Navigation – Plan du site
Notes de lecture - Ouvrages reçus

Mary Wollstonecraft, Œuvres. Défense des droits des femmes; Maria ou le Malheur d’être femme; Marie et Caroline

Édition critique d’Isabelle Bour, Paris : Classiques Garnier, 2016, ISBN 978-2-8124-3146-3
Annie Cointre
Référence(s) :

WOLLSTONECRAFT, MARY. Œuvres. Défense des droits des femmes; Maria ou le Malheur d’être femme; Marie et Caroline. Édition critique d’Isabelle Bour. Paris : Classiques Garnier, 2016. 629 pp. ISBN 978-2-8124-3146-3

Texte intégral

1Bien qu’elle ait été connue des lecteurs français dès la fin du xviiie siècle, car deux de ses œuvres avaient été traduites peu de temps après leur parution en Angleterre, et bien qu’elle ait vécu quelque temps en France pendant la Révolution et y ait rencontré des Jacobins, Mary Wollstonecraft avait pratiquement disparu du paysage littéraire français. C’est pourquoi l’édition d’Isabelle Bour, qui s’adresse avant tout à un public de non-spécialistes, contribue à la réhabiliter.

2Plus qu’aucune autre écrivaine anglaise de son époque, Wollstonecraft utilise dans ses œuvres polémiques et romanesques les circonstances de sa vie, ainsi que ses sentiments et ses opinions. La critique biographique s’impose donc pour l’analyse de ses œuvres, qui reflètent son caractère, son développement intellectuel, sa découverte des idées philosophiques et politiques exprimées par les penseurs engagés qu’elle fréquentait, et qui l’ont incitée à participer au débat sur la Révolution française et la situation des femmes.

3Isabelle Bour a choisi de présenter la première traduction de trois œuvres représentatives des préoccupations de Wollstonecraft et du « message » qu’elle entendait faire passer, ainsi que du rôle qu’elle souhaitait jouer parmi ses contemporains. La présentation de chacun des textes traduits contient une analyse des idées qui s’y expriment, de la réception de l’œuvre dans les périodiques en Angleterre (critiques souvent défavorables, mais qui ne semblent pas avoir découragé les lecteurs), en Suisse et en France (moins unanimes dans l’un ou l’autre sens), ainsi qu’une note sur la traduction elle-même et ce qu’elle révèle des idées politiques ou religieuses du traducteur. Cette présentation n’épouse pas toujours un plan rigoureux : la partie biographique est suivie de l’énumération chronologique des opinions exprimées dans les périodiques et correspondances des pays francophones sur l’ensemble de l’œuvre de Wollstonecraft, ainsi que des traductions jusqu’à l’époque actuelle, tant sont vastes les connaissances d’Isabelle Bour en littérature et en Histoire des idées. À sa décharge, il faut reconnaître que la cohérence et l’ordre logique des idées n’étaient pas le fort de Wollstonecraft, et que son féminisme, apparu très tôt dans sa vie, était plus intuitif que fondé sur des théories précises : si elle opposait raison et sensibilité, elle n’en accordait pas moins une grande importance à la passion.

4L’analyse la plus complète est celle de Maria ou le malheur d’être femme (roman incomplet publié par Godwin). Isabelle Bour évoque à la fois la réception de l’œuvre et le principal critique français, dont les réflexions non seulement portent sur le roman lui-même, mais dissertent également sur ce genre littéraire et les passions qui y sont révélées, sur la traduction, sur les personnages et sur la critique des institutions. S’adressant à des lecteurs connaissant peu la littérature anglaise des années 1760, Isabelle Bour explique longuement l’importance de la sensibilité.

5La partie consacrée au troisième roman, traduit longtemps après la première édition de l’original anglais, contient plus de commentaires sur la traduction que les présentations précédentes : sont expliqués le titre choisi par le traducteur et le nouveau frontispice. L’analyse passe constamment de l’original à la traduction, pour laquelle Isabelle Bour cherche des comparaisons avec d’autres ouvrages connus sur l’éducation ayant pu influencer la romancière.

6L’introduction est suivie d’une chronologie de la vie et des œuvres de Wollstonecraft. Le texte de chaque traduction comporte un abondant appareil de notes sur les noms propres et sur les différences entre original et traduction, ainsi que l’explication de termes qui ne sont plus usités, ou dont le sens a changé. Bour ajoute la traduction des passages omis par le traducteur, donne la citation complète des allusions et corrige les références inexactes. Le volume se termine par une table des chapitres rétablissant les sous-titres explicatifs abandonnés par les traducteurs; par une bibliographie « sélective » des œuvres de Wollstonecraft et de leurs comptes rendus, ainsi qu’une liste des ouvrages consacrés à Wollstonecraft ou portant sur les sujets abordés. Suivent un index des noms propres, des œuvres et périodiques cités, plus une table générale des matières.

7Ce long ouvrage est le fruit de grands travaux de recherche sur une écrivaine longtemps négligée, voire méprisée, et jugée sévèrement pour avoir, même maladroitement, osé prendre la parole que la plupart de ses contemporains n’étaient pas prêts à lui donner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Cointre, « Mary Wollstonecraft, Œuvres. Défense des droits des femmes; Maria ou le Malheur d’être femme; Marie et Caroline », XVII-XVIII [En ligne], 74 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/936

Haut de page

Auteur

Annie Cointre

Université de Lorraine
SEPTET (Société d’Étude des Pratiques et Théories en Traduction)
Article du même auteur dans XVII-XVIII sur Persée

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals