Navigation – Plan du site
Archives

Lettres d’André Bazin à Amédée Ayfre

André Bazin, letters to Amédée Ayfre
p. 100-122

Résumés

Dans l’histoire de la cinéphilie catholique après 1945, André Bazin paraît souvent insaisissable tant il incarne une figure charnière, jamais parfaitement inscrite dans les pratiques cinématographiques du groupe confessionnel sans en être pour autant exclue. De cette façon, le mythe Bazin a longtemps contribué à minimiser la puissance d’innovation de la critique spiritualiste en la cristallisant paradoxalement. Or, la correspondance entretenue par Bazin avec l’abbé Amédée Ayfre se situe au cœur de ce chassé-croisé de l’individu avec le collectif. Elle contribue à éclairer ses rapports avec la communauté chrétienne tout en nous permettant de saisir l’intimité d’une relation personnelle. L’intégralité des lettres conservées qu’André Bazin a adressées à l’abbé Amédée Ayfre entre 1949 et 1958 est ici publiée et annotée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les lettres ci-dessous ont été retranscrites d’après les originaux. Pour une meilleure lisibilité, les titres des films et des publications ont été retranscrits en italique ; les fautes d’orthographe ont été corrigées et les abréviations complétées. Les mots biffés le sont par l’auteur. Tous les ajouts d’édition apparaissent entre crochets (dates supputées notamment). Les dates indiquées en note correspondent aux sorties françaises des films évoqués par Bazin.

Texte intégral

Lettre 1

Paris 21 décembre 1949
Monsieur l’abbé

  • 1 Germania anno zero, Roberto Rossellini (1949).

1Esprit m’a transmis votre lettre et votre étude sur Allemagne année zéro1. Je vous remercie de me les avoir envoyées car elles complètent de façon très pénétrante mes réflexions sur le cinéma italien. Cela est d’autant plus surprenant significatif que nos deux études étaient indépendantes. Elles partent effectivement toutes deux de la même idée : le cinéma italien est implicitement existentialiste et phénoménologique. Mais n’étant pas philosophe je pars de l’observation pour m’approcher plus ou moins clairement du principe que vous définissez très bien.

  • 2 Ladri di biciclette, Vittorio de Sica (1949).
  • 3 André Bazin, « Allemagne année zéro », Esprit, mai 1949, pp. 685-689.
  • 4 Il y a sans doute ici confusion entre deux articles : si Bazin publie « Présentation par la Fédérat (...)
  • 5 Paisà, Roberto Rossellini (1947).

2Plus encore peut-être que mon article sur Voleur de bicyclette2 mon article sur Allemagne année zéro (paru également dans Esprit)3 confirmerait notre commun accord : je vous signale également si cela vous intéresse une longue étude sur le néoréalisme italien que j’ai publiée dans Esprit en février 474 en m’appuyant surtout sur l’exemple de Païsa5.

3Votre étude me sera certainement fort utile car elle contient exactement l’idée philosophique dont la définition rigoureuse me manquait pour unifier de nombreuses remarques convergentes. Mon analyse restait en quelque sorte empirique.

  • 6 Bazin part en Autriche, avec Jacques Doniol-Valcroze, Jacques Bourgeois et Jean Douchet, pour « pré (...)

4Je serai heureux de vous donner les renseignements que vous me demandez mais il serait plus utile de le faire oralement. Je m’occupe en particulier d’un ciné-club où les débats dirigés par moi-même sont je crois assez intéressants c’est « Objectif 49 » dont les séances ont lieu le samedi à 17 h 30 à « La Pagode » rue de Babylone. Je serai heureux de vous y voir. De toute façon vous pouvez prendre rendez-vous avec moi en téléphonant l’après-midi après 11h30 à ODE 71-63. Si je n’y suis pas ma femme qui y travaille répondra pour moi. Rappelez-lui que vous êtes l’abbé qui m’a écrit. Je pars en voyage jusqu’au 11 ou 12 janvier (la 1re semaine d’Objectif 49 a lieu le 11, je n’y serai peut-être pas)6. Téléphonez-moi après.
Bien cordialement
Bazin

Lettre 2

Villiers-sur-Marne 23 mai [1950]
Cher Monsieur l’abbé

5Je m’excuse de vous répondre si tard. N’y voyez surtout pas un manque d’intérêt pour votre lettre, au contraire, mais on n’a plus guère la notion du temps ici.

6Je serais très heureux de recevoir et le plus tôt serait le mieux, votre étude sur le grandiose dans le cinéma religieux. N’ayez pas de scrupules à l’avenir à m’envoyer directement quelque chose quand vous avez envie que je le lise, votre premier papier m’est une garantie suffisante.

7Ma santé s’améliore un peu moins vite que je ne l’avais espéré. Rien de grave certes mais probablement quelques mois de plus coupé du monde et de mon travail. J’ai l’intention si mon état le permet de quitter le sana pour me soigner seul dans ma famille mais je suis encore ici pour un mois au moins.

  • 7 Travail et culture, réseau d’associations d’éducation populaire, proche de la CGT et du PCF. Né en (...)

8Ma femme qui a été un peu fatiguée (sans gravité) ne travaille plus au TEC7. Si vous avez à m’écrire dans 1 mois par exemple sans savoir où je suis, vous pouvez toujours le faire chez mes beaux-parents
M. et Mme Kirsch
129 Bd Masséna
Paris 13e
Mais j’attends votre papier bientôt.
Amicalement
Bazin

Lettre 3

Villiers-sur-Marne 20 juin [1950]
Cher Monsieur l’abbé

9Je m’excuse d’avoir conservé votre étude si longtemps. J’espère qu’elle ne vous aura pas manqué pour votre travail. Je ne vous en parlerai pas aussi longuement qu’elle le mérite parce que je tarderais plus encore à vous répondre et que j’avoue que le sujet est trop important pour que j’essaie d’y réfléchir à fond. La maladie vous donne le droit d’être paresseux. Les quelques remarques que je vais faire ne dépassent pas mes impressions de lecture.

  • 8 Les Musiciens du ciel, Georges Lacombe (1940). Un petit voyou recueilli par une lieutenante de l’Ar (...)
  • 9 Les Anges du péché, Robert Bresson (scénario Raymond-Léopold Bruckberger et Jean Giraudoux), (1943) (...)
  • 10 Le Chemin du ciel, Alf Sjöberg (1942). Une femme accusée de sorcellerie est brûlée sur un bûcher. S (...)
  • 11 Les Verts Pâturages (Green Pastures), Marc Connelly, William Keighley (1936). Un prêtre conte à des (...)
  • 12 Les Visiteurs du soir, Marcel Carné (scénario Jacques Prévert) (1942) ; la Main du diable, Maurice (...)
  • 13 Le Défunt récalcitrant (Here Comes Mr Jordan) Alexander Hall (1941) ; Orphée, Jean Cocteau (1950).

10Je ne vois guère de critique à faire à votre méthode. Je n’en imagine pas en tout cas de meilleure, elle me satisfait pleinement. C’est certainement volontairement que vous vous limitez à l’esthétique de type italien et de type scandinave, on ne peut donc vous reprocher de laisser de côté des films du genre Musiciens du ciel8 ou Anges du péché9 qui ne relèvent d’ailleurs pas d’une esthétique particulière ni surtout spécifiquement cinématographique, ni même spectaculaire. Je veux dire qu’ils résolvent le problème de la même façon que le pourrait faire le roman correspondant. Tout au plus pourriez-vous peut-être de ce point de vue consacrer un paragraphe en conclusion à l’évocation de [cette] ces issues possibles qui du point de vue proprement spirituel et religieux sont tout de même les plus satisfaisantes. Vous devriez aussi développer votre note finale sur le Chemin du ciel10 film très important à référer du reste à Verts pâturages11. À noter que s’il n’est guère que ces 2 films à représenter Dieu et la population céleste nombreux sont les films à représenter le diable (Visiteurs du soir, Main du diable12, etc., etc.) De proche en proche nous avons les films non plus religieux mais « surnaturels » qui vont de la comédie américaine du genre Défunt récalcitrant à l’Orphée de Cocteau13. En ce qui concerne du moins l’Amérique il serait peut-être [faux] imprudent de dénier à ces films toute signification religieuse car l’humour américain camoufle bien souvent sous des alibis futiles et plaisants ce à quoi la conscience américaine croit le plus profondément. Il y aurait sûrement là aussi à faire une phénoménologie des symboles tant du scénario que de la mise en scène.

  • 14 Les Clefs du royaume (The Keys of Kingdom), John M. Stahl (1947).
  • 15 Bing Crosby est l’acteur incarnant le père O’Malley dans la Route semée d’étoiles (Going my Way, Le (...)

11Naturellement il y a aussi le genre Clefs du Royaume14 et Bing Crosby en soutane15. Mais il s’agirait plutôt là d’une apologie sociale du cléricalisme que de films à intention premièrement religieuse.

12Pour en revenir aux deux chapitres essentiels de votre étude, je les trouve excellents tant par la méthode que dans le fond. Une remarque seulement qui n’est pas une critique. Vous pourriez peut-être caractériser plus précisément les bases psychologiques de ces 2 écoles. Pourquoi en effet cette affinité particulière entre le grandiose et le religieux ? Ne serait-ce pas qu’il y a dans le grandiose en lui-même une sorte d’équivalence symbolique de la grandeur spirituelle – équivalence naïve dégradée proche de la superstition mais requise il faut bien en convenir par l’âme populaire : cf. Lourdes, [les] l’ampleur des mises en scènes romaines pour l’année sainte. Cela dépasse même le cas particulier du baroque que vous évoquez fort justement. La réaction protestante contre la liturgie et l’image fait de l’esthétique du grandiose au cinéma une esthétique spécifiquement catholique (aussi est-il naturel qu’elle vienne d’Italie). L’intériorisation relative du merveilleux dans le cinéma scandinave en fait au contraire un procédé beaucoup plus ambigu où la frontière entre le protestantisme et le catholicisme ne se distingue plus très bien. Ce fondement psychologique du grandiose en fait a priori une technique valable [mais] sans doute mais radicalement limitée aux valeurs religieuses qui peuvent s’en nourrir. Valeurs authentiques, mais primaires, sentimentales, qui ont besoin du merveilleux [pour s’assurer] physique pour s’assurer d’elles-mêmes. Toutefois, comme vous le dites très bien, le côté historique de l’affaire est beaucoup plus sérieux. Il est essentiel au christianisme de marquer son enracinement dans l’histoire.

13Si l’on peut considérer le goût du merveilleux qui préside à l’esthétique du grandiose comme [une valeur] un sentiment pré-religieu[x] ou para-religieu[x] c’est à celui du fantastique surnaturel que se référait le cinéma scandinave. De ce point de vue, vous devriez peut-être souligner et analyser le thème de la sorcellerie qui se maintient dans le cinéma nordique avec une permanence comparable à celle du western dans le cinéma américain.

14En sorte que, dans la mesure où les thèmes religieux sont à l’origine de [genres] styles cinématographiques bien distincts on peut peut-être se demander [s’il] si ces styles ne procèdent pas d’une psychologie infra, pré ou para religieuse : goût du merveilleux, du fantastique, de la magie, du surnaturel dans ses [formes] aspects les plus anthropomorphiques. Cette constatation ne conclut pas nécessairement à la [constat] non valeur religieuse de tels films mais à la reconnaissance d’une hypothèque psychologique très lourde et d’une ambiguïté foncière où votre comparaison du Cône joue à plein. Les ombres en effet peuvent fort bien être interprétées comme rejetant le sommet du cône vers le bas.

15Mais assurément votre étude n’a pas l’intention de recouvrir tout le problème. D’autre part elle est conçue du point de vue de l’esthétique, non de la religion. En cela encore une fois sa méthode et son contenu me paraissent excellents.

  • 16 La Passion de Jeanne d’Arc, Carl Dreyer (1928).

16Vous avez raison d’accorder cette importance à la Jeanne d’Arc de Dreyer16. Je suis d’accord avec votre analyse. J’utiliserais toutefois un élément important que vous négligez : le réalisme du film. En effet les acteurs ne sont pas maquillés (ce qui est d’autant plus audacieux qu’on les voit en gros plans) et les scènes d’extérieur sont effectivement tournées en extérieur (c’est-à-dire au soleil). Ce détail est important car il confirme cette volonté de [nous] ne nous faire pressentir le surnaturel que par les apparences. Ici les acteurs ne jouent pas. Le film n’est qu’un documentaire sur des visages, moins que sur des visages : sur la peau dont aucune tache de rousseur ne nous échappe.

  • 17 Ciello sulla palude (la Fille des marais, Augusto Genina, 1949) – prix de l’Office catholique du ci (...)

17Quoi qu’il en soit je pense que cette étude est pour vous un point de départ et que vous continuerez d’approfondir ce problème. Tâchez de voir Ciello sulla palude17.

Merci de votre confiance. Je serai toujours heureux d’y répondre.
Bien cordialement à vous
Bazin

Lettre 4

  • 18 Bazin séjourne alors dans les thermes de cette commune des Pyrénées-Orientales pour tenter de soign (...)

Vernet-les-Bains, 5 février [1951]18
Cher Monsieur l’abbé

18Je crois bien qu’il est trop tard sinon pour vous remercier de vos bons vœux du moins pour vous présenter les miens. Veuillez m’en excuser. Je suis ici un peu hors du temps et le peu dont j’ai conscience passe à une vitesse vertigineuse. C’est l’un des aspects de la maladie : le temps passe infiniment plus vite dans l’oisiveté que dans le travail. Je n’arrive pas à croire qu’il y a plus d’un an que je suis malade.

  • 19 André Bazin, « Ontologie de l’image photographique » dans Gaston Diehl (dir.), Problèmes de la pein (...)
  • 20 Le Jour se lève, Marcel Carné, 1939.
  • 21 André Bazin, « Le Jour se lève », DOC 48, no 4, janvier-février 1948, fiche non paginée. Peuple et (...)
  • 22 L’article n’est pas paru dans Poésie 46 mais Poésie 45 : « À propos de l’Espoir ou du style au ciné (...)
  • 23 Voir notamment : André Bazin, « Landru, Charlot, Monsieur Verdoux », DOC 48, no 6, 1948 et « Le pay (...)
  • 24 Bazin fait référence à son article « Le mythe de M. Verdoux » (Revue du cinéma, no 18, janvier 1948 (...)
  • 25 Dieu a besoin des hommes, Jean Delannoy, 1950.
  • 26 André Bazin, « Cinéma et théologie », Esprit, février 1951, pp. 237-245.

19Merci de votre avantageuse (pour ne pas dire « flatteuse ») appréciation sur mes articles d’Esprit et de la Revue du cinéma. Je crois que vous y avez trouvé à peu près tout ce que j’ai écrit de sérieux depuis la guerre (c’est-à-dire, pratiquement, depuis que je fais de la critique). Il n’y a guère que 2 ou 3 choses qui soient ailleurs : un court essai intitulé « ontologie de l’image photographique » pour un gros volume collectif (pas très intéressant du reste) Problème de la peinture19 édité je crois en 1946 ou 47 par « Confluences » si vous avez l’occasion de le consulter... Sinon je vous communiquerai l’article à mon retour à Paris. Une chose plus importante est mon explication du Jour se lève20 où j’ai vraiment poussé le plus loin une tentative d’analyse exhaustive d’un film (que j’ai vu maintenant plus de 200 fois). Cela est paru dans le No2 de la revue du PEC et du TEC : DOC 4821 (excusez les sigles). Mais maintenant totalement épuisé. Je n’en possède plus moi-même qu’un ou deux exemplaires. Je vous le communiquerai également. Quoi d’autre ? Une étude sur l’Espoir dans Poésie 4622 qui porte surtout sur le problème de l’ellipse au cinéma et en littérature et puis par-ci par-là quelques autres choses moins importantes, en particulier dans DOC23. Il y a eu 2 articles dans les Temps modernes l’un sur Verdoux, l’autre sur Welles, mais vous en aurez la substance (et plus) dans mon bouquin et dans la Revue du cinéma24. N’attendez pas merveille de mon article sur Dieu a besoin des hommes25 : il paraît tard de la faute d’Esprit mais je l’ai écrit très rapidement à leur demande en septembre, ce n’est guère qu’une chronique26. (1)

  • 27 Il n’existe pas de revue liée à Objectif 49. Il est vraisemblable que Bazin pense en fait aux futur (...)

20À mon tour de vous dire le bien que je pense également du papier que vous m’avez envoyé jadis sur le cinéma italien et que j’ai justement relu avant de partir. Je pense que vous devriez reprendre ces idées d’un point de vue un peu plus général. Elles me paraissent capitales pour l’intelligence de tout un aspect du cinéma. Si vous en faisiez un article, je serais heureux que vous m’en réserviez l’usage. Je pense que la Revue d’Objectif 49 va enfin sortir27. Sinon à Esprit par exemple.

21Ma santé s’améliore lentement du moins je l’espère car extérieurement il n’y paraît guère. Le médecin dit que si. Je compte toujours rentrer à Paris dans le courant d’avril et reprendre alors un peu d’activité professionnelle.

  • 28 André Bazin, « Pour un cinéma impur (défense de l’adaptation) » dans Georges-Michel Bovay (dir.), l (...)
  • 29 André Bazin, « Théâtre et cinéma », Esprit, juin et juillet-août 1951, pp. 891-905 et 232-253.

22Du reste je travaille quelque peu ici : à un long truc (de 30 pages) sur le problème de l’adaptation pour un bouquin collectif de la Guilde du livre28. À mon étude (commencée il y a 2 ans) sur théâtre et cinéma29 et à une filmographie de Renoir. Réunir mes articles en livre ? Oui je sais ! C’est un vieux projet toujours reculé faute de temps et aussi, un peu, de courage. Il ne faudrait pas publier tel quel mais adapter et parfois refondre, sans me l’avouer je pense que j’ai un peu peur de cette rumination. Et puis je suis découragé par tout ce qui se publie d’insignifiant et d’inutile sur le cinéma depuis la guerre. Non que je croie que mon œuvre soit également insignifiante, mais parce que je me dis que le public dérouté par cette inflation ne s’en apercevra pas.

  • 30 Jules Gritti est également prêtre à la Compagnie Saint-Sulpice.
  • 31 André Bazin, « La forme, l’uniforme et la cruauté », Ciné-club, no 7, avril 1949, pp. 4-5.

Mes amitiés et mon meilleur souvenir à M. l’abbé Gritti30.
PS. J’avais promis à l’abbé Gritti cette copie de ce texte important de Malraux.
(1) J’oubliais une étude sur Stroheim dans le numéro spécial de Ciné-club31.

Lettre 5

Bry-sur-Marne [mai ou juin 1951]
Cher Monsieur l’abbé

  • 32 Il s’agit du mémoire d’Amédée Ayfre, dirigé par Étienne Souriau à l’Institut de Filmologie.

23C’est avec plaisir que je reçois de vos nouvelles. Sinon je vous aurais écrit un de ces jours. Je lirai avec intérêt votre diplôme32 si cela ne vous gêne pas de me le communiquer. Je serai également heureux de vous rencontrer. Je suis rentré à Paris depuis 2 mois et j’ai repris un peu d’activité. Au point de vue pulmonaire mon état semble satisfaisant mais mon état général n’est toujours pas très brillant et je suis un peu inquiet devant les exigences de la vie parisienne. Heureusement j’habite presque à la campagne. Auriez-vous le temps de venir m’y voir, pour déjeuner par exemple.

24Est-ce que M. l’abbé Gritti est à Paris. Je voulais lui écrire pour lui demander éventuellement le service qu’il m’avait offert il y a un an. Je voudrais bien aller passer mes vacances du côté de Mende. Les gorges du Tarn m’ont beaucoup séduit quand je les ai traversées à mon retour et je crois que pour la fin de l’été ce serait une région très saine. Où puis-je le joindre. Si vous le voyez souvent faites lui tout de suite part de mon désir. Je serai heureux si c’est possible de le voir en même temps que vous.

  • 33 André Bazin, « Le Journal d’un curé de campagne et la stylistique de Robert Bresson », Cahiers du c (...)

25Avez-vous lu les 2 premiers numéros de nos Cahiers du cinéma ? Je vous signale dans le No 3 qui va paraître une étude assez longue que j’ai faite sur le Curé de Campagne33.

  • 34 Si l’on en juge par la version publiée, le quatrième chapitre du mémoire d’Amédée Ayfre portait sur (...)

26J’espère toujours qu’il y aura dans vos préoccupations critiques quelque chose qui conviendrait à cette revue. Le 4e chapitre de votre table des matières34 me séduit particulièrement.

27Je pars jeudi prochain pour 8 jours. Nous pourrions nous voir après mais j’aimerais à l’occasion que vous me téléphoniez si possible avant au 216 à Bry-sur-Marne de préférence le matin.
Bien sympathiquement à vous
Bazin

Lettre 6

Bry-sur-Marne, 30 décembre [1951]
Cher Monsieur l’abbé

28Croyez que je ne doute pas qu’il n’y ait rien de conventionnel dans les vœux que vous m’adressez. Croyez aussi qu’ils me touchent. Ce n’est point la première preuve de sympathie et d’amitié que vous et l’abbé Gritti me donnez. Je n’oublierai jamais comment un article sur Rossellini m’a valu votre visite à l’hôpital et la joie que j’en ai eue. Il est aimable et discret de votre part de vous retrancher derrière des rapports de maître à disciple qui ne sont qu’illusoires car je ne suis comme vous qu’un élève en un domaine où les maîtres n’existent pas ou pas encore. Mais je pense que vous ne doutez pas qu’il s’agisse d’autre chose, d’une rencontre intellectuelle nuancée d’estime et d’une manière d’amitié. Il ne faut pas forcer les sentiments mais ni donner aux faits plus d’importance qu’ils ne s’en donnent eux-mêmes, je trouve pourtant comme un reflet de Providence dans la façon dont l’abbé Gritti et vous êtes entrés dans ma vie. Croyez que je formule aussi pour vous des vœux très sincères. Je ne sais de quelles grâces temporelles et spirituelles vous avez le plus besoin en l’année qui vient mais admettez que ces vœux ressemblent à une prière pour que vous les obteniez.

29Je vous envoie le no 7 des Cahiers. Je ne l’ai pas encore donné à l’abbé Gritti excusez m’en près de lui, c’est négligence de ma part. Le prochain no 8 va bientôt sortir je lui porterai les 2 en même temps.

  • 35 Jean-Marie Domenach est alors secrétaire de rédaction de la revue Esprit.
  • 36 L’universitaire, traducteur, éditeur, écrivain et critique Albert Béguin succède à Emmanuel Mounier (...)

30Pour Esprit et votre article, Domenach35 me dit que Béguin36 l’a lu et annoté attentivement mais il croit qu’il ne pense pas le publier. Béguin est aux Indes pour l’instant et je n’ai pas encore vu les annotations qui expliquent sans doute ce refus. De toute façon j’en discuterai avec Béguin à son retour.

  • 37 The River, Jean Renoir, 1951.
  • 38 La Règle du jeu, Jean Renoir, 1939.

31Avez-vous vu le Fleuve37 ? Quel film admirable ! Renoir a retrouvé la pleine possession de son génie, mais bien différent de celui de la Règle du jeu38 : il est devenu un mystique.

Faites mes amitiés à l’abbé Gritti si vous le voyez avant moi.
Croyez-moi fidèlement votre
Bazin

32PS. Je ne sais que vous conseiller pour la publication de votre travail. Tel quel je le trouve plus que digne d’être publié. Il est malheureusement peu probable que vous en trouviez la possibilité en France. Mais il reste un problème de jurisprudence universitaire, il serait assurément dommage que cela vous empêche de vous en servir comme thèse, mais je suis mal au courant de ces questions.

  • 39 Amédée Ayfre, « Néo-réalisme et phénoménologie » (Cahiers du cinéma, no 17, novembre 1952, pp. 6-18 (...)

33En ce qui concerne les Cahiers, votre papier sur phénoménologie et néoréalisme reste dans mes prévisions mais il nous faut attendre une occasion de reparler du cinéma italien, elle se présentera sûrement dans le courant du semestre39.

Lettre 7

Bry 17 mars [1952]
Cher Monsieur l’abbé

34Ne vous inquiétez pas pour votre traduction dans Bianco e nero. Je ne crois pas que, le cas échéant, cela nous gêne pour publier votre article aux Cahiers. Ce serait plutôt l’inverse, je crois que Bianco e nero serait gêné si nous le publiions avant. Prévenez-moi donc dès qu’il sera paru là-bas.

  • 40 L’article d’Ayfre sur la Passion de Jeanne d’Arc sort finalement en novembre 1952 également : Amédé (...)
  • 41 La Passion de Jeanne d’Arc est projeté au Cinéma d’essai à partir de février 1952. Il s’agit de la (...)

35Merci aussi de votre papier sur Jeanne d’Arc qui est très intéressant. Je pense le passer dans le no de mai40. Si vous le permettez je retoucherai très légèrement et j’y ajouterai une note ou un chapeau à seule fin non pas de l’améliorer mais de cristalliser l’idée essentielle qu’il tient en solution. Nous avons déjà publié quelque chose sur Jeanne d’Arc et on a beaucoup écrit ici et là depuis un mois41. De ces critiques, il ressort généralement, et à juste titre, que le film est virtuellement parlant. Cela n’est pas en contradiction avec votre étude au contraire. C’est ce « au contraire » que je voudrais faire ressortir. L’intérêt de votre analyse étant justement de distinguer permettre la distinction entre la mutité et le silence. Si Jeanne d’Arc est le 1er film « muet » où le silence joue un rôle positif, c’est parce qu’il est parlant. Tout cela, il me semble, est impliqué dans l’article, mais gagnerait à être un peu plus dégagé.

36Toutefois si cette interprétation vous paraissait peu conforme à votre idée, nous avons le temps d’y revenir et d’en discuter.
Bien sympathiquement à vous
Bazin

Lettre 8

  • 42 Ayfre a écrit à Bazin le 7 avril 1952 ; il le verra le 6 juillet (ACSS, fonds Ayfre, agenda 1952).

[mai-juin 1952]42
Cher Monsieur l’abbé

37Merci de votre mot et du Cahier que je restituerai du reste à l’abbé Gritti car la rentrée des invendus commence à se faire et les No 11 sont moins rares.

38Merci aussi de votre proposition pour Ustaritz. Le mieux est que vous vous entendiez comme l’année dernière avec M. Rossi, j’en parlerai, téléphonez lui pour vous entendre avec lui ou passez le voir si c’est utile.

39Je pars en vacances vers le 11 juillet et serai donc à Paris aux dates que vous me proposez sauf peut-être les 3, 4 et 5 juillet où je dois faire un saut en province. Nous avons donc le loisir de nous voir. J’attends que vous me fassiez signe.

40J’envisage de passer maintenant prochainement votre étude sur le cinéma italien, dans l’un des 3 prochains numéros sans doute.
À bientôt donc
Bien amicalement,
Bazin

Lettre 9

Bry-sur-Marne 11 janvier [1953]
Cher Monsieur l’abbé

41Merci de votre lettre et des vœux qu’elle apporte à ma famille et à moi-même. Je vous souhaite aussi de réussir cette année 1953 devant Dieu et accessoirement devant les hommes.

  • 43 Limelight (les Feux de la rampe), Charles Chaplin (1952).

42Je regrette que vous ne m’ayez pas envoyé cette note sur Limelight43 le mois dernier pour paraître dans notre no de décembre où les témoignages rassemblés étaient bien inégaux mais sans doute en ferai-je quand même usage dans le prochain numéro à moins que vous n’en ayez prévu un autre usage.

43Vous pouvez facilement me voir aux Cahiers. Le mieux est de prendre un rendez-vous près de ma femme qui y travaille maintenant presque tout l’après-midi (du moins à partir de 14 h 30) et qui est au courant de mon emploi du temps.
Bien cordialement à vous
Bazin

Lettre 10

Paris 26 [juin 1953]
Cher Monsieur l’abbé

  • 44 Jean Queval (1913-1990), journaliste sportif puis critique de cinéma (l’Écran français, le Mercure (...)
  • 45 Europa ‘51 (Europe 51), Roberto Rossellini, 1953. Ayfre a vu le film le 25 juin 1953 ; il reçoit la (...)
  • 46 Francesco, giullare di Dio (les Onze fioretti de François d’Assise), Roberto Rossellini, 1951.
  • 47 Amédée Ayfre, Dieu au cinéma, problèmes esthétiques du film religieux, op. cit.
  • 48 André Bazin « Livres de cinéma », Cahiers du cinéma, no 25, juillet 1953, pp. 60-61. Bazin y intitu (...)

44Queval44 me dit que vous n’aimez pas Europe 5145, est-ce vrai. J’en serais triste car je viens de le revoir pour confirmer mon impression de Venise (qui était très mauvaise) et j’en sors bouleversé. Il ne faudrait pas me presser beaucoup pour me faire dire que c’est le meilleur Rossellini. Vous qui avez été un des rares à aimer les Fioretti46 comme ils le méritaient devez être pourtant bon juge. Je crains que ceux qui n’aiment pas le film se laissent influencer par ce qu’ils croient le scénario. Mais vous savez bien qu’avec Rossellini on doit partir de la mise en scène. Tout est là. Le personnage d’Ingrid Bergman existe avant l’histoire ; il importe peu qu’elle fasse ceci ou cela. Sous ce rapport Europe 51 est l’œuvre peut-être la plus épurée du néoréalisme. J’en vois une preuve paradoxale dans le fait que la version anglaise en dépit de son invraisemblance sociale est la meilleure. À ce point du néoréalisme un nouveau système de convention redevient possible.
J’espère que nous en discuterons un de ces jours.
Cordialement
Bazin
PS. L’Observateur fait traîner depuis trois semaines mes critiques de livres au marbre. J’en suis désolé. J’ai fait la critique de votre livre47 pour les Cahiers de juillet48.

Lettre 11

  • 49 Lettre écrite sur du papier à l’en-tête des Éditions de l’Étoile : « Cahiers du cinéma, revue mensu (...)

Bry 13 mai [1954]49
Cher Monsieur l’abbé

  • 50 Il Cappotto, Alberto Lattuada, 1954.
  • 51 Jacques Doniol-Valcroze, cofondateur avec Bazin et Lo Duca des Cahiers du cinéma. Il publie une cri (...)
  • 52 Little fugitive, Ruth Orkin, Morris Engel, Ray Ashley (1953).

45Dommage que vous m’ayez envoyé ce papier si fort, la critique du Manteau50 était déjà faite par Doniol51 qui s’était battu les flancs et aurait été heureux de s’en dispenser. À l’avenir si la critique d’un film vous tente téléphonez donc à Doniol tout de suite pour qu’il vous la réserve éventuellement. Cette fois encore je n’ai donc pu que transmettre à Esprit mais je crains qu’ils soient moins intéressés que par le Petit fugitif52, le Manteau n’étant sorti que brièvement au Cinéma d’essai.

46J’aimerais bien vous voir avant mon départ pour le Midi où je vais passer trois mois à me regonfler un peu. J’ai eu en effet une manière d’anémie avec dérèglement de la rate qui me vaut un traitement au rayon X d’ailleurs efficace. Mais je ne bouge plus de chez moi depuis un mois. Auriez-vous le temps de venir à Bry ? Venez à déjeuner si cela vous est agréable et convient mieux à votre emploi du temps. Vous pouvez me prévenir par téléphone avec de la chance car ma voisine est en voyage et je n’entends pas toujours mais vers 11 h 30 je suis généralement en bas près du téléphone. De toute façon je suis là tous les jours sauf le lundi et le vendredi jeudi après 16 h.
Mais si vous veniez à déjeuner le lundi par exemple vous auriez profiteriez de la voiture qui m’emmène à Paris.
À bientôt j’espère car je pars vers le 29.
Sympathiquement à vous
Bazin

Lettre 12

[juin 1954]
Cher Monsieur l’abbé

  • 53 L’Association française de la critique de cinéma est créée en 1946 sous la présidence de Georges Ch (...)

47Trouvez ci-joint votre timbre de l’Association53 et l’article en question.
Mon adresse sera
Tourrettes-sur-Loup
Alpes Maritimes
Amitiés
Bazin

Lettre 13

Tourrettes-sur-Loup 27 juillet [1954]
Cher Monsieur l’abbé

  • 54 Joseph Marie Lo Duca (1910-2004), écrivain et critique franco-italien, auteur d’une Histoire du cin (...)

48J’allais vous écrire pour vous demander la même chose ! De mon côté, j’ai écrit à Lo Duca54 pour précisions mais je n’ai pas de réponse. S’il est encore à Paris essayez de le joindre de ma part son bureau est BAL 14.23 et son no privé JAS 79.38. Vous me rendriez service en me faisant part du résultat. De toute façon il est peu probable que j’y aille mais à cette date-là et étant donnée la proximité ça pourrait n’être pas tout à fait impossible si je savais que ce fût intéressant.

  • 55 Amédée Ayfre, « Derrière ces visages fermés le cinéma nous révèle une jeunesse tentée par le désesp (...)
  • 56 Il s’agit des pères dominicains Avril et Pichard, fondateurs de Radio-Cinéma (à ce sujet, voir Méli (...)

49J’ai voulu vous écrire et me reproche de ne l’avoir point fait pour vous féliciter de votre excellent article dans un Radio-Cinéma de juin55. Depuis un certain temps, les Pères de la maison56 tournaient autour de la question en la prenant d’un point de vue exclusivement moral ce qui aboutissait à une contradiction « les films sont peut-être bons mais les héros sont mauvais » comme si dans ce cas le film pouvait être bon « quand même ». Vous montrez au contraire parfaitement que ces films sont bons parce que leurs héros sont condamnables étant vrais essentiellement comme reflet de leur époque.

  • 57 Critique d’obédience spiritualiste, Jean-Pierre Chartier est alors rédacteur en chef de Radio-Ciném (...)

50Si l’abbé Gritti a fini ce compte-rendu qu’il me l’envoie si possible plutôt à moi qu’à Chartier57 qui est d’ailleurs en vacances. Merci d’avance.
Sympathiquement
Bazin
PS. Je vais beaucoup mieux les Rayons X et le midi m’ont fait le plus grand bien mais j’allonge mes vacances par prudence.

Lettre 14

[novembre 1954]
16 rue Fontaine, 18e
Cher Monsieur l’abbé

  • 58 Jules Gritti signe un compte rendu sur le « congrès “néo-réaliste” de Parme » le décembre 1953 dans (...)

51Gritti ayant oublié de mettre son prénom comme le temps pressait j’ai fait mettre F. Gritti avec l’idée qu’il se prénommait Fernand. Vous pouvez peut-être encore téléphoner aux Cahiers à Doniol pour corrections58. Envoyez-moi également son adresse pour la pige, j’y veillerai.

52J’ai plusieurs livres et revues italiens qui me paraissent intéressants, les liriez-vous pour en faire un compte-rendu ? J’aimerais que vous me téléphoniez un de ces jours soit à Bry au 216 soit à TRI 56.88 car j’habiterai peut-être Paris pendant un mois.
Bien amicalement,
Bazin

Lettre 1559

  • 59 Lettre sur papier à l’en-tête des « Cahiers du cinéma, revue mensuelle du cinéma et du télécinéma » (...)

8 avril [1955]
Cher Monsieur l’abbé

  • 60 Le compte rendu d’Amédée Ayfre paraît, sous le titre « Cinéphile et filmologue », dans les Cahiers (...)

53Vous n’oubliez pas j’espère votre compte rendu succinct du congrès de filmologie. Ce serait parfait si nous l’avions vers le 1560.

  • 61 Senso de Luchino Visconti a été présenté au festival de Venise de 1954. Il sort en Italie en janvie (...)

54À propos de néoréalisme avez-vous lu l’article Pio Baldelli sur Rossellini dans le no 11-12 de la Rivista del cinema italiano. Je ne sais ce qu’il vaut ne pouvant le lire mais il doit sûrement intéresser notre propos. Je voudrais bien savoir aussi ce que contient le débat contradictoire sur Senso61 entre Chiarini et Aristarco récemment publié dans Cinema nuovo. Vous pourrez peut-être prendre l’un et l’autre en passant aux Cahiers. Je serai bien heureux ensuite d’en discuter avec vous. Aristarco me demande quelque chose sur le néoréalisme et j’ai l’intention de lui « rentrer dans le chou » mais il faut que je sache tout de même où en est l’état de la question chez eux.

55J’habite maintenant à Nogent-sur-Marne, 26 rue Brillet (près de la poste). Venez déjeuner un jour prochain, je n’ai malheureusement pas le téléphone. Envoyez-moi simplement un mot 48 h avant. Autobus 120, 213 et 114, vous avez plus de choix que pour Bry.
Bien cordialement à vous
Bazin

Lettre 16

[circa avril 1955]
Nogent mercredi
Cher Monsieur l’Abbé

56Je suis désolé de vous avoir manqué au téléphone, d’autant que je me proposais depuis 8 jours de vous joindre pour vous demander justement des précisions sur les articles en question. Ce que j’ai fait pour Esprit a été écrit à vue de nez et Aristarco me demande un long article pour Cinema nuovo auquel il répondrait comme il a fait à celui de Chiarini sur Senso. Il faut donc que j’écrive en pleine connaissance de cause. Le mieux serait peut-être que nous nous voyions.

57Pourriez-vous venir déjeuner par exemple samedi à la maison. Sinon vous pourriez en style télégraphique vous borner à m’énumérer par écrit les arguments du débat. Je comprendrai.

58J’habite maintenant à Nogent-sur-Marne 26 rue Brillet. Il faut descendre comme pour aller à la poste. Même autobus que Bry ou le 213 et descendre alors au 2e arrêt dans le Boulevard de Strasbourg. Vous êtes à 100 m de chez moi. Si vous êtes d’accord prévenez-moi simplement d’un mot.
Amitiés
Bazin

Lettre 17

Nogent 24 juin [1956]
Cher Monsieur l’abbé,

59Je voudrais bien être utile à votre garçon mais je crains bien de ne pouvoir faire grand’chose pour lui. J’ai des relations, bien sûr, mais je vis pratiquement en ermite dans ma banlieue et ce genre d’occasions suppose que l’on soit en permanence dans le bain des activités parisiennes pour être informé en temps utile des éventuelles possibilités de travail. Mais bien sûr, si j’entends parler de quoi que ce soit qui me paraisse convenir...

60Pas de nouvelles non plus de l’abbé Gritti. Je ne suis pas allé à Pontigny. J’attendais qu’il me relance.

61Oui, il y avait eu un long article dans Cinema nuovo qui polémiquait plus ou moins avec le mien mais je n’arrive pas à en retrouver la référence. D’ailleurs je ne suis pas arrivé à me traduire.
Bien amicalement
Bazin

Lettre 18

Nogent 9 octobre [probablement 1956]
Cher Monsieur l’abbé,

  • 62 Éric Rohmer, qui collabore aux Cahiers du cinéma depuis le no 3 (1951), va remplacer Lo Duca comme (...)

62J’ai lu l’article de votre ami et mon avis rejoint celui de Rohmer62. Je ne pense pas que nous puissions le publier. Non pour une question de fond, il est excellent et je l’ai lu avec grand intérêt, mais parce qu’il ne s’intègre décidément pas au style général des Cahiers. J’ai bien envisagé l’hypothèse d’une nouvelle rédaction mais je crois que ce serait inutile le point de départ est trop loin de celui où il faudrait arriver. Le ton de cette étude est celui d’un article de cinéma pour une revue littéraire ou semi philosophique mais non d’une revue spécialisée. D’autre part, j’avoue que si bon qu’il soit il m’apparaît aussi en retrait sur ce qui a déjà été publié dans les Cahiers sous votre signature. Enfin les exemples choisis sont à la fois particuliers et éloignés de l’actualité.

63Je m’excuse donc près de vous et de votre ami et vous retourne le texte.
Bien sympathiquement vôtre
Bazin

Lettre 19

Nogent 31 décembre 1957
Cher Monsieur l’Abbé

  • 63 Cahiers du cinéma, no 78, Noël 1957. À cette occasion, Bazin publie une « bio-filmographie de Jean (...)

64Merci de vos bons vœux. Recevez les nôtres en échange. J’ai tardé à vous répondre en raison d’une mauvaise grippe asiatique dont je ne suis pas encore sorti. Avant la préparation du No Renoir63 avait été épuisante (je vous le fais envoyer).

65L’abbé Gritti m’a écrit.

66Je vous renouvelle tous mes vœux et vous envoie notre meilleur souvenir à Mme Bazin et à moi-même.
Bazin
PS. L’abbé Gritti m’a écrit mais sans m’indiquer son adresse. Voulez-vous lui transmettre ? Merci !

Lettre 20

  • 64 Amédée Ayfre se rend à Venise pour le festival de 1958, ce qui converge avec la datation apposée ul (...)

Nogent 19 août [1958]64
Cher Monsieur l’abbé,

67Je m’excuse de n’avoir pas répondu plus tôt à votre carte. Je suis rentré à Paris mais souffrant et je commence seulement à redonner signe de vie alentour. Êtes-vous à Issy ? Si oui, téléphonez-moi je vous dirais ce que je puis pour Venise.

68Amitiés
Bazin
PS. Je détiens indûment, de vous, un article qu’Esprit n’a pas passé, j’en profite pour vous le retourner.

Haut de page

Notes

1 Germania anno zero, Roberto Rossellini (1949).

2 Ladri di biciclette, Vittorio de Sica (1949).

André Bazin, « Le Voleur de bicyclette ou l’épreuve victorieuse du néo-réalisme italien », Esprit, novembre 1949, pp. 820-832.

3 André Bazin, « Allemagne année zéro », Esprit, mai 1949, pp. 685-689.

4 Il y a sans doute ici confusion entre deux articles : si Bazin publie « Présentation par la Fédération des ciné-clubs de Païsa » dans Esprit en janvier 1947 (no129) - il s’agit d’un texte très court (900 signes) – il fait plus vraisemblablement référence à « Le réalisme cinématographique et l’école italienne de la Libération », paru dans Esprit en janvier 1948 (pp. 58-83).

5 Paisà, Roberto Rossellini (1947).

6 Bazin part en Autriche, avec Jacques Doniol-Valcroze, Jacques Bourgeois et Jean Douchet, pour « présenter des films choisis par Objectif 49 » (Jean-Charles Tacchella, « Quand Jean Cocteau était président d’un ciné-club », Catalogue de l’exposition « Jean Cocteau, sur le fil du siècle », Paris, Centre Pompidou, 2004, p. 86). Il découvre à cette occasion le ski mais la fatigue causée par ce voyage entre vacances et travail le contraint à séjourner à l’hôpital dès son retour : on diagnostique alors une tuberculose aiguë (voir Dudley Andrew, André Bazin, Paris, Cahiers du cinéma / Cinémathèque française, 1983, p. 154). Bazin fait référence à l’annonce de sa maladie dans sa lettre à Ayfre du 5 février 1951 (voir ci-après).

7 Travail et culture, réseau d’associations d’éducation populaire, proche de la CGT et du PCF. Né en 1944 mais héritier du mouvement d’éducation populaire de 1936, il bénéficie des alliances nouées dans la Résistance et procède de la rencontre entre artistes, intellectuels et syndicalistes. Devenue fédération nationale, Travail et culture a longtemps permis l’accès des salariés aux œuvres artistiques jusqu’à sa disparition en 1988. Janine Kirsch était secrétaire de la section théâtrale. Bazin ainsi que Chris Marker ou Barthélemy Amengual en Algérie y travaillaient comme animateurs. L’autre association d’éducation populaire, Peuple et culture que rejoindra Bazin après quelques années, collabore avec Travail et culture avant de s’en distinguer sur des bases politiques.

8 Les Musiciens du ciel, Georges Lacombe (1940). Un petit voyou recueilli par une lieutenante de l’Armée du Salut s’attache à sa bienfaitrice et à sa mort, la nuit de Noël, prend sa place dans son œuvre de bienfaisance.

9 Les Anges du péché, Robert Bresson (scénario Raymond-Léopold Bruckberger et Jean Giraudoux), (1943). Une dominicaine de Béthanie, assistant les femmes emprisonnées, aide l’une d’entre elles qui, libérée, assassine celui qui fut la cause de son incarcération et se réfugie au couvent où elle recherchera la rédemption.

10 Le Chemin du ciel, Alf Sjöberg (1942). Une femme accusée de sorcellerie est brûlée sur un bûcher. Son amoureux va jusqu’à Jérusalem demander justice, trouve refuge auprès d’un bienfaiteur qu’il chasse, épouse la fille d’un notable et, à la veille de sa mort, sauvé par Dieu, renaît, jeune, auprès de celle qu’il aimait.

11 Les Verts Pâturages (Green Pastures), Marc Connelly, William Keighley (1936). Un prêtre conte à des enfants l’Ancien Testament. Tous les personnages sont interprétés par des acteurs noirs.

12 Les Visiteurs du soir, Marcel Carné (scénario Jacques Prévert) (1942) ; la Main du diable, Maurice Tourneur (scénario Jean-Paul Le Chanois, d’après Gérard de Nerval) (1943).

13 Le Défunt récalcitrant (Here Comes Mr Jordan) Alexander Hall (1941) ; Orphée, Jean Cocteau (1950).

14 Les Clefs du royaume (The Keys of Kingdom), John M. Stahl (1947).

15 Bing Crosby est l’acteur incarnant le père O’Malley dans la Route semée d’étoiles (Going my Way, Leo McCarey, sorti en France à l’automne 1946) et les Cloches de Sainte-Marie (The Bells of St. Mary’s, Leo McCarey, 1947).

16 La Passion de Jeanne d’Arc, Carl Dreyer (1928).

17 Ciello sulla palude (la Fille des marais, Augusto Genina, 1949) – prix de l’Office catholique du cinéma (Venise, 1949) et prix de la Présidence du Conseil des ministres du gouvernement italien – se fonde sur les archives du Tribunal de Rome qui ont servi à la béatification de Maria Goretti (1890-1902), victime d’une tentative de viol par le fils du propriétaire de la ferme où son père était ouvrier agricole avant de mourir de la malaria laissant six orphelins dans la pauvreté. Le film sort le 28 avril 1951 en France. Bazin l’a vu dès 1950 au moins, si ce n’est 1949. Ayfre le verra dès le 14 février 1951, donc avant sa sortie publique à Paris (ACSS, fonds Ayfre, agenda 1951).

18 Bazin séjourne alors dans les thermes de cette commune des Pyrénées-Orientales pour tenter de soigner sa tuberculose. Pendant ce temps, à Paris, se prépare le premier numéro des Cahiers du cinéma. On sait qu’en raison de l’absence de Bazin, son nom n’apparaît pas dans l’ours de ce premier numéro.

19 André Bazin, « Ontologie de l’image photographique » dans Gaston Diehl (dir.), Problèmes de la peinture, Lyon, Confluences, 1945, pp. 405-411.

20 Le Jour se lève, Marcel Carné, 1939.

21 André Bazin, « Le Jour se lève », DOC 48, no 4, janvier-février 1948, fiche non paginée. Peuple et culture (PEC) et Travail et culture (TEC) publient conjointement les cahiers de documentation DOC qui proposent des fiches analytiques couvrant, entre autres, le théâtre, la musique, le cinéma.

22 L’article n’est pas paru dans Poésie 46 mais Poésie 45 : « À propos de l’Espoir ou du style au cinéma » (Poésie 45, no 26-27, août-septembre 1945, pp. 126-133). Puis le texte est repris partiellement – une page d’introduction en moins – par François Truffaut dans André Bazin, le Cinéma de l’occupation et de la résistance (Paris, UGE « 10/18 », 1975, pp. 180-181, sous une fausse référence : Esprit), puis par Jean Narboni dans André Bazin, le Cinéma de la Libération à la Nouvelle Vague (Paris, Cahiers du Cinéma, 1998, pp. 157-165), comme l’indique Hervé Joubert-Laurencin dans son livre le Sommeil paradoxal (Montreuil, Éditions de l’Œil, 2014).

23 Voir notamment : André Bazin, « Landru, Charlot, Monsieur Verdoux », DOC 48, no 6, 1948 et « Le paysage au cinéma », DOC 49, no 36, 1949, fiches non paginées.

24 Bazin fait référence à son article « Le mythe de M. Verdoux » (Revue du cinéma, no 18, janvier 1948) et à son livre, Orson Welles (préface de Jean Cocteau, Paris, P.-A. Chavane et Cie, coll. « Le cinéma en marche », 1950).

25 Dieu a besoin des hommes, Jean Delannoy, 1950.

26 André Bazin, « Cinéma et théologie », Esprit, février 1951, pp. 237-245.

27 Il n’existe pas de revue liée à Objectif 49. Il est vraisemblable que Bazin pense en fait aux futurs Cahiers du cinéma.

28 André Bazin, « Pour un cinéma impur (défense de l’adaptation) » dans Georges-Michel Bovay (dir.), le Cinéma, un œil ouvert sur le monde, Lausanne, La Guilde du Livre, 1952, pp. 59-82.

29 André Bazin, « Théâtre et cinéma », Esprit, juin et juillet-août 1951, pp. 891-905 et 232-253.

30 Jules Gritti est également prêtre à la Compagnie Saint-Sulpice.

31 André Bazin, « La forme, l’uniforme et la cruauté », Ciné-club, no 7, avril 1949, pp. 4-5.

32 Il s’agit du mémoire d’Amédée Ayfre, dirigé par Étienne Souriau à l’Institut de Filmologie.

33 André Bazin, « Le Journal d’un curé de campagne et la stylistique de Robert Bresson », Cahiers du cinéma, no 3, juin 1951, pp. 7-21.

34 Si l’on en juge par la version publiée, le quatrième chapitre du mémoire d’Amédée Ayfre portait sur le film religieux « dans la perspective phénoménologique » (Cf. Amédée Ayfre, Dieu au cinéma, problèmes esthétiques du film religieux, Paris-Toulouse, PUF-Privat, 1953).

35 Jean-Marie Domenach est alors secrétaire de rédaction de la revue Esprit.

36 L’universitaire, traducteur, éditeur, écrivain et critique Albert Béguin succède à Emmanuel Mounier à la mort de ce dernier, à la direction d’Esprit, de 1950 à 1957 où Domenach lui succède à son tour.

37 The River, Jean Renoir, 1951.

38 La Règle du jeu, Jean Renoir, 1939.

39 Amédée Ayfre, « Néo-réalisme et phénoménologie » (Cahiers du cinéma, no 17, novembre 1952, pp. 6-18).

40 L’article d’Ayfre sur la Passion de Jeanne d’Arc sort finalement en novembre 1952 également : Amédée Ayfre, « La voix du silence (la Passion de Jeanne d’Arc) », Cahiers du cinéma, no 17, novembre 1952, pp. 58-60.

41 La Passion de Jeanne d’Arc est projeté au Cinéma d’essai à partir de février 1952. Il s’agit de la version réalisée en 1950 par Lo Duca pour Gaumont à partir du second négatif du film, sonorisée avec des musiques de Bach, Albinoni, Vivaldi et dont les cartons ont été remplacés par des sous-titres. Lo Duca est l’auteur d’un article partiellement consacré au film intitulé « Trilogie mystique de Dreyer » (Cahiers du cinéma, no 9, février 1952, pp. 60-63).

42 Ayfre a écrit à Bazin le 7 avril 1952 ; il le verra le 6 juillet (ACSS, fonds Ayfre, agenda 1952).

43 Limelight (les Feux de la rampe), Charles Chaplin (1952).

44 Jean Queval (1913-1990), journaliste sportif puis critique de cinéma (l’Écran français, le Mercure de France, Radio-Cinéma-Télévision, Cahiers du cinéma, les Nouvelles littéraires, Europe, etc.), auteur de plusieurs livres, dont un Jacques Becker aux éditions Seghers (1962) et traducteur. D’origine protestante, il s’inscrit dans les réseaux de la critique spiritualiste.

45 Europa ‘51 (Europe 51), Roberto Rossellini, 1953. Ayfre a vu le film le 25 juin 1953 ; il reçoit la lettre de Bazin, écrite le lendemain, le 7 juillet (ACSS, fonds Ayfre, Agenda 1953).

46 Francesco, giullare di Dio (les Onze fioretti de François d’Assise), Roberto Rossellini, 1951.

47 Amédée Ayfre, Dieu au cinéma, problèmes esthétiques du film religieux, op. cit.

48 André Bazin « Livres de cinéma », Cahiers du cinéma, no 25, juillet 1953, pp. 60-61. Bazin y intitule l’ouvrage : Dieu au cinéma. Problèmes esthétiques du cinéma religieux.

49 Lettre écrite sur du papier à l’en-tête des Éditions de l’Étoile : « Cahiers du cinéma, revue mensuelle du cinéma et du télécinéma ».

50 Il Cappotto, Alberto Lattuada, 1954.

51 Jacques Doniol-Valcroze, cofondateur avec Bazin et Lo Duca des Cahiers du cinéma. Il publie une critique du Manteau dans le no 35 de mai 1954 des Cahiers sous le titre « La difficulté d’être » (pp. 52-53).

52 Little fugitive, Ruth Orkin, Morris Engel, Ray Ashley (1953).

53 L’Association française de la critique de cinéma est créée en 1946 sous la présidence de Georges Charensol.

54 Joseph Marie Lo Duca (1910-2004), écrivain et critique franco-italien, auteur d’une Histoire du cinéma (1943) et de nombreux ouvrages (dont Méliès mage avec Maurice Bessy, 1945) co-fondateur des Cahiers du cinéma dont il est alors rédacteur en chef (avec Bazin et Doniol-Valcroze).

55 Amédée Ayfre, « Derrière ces visages fermés le cinéma nous révèle une jeunesse tentée par le désespoir », Radio-Cinéma, 6 juin 1954, p. 3.

56 Il s’agit des pères dominicains Avril et Pichard, fondateurs de Radio-Cinéma (à ce sujet, voir Mélisande Leventopoulos, « Une Église moderne en images : la cause cinématographique du père Pichard », 1895 Revue d’histoire du cinéma, no 63, printemps 2011).

57 Critique d’obédience spiritualiste, Jean-Pierre Chartier est alors rédacteur en chef de Radio-Cinéma (qui devient ensuite Radio-cinéma-télévision), sous le nom de Jean-Louis Tallenay.

58 Jules Gritti signe un compte rendu sur le « congrès “néo-réaliste” de Parme » le décembre 1953 dans les Cahiers du cinéma de décembre 1954 (no 41, pp. 51-60).

59 Lettre sur papier à l’en-tête des « Cahiers du cinéma, revue mensuelle du cinéma et du télécinéma » (sans mention des Éditions de l’Étoile).

60 Le compte rendu d’Amédée Ayfre paraît, sous le titre « Cinéphile et filmologue », dans les Cahiers du cinéma no 48, juin 1955 (pp. 57-58).

61 Senso de Luchino Visconti a été présenté au festival de Venise de 1954. Il sort en Italie en janvier 1955. La sortie française a lieu en 1956. Sur l’article d’Aristarco et la controverse avec Chiarini, voir ci-après la traduction de « È realismo » et la présentation de Delphine Wehrli.

62 Éric Rohmer, qui collabore aux Cahiers du cinéma depuis le no 3 (1951), va remplacer Lo Duca comme rédacteur en chef. Depuis quelques années il a institué une « ligne » critique à la revue (qualifiée d’« école Schérer » par Pierre Kast).

63 Cahiers du cinéma, no 78, Noël 1957. À cette occasion, Bazin publie une « bio-filmographie de Jean Renoir » (pp. 59-86), fruit d’un travail en cours. Il y annonce la parution de son ouvrage sur Renoir aux éditions du Seuil, collection « Cinémathèque » (où sont parus les seuls titres de la collection, le Vigo de Salles Gomes et l’Eisenstein de Mary Seton). L’ouvrage ne paraîtra qu’en 1971 chez Champ libre, à l’initiative de François Truffaut.

64 Amédée Ayfre se rend à Venise pour le festival de 1958, ce qui converge avec la datation apposée ultérieurement sur le document.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lettres d’André Bazin à Amédée Ayfre », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 73 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/4832 ; DOI : 10.4000/1895.4832

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page