Navigation – Plan du site

2019 : Crimes et criminels

Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, Colloque annuel (Paris 18-19 janvier 2019) ‒ Il est possible de soumettre un article à la revue sans participation au colloque

Invité d’honneur: Professor Trevor Burnard (University of Melbourne)

We are grown old; I am come back to England, being almost seventy years of age, husband sixty-eight, having performed much more than the limited terms of my transportation […], and he is come over to England also, where we resolve to spend the remainder of our years in sincere penitence for the wicked lives we have lived. (Daniel Defoe, Moll Flanders, 1722)

Criminelle de haut vol exilée en Virginie, le personnage de Moll Flanders incarne les figures mythiques des criminels façonnées à la fois par la littérature des dix-septième et dix-huitième siècles, mais aussi par la presse de cette période. L’univers des criminels, leur profil, leurs relations avec la presse de l’époque ont fait l’objet de nombreuses études qui ont tenté, au travers d’un travail d’archives, de saisir la réalité des hors-la-loi, des condamnés, réalité souvent exagérée et déformée par des dramaturges tels que John Gay qui immortalise le criminel Jonathan Wild dans The Beggar’s Opera (1728), par les romans à sensations (par exemple, Captain Alexander Smith’s History of the Lives of the Most Noted Highway-men, Foot-pads, House-Breakers, Shoplifters and Cheats, 1714) ou encore par certains journalistes complices de ces fameux criminels. Certains historiens ont récemment étudié la réalité de la déportation des criminels anglais, écossais et irlandais dans les colonies tels que G. Morgan et P. Rushton (Eighteenth-Century Criminal Transportation, Palgrave, Macmillan, 2003), Gwenda Morgan et Peter Rushton (Banishment in the Early Atlantic World. Convicts, Rebells and Slaves, Bloomsbury, 2013) ou encore Elodie Peyrol-Kleiber (Les premiers irlandais du Nouveau Monde: une migration atlantique (1618-1705), 2016), sans oublier les travaux de Roger Ekirch (Bound for America. The Transportation of British Convicts to the Colonies, 1718-1775, 1987)

À la croisée de l’histoire sociale, juridique, de l’histoire coloniale, des études littéraires et visuelles, ce colloque international a pour but de réfléchir à la construction mythique, voire fantasmée, de la figure du criminel, véhiculée à la fois par les genres littéraires (la tragédie domestique du XVIIe siècle, le roman du XVIIIe siècle, par exemple), la presse, les gravures, les récits de voyage, la correspondance des colons et des administrateurs, les représentations picturales ou encore les comptes rendus de procès qui ne sont pas toujours fiables à cette époque. Le travail d’archive pourrait également éclairer la réalité des activités criminelles, mais aussi les rouages des systèmes juridiques anglais et ceux des colonies.

On pourra s’intéresser, entre autres, aux thématiques suivantes :

Les liens juridiques entre les îles Britanniques et ses colonies. Quelle est la réalité d’un forçat ou d’un esclave à cette époque ? Correspond-elle toujours aux récits ou témoignages ?

la figure de la sorcière très présente à la fois dans la littérature, la presse ou les comptes rendus de procès de cette époque. Où se situe la limite entre la réalité de pratiques condamnables et le fantasme d’une femme maléfique ?

Est-ce que les représentations d’un(e) criminel(le) varient entre les hommes et les femmes ? Existe-t-il des mythes, voire un fantasme, de la femme criminelle, qui auraient été favorisés à la fois par la presse et la littérature de la première modernité, mais aussi par certains historiens contemporains ?

Les pirates, ces figures de l’entre-deux mondes, demeurent les criminels les plus ambigus, à la fois héros et antihéros transatlantiques.

Comment se dessinent et se construisent la topographie et la géographie du crime ? Outre la capitale du crime qu’est Londres, existe-t-il des réseaux de criminels en province, dans les autres nations, mais aussi dans les colonies anglaises, voire françaises, portugaises et/ou espagnoles ? Quel rôle ont pu jouer la littérature à sensation et la presse dans cette géographie du crime ?

Quels sont les apports méthodologiques de la numérisation des archives aux études récentes sur les crimes et la criminalité aux XVIIe et XVIIIe siècles ?

Les propositions sur les autres figures criminelles, telles que les voleurs, les prostituées, les meurtriers et autres, seront également les bienvenues.

Coordinateurs du colloque et du dossier : Armelle Sabatier (Paris 2, CERSA UMR7106) & Bertrand Van Ruymbeke (Paris 8, TransCrit, IUF)

Les auteurs potentiels ne participant pas au colloque sont invités à soumettre un titre et un résumé de 300 mots ainsi qu’une brève bio-bibliographie à seaa2019@gmail.com et rseaa@1718.fr d’ici le 28 février 2019. Les articles seront à soumettre d’ici le 31 mai 2019. Comme les autres textes ils seront évalués en double aveugle

  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals