volumineux mais tout aussi dense. Il regroupe onze articles sur un sujet paradoxalement peu étudié, bien que les espaces portuaires aient, bien sûr, permis à la Franc-maçonnerie de s’installer outre-Manche et outre-Atlantique. L’introduction co-écrite par les éditeurs fait parfaitement ressortir les enjeux de la réflexion de cet ouvrage collectif. Il s’agit de définir la spécificité de la Franc-maçonnerie dans le contexte du brassage culturel généré par le milieu portuaire, mais aussi d’explorer « la proximité culturelle entre les valeurs de la Franc-maçonnerie et celles du monde maritime » (11). Les contributions s’articulent parfaitement autour de cette thématique et se déclinent en trois parties, « Présence maçonnique en milieu portuaire », « La loge portuaire, creuset interculturel », et « Le monde maritime et la Franc-maçonnerie ». Le projet est très ambitieux, puisque les articles rassemblés transportent le lecteur du Nord de l’Angleterre aux ports espagnols, en passant par Nantes et le Havre, puis Lima, New-York et Canton, ce qui peut amener le lecteur en quête de recoupements à regretter l’absence d’index. Le lecteur appréciera tout particulièrement le tableau dressé par Cécile Révauger de la Franc-maçonnerie dans le port de New-York, à l’heure des grands bouleversements provoqués par la guerre de Sept Ans et par la Révolution américaine. Les loges maçonniques y jouèrent le rôle de « ciment social, permettant de nouer des relations commerciales avec les habitants d’autres ports à une époque où les échanges étaient particulièrement difficiles, souvent dans un contexte de guerre » (103). La contribution de Andrew Prescott intitulée « Freemasonry and Ports in England: Membership of Masonic Lodges in Northern Port Towns, 1780-1830 » abonde dans son sens, puisqu’elle met en évidence le caractère transnational des loges en question, comme en attestent les listes de membres qui révèlent l’engagement de marins et de marchands étrangers. Dans cette étude extrêmement bien documentée, Andrew Prescott relève aussi que la Franc-maçonnerie contribua à l’émergence d’une culture urbaine et cosmopolite dans les villes portuaire du nord de l’Angleterre auxquelles il s’intéresse. C’est surtout la forte présence des gens de mers dans les loges portuaires qui contribua à leur donner un fonctionnement qui leur est propre, comme le démontre le portrait minutieux que nous livre Susan Mitchell Sommers de Thomas Dunkerley, figure de proue de la Franc-maçonnerie anglaise et maître canonnier de la Royal Navy. De son côté, Eric Saunier démontre avec force, dans une prose très agréable à lire, le rôle essentiel des gens de mer dans « la démocratisation de la société maçonnique à la fin du xviiie siècle » et de manière plus intéressante encore, leur participation à certains débats progressistes, notamment sur la condition des hommes de couleur. Les articles ainsi rassemblés se complètent pour démontrer de manière convaincante l’influence du milieu maritime sur les loges maçonniques, mais aussi parfois « la capacité de la culture maçonnique à transformer l’espace portuaire » (13).

4Bien que la Franc-maçonnerie soit devenue un sujet d’étude universitaire et un objet de recherche depuis une cinquantaine d’années, le débat historiographique s’est trop souvent cantonné à l’étude du fait maçonnique à l’échelle de la nation, de manière isolée et sans dimension comparative. Au-delà du caractère inédit des thématiques à l’étude, il faut par conséquent saluer l’effort que l’on retrouve dans les deux ouvrages de rompre avec cette logique, au profit d’une approche qui fait ressortir toute la complexité du phénomène, en le confrontant aux différents contextes géographiques et culturels d’implantation, tout au long des xviiie et xixe siècles. Dans cette perspective, les deux volumes constituent une contribution de taille à l’historiographie du fait maçonnique, mais aussi à l’histoire politique et sociale transnationale de l’espace atlantique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Deschamps, « Cécile Révauger et Jacques Charles Lemaire, dir., Les Femmes et la Franc-maçonnerie des Lumières à nos jours. xviiie et xixe siècles | Cécile Révauger et Éric Saunier, dir., La Franc-maçonnerie dans les ports », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/933

Haut de page

Auteur

Simon Deschamps

Université de Toulouse – Jean Jaurès
EA Cultures Anglo-Saxonnes (CAS) 801

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals