Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Territoires de diplomatie: Le mon...Un territoire inviolé : invasion,...

Territoires de diplomatie: Le monde anglo-américain et ses relations extérieures

Un territoire inviolé : invasion, souveraineté et diplomatie publique dans le projet orangiste de 1688 en Angleterre

Frédéric Herrmann

Résumés

Cet article entend montrer que si Guillaume d’Orange cherche à réussir son invasion de l’Angleterre, c’est tout autant par une diplomatie publique institutionnalisée à une échelle internationale que par la constitution d’une flotte et d’une armée. L’argument principal qu’elle mobilise est de nier qu’il y eut en 1688 une violation du territoire et de la souveraineté qui s’exerce sur ce territoire, car il faut rallier à la cause orangiste, au-dedans comme au-dehors, toutes les forces vives contre Louis XIV. L’élargissement du processus diplomatique à la sphère publique entraîne néanmoins la formulation d’une souveraineté coordonnée entre Couronne et nation politique, tandis que l’instrumentalisation des conflictualités qui survivent à la révolution se heurte à la possibilité d’une agentivité – à défaut d’être une souveraineté – plébéienne.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les nombreuses interprétations de la révolution de 1688, celle de Jonathan Israel affirme en 1991 qu’il faut cesser de voir cette dernière comme l’évènement pacifique et strictement national décrit au XIXe siècle par une histoire whig longtemps restée dominante. Il faut au contraire rapporter la Révolution à une échelle européenne, voire internationale, et analyser la place qu’elle a occupée dans le jeu des relations triangulaires entre l’Angleterre, la France et les Provinces-Unies. L’entreprise de Guillaume d’Orange apparaîtrait alors nettement comme une invasion, voire comme le début d’une conquête territoriale. Depuis, d’autres lectures de la révolution ont été proposées, notamment par Steven Pincus qui y voit l’affrontement de deux volontés rivales de modernisation répondant à une crise de croissance interne de l’État et de la société, par Edward Vallance qui réaffirme la force de l’antipapisme anglais comme vecteur de transformation politique, ou encore par Tim Harris, qui montre qu’il y a en réalité dans les îles Britanniques trois révolutions en 1688-9, une première en Angleterre, une deuxième en Écosse et enfin une troisième en Irlande, et que ce sont les interactions et les « effets ricochet » entre elles qui précipitent les événements. Néanmoins, aucune de ces approches ne nie que la révolution soit aussi en partie une invasion, une évidence pour les spécialistes de l’Écosse et surtout de l’Irlande, où il est impossible de nier la réalité de la conquête, mais qui vaut aussi pour l’Angleterre. Si 1688 n’est pas qu’une invasion, souligner sa dimension militaire, guerrière et violente permet de renouveler l’examen des notions de souveraineté et de territoire, ainsi que des liens qui entre elles se font de plus en plus serrés au XVIIe siècle. Dans le cas précis de l’Angleterre, une souveraineté s’exerce effectivement sur un territoire déjà largement unifié et centralisé, toutefois idéologiquement divisé en deux visions rivales de la souveraineté, ce que Corinne Weston et Janelle Greenberg appellent « an order theory of kingship » par opposiiton à « a community-centered view of government » (1). C’est sur ce territoire anglais à la fois unifié et divisé que cet article se concentrera.

2L’éclairage apporté ici ne relève pas de l’histoire de la diplomatie, mais de l’histoire sociale du discours politique, qui entend souligner la force motrice des idées sans toutefois tomber dans les travers d’une histoire purement idéelle. Comme le montre Stuart Elden (10), le territoire est un mode distinctif d’organisation sociale et spatiale, qui dépasse ses caractéristiques purement géographiques, biologiques ou grégaires. Il paraît de fait nécessaire de faire s’interpénétrer l’étude de la diplomatie et l’étude du politique, de la société, des discours et des représentations, ainsi que de mettre en relief l’histoire de la diplomatie par une étude des effets des conflits extérieurs à l’intérieur et vice-versa, et ce d’autant plus à une époque où l’opinion publique devient un acteur politique à part entière et où la guerre s’invite dans la sphère publique. La guerre n’est en effet plus le sujet des élites seules mais est devenue une question politique discutée publiquement à tous les niveaux de la société. L’Angleterre du XVIIe siècle se caractérise en outre par une participation citoyenne active, notamment du fait de l’occupation par de nombreux individus de postes inférieurs dans la hiérarchie d’une « république monarchique », créant les conditions d’une véritable agentivité (Harris ed., The Politics of the excluded). C’est précisément ici que le sujet rejoint les préoccupations de l’histoire sociale des idées, qui entend donner une épaisseur sociale à l’histoire des pratiques et des discours en intégrant les apports de « l’histoire d’en bas » et en dépassant, dans son étude des mécanismes de l’opinion, le cadre bourgeois de la sphère publique habermassienne pour envisager la possibilité d’une sphère plébéienne. Guillaume d’Orange recueille le soutien d’hommes de pouvoir qui souhaitent même sa venue, mais ce soutien est loin d’être consensuel. Il lui reste donc à conquérir l’opinion avant de conquérir le territoire et de mener le combat par la plume avant de le mener par le glaive. Cette étude se concentrera sur les efforts fournis au sein du projet orangiste pour répondre à ce déficit de légitimité qui le frappe. Ce dernier est comblé par une diplomatie publique institutionnalisée développée à une échelle tout aussi gigantesque que l’invasion elle-même, le but premier étant de façonner et d’instrumentaliser l’opinion publique européenne et transatlantique pour servir sa propre politique. Les travaux de Nina Lamal et de Helmer Helmers ont permis de mieux cerner le mode de fonctionnement de ce type de diplomatie qui utilise des voies et des moyens non classiquement reconnus comme diplomatiques visant à influer sur les comportements et les idées des populations étrangères afin que ces dernières exercent une pression sur leurs États (Lamal et Van Gelder 370). La frontière entre diplomatie et propagande est ici ténue, mais à l’heure de la première modernité, la diplomatie publique vient en réalité palier certaines faiblesses des services diplomatiques de l’époque, notamment car l’opinion publique peut avoir un effet transformateur, y compris sur des régimes autocratiques (369). Comme l’a montré Helmers, c’est dans la république des Bataves que cette diplomatie s’appuyant sur la force de la sphère publique s’est développée dès le début du XVIIe siècle au moment de son conflit contre les Habsbourg (Helmers, « English public diplomacy in the Dutch Republic »), puis est devenue la marque de fabrique de la Maison d’Orange. Par cet héritage ainsi que par sa propre expérience politique, Guillaume III est passé maître en la matière, ce qui lui a permis de nourrir des ambitions internationales, à présent contre la France (Claydon, William III and the Godly Revolution).

3Depuis les années 1670, l’impératif pour Guillaume d’Orange et le parti qu’il représente dans les Provinces-Unies est en effet de constituer en Europe un contre-pouvoir à la puissance française que l’on accuse de nourrir l’ambition hégémonique de créer une « monarchie universelle ». Ces tensions atteignent un paroxysme en 1688 quand Louis XIV envahit la Rhénanie en même temps qu’est mise en danger la possibilité que Marie, épouse de Guillaume, accède un jour au trône d’Angleterre du fait de la naissance d’un héritier mâle pour Jacques II. La venue de Guillaume en Angleterre doit donc a minima empêcher la concrétisation d’une alliance anglo-française, la Couronne Stuart n’ayant en aucun cas rassuré les Provinces-Unies sur cette éventualité, en dépit de dix années d’alliance anglo-hollandaise depuis 1677-78. Il s’agirait de convaincre l’Angleterre de rejoindre la coalition anti-louis-quatorzième au sein du nouveau conflit européen qui s’engage. A maxima, il s’agirait d’obtenir une position plus forte encore contre la France en absorbant totalement la politique étrangère et la puissance militaire de l’Angleterre. Pour arriver à ses fins, la stratégie orangiste vise le rassemblement des forces au-dedans comme au-dehors, dans les territoires britanniques et sur le continent européen. Prenant comme argument principal que l’entreprise de l’automne 1688 ne constitue ni une agression ni une violation du territoire anglais, elle veut convaincre que les Provinces-Unies se portent garantes de la paix en Europe et dans le même temps veut préparer une réponse militaire appropriée face au danger français. Cette diplomatie par définition irénique contient donc paradoxalement en son sein la promesse de la guerre, l’aphorisme célèbre de Karl von Clausewitz sur la guerre pouvant être inversé, comme nous le rappelle Michel Foucault : « la politique, c’est la guerre continuée par d’autres moyens » (16). Parce qu’elle repose en grande partie sur la propagande dont c’est le propre d’exacerber les oppositions, elle reconnaît, peut-être plus que tout autre type de diplomatie, l’inévitabilité des conflits. L’élargissement du processus diplomatique à la sphère publique et l’exploitation des conflictualités à des fins politiques peuvent toutefois provoquer des effets indésirables du point de vue du sommet du pouvoir, montrant les limites de l’instrumentalisation et entrouvrant la possibilité d’une agentivité – à défaut d’être une souveraineté – populaire.

Promettre la paix pour mieux préparer la guerre

4En amont de son expédition, le prince d’Orange adresse une Déclaration aux sujets de la Couronne anglaise, daté du 10 octobre (selon le calendrier grégorien) à la Haye et une version sensiblement différente aux sujets de la Couronne écossaise, dans lesquelles sont exposés les motifs de sa « présentation en armes » en Angleterre. Cette déclaration en forme de manifeste a longtemps été vue comme un chef d’œuvre de propagande visant à déstabiliser Jacques II dans ses royaumes et à rallier vers lui l’opinion publique et les forces vives britanniques. L’effort de propagande est en effet énorme : plusieurs milliers d’exemplaires de la Déclaration sont envoyés en Angleterre en amont, Guillaume et ses partisans constituent en partie grâce aux contacts des Whigs exilés dans les Provinces-Unies un réseau de distribution d’imprimeurs, de libraires et de colporteurs qui atteint jusqu’aux régions les plus reculées des territoires britanniques et ils emportent avec eux dans leur traversée une presse pour produire de nouveaux exemplaires dès le débarquement (Schwoerer 854-5). On dénombre en tout vingt-et-une rééditions en trois mois, dont huit en anglais, pour une production de 60.000 exemplaires, chiffre exceptionnel pour l’époque (Rameix 106). Mais il faut aussi considérer ces Déclarations comme des documents diplomatiques à part entière, d’abord parce qu’elles sont données en mains propres aux ambassadeurs en poste à La Haye (sauf aux ambassadeurs français et anglais), ensuite parce qu’elles sont publiées à Amsterdam, La Haye, Hambourg, Magdebourg, puis à Londres et à Édimbourg, et ce dans quatre langues : en néerlandais, en anglais, en allemand et en français, avec quelques ajouts et modifications réservés à chaque public-cible (Schwoerer 854). Il s’agit bien d’un effort de diplomatie publique. Par une diffusion maximale à travers tout le continent, Guillaume entend toucher l’opinion publique européenne tout entière. Ces Déclarations s’accompagnent d’une missive diplomatique émanant de la puissance souveraine, les États Généraux des sept provinces, envoyée aux puissances alliées de la Ligue, qui est une synthèse de la Déclaration de Guillaume (Resolution…). Ce texte est traduit en anglais, français, allemand et il est largement diffusé dans toutes les capitales d’Europe en quelques jours (Israel, « Introduction » 22). Dans la continuité des décennies précédentes, le parti orangiste rend la frontière entre diplomatie et propagande extrêmement floue.

5Ces déclarations sont les pièces maîtresses d’une production en fait bien plus large, comme l’ont souligné Lois G. Schwoerer et Tony Claydon (« William III’s Declaration of Reasons »). Sermons, pamphlets, gazettes, newsbooks, newssheets, images, médailles, cartes à jouer, ainsi tous les media sont mobilisés, de même que tous les langages et tous les tropes, de la philosophie politique du contrat jusqu’à la représentation de Guillaume comme héros providentiel ou aux productions apocalyptiques, au sein d’une « machine » communicationnelle redoutable. Le pouvoir orangiste va même jusqu’à utiliser la censure comme moyen de propagande, misant sur le fait qu’un point de vue censuré (dans ce cas la supposée illégitimité du prince de Galles) sera en réalité plus colporté que s’il ne l’avait pas été (Jagersma). On retiendra ici trois caractéristiques. Premièrement, l’effort de l’automne 1688 n’est pas spontané. Depuis plusieurs années, des « nouvelles » (news) anglaises circulent en Hollande, et vice-versa, mais en réalité souvent certaines « nouvelles » anglaises sont produites par la Hollande, façonnées par les mêmes Whigs en exil ou alimentées par des agents diplomatiques officiels et des espions. Information et désinformation contribuent à la création d’une sphère publique anglo-hollandaise et à l’élaboration de questions et de discussions transnationales, ce qui explique qu’à la fin de 1688, Guillaume se retrouve très avantageusement placé au centre de la politique européenne. Deuxièmement, cette communication ne vise pas uniquement les élites politiques et sociales ni même la sphère publique bourgeoise définie par Habermas. Il s’agit bien d’une communication de masse, cherchant à toucher jusqu’à ceux et celles qui ont reçu une éducation extrêmement rudimentaire et même les illettrés (d’où l’élément visuel, les prix modiques de certaines productions et leur lecture publique) (Schwoerer 857, 874). Le pouvoir orangiste reconnaît donc l’existence d’une sphère publique plébéienne en même temps qu’il cherche à la façonner. Troisièmement, le message récurrent de cette production est la menace que représente la France en tant que puissance voisine, mais aussi en tant que modèle politique. La construction de la légende noire de la France par les « nouvelles » provenues des Provinces-Unies venant renforcer la phobie et la paranoïa anglaises contre le papisme explique que Guillaume n’a même pas besoin dans sa Déclaration de mentionner le contexte géopolitique européen : la seule évocation de la politique papiste de la Cour renvoie implicitement et sans le dire à une potentielle alliance anglo-française qui apportera la tyrannie et la dévastation.

6Le parti orangiste ayant œuvré à la création de cette sphère d’opinion anglo-néerlandaise bien en amont de tout projet d’expédition rend plus facile la tâche de convaincre au moment de l’invasion que cette dernière n’est très précisément pas une invasion et que son intention est entièrement diplomatique. Dans les textes, Guillaume parle d’une entreprise personnelle et d’une affaire dynastique et familiale privée déclenchée par la naissance du « fils » du roi (The Declaration of His Highnes 7). Son intention n’est ni d’envahir ce pays qui a déjà témoigné à son épouse et à lui-même tant d’affection, ni d’usurper le trône de son beau-père. Guillaume se présente en libérateur qui a répondu à l’appel de dignitaires (les fameux « Sept Immortels ») inquiets pour la religion et les lois de leur nation menacées. Peut-on en effet parler d’invasion puisque des membres de la nation politique souhaitent ardemment la venue du prince ? Il n’est donc qu’un simple instrument envoyé par la Providence pour aider le peuple à « préserver la religion protestante » et à « restaurer les lois et les libertés » en Angleterre, en Écosse et en Irlande. Une fois ces principes généraux et consensuels fermement établis, le texte donne un poids aux accusations en fournissant un long catalogue d’exemples concrets de sa dérive. Point crucial, il ne cherche pas à remettre en question l’autorité de Jacques, qui n’est ni incriminé, ni même interpellé. Le texte exonère le roi de toute responsabilité et accuse les « mauvais conseillers », qui ont poussé le roi à instaurer « un gouvernement arbitraire » (The Declaration of His Highnes 3). C’est là un outil politique largement usité au XVIIe siècle qui permet aux sujets de se rebeller contre la personne du roi sans toutefois saper l’institution de la monarchie et ses fondements. Conscient que le peuple anglais nourrit un sentiment extrêmement hostile à l’égard des armées depuis plusieurs décennies, sentiment exacerbé par la dictature militaire cromwellienne, et qu’il sera a fortiori d’autant plus hostile envers une armée constituée de troupes étrangères, Guillaume se dit dans sa Déclaration garant de « la plus stricte discipline militaire » et il s’engage à protéger les populations civiles et à renvoyer les troupes étrangères dès lors que la situation le permettra (7-8). Les États Généraux, quant à eux, finissent par admettre après l’avoir d’abord niée leur implication dans l’invasion. Guillaume n’aurait jamais pu mener à bien son projet sans leur soutien financier (4 millions de florins sur les 6 millions engagés), ainsi que celui de l’État de Hollande et de la ville d’Amsterdam (Israel, « The Dutch role in the Glorious Revolution » 122-23 ; Hoak 17). Cependant, les États affirment vouloir maintenir de bons rapports diplomatiques, condamnant toute ingérence dans les affaires anglaises et l’éventualité que l’on détrône le roi ou altère l’ordre de succession (Resolution… 5).

7Il n’en reste pas moins que c’est une armée qui envahit l’Angleterre en novembre 1688 et que la présentation se fait bien « en armes », tandis qu’un examen rapide des préparatifs et des effectifs mobilisés rappelle la réalité guerrière derrière la communication irénique, ce qui a valu que l’on compare Guillaume à « a wolf in sheep’s clothing » (Fissel 1968). La flotte que Guillaume rassemble, entre 15.000 et 21.000 hommes selon les diverses estimations, et environ 500 navires, dépasse largement l’Invincible Armada qui, comme on le sait, avait très précisément un siècle auparavant tenté une invasion (voir Harris, Revolution 274-75 pour une synthèse récente de ces données). L’ampleur tout à fait exceptionnelle de l’armée et de la flotte ne laisse aucun doute sur le fait que Guillaume se prépare à la très forte éventualité d’un affrontement sur le champ de bataille, voire d’une guerre de longue haleine contre Jacques, avec tout son lot de destruction et de bouleversement politique et social, à mener en parallèle avec le conflit contre la France, qui déclare la guerre aux Provinces-Unies onze jours après le débarquement de Guillaume à Torbay.

Rassembler et unifier contre la France

8Or, une guerre civile à l’échelle des îles Britanniques pourrait sérieusement compromettre les efforts fournis par Guillaume pour mobiliser leurs ressources contre Louis XIV, sans parler bien sûr de l’éventualité d’une issue défavorable. De fait, il sait qu’avant même son débarquement, il lui faut neutraliser les dissensions internes dans ces territoires afin que dans un second temps un nouveau front unifié puisse être rallié à sa cause européenne anti-louis-quatorzième. Guillaume sait que son entreprise pourrait très potentiellement raviver les tensions et avoir un effet explosif. Il endosse donc un rôle d’arbitre qui est dans la lignée de « l’arbitre universel » qu’il a voulu être entre les provinces dans son pays natal (Levillain 286), et qu’il compte bien devenir à l’échelle européenne.

9L’analyse qui est généralement donnée des Déclarations est que, dans le but d’aplanir les divergences, les orangistes formulent une version de la souveraineté qu’ils veulent la plus consensuelle possible entre sensibilités tory et sensibilités whig, avec plus de concessions toutefois envers les Tories pour l’instant courroucés contre Jacques II mais qui pourraient bien revenir vers lui si l’ordre politique et social était troublé par l’entreprise de Guillaume (Israel, « Introduction » 13). Les arguments mobilisés par le Grand Pensionnaire Gaspar Fagel, chargé par Guillaume de la rédaction, sont en majorité ceux du Tory Danby, ex-ministre déchu de Charles II, tandis que les revendications les plus radicales des Whigs, comme l’inscription dans la loi d’une limitation du pouvoir royal ou l’adoption d’une charte des droits du parlement ainsi que des sujets sont laissées de côté. Cependant, la conception de la souveraineté qui transparaît ici transcende ces oppositions. Celle-ci est dictée par la stratégie orangiste : puisqu’en amont du conflit contre la France, c’est la pleine coopération du peuple que l’on recherche, il est peu étonnant qu’au moment même où le roi Jacques perd sa couronne, est envisagée l’idée que la nation, dont on dit que le territoire demeure inviolé et les libertés préservées, puisse participer de la souveraineté. La force militaire de Guillaume n’est pas contraire à cela, puisque le glaive vient protéger le peuple de ses propres dérives et de ses dissensions. De fait, la parole orangiste contribue à apporter une réponse à la question qui empoisonne les relations politiques depuis plusieurs décennies, non pas tant celle de l’existence du parlement, dont l’utilité politique est reconnue par tous depuis au moins la guerre civile, y compris par un certain pragmatisme tory, mais celle de savoir si, à l’intérieur de cette institution qu’est le king-in-parliament, le pouvoir du parlement est coordonné à celui du roi, ou bien subordonné à ce dernier : « no Lawes can be made, but by the joint concurrence of King and Parliament » (The Declaration of His Highnes 3). Comme l’a récemment souligné Tim Harris, la Révolution a contribué à une forme d’arbitrage en faveur d’une coordination des pouvoirs et évacue toute identification possible de la souveraineté à une monarchie exclusivement personnelle qui serait fondée sur le droit divin (Revolution 486). Il ne s’agit pas d’une transformation de la conceptualisation de la souveraineté vers une représentation rationnelle du pouvoir de l’État dans la veine de Hobbes ou de Locke. Mais le monarque n’est plus la source de la loi au-dessus de la loi. Il ne faudrait pas pour autant se rendre coupable d’idéalisme ou d’angélisme au sujet de Guillaume, dont on connaît les penchants autoritaristes, avant, pendant et après la Révolution. De son point de vue, la « monarchie parlementaire », si on veut l’appeler ainsi, fait en réalité partie d’une stratégie militaire ou une realpolitik visant à se donner l’accès aux ressources britanniques pour mener son combat contre Louis XIV. Et si le prix à payer est un compromis avec le parlement, Guillaume a aussi une longue expérience des assemblées représentatives dans les Provinces-Unies, faite de négociations et de manipulations. Dans l’immédiat, Guillaume doit toutefois, par un véritable exercice d’équilibrisme, se rendre indispensable au maintien de la paix dans les îles Britanniques, tout en incarnant une forme de pouvoir contraire au despotisme qu’il dénonce chez Louis XIV et Jacques II.

10Il doit se montrer tout aussi habile au-dehors : il faut convaincre les alliés européens que l’alliance anglo-française, si elle devait se réaliser, serait un désastre qui romprait l’équilibre des puissances européennes, mais dans le même temps il faut rassurer ces dernières que la neutralisation de l’alliance anglo-française par l’alignement des royaumes britanniques aux Provinces-Unies ne constitue pas en soi une nouvelle forme de déséquilibre. Cet alignement doit au contraire être vu comme un atout renforçant une coalition anti-louis-quatorzième trans-confessionnelle. Et la combinaison des deux logiques (britannique et européenne) fait de cet exercice une triangulation bien ardue : il est nécessaire à Guillaume d’être soutenu en Angleterre d’entretenir et d’attiser l’antipapisme, cette haine pour ce qui dans l’idiome national est désigné par « popery and arbitrary government », même d’exagérer le danger d’une annihilation de la religion réformée aux mains des forces du catholicisme que sont Louis XIV et Jacques II. Les orangistes veulent partager leur conviction que l’hégémonie culturelle est vectrice de domination, phénomène qu’ils ont un temps eux-mêmes subi mais qu’ils savent à présent utiliser à leurs fins. Mais de manière simultanée, ils se doivent de scinder tyrannie papiste et religion catholique pour rassurer les alliés catholiques externes qui pourraient se sentir menacés par la constitution d’un nouveau front protestant anglo-néerlandais. Le « monarque parlementaire » en devenir n’hésite pas à la fin de son texte à dicter sa conduite au parlement en demandant une tolérance des « consciences catholiques » (The Declaration of His Highnes 7-8), qui correspond à l’engagement des Provinces-Unies vis-à-vis des puissances catholiques alliées selon lequel le succès de Guillaume en Angleterre ne se fera pas « pour exterminer la religion catholique, ni pour la persécuter » (Resolution… 5).

De la juste conquête à la révolution

11Les efforts de la diplomatie publique orangiste de l’automne 1688 rencontrent un succès indéniable. Non seulement des nobles et des membres de la Gentry rassemblent des troupes pour rejoindre l’armée de Guillaume mais ce dernier est également soutenu par une large part de l’opinion publique plébéienne. Toutefois, d’autres individus, outre les jacobites, opposent rapidement une réelle résistance, par exemple parce qu’ils sont, comme la frange whig radicale, déçus par un remaniement constitutionnel de début 1689 qui ne limite pas assez les pouvoirs de la Couronne, ou parce qu’ils refusent d’être mis devant le fait accompli du transfert de la Couronne de Jacques à Guillaume et Marie, comme ces non jurors qui refusent de prêter allégeance au « roi étranger ». Pour faire face à ce qui est identifié comme des insuffisances du discours officiel de la non-conquête du territoire et de la souveraineté mixte préservée, le régime promeut d’autres arguments, déjà présents à l’automne 1688 : l’argument fondé sur l’histoire biblique, celui de la délivrance par la providence divine, l’argument (plus minoritaire) du droit de résistance fondé sur le contractualisme, et enfin, un argument plus sulfureux encore, aux accents hobbesiens, qui est de voir en Guillaume un monarque de facto, le glaive étant la seule source de son autorité. Ce dernier argument de la force physique et de la conquête violente fait l’objet d’un cadrage au contraire totalement juridique, celui du ius gentium, de la juste conquête et de la guerre juste, reposant sur un héritage en partie hollandais depuis Grotius selon lequel même les guerres sont soumises à des règles et l’usage de la force obéit à des principes moraux.

12Ainsi, alors que le fait de la conquête avait été jusqu’à maintenant passé sous silence, des écrits se mettent à exalter le rôle du prince conquérant. Chez un Tory comme Edmund Bohun par exemple, un rôle providentiel est donné à la conquête même, ce qui permet aux sujets de ne pas déroger au principe de l’obéissance passive à la Couronne dont l’autorité a été instituée par Dieu : le peuple ne commet pas le péché de rébellion, mais est cependant libéré du joug tyrannique. Afin que juste conquête il y ait, il faut qu’elle soit menée par un prince souverain indépendant, qui « n’a à répondre qu’à Dieu et à ses princes voisins » (Goldie 581). Ainsi, de simple chef militaire hollandais, Guillaume se retrouve transformé en quasi-monarque des Provinces, et sa Déclaration est à présent explicitement interprétée comme une déclaration de guerre. Toujours pour apaiser les consciences tory et pour sauvegarder l’idée que les sujets n’ont nullement désobéi au monarque, on affirme que le peuple n’est pas plus l’objet de la conquête qu’il n’est acteur du changement politique : « [the conquest] was “strictly Limited [...] to the late King James and his Party ; and not extended to the Nation” » (Bohun 11). Cette distinction cruciale est déjà établie dans l’appendice à la Déclaration de Guillaume datée du 24 octobre, qui dénonce le projet « diabolique » qui consisterait à conquérir la nation (« the wicked design of conquering the nation », The Declaration of His Highnes 8). Ni le peuple, ni le territoire n’a subi d’invasion. On voit comment ce type d’argumentaire peut toutefois aussi être lu dans un sens whig. La primauté va à la nation, à laquelle est étroitement rattaché le territoire, là où dans les monarchies personnelles, c’est typiquement l’État qui façonne son territoire (Fulbrook 3). Le droit de conquête opérant uniquement sur le trône et non sur le territoire ou le peuple, il appartient ensuite à ce dernier de donner son consentement au gouvernement du prince conquérant, ce qui nous ramène à la souveraineté coordonnée. La doctrine de la juste conquête permet de continuer de gommer la violence et de résoudre la potentielle contradiction entre conquête et souveraineté : le territoire reste inviolé et la souveraineté est préservée. Cette juste conquête menant à une autorité légitime est à opposer aux injustes conquêtes du despote Louis XIV, qui accumule les invasions illégitimes et ne sait pas distinguer gloire et massacres. Et si la propagande de Guillaume trouve un ancrage dans le ius gentium, c’est aussi pour projeter l’image d’un pouvoir européen « cosmopolite » qui a justement le souci de défendre à la même échelle de l’Europe « les gens » contre toute tentative d’asservissement d’une monarchie se voulant universelle mais qui est synonyme d’esclavage.

13Cette version du prince conquérant ne remporte toutefois pas tous les suffrages whigs, qui commencent au début des années 1690 à y voir un argument à double tranchant. Ce dernier pourrait en effet être confondu avec l’interprétation de la conquête développée dans les écrits de Robert Brady sur la conquête normande, et qui était devenue au début des années 1680 un argument d’autorité dans la littérature royaliste tory. Brady avait montré que la conquête normande avait donné au conquérant un pouvoir absolu sur ses sujets et que les droits des sujets ne sont point des droits ancestraux, encore moins des droits naturels, mais des concessions délivrées par le monarque (Pocock, chapitre VIII). Appliqué à 1688, cet argument pose un double problème : il n’y aurait eu aucune illégalité dans le « pouvoir absolu » de Jacques, descendant de Guillaume le Conquérant, ce qui rendait le changement de régime illégitime ; mais une nouvelle conquête ayant eu toutefois lieu, le nouveau conquérant Guillaume d’Orange pouvait prétendre au même pouvoir absolu, une proposition que ni ceux qui restent attachés aux principes whig, ni les Tories, non-jurors ou pas, ne pourraient supporter, et ce au moment même où Guillaume montre ses tendances les plus autoritaires. La publication en 1693, quand les Whigs deviennent de plus en plus influents à la Chambre, par un auteur qui n’a aucun lien avec le pouvoir, le Whig radical Charles Blount, d’un écrit au titre provocateur King William and Queen Mary Conquerors crée un véritable scandale et rend l’argument de la juste conquête à présent totalement inaudible. La Cour finit par l’abandonner et va même jusqu’à en censurer la publication (y compris un traité qu’elle avait elle-même commandité auprès de son principal apologiste Gilbert Burnet, co-auteur de la Déclaration d’octobre 1688).

14« L’affaire Blount » est un bon exemple qui démontre la difficulté rencontrée au sommet du pouvoir pour contrôler les effets de l’instrumentalisation de l’opinion publique. Mais cette difficulté se fait ressentir dès décembre 1688 quand des foules armées se livrent à de nombreux épisodes de violence urbaine, visant les demeures des catholiques et allant jusqu’au pillage des résidences et des chapelles des ambassades espagnole, française, vénitienne, florentine et palatine. On a récemment cherché à donner une interprétation de ces émeutes longtemps minimisées par l’histoire car ne cadrant pas avec l’image savamment entretenue d’une révolution « tranquille », mais le parti orangiste n’aurait à ce moment-là pas perdu le contrôle de son instrumentalisation de l’opinion publique du fait du caractère extrêmement ritualisé et codifié de ces violences et de ces destructions, qui seraient par ailleurs guidées par l’élite sociale (Harris, Revolution 301). De la même façon, le peuple aurait été, quelques jours après seulement, tout aussi enrégimenté par les soutiens de Jacques II pour réserver un accueil triomphal au roi faisant son entrée dans Londres. Outre le fait que la catégorie « le » peuple, entité monolithique qui ne parlerait que d’une seule voix, est glissante, et que ses « inconstances » révèlent plus une division de la société à tous les niveaux qu’une masse informe, l’analyse des effets imprévisibles du discours peut être enrichie par des approches qui dépassent le cadre purement discursif des théories de la réception par le peuple et réaffirment la constance des rapports de force. Si l’on applique le modèle de la sociologie des crises de Michel Dobry, il y a en 1688 une régression vers l’habitus plutôt qu’une libération des individus par rapport à leurs dispositions, car dans les moments de déstabilisation, il y a avant tout une recherche du connu. Ici, l’habitus est le religieux, plus précisément l’antipapisme. La peur du peuple, pour ne pas dire la terreur, de voir sa liberté et même son existence menacée par le retour du papisme (on peut voir dans les émeutes de décembre 1688 un parallèle avec la Grande Peur de l’été 1789 : Pincus 223) est vectrice de transformation politique, le moment révolutionnaire qui s’improvise alors étant l’origine et non le résultat d’une politisation (Tackett). Dans ce contexte d’invasion, on assiste à une réappropriation de la violence, niée par le langage de l’élite sociale mais qui est intrinsèque à la conquête, par une partie du peuple, qui y voit le moyen d’une rupture et une légitimation de la possibilité de penser la nouveauté, là où le discours officiel entendait prôner une continuité dans la rupture (Breaugh). La soi-disant « hystérie collective » du « mobile vulgus » ou bien l’antipapisme instrumentalisé et maîtrisé par les orangistes en décembre 1688 se transforme chez certains groupes et individus de la plèbe en un phénomène insurrectionnel contre l’ordre politique incarné par Jacques II. Une opinion publique « d’en bas » (Negt) génère son propre événement et son propre moment, et met en avant, par son agentivité, sa propre souveraineté, même si c’est de manière éphémère.

*

15En apparence, la révolution de 1688 aboutit pour Guillaume d’Orange à un résultat glorieux. Il réussit en effet à mettre fin à tout projet d’alliance franco-anglaise nourri par Louis XIV. Guillaume a conquis l’Angleterre par la diplomatie publique tout autant que par la constitution d’une flotte et d’une armée. L’Irlande, et dans une moindre mesure l’Écosse, deviennent le théâtre d’affrontements armés parmi les plus meurtriers de leur histoire, mais « Guillaume d’Orange entre à Londres le 18 décembre 1688 sans avoir livré combat autrement que par la plume », comme l’affirme Stéphane Haffemayer (124). Pourtant, il n’y a du point de vue orangiste aucune distinction entre le glaive et la plume, et le débarquement en Angleterre n’est effectivement que le premier épisode d’un conflit européen sanglant que l’on a pu appeler la « guerre de succession d’Angleterre ». La construction par la diplomatie publique d’une image de l’invasion comme non-invasion a une force de persuasion qui a su traverser les siècles. L’histoire whig « d’en haut » du XIXe siècle fonde en grande partie son interprétation de la Révolution sur l’irénisme de la Déclaration de Guillaume à l’automne 1688, le maître mot du texte, « restauration », voulant résumer la révolution de 1688-89 tout entière et confortant les élites politiques et sociales britanniques dans un sentiment d’autosatisfaction quant au système politique et social dont elles sont à la tête.

16Mais le message de la diplomatie publique – la négation dans le discours de la violation du territoire, accompagnée de la restauration et de la continuité d’une souveraineté mixte « populaire » (c’est-à-dire, du point de vue des élites, de leurs représentants au parlement) – a pu aussi être réinterprété et réapproprié au prisme de la réalité sociale plébéienne : la réalité de la conquête vient rencontrer la volonté de changement. 1688 n’est donc pas qu’une invasion et il y a, tout du moins pour l’instant, convergence des intérêts. Au XVIIIe siècle, les Whigs au pouvoir sous Walpole considèreront à leur tour 1688 comme une conquête et comme une rupture. Ce sera aussi le cas des Lumières écossaises (Gautier). Mais pour Guillaume comme plus tard pour Walpole, la rupture, masquée chez l’un et assumée chez l’autre, ne signifie pas une société fondée sur un État minimaliste « libéral » mais bien la construction d’un État militaro-fiscal (Brewer). Il faut par la parole publique d’État préparer le peuple à payer des impôts. Si Guillaume parvient à assez rassembler autour de lui pour mener à bien sa politique de guerre, il ne réussit toutefois pas à réaliser une parfaite unité. Au sein des sphères publiques bourgeoise et plébéienne, les logiques oppositionnelles se multiplient : d’abord contre l’armée hollandaise vue comme une force d’occupation avant son retour aux Provinces en 1691, puis contre les changements politiques et sociétaux liés à l’économie de guerre, enfin contre la guerre elle-même. Le consensus voulu par Guillaume fin 1688, extrêmement superficiel, ne dure que très peu. On est face à la réalité d’un territoire qui, loin des mythes britanniques du compromis et du statu quo, reste divisé et conflictuel, réalité rendue perceptible par une méthodologie qui donne une épaisseur sociale aux contextes discursifs et qui est sensible à la valeur heuristique du conflit, car, comme nous le rappelle le livre de Martin Breaugh, la liberté politique risque de mourir en l’absence de conflits.

Haut de page

Bibliographie

Blount, Charles. King William and Queen Mary Conquerors. London: printed for Richard Baldwin, 1693.

Bohun, Edmund. Cambridge University Library, Sel. 3.238, n° 359.

Breaugh, Martin. L’expérience plébéienne  : Une histoire discontinue de la liberté politique. Paris : Payot, 2007.

Brewer, John. The Sinews of Power: War, Money and the English State, 1688–1783. London: Routledge, 1989.

Claydon, Tony. William III and the Godly Revolution. Cambridge: Cambridge UP, 1996.

Claydon, Tony. « William III’s Declaration of Reasons and the Glorious Revolution ». The Historical Journal 39.1 (March 1996): 87‑108.

Comstock Weston, Corinne & Janelle Renfrow Greenberg. Subjects and Sovereigns. The Grand Controversy over Legal Sovereignty in Stuart England. Cambridge: Cambridge UP, 1981.

The Declaration of His Highnes, William Henry, By the Grace of God Prince of Orange, &c. Of the Reasons Inducing him, to appear in Armes in the Kingdome of England, for Preserving of the Protestant Religion, and For Restoring the Lawes and Liberties of England, Scotland, and Ireland. The Hague: Arnout Leers, By his Highnesses Speciall Order, 1688.

Dobry, Michel. Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles. Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

Elden, Stuart. The Birth of Territory. Chicago: The University of Chicago Press, 2013.

Fissel, Mark Charles. « Charles-Édouard Levillain. Un glaive pour un royaume ». American Historical Review (December 2015) : 1968‑69.

Foucault, Michel. Il faut défendre la société. Cours au Collège de France, 1975-1976. Paris: Gallimard – Seuil, 1997.

Fulbrook, Mary. « Introduction: States, Nations and the Development of Europe ». National Histories and European History. Ed. Mary Fulbrook. London: UCL Press, 1993. 1-17.

Gautier, Claude. « Hume et la critique du républicanisme. Corruption et Constitution ». Libertés et libéralismes. Éd. Jean-Pierre Potier, Jean-Louis Fournel et Jacques Guilhaumou. Lyon : ENS éditions, 2012. 67‑86.

Goldie, Mark. « Edmund Bohun and Jus Gentium in the Revolution Debate, 1689-1693 ». The Historical Journal 20.3 (September 1977): 569‑86.

Habermas, Jürgen. L’Espace Public. Paris : Payot, 2008.

Haffemayer, Stéphane. « La Glorieuse Révolution et la conquête de l’opinion (1688-1689) ». S’exprimer en temps de troubles. Conflits, opinion(s) et politisation du Moyen Age au début du XXe siècle. Éd. Laurent Bourquin, Philippe Hamon, Pierre Karila-Cohen et Cédric Michon. Rennes : PUR, 2012. 115-29.

Harris, Tim. Revolution. The Great Crisis of the British Monarchy, 1685-1720. Londres: Penguin, 2007.

Harris, Tim, ed. The Politics of the excluded, c. 1500-1850. Basingstoke: Palgrave, 2001.

Helmers, Helmer. « English public diplomacy in the Dutch Republic, 1609–1619 ». The Seventeenth Century 36.3 (2021): 413‑37.

Helmers, Helmer. « Public Diplomacy in Early Modern Europe. Towards a New History of News ». Media History 22.3‑4 (2016): 401-20.

Hoak, Dale. « The Anglo-Dutch revolution ». The World of William and Mary, Anglo-Dutch perspectives on the Revolution of 1688-89. Ed. Dale Hoak & Mordechai Feingold. Stanford: Stanford UP, 1996.

Israel, Jonathan I. « The Dutch role in the Glorious Revolution ». The Anglo-Dutch Moment. Essays on the Glorious Revolution and Its World Impact. Ed. Jonathan I. Israel. Cambridge: Cambridge UP, 1991. 105-62.

Israel, Jonathan I. « Introduction ». The Anglo-Dutch Moment. Essays on the Glorious Revolution and Its World Impact. Ed. Jonathan I. Israel. Cambridge: Cambridge UP, 1991. 1-46.

Jagersma, Rindert. « Prohibition as Propaganda Technique: The Case of the Pamphlet La couronne usurpée et le prince supposé (1688) ». Print and Power in Early Modern Europe (1500–1800). Ed. Nina Lamal, Jamie Cumby, Helmer Helmers. Leiden: Brill, 2021. 338‑57.

Lamal, Nina & Klaas Van Gelder. « Addressing audiences abroad: cultural and public diplomacy in seventeenth-century Europe ». The Seventeenth Century 36.3 (2021) : 367‑87.

Levillain, Charles-Édouard. Vaincre Louis XIV. Angleterre-Hollande-France. Histoire d’une relation triangulaire (1665-1688). Seyssel : Champ Vallon, 2010.

Negt, Oskar. L’espace public oppositionnel. Traduit de l’allemand etpPréfacé par Alexander Neumann. Paris : Payot, 2007.

Pincus, Steven. 1688 : The First Modern Revolution. New Haven & London: Yale UP, 2009.

Pocock, J. G. A. The Ancient constitution and the Feudal Law, 1957. Cambridge: Cambridge UP, 1987.

Rameix, Solange. « Mettre la Glorieuse Révolution en mots  : entre guerre de conquête et révolution  ? ». Cahiers du CRHQ 4 (2013): 103-21.

Resolution contenant les raisons qui ont meues leurs Hauts Puissants Seigneurs d’assister son Altesse allant en personne en Angelterre avec de vaisseaux et de la milice. La Haye: 28 octobre 1688.

Schwoerer, Lois G. « Propaganda in the revolution of 1688-1689 ». The American Historical Review 82.4 (1977): 843‑74.

Tackett, Timothy. The Coming of the Terror in the French Revolution. Cambridge, Mass: The Belknap Press of Harvard UP, 2015.

Vallance, Edward. The Glorious Revolution. 1688, Britain’s fight for liberty. London: Abacus, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Herrmann, « Un territoire inviolé : invasion, souveraineté et diplomatie publique dans le projet orangiste de 1688 en Angleterre »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/1718/9669 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.9669

Haut de page

Auteur

Frédéric Herrmann

Frédéric Herrmann est maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire Triangle (UMR 5206). Spécialiste de l’histoire sociale du discours et de la pensée politiques, il a publié plusieurs articles et chapitres d’ouvrage sur des figures et des mouvements de la dissidence et de la radicalité politiques et religieuses pendant les deux révolutions du XVIIe siècle en Angleterre, du peuple juif et de l’instrumentalisation de son histoire jusqu’aux écrits politiques de John Milton et à ceux des républicains et opposants au régime de Guillaume III après 1689.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search