Navigation – Plan du site
Archives

Paul Ramain et Jean Epstein en correspondance

François Albera
p. 104-129

Texte intégral

Présentation

1Paul Ambroise Joseph Ramain (1895-1966), médecin, mélomane, cinéphile et bien d’autres choses encore (œnologue, entomologiste et mycologue notamment), natif de Haute-Savoie mais qui a fait ses études à Montpellier – où son père, agrégé de Lettres classiques, avait été nommé –, et où il soutint sa thèse de médecine (sur l’influences des radiations solaires sur le taux de globules blancs), fut l’un des théoriciens et esthéticiens du cinéma les plus ambitieux dans la France des années 1920. Il demeure également l’un des plus méconnus. Il faut dire que Paul Ramain a publié intensivement mais sur une période limitée.

  • 1 Laurent Guido, « Le Dr Ramain, théoricien du ``musicalisme'' » dans François Albera, Giusy Pisano ( (...)

21895 a déjà publié une étude d’envergure sur Ramain dans son numéro Musique ! en 2002, sous la signature de Laurent Guido, qui mettait avant tout l’accent sur sa contribution à une théorie musicaliste du cinéma1. Par le biais de sa correspondance avec Jean Epstein, on voudrait maintenant élargir encore la connaissance que mérite sa réflexion sur l’esthétique du film car Ramain fut l’un des commentateurs les plus enthousiastes et profonds des films d’Epstein et, quelques années durant, les deux hommes furent très proches bien qu’il semble ne pas s’être beaucoup vus. Plusieurs rendez-vous ratés à Paris, des renoncements à des déplacements apparaissent dans cette correspondance avec les regrets réitérés qu’il en fût ainsi.

  • 2 La musique pour la Belle Nivernaise est datée du 25 mars 1925. Patrice Ramain nous signale encore u (...)
  • 3 Dont Mario-Paul Bringuier, le rédacteur en chef, est membre des Amis du cinéma.
  • 4 De la correspondance avec Fritz Lang, Ramain publia deux lettres dans Photo-Ciné (no 15, novembre-d (...)
  • 5 Paul Ramain, « Essai de psycho-physiologie de I'art cinématique : Le Cinéma, art du Rêve, doit être (...)
  • 6 Paul Ramain, « Un film de silence. Une femme dans la Lune par Fritz Lang », Cinéa-Ciné pour tous, n(...)
  • 7 Selon le témoignage de son fils, Patrice Ramain, le cinéma ne tenait plus aucune place dans la vie (...)

3S’il découvre le cinéma en 1921-1922, Paul Ramain débute sa carrière de critique et d’esthéticien dans la musique, un peu plus tôt, dans la Vie montpelliéraine en 1912 – il a alors à 18 ans – puis dans le Courrier musical où il s’attache rapidement aux relations du cinéma et de la musique. Dans la filiation des mouvements lancés par Cinémagazine et du Vieux-Colombier, il crée en avril 1925 les Amis du Cinéma à Montpellier, après avoir participé aux Amis du film languedocien (créé en 1923) et à un ciné-club à Nîmes, puis il a le projet d’un ciné-club, la Bobine, dont on n’a pas repéré la localisation (peut-être Thonon-les-Bains), il est membre du Ciné-Club des Alpes à Grenoble. Il a coutume d’accompagner les films au piano sur des partitions de sa plume (voir celle de la Belle Nivernaise dans le cahier couleur)2 ou qu’il improvise, prononce des conférences et des présentations de films – à Montpellier, à Annecy, à Genève – il publie dans des périodiques, locaux d’abord comme la Vie montpelliéraine et régionale et la Vie mondaine3, puis rapidement dans des revues spécialisées parisiennes comme Cinéa-Ciné pour tous, Cinémagazine, les Cahiers du Mois, Photo-Ciné, ou encore genevoise, Ciné, des études d’esthétique cinégraphique et des articles sur les rapports du cinéma et du rêve ou de la musique. Parmi ses auteurs de prédilections il y a Epstein et Fritz Lang. Avec tous deux il échange une correspondance4 – ainsi, plus modestement, qu’avec Gance, Fescourt, Dulac, L’Herbier, Baroncelli, Tedesco. Il écrit également sur Sjöstrom, Stiller, Delluc, Baroncelli, Dreyer, Renoir et encore Niblo (Ben Hur), C.B. de Mille ou le cinéma soviétique (qu’il n’aime pas). Un relevé, sans aucun doute provisoire, de ses articles compte une centaine de titres entre 1925 et 1929. À cette date, en effet, l’arrivée du parlant porte un coup d’arrêt brutal à l’engouement du Dr Ramain pour le cinéma, car pour lui « le cinéma est du rêve » (et réciproquement « le rêve est du cinéma ») où « les personnages sont muets »5. L’un des derniers films à retenir son attention est Une femme dans la lune de Fritz Lang, « seul capable actuellement de replacer le cinéma du silence dans sa vraie voie : le rêve »6. Il se tourne alors vers d’autres centres d’intérêt et ne reviendra jamais sur sa récusation du cinéma devenu sonore7.

4Mais dans ce court moment d’investissement dans le cinéma la référence à Epstein est constante et intense. Ramain invite Epstein à Montpellier, à Genève (où il ne peut ou ne veut se rendre), ils s’écrivent, échangent et cette correspondance prend même une forme publique quand Ramain publie une « Lettre ouverte » au cinéaste. Cependant, après un début extrêmement chaleureux de part et d’autre (malheureusement les lettres de Ramain à Epstein ne sont pas conservées et plusieurs de celles d’Epstein manquent) et l’expression non seulement d’une estime mutuelle mais d’une certaine communauté de pensée, les relations se distendent puis s’interrompent apparemment en 1932. Le retour de Ramain dans sa Haute-Savoie natale dès 1925 – année de son mariage – et son installation comme praticien à Douvaine, ne facilitent pas les relations – même si sa collaboration assidue au périodique genevois, Ciné, son projet de fondation de la Bobine et sa participation aux ciné-clubs de Grenoble, de Genève et d’Annecy, attestent de son activité dans cette région jusqu’en 1930. Mais il y a aussi une certaine réserve de Ramain à l’égard de l’évolution d’Epstein dont il admire de manière hyperbolique les débuts (Cœur fidèle et surtout la Belle Nivernaise) et moins les films suivants, en particulier les films produits par Albatros – dont il n’hésite pas à dire que certains sont, à ses yeux, des « navets » – jusqu’à la Glace à trois faces qui l’enthousiasme à nouveau. Plusieurs lettres ou cartes attestent néanmoins du prix qu’Epstein accorde aux points de vue de Ramain y compris critiques à son endroit, et des regrets qu’il a à voir leurs échanges s’espacer progressivement.

5Les rapports entre les deux hommes sont aussi d’un autre ordre que d’esthétique cinématographique. Epstein demande le secours de l’érudit Ramain en matière de contes, légendes, croyances et sorcelleries à mesure qu’il s’éloigne du cinéma quelque peu « mondain » qu’il a pratiqué jusqu’à la Glace à trois faces, au moment où il prend le « virage » de Finis Terrae. En 1928 il écrit au docteur que « Finis Terrae est un peu différent de ce qu’aujourd’hui on entend par film : il est sans artifice, peut-être sans art. Le public sera témoin d’un fait reproduit ». Profession de foi quasi « vertovienne » tranchant nettement avec les parti pris antérieurs que cette correspondance révèle avec une netteté que les articles et écrits publiés d’Epstein laissaient moins entrevoir. L’attachement que le cinéaste partage avec le médecin pour un projet d’adaptation de la Grande Peur sur la montagne de l’écrivain régionaliste suisse Charles-Ferdinand Ramuz va dans le même sens. (On y reviendra). Quand il se prépare à tourner l’Or des mers il écrit : « Enfin un film à moi ! »

  • 8 P. Ramain, « Lettre ouverte à Jean Epstein », Photo-Ciné, no 12, avril 1928.

6On disposait jusqu’ici des articles de Paul Ramain consacrés à Epstein et ses films mais on ne savait rien du point de vue d’Epstein, les deux volumes d’Ecrits sur le cinéma édité chez Seghers par la sœur du cinéaste et Pierre Leprohon ne comportant aucune allusion au docteur – bien que dans sa « Lettre ouverte », Ramain cite deux lettres qu’Epstein lui a adressées en 19268.

7C’est pourquoi le lot de correspondance récemment déposé par Patrice Ramain à la Cinémathèque française – qui comporte une soixantaine de pièces non encore cataloguées – vient éclairer vivement les rapports des deux hommes en même temps qu’il donne des aperçus précieux sur des aspects de l’activité et des difficultés du cinéaste jusqu’au « tournant » (le deuxième) qu’il opère en 1931 en embrassant cette partie restée longtemps méconnue qu’est sa période bretonne.

Rencontre

  • 9 « À Montpellier (petite ville de 85 000 âmes), il y a Bernard et Rolland avec les ``Amis du cinéma' (...)

8Est-ce par le truchement de Louis Rolland, le directeur du Royal Athénée Cinéma de Montpellier – où officient les Amis du Cinéma de la ville présidés par le Dr Ramain9 –, qu’Epstein prend connaissance des articles et conférences de ce dernier ? Dans sa « Lettre ouverte » de 1928, Ramain fait allusion à un contact antérieur : « Mais il faut savoir évoluer – vous me l’avez écrit en 1923... ». La correspondance dont on dispose ne débute pourtant qu’en 1925 et semble bien démarrer cette année-là. L’échange antérieur a-t-il été de pure forme (comme avec d’autres cinéastes sollicités de venir montrer leurs films) ?

9Quoi qu’il en soit, quels sont ces articles que Ramain a confiés à Rolland à l’intention d’Epstein et qui intéressent beaucoup celui-ci ? La lettre d’Epstein à Rolland est datée du 29 mars 1925 et répond à une missive de ce dernier du 25 (que l’on n’a pas). Il peut donc s’agir d’articles du Courrier musical ou de périodiques locaux qui restent non repérés à ce jour. Ramain sollicitait également Epstein d’intercéder auprès de Jean Tedesco afin de lui ouvrir les colonnes de Cinéa-Ciné pour tous. Or ce sera le cas à partir de mai 1925 (et dans les autres périodiques parisiens l’année suivante). En avril, Epstein écrit à Ramain qu’il accepte de faire partie des « Amis du Cinéma » mais qu’il lui est impossible de venir présenter l’Affiche en raison de son travail sur un nouveau film (il achève ou vient d’achever le Double Amour et doit préparer Robert Macaire). Cette défection sera l’occasion pour Ramain d’une conférence de présentation de l’Affiche très élogieuse qui finira par lasser l’auditoire en raison de sa longueur et sans doute de son abstraction... Elle paraîtra dans la Vie mondaine du 25 avril suivant.

10Cette première lettre d’Epstein commence par une déclaration de feinte humilité du cinéaste :

  • 10 Cette profession de foi fait écho à l'article des Cahiers du mois (no 16-17, 1925 ; variante dans P (...)

On pense de moi que je suis un théoricien du cinéma ; la vérité est contraire ; je ne travaille jamais qu’à l’absolue grâce de Dieu. Ensuite, seulement et pour passer le temps, j’essaye de bien prendre ce que j’ai fait ; d’où mes théories, et elles sont tout de travers !10

11Qui n’en poursuit pas moins avec l’énoncé apodictique selon lequel :

Le rythme est un des premiers aspects de la vie. Aucune existence – sans doute même minérale – ne se conçoit arythmique. La musique, le cinéma, la parole sont, je crois, les trois moyens d’expression les plus directs du rythme humain.

  • 11 P. Ramain, « Musique, art et cinéma », le Courrier musical no 3, 1er février 1925 et no 4, 15 févri (...)
  • 12 « Au commencement était le rythme », cette phrase souvent citée (par exemple par Paul Klee), ouvrai (...)

12Ramain, qui avait déjà traité du rythme cinématographique sur le modèle musical, en février 1925 dans le Courrier musical11 – où il cite Hans de Bülow (« Au commencement était le rythme »12) –, reprendra cette thématique en l’amplifiant dans un texte de 1929 :

  • 13 P. Ramain, « Un précurseur. Louis Delluc », Cinéa-Ciné pour tous, no 127, 15 février 1929, pp 9-11 (...)

Le rythme ! C’est l’élément primordial et esthétique de toute la vie (...) Le rythme est universel, il apparaît dans le mouvement des astres, dans le cycle des saisons, dans la lumière, dans l’alternance régulière des jours et des nuits, dans le son, dans les odeurs. On le retrouve dans la vie des plantes, dans le cri des animaux, dans la parole et l’attitude de l’homme, jusque dans les infiniments petits : atomes, molécules, ions, karyokynèse des cellules13.

  • 14 Ciné, revue d'art cinématographique, no 16, janvier 1928, p. 196.
  • 15 P. Ramain, « Du rythme cinématographique », Cinémagazine no 47, 22 novembre 1929, pp. 310-311.

13Auparavant, dans « Des rythmes visuels aux rythmes cinématographiques »14, un article qu’il reprend avec quelques petites variantes dans « Du rythme cinématographique »15, il a déjà mis l’accent sur l’importance du rythme au cinéma en faisant un pas de plus que dans le Courrier musical : il le lie en effet au montage.

Défense d’Epstein

  • 16 « Monsieur Epstein partant du principe fondamental que le scénario cède le pas à l'image est arrivé (...)
  • 17 Ami Lullin, « Une déception ou le Génie captif », la Vie montpellieraine et régionale, 2 mai 1925, (...)

14L’admiration de Ramain, on l’a dit, va avant tout à Cœur fidèle et surtout à la Belle Nivernaise et, au-delà des 800 premiers mètres de l’Affiche16, il avoue sa déconvenue pour ce dernier film. Sans le signer de son nom, il publie un article sévère à son endroit dans un journal local sous un titre explicite : « Une déception ou le Génie captif »17. Epstein – qui n’a peut-être pas eu connaissance de ce texte mais seulement des allusions plus cursives que fait çà et là Ramain – ne lui en tient pas rigueur : « je ne suis pas froissé... au contraire », lui écrit-il, « critiquez-moi ; je suis là pour cela et ne pourrais jamais en prendre ombrage ».

  • 18 Au contraire, son attitude, au moment de la Goutte de sang – qu'il désavoue – pouvait passer pour i (...)
  • 19 J. Epstein, « L'objectif lui-même », Cinéa-Ciné pour tous, no 53, 15 janvier 1926, pp. 7-8.
  • 20 Ramain renvoie à son article « De la construction thématique des films » (Cinéa-Ciné pour tous, no  (...)

15Epstein est alors l’objet de vives critiques pour ce qu’on perçoit comme un « tournant » commercial qui correspond à son passage dans le studio Albatros où il réalise quatre films dont un serial18. Ramain n’étant pas tenu par l’actualité cinématographique commente les chefs d’œuvre qui, à ses yeux, viennent conforter ses théories esthétiques ou leur fournir leur fondement. Il revient ainsi à plusieurs reprises sur ses films préférés, exaltant une fois de plus la Belle Nivernaise « contre » Epstein lui-même en répondant à son article « L’objectif lui-même »19 dans « Sensibilité intelligente d’abord, objectif ensuite » : « ... car en dehors de la technique il y a l’âme qui donne la vie » et cette âme ne peut exister dans la seule captation (« braquage, déclic, seconde, lumière... ») telle que la pratique le cinéma abstrait d’Eggeling, cinéma « kaléidoscopique20 » : « cinématographie de carrés colorés disposés harmoniquement : de tels objets amorphes, primitifs et déjà composés n’ont qu’une infime âme brute, soit quasiment zéro ».

Le grand et mystérieux génie de l’écran ne vient donc pas de la vision toute mécanique d’objets morts disposés convenablement et photographiés par des lentilles bêtes mais lumineuses. Non. Or il n’en est pas de même (dans la Belle Nivernaise) de ce plus grand acteur, cette plus forte personnalité, de cette Seine mobile, changeante et chantante jusqu’à l’obsession (...). 

Parce que l’eau vive vit et qu’elle a une âme qu’il faut sentir dans son plus profond que cette âme peut se manifester à nos yeux clos par le medium d’un artiste qui la capte lui-même par le truchement d’un outil : l’objectif.

  • 21 P. Ramain, « Sensibilité intelligente d'abord, objectif ensuite », Cinéa-Ciné pour tous, no 55, 15 (...)

(...) ici lui-même n’était qu’un objet enregistreur, une lentille à imprimer, un œil mort qui était rendu vivant – parce que gouverné – par l’intelligence, la sensibilité du cinéaste lui-même21.

16Et Ramain de conclure son article par ce renversement de la formule epsteinienne : « L’objectif n’est pas lui-même, il est nous-mêmes ».

17Quand Epstein va ré-orienter son cinéma en amorçant son « cycle breton » avec Finis Terrae, il n’est pas abusif de dire qu’il renoue en un sens avec cette reconnaissance de la Seine, de Paris à Rouen, comme « le plus grand acteur, la plus forte personnalité que j’ai connue intimement ». Dans une lettre du 29 décembre 1928, il exprime cette réorientation en déplaçant le centre de gravité de son travail du côté du « fait » : « Le public sera témoin d’un fait reproduit – c.à.d produit une seconde fois – sur l’écran ».

18Tout en liant ce « factualisme », ce « ciné-fait » pour employer la formule vertovienne, à une dimension magique liée au jeu sur la temporalité :

Les recherches sur la répétition cinématographique exacte d’un concours de volontés, d’aspects et d’instants, concours qui déjà avait eu lieu spontanément m’ont souvent donné l’impression d’un travail magique, dotant les mouvements dans l’espace et le temps d’une boîte de vitesse avec marche arrière.

19La « mise en accusation de Jean Epstein » qu’instruit Photo-Ciné (selon une formule appliquée dans chaque numéro à un cinéaste), s’exprime dès le chapeau de Jacques de Layr, qui dirige la revue avec Jean Dréville : Epstein est imprévisible, à chacun de ses films il bifurque, laissant la critique désemparée.

Mais il semble bien que M. Epstein ne fait qu’obéir à une rigoureuse nécessité intérieure dont il ne peut nous révéler progressivement que ce que lui-même en découvre chaque fois. De toutes ces marches et contre-marches l’œuvre dégage sa ligne que le spectateur ne sait pas toujours prévoir, que l’inventeur n’est pas toujours libre de choisir. 

  • 22 Pierre Rambaud, « Mise en accusation de Jean Epstein. Réquisitoire », Photo-Ciné, no 11, février-ma (...)

20Pierre Rambaud ouvre le réquisitoire. Pour lui tous les films suivants ont trahi Cœur fidèle, y compris la Belle Nivernaise : « Vous dites que c’est votre meilleur film et c’est le Dr Ramain qui vous l’a dit » écrit le journaliste22... s’attirant une longue réponse du Docteur dans le numéro suivant. Dans sa « Lettre ouverte » du 6 avril 1928, pour venir au secours de son ami qu’on l’accuse d’avoir « hypnotisé », il veut démontrer a contrario l’obsolescence de Cœur fidèle, « chef d’œuvre du passé » avec son goût pour les bas-fonds, les bouges à matelots.

21Cependant le bilan qu’il tire de la carrière du cinéaste est assez dur, guère éloigné de celui de Rambaud ; il stigmatise les films réalisés « par besoin commercial ». Et d’énumérer :

Pasteur ? une erreur biographique malgré les images. L’Affiche ? une bobine remarquable (...). Le Double Amour ? chut ! silence... Silence aussi sur un certain Robert Macaire et un vasouilleux Mauprat. Et puis un essai de sauvetage dans Six et demi-Onze : mais le pli était pris ; c’est encore un film indigne de vous, dans l’ensemble.

  • 23 P. Ramain, « Lettre ouverte à Jean Epstein », Photo-Ciné no 12, avril 1928 [n.p.] A ce bilan navré (...)

Vous aviez « mal tourné ». Errare humanum est... mais vous n’avez pas persévéré, puisque, enfin redevenant vous, vous fîtes ce chef d’œuvre extrait d’une quelconque nouvelle de Paul Morand : la Glace à trois faces23.

  • 24 Voir leur correspondance des années 1949-1950.

22C’est donc le projet de tourner une adaptation de la Grande Peur dans la montagne qui rapproche quelques temps encore les deux hommes. Epstein souhaite tourner ce film en Haute-Savoie où réside désormais Ramain. Il sollicite son aide pour trouver un endroit qui convienne en fonction des saisons. Le projet échouera mais l’intérêt d’Epstein pour Ramuz perdurera car, après la guerre, il se mobilisera à nouveau pour permettre à Jean Benoit-Lévy, auquel il est lié depuis Pasteur puis via sa sœur et enfin parce que Benoit-Lévy travaille pour les institutions internationales (Onu, Unesco) et décroche pour lui plusieurs commandes de films documentaires, de monter une co-production américaine qui adapterait cette fois la Beauté sur terre de Ramuz. Là aussi, après nombre de difficultés surmontées, le projet échoue, le producteur faisant défaut au dernier moment24.

  • 25 Epstein recueille et dépouille toute une bibliographie concernant ces questions, notamment dans le (...)

23Mais au-delà de ce projet précis les échanges qu’ont Epstein et Ramain portent sur des questions de type ethnographique autour de la sorcellerie dans les campagnes. Epstein crédite le Docteur de tout savoir sur tout et le sollicite encore pour l’aider dans divers projets tournant autour de ces questions et qui se trouvent au croisement de la Grande Peur dans la montagne et de l’Or des mer ou du Tempestaire25.

Lettres et cartes postales d’Epstein au Dr Ramain

24L’ensemble des lettres et cartes postales adressées au Dr Ramain par Epstein conservé par la Cinémathèque française comporte 21 pièces plus la lettre à Rolland qui est à l’origine de cette correspondance. On les cite ou résume ci-dessous avec l’autorisation de Patrice Ramain que nous remercions vivement.

Le 25 mars 1925

25Louis Rolland a adressé à Epstein les articles locaux parus sur la Belle Nivernaise projeté dans le cinéma qu’il programme avant d’en devenir le directeur et en faire un lieu d’excellence où sont projetés les films artistiques de « l’Avant-garde française ».

 

26Epstein répond aussitôt :

[À Louis Rolland]
le 29 mars 1925

27Je reçois à l’instant votre lettre du 25 mars. J’ai lu avec le plus vif et le plus réel intérêt les articles et la conférence du Docteur Ramain. J’ai éprouvé le plus grand plaisir à savoir que la Belle Nivernaise avait eu à nouveau les honneurs de l’un de vos écrans.

  • 26 Il s'agit des Aventures de Robert Macaire (prod. Albatros, 1925, film à épisodes et dont une versio (...)

28Je désire depuis longtemps écrire au Dr Ramain certaines réflexions que son article m’a inspirées. Malheureusement la réalisation du Double Amour et la préparation d’un film très important que je dois tourner ensuite26, me prennent à ce point tout mon temps que je vous prie très spécialement de vous faire mon interprète auprès du Dr Ramain pour le remercier, m’excuser auprès de lui et lui dire que je me propose, à la fin de ce mois d’avril, quand je serai un peu plus libre, de répondre longuement à ses intelligentes théories.
[salutations]

 

[À Paul Ramain]
[Entête des films Albatros]
Montreuil, le 12 avril 1925

29Cher Monsieur,
Je dois vous avouer que mon premier sentiment est d’effroi, chaque fois que je commence la lecture d’un article critique d’une certaine abstraction, qui examine l’un de mes films. On pense de moi que je suis un théoricien du cinéma ; la vérité est contraire ; je ne travaille jamais qu’à l’absolue grâce de Dieu. Ensuite, seulement et pour passer le temps, j’essaye de bien prendre ce que j’ai fait ; d’où mes théories, et elles sont tout de travers !

30En lisant vos études que vous avez eu la gentillesse de me faire parvenir, j’ai eu le sentiment et la surprise heureuse de voir, par vous, plus exactement mon œuvre, que je ne l’ai souvent découverte moi-même. Le rythme est un des premiers aspects de la vie. Aucune existence – sans doute même minérale – ne se conçoit arythmique. La musique, le cinéma, la parole sont, je crois, les trois moyens d’expression les plus directs du rythme humain. C’est à dire que pour eux une âme peut se décrire assez fidèlement pour amener d’autres âmes de bonne volonté à sa propre allure de vie. Je pense que vous connaissez les expériences récentes d’après lesquelles il serait prouvé que les grands orateurs, les grands prédicateurs amènent le pouls de leurs auditeurs charmés à être synchrone du leur. Le fait mérite d’être vrai. Mon seul espoir cinématographique est dans une telle télépathie du cœur, mais plus idéale !

31J’accepte très volontiers de faire partie – à tel titre que vous jugerez bon – de votre association des Amis du Cinéma. Comme vous en êtes le conducteur, je ne doute pas de la noblesse d’intention de ce groupement.

32Je vous répète encore mon regret de ne pouvoir aller à Montpellier pour la présentation de l’Affiche. La réalisation des films que j’ai actuellement sur le chantier exige un gros effort de ma part et ma présence continuelle. C’est aussi uniquement pour ces questions de travail (je viens de réaliser entièrement un film en six semaines de prise de vue ininterrompue) que je n’ai pas pu vous écrire aussitôt que je l’aurais souhaité et dû faire.

  • 27 Jean Tedesco dirige Cinéa-Ciné pour tous où le Dr Ramain publiera plusieurs études et articles à pa (...)

33J’écris à Tedesco par ce même courrier. Néanmoins bien que Tedesco soit un ami fort complaisant, je ne puis vous garantir que ma démarche portera des fruits immédiats, la revue ayant toujours, je le sais, ses numéros composés très longtemps à l’avance d’après les contrats de publicité ou de collaboration27.

34Je me réjouis de lire bientôt un autre article de vous, que vous m’annoncez, et je vous prie de croire, Cher Monsieur, à mes sentiments très sympathiques.
[sig.] Jean Epstein

 

Paris, le 12 juin 1925
À M. le Dr Paul Ramain
Enclos Laffoux
« La Pierre rouge »
Montpellier (Hérault)

35Cher Monsieur,
Je ne suis nullement froissé des critiques que vous avez publiées sur « l’Affiche ». Au contraire, je lis toujours vos articles que vous voulez bien me faire parvenir avec un intérêt qui va croissant pour le développement de votre conception cinématographique.

36La seule raison de mon silence est mon travail qui, à quelques jours du commencement de Robert Macaire remplit toutes les minutes de mes journées.

37J’espère, moi aussi, avoir bientôt le plaisir de faire connaissance à Paris et en attendant, je vous prie de croire à mes sentiments très sympathiques.

38Veuillez transmettre mes amitiés à Monsieur Rolland.
[sig.] Jean Epstein

 

[À Paul Ramain]
Entête : Société des Films « Albatros »
Viroflay, le 26 janvier 1926

39Cher Monsieur,
Voici la photo demandée. Répondez et critiquez-moi ; je suis là pour cela et ne pourrais jamais en prendre ombrage.

  • 28 Cette phrase est citée dans une note de la rédaction en fin d'un article de Paul Ramain, « Sensibil (...)

40Je suis fort content d’apprendre que vous allez reprendre la Belle Nivernaise. C’est celui de mes films que je préfère à tous les autres28.
Croyez-moi très cordialement à vous.

 

[À Paul Ramain]
Carte postale [verso : Grenoble 1925. Exposition de la Houille blanche et du Tourisme]
7 mars 1926

  • 29 Outre « Sensibilité intelligente, objectif ensuite » (voir ci-dessus), il doit s'agir de « Les idée (...)

41Cher Monsieur,
Je lis vos deux articles dans Cinéa. Celui que vous avez consacré à la Belle Nivernaise m’a vivement touché. Je suis heureux que vous ayez si chaleureusement exposé votre compréhension exacte d’un film qui me tient particulièrement à cœur29.
Je ne désespère pas de faire votre connaissance. Je suis sûr que nous aurons plaisir à bavarder.

 

[À Paul Ramain]
Entête : Les Films Jean Epstein, 124 rue de la Pompe XVIe
[dactylographié]
15 avril 1927

42Cher Monsieur et Ami,
Je vous remercie de votre poisson d’avril et je me prépare à votre réponse laquelle à mon tour peut-être, je vous répondrai.

43En effet Monsieur Louis Pupat de Lyon est un grand ami de ma famille et Jean Reboul est un de mes camarades de Faculté.

44C’est avec joie que j’irais vous voir en Savoie, pays que j’aime. Mais c’est loin et les jours sont courts.
Cordialement à vous.

 

[À Paul Ramain]
Entête : Les Films Jean Epstein, 124 rue de la Pompe XVIe
[dactylographié]
29 septembre 1927

45Cher Monsieur,
Il y a bien longtemps que n’ai eu de vos nouvelles... J’ai un renseignement d’ordre local à vous demander.

  • 30 Charles-Ferdinand Ramuz, la Grande Peur dans la montagne, Paris, Grasset, 1926 (paru auparavant dan (...)
  • 31 Ces indications font écho à l'indignation de Paul Ramain dans Ciné (no 11, mars 1927, p. 128) où il (...)

46Ayant le grand désir de porter à l’écran le roman de C. F. Ramuz la Grande Peur dans la montagne30, que vous connaissez et aimez certainement, je serais heureux de savoir si les conditions de climat dans vos régions montagneuses conviennent encore en ce mois de Novembre à la prise de vues cinématographiques. Il ne s’agirait pas de tourner à de grandes altitudes, l’objectif exagérant ou diminuant les perspectives à volonté, il me suffirait, je crois, une altitude de 800 ou 1000 mètres. Tout dépend évidemment du paysage ou lieu que je choisirai31.
[...]

 

[À Paul Ramain]
Entête : Les Films Jean Epstein, 124 rue de la Pompe XVIe
[dactylographié]
22 octobre 1927

47Cher Monsieur,
Vous excuserez sûrement le retard à vous remercier de votre intéressante lettre, lorsque vous saurez que seul le souci de mettre sur pied la réalisation de la Grande Peur dans la montagne fut la cause de mon silence.

48Mais naturellement je suis en retard sur les dates que je m’étais proposées premièrement et je commence à être inquiet sur les conditions de travail que je pourrais trouver en Savoie. J’en suis à me demander s’il ne serait pas plus prudent d’aller vers les Pyrénées.

49Dès que j’aurai pu prendre une décision, je vous l’écrirai et je préférerais certes que ce soit – si ce doit être en général – la Savoie que je connais déjà un peu et que j’aime beaucoup.

 

[À Paul Ramain]
[carte postale]
Samedi [1927]

50Cher Monsieur,
Je vous remercie d’avoir pensé à m’envoyer votre nouvel essai sur l’esthétique cinématographique que j’ai lu avec plaisir et intérêt.

  • 32 La Chute de la Maison Usher (prod. Jean Epstein, 1928). Il s'agit en réalité de deux contes de Poe  (...)

51J’ai dû malheureusement remettre à beaucoup plus tard mon projet de filmer la Grande Peur dans la montagne et je suis occupé à préparer pour l’écran un conte d’Edgar Poe32.

  • 33 Villa Saint-Jean, collège privé français créé à Fribourg en Suisse par François Kieffer en 1903 au (...)

52Vous citez souvent dans vos lettres la villa Saint-Jean33. Mais je vous cherche en vain dans ma mémoire infidèle. [...]

 

[À Paul Ramain]
Entête : Les Films Jean Epstein, 124 rue de la Pompe XVIe
[dactylographié]
Paris, le 10 avril 1928

53Cher Monsieur et Ami,
J’ai bien reçu votre carte parlant si sympathiquement de vos impressions sur la Glace... Et maintenant votre lettre de Pâques.

  • 34 Jacques de Layr est le directeur de Photo-Ciné où Ramain publiera sa « Lettre ouverte à Jean Epstei (...)

54Je me réjouis de lire votre lettre ouverte et j’en parlerai à Monsieur de Layr comme vous le souhaitez34.

  • 35 Il s'agit sans doute de se rendre à une séance de Ciné d'art, le ciné-club lié à la revue Ciné. Rev (...)

55Ne demandez pas ma venue à Genève : je refuserai probablement35. Mais j’irai certainement vous faire une visite à Douvaine...

 

[À Paul Ramain]
Entête : Les Films Jean Epstein, 124 rue de la Pompe XVIe
Cinq mai [1928]

56Cher Ami et Docteur en transparence,
Vos deux si chaudes professions de sympathie et d’estime brillent, ouvertes, sur ma table de montage parmi les bouts d’Usher qui s’orientent.

57À ce contre jour les images vous promettent déjà leur transparence, cet aspect essentiel auquel vous êtes bien sensible.

58Et je me fortifie dans le dessein renouvelé de tourner la Grande Peur et donc de vous rencontrer bientôt.

  • 36 C'est dans sa « Lettre ouverte » de Photo-Ciné que Ramain attribue à Aës les « maquettes » d' Usher (...)

59PS. Le décorateur d’Usher est non d’Aës, mais, comme ce fut mon habitude jusqu’ici, Kéfer36.

 

[À Paul Ramain]
[carte postale]
Brest, le 7 juin 1928

  • 37 Le projet est abandonné. Le livre de Ramuz fera l'objet de deux adaptations pour la télévision en 1 (...)

60Je crains que la Grande Peur dans la montagne ne soit encore remise37.

 

[À Paul Ramain]
Entête : Les Films Jean Epstein, 124 rue de la Pompe XVIe
[dactylographié]
Yatch « le Pampero ». En mer
27 septembre 1928

61[Epstein déplore qu’ils se soient ratés récemment à Paris]

 

[À Paul Ramain]
[Entête : Les Films Jean Epstein, 124 rue de la Pompe, XVIe]
le 29 décembre [1928]

  • 38 Nom d'un probable ciné-club dont Ramain a le projet (peut-être à Thonon-les-Bains) et qui n'a, sauf (...)

62Fondez Bobine38, Cher Ami, mais n’y invitez surtout pas tous les ratés de la littérature comme ceux qui composent la rédaction de ce paradoxal Pour Vous.

63J’ai terminé le montage de Finis Terrae et vous envoie des vœux. [...]

64Finis Terrae est un peu différent de ce qu’aujourd’hui on entend par film : il est sans artifice, peut-être sans art. Le public sera témoin d’un fait reproduit – c.à.d. produit une seconde fois – sur l’écran. Les recherches sur la répétition cinématographique exacte d’un concours de volontés, d’aspects et d’instants, concours qui déjà avait eu lieu spontanément m’ont souvent donné l’impression d’un travail magique, dotant les mouvements dans l’espace et le temps d’une boîte de vitesse avec marche arrière.

  • 39 Paul Francoz est un des collaborateur de Photo-Ciné.

65J’espère que mon prochain film pourra prolonger cette tentative encore souvent maladroite.
[allusion à Francoz qui a écrit sur lui et qu’il voudrait rencontrer39]

 

[À Paul Ramain]
[carte postale]
Viroflay le 26 janvier 1929

66Cher Ami, je suis à votre disposition pour Bobine. [...] mon prochain film sera encore peuplé que de marins.

 

[À Paul Ramain]
[carte postale de Saint-Bonnat]
30 octobre 1930

67On ne vous lit plus ni en autographe ni en imprimé, ou est-ce moi, ermite filmant...

 

[À Paul Ramain]
[carte postale Bateau le Sauvetage]
Ajaccio, le 25 mars 1931

68L’anémie dont souffre le cinématographe semble pernicieuse. Je comprendrais de « prendre le maquis » (corse) comme on se retire au couvent.

 

[À Paul Ramain]
[carte postale de Villers Cotterêts à Paul Ramain à Douvaine]
25 octobre 1931

  • 40 Le compositeur (et peintre) Ange Flégier (1846-1927) avait composé un air célèbre – « Poème pittore (...)

69En tournant le Cor de Flégier et aussi (mais moins) de Vigny et bientôt de moins en moins de moi40.
Souvenir cordial

 

[À Paul Ramain]
[carte postale de Quiberon]
27 novembre 1931

  • 41 L'Or des mers situé sur l'île d'Hoëdic dans le Morbihan, au large de Quiberon, se fonde sur une lég (...)

70J’approche de la mer avec émotion. Les vingt-deux yeux de mes appareils sont encore aveuglés de cuir. Je m’embarque dès que mes approvisionnements seront terminés, pour l’îlot isolé d’Hoedick où je vais tourner l’Or des mers. Enfin un film à moi ! Ni parlant, ni muet. Un film « chuchotant », « murmurant »...41
Bien cordialement

 

[À Paul Ramain]
[carte postale de Viroflay]
28 janvier 1932

71Cette image freudienne pour vous souhaiter (tard !) une bonne année, cher Ami, et vous demander de vos nouvelles. Je crois que vous ne m’avez pas écrit de longtemps. [...]

72La carte est associée par son destinataire à une coupure du journal l’Ami du Peuple du 11 mai 1928 d’un entretien avec Jean Epstein par Pierre Grégoire comportant une photographie de la Chute de la Maison Usher de l’épouse du peintre, morte, fort proche de la Vierge couchée de la carte postale.

 

[À Paul Ramain]
[carte postale]
Auray le 25 février 1932

73Que vous arrive-t-il donc, cher ami, que je n’aie pas de vos nouvelles depuis si longtemps ?

  • 42 Jean Epstein, l'Or des mers, Paris, Valois, 1932 (réédition Bayle, La Digitale, 1995). Le film, ach (...)

74Je viens d’achever les prises de vues de l’Or des Mers dont j’avais d’abord écrit un roman qui paraîtra à Pâques... à Pâques ou à la Trinité... car les éditeurs ! ! !42

 

[À Paul Ramain]
Courrier non daté :
[Entête : Les Films Jean Epstein, 21 rue du Vieux-Colombier]
Samedi [1926 ?]

75Cher Monsieur,
Je vous prie de mettre sur le compte des soins assidus que je dois donner à mon nouveau film, le retard avec lequel je vous envoie mes félicitations pour votre heureuse paternité.

 

[À Paul Ramain]
[Lettre à entête de l’Hôtel Rembrandt, Londres – biffé]
[ajouté :] Viroflay (Seine et Oise) 71 av. du Haras = seule adresse toujours bonne

 

[À Paul Ramain]
le 2 juillet [193 ?]

  • 43 Citation de Lucrèce dans De Rerum Natura : « Suave, mari magno turbantibus aequora ventis/e terra m (...)

76Cher Ami
[après avoir déploré n’avoir plus de nouvelles] Nous traversons une grave crise d’affaires et de métier. Nous regardant, et écoutant maintenant aussi, nous débattre, récitez le Suave mari, vous dont les prérogatives sont spécifiquement constantes43.

77[Il demande des références bibliographiques sur la sorcellerie chez les paysans français. Des cas d’hallucinations collectives, etc., dans le genre Grande Peur dans la montagne].

Haut de page

Notes

1 Laurent Guido, « Le Dr Ramain, théoricien du ``musicalisme'' » dans François Albera, Giusy Pisano (dir.), Musique !, 1895 revue d'histoire du cinéma, no 38, octobre 2002, pp. 67-100.

2 La musique pour la Belle Nivernaise est datée du 25 mars 1925. Patrice Ramain nous signale encore une composition musicale, l'Appel à la Bien-Aimée (1er janvier 1924), transcrite pour petit orchestre (cordes et bois) en si bémol majeur, et exécuté à Montpellier du 18 mai au 24 mai 1925 pour accompagner la Charrette Fantôme, composition également été chantée chez Morisset à Paris par Madame Winsbach le 6 juin 1925. Néanmoins Ramain a pour idéal le film silencieux, sans accompagnement musical (voir notamment « Sur la tournure inattendue que prend la musique d'atmosphère », Photo-Ciné, no 11, février-mars 1928 [n.p.].

3 Dont Mario-Paul Bringuier, le rédacteur en chef, est membre des Amis du cinéma.

4 De la correspondance avec Fritz Lang, Ramain publia deux lettres dans Photo-Ciné (no 15, novembre-décembre 1928, [p.13] dans le cadre d'une polémique avec Léon Moussinac.

5 Paul Ramain, « Essai de psycho-physiologie de I'art cinématique : Le Cinéma, art du Rêve, doit être Psychanalytique. Le Film, pour être cet art, doit se rapprocher de la musique », Ciné, revue d'art cinématographique, no 1, mai 1926, p. 6.

6 Paul Ramain, « Un film de silence. Une femme dans la Lune par Fritz Lang », Cinéa-Ciné pour tous, no 146, 15 décembre 1929, pp. 9-12. Dans le même numéro Jean Epstein publie un article sur le cinéma sonore où il déplore la domination du technicien sur le cinématographiste et la « dictature du chef d'orchestre » (« Londres parlant », pp. 7-8).

7 Selon le témoignage de son fils, Patrice Ramain, le cinéma ne tenait plus aucune place dans la vie familiale ni personnelle de son père. Le seul souvenir de cinéma qu'il conserve est une projection d'un long métrage d'animation de Walt Disney où il avait été emmené enfant.

8 P. Ramain, « Lettre ouverte à Jean Epstein », Photo-Ciné, no 12, avril 1928.

9 « À Montpellier (petite ville de 85 000 âmes), il y a Bernard et Rolland avec les ``Amis du cinéma'' par moi-même fondés l'an passé et qui donnent chaque mois les chefs d'œuvre de l'écran et les œuvres de technique (avant-garde) au plus aristocratique public de la ville. » (Ciné, revue d'art cinématographique, no 4, août 1926, p. 40). On n'a pas pu identifier le Bernard auquel il est fait allusion ici. Louis Rolland dirigeait l'ex-Eden Concert (salle ouverte en 1881 qui intégrait des séances de cinématographe dans son programme) dont les propriétaires étaient, en 1908, les Manissier, beaux-parents de Rolland. Celui-ci rebaptisa la salle Athénée, puis Royal Athénée. L'association les Amis du Cinéma, créée le 3 mai 1925, est la première filiale provinciale de l'Association des Amis du Cinéma (AAC) créée à Paris en 1921 par Jean Pascal, directeur de Cinémagazine. Parmi ses animateurs on comptera, après Ramain, Jean Catel et Ferdinand Alquié (professeurs de philosophie), Olivier Séchan, Max Rouquette, Philippe Lamour, Néocles Coutouzis (remerciements à François de La Bretèque).

10 Cette profession de foi fait écho à l'article des Cahiers du mois (no 16-17, 1925 ; variante dans Photo-Ciné, no 2, 13 février 1927, p. 32) : « ...Mais je ne voudrais pas dire qu'il faut travailler au cinéma d'après les théories, ni celles-ci, ni d'autres. (...) Je voudrais aborder chacun de mes films comme son train ce voyageur qui n'arrive à la gare qu'à l'avant-dernière minute (...). Il part, mais sait-il où ? La grâce de Dieu est son seul horaire sans accidents », et à ces mots de Ramain : « Epstein n'est pas un théoricien, c'est un réalisateur hypersensible dont le sens de la vue est sans cesse en exploration... » (« Sensibilité intelligente d'abord, objectif ensuite », Cinéa-Ciné pour tous, no 55, 15 février 1926).

11 P. Ramain, « Musique, art et cinéma », le Courrier musical no 3, 1er février 1925 et no 4, 15 février 1925 (cité par Guido, art. cit.).

12 « Au commencement était le rythme », cette phrase souvent citée (par exemple par Paul Klee), ouvrait le traité d'orchestration de ce fameux chef d'orchestre proche de Wagner.

13 P. Ramain, « Un précurseur. Louis Delluc », Cinéa-Ciné pour tous, no 127, 15 février 1929, pp 9-11 (cité par Guido, art. cit.).

14 Ciné, revue d'art cinématographique, no 16, janvier 1928, p. 196.

15 P. Ramain, « Du rythme cinématographique », Cinémagazine no 47, 22 novembre 1929, pp. 310-311.

16 « Monsieur Epstein partant du principe fondamental que le scénario cède le pas à l'image est arrivé, au moins dans les 800 premiers mètres de l'Affiche, au point cinématographique absolu : celui d'un Art vraiment neuf qui se suffit à lui-même » (« Présentation à Montpellier du film de Jean Epstein l'Affiche », Cinémagazine no 19, 8 mai 1925). Par la suite : 300 mètres (une bobine) (Cinémagazine no 108, 1er mai 1928, p. 12).

17 Ami Lullin, « Une déception ou le Génie captif », la Vie montpellieraine et régionale, 2 mai 1925, p. 5. Ami Lullin était un homme politique genevois, chef du parti artistocratique qui lutta pour l'indépendance de Genève après l'annexion française de la ville. Condamné à mort par contumace en 1894, il se réfugia en Haute-Savoie et revint à Genève avec les troupes autrichiennes pour en devenir le premier syndic en 1814 et restaurer l'Ancien Régime.

18 Au contraire, son attitude, au moment de la Goutte de sang – qu'il désavoue – pouvait passer pour intransigeante bien que les Cinéromans ne lui laissassent aucune échappatoire (voir F. Albera, « Sociologie d'Epstein : de Pathé-Consortium à Albatros », dans Jacques Aumont, dir., Jean Epstein. Cinéaste, poète, philosophe, Paris, Cinémathèque Française, 1998, pp. 226-227). 

19 J. Epstein, « L'objectif lui-même », Cinéa-Ciné pour tous, no 53, 15 janvier 1926, pp. 7-8.

20 Ramain renvoie à son article « De la construction thématique des films » (Cinéa-Ciné pour tous, no 44, 1er septembre 1925) où il emploie ce mot que reprend Epstein pour condamner « l'erreur » d'Eggeling (« Pour moi je crois que l'âge du cinéma-kaléidoscope est passé », art. cit., p. 7).

21 P. Ramain, « Sensibilité intelligente d'abord, objectif ensuite », Cinéa-Ciné pour tous, no 55, 15 février 1926, pp. 7-8.

22 Pierre Rambaud, « Mise en accusation de Jean Epstein. Réquisitoire », Photo-Ciné, no 11, février-mars 1928, n.p. [p. 19-20], argumentaire repris dans « Sons de cloches. Pour Cœur fidèle » (Cinéa-Ciné pour tous no 110, 1er juin 1928) en réponse à une étude de la Glace à trois faces de Ramain (no 108, 1er mai 1928). Ramain répond à nouveau avec « Pour ``La Belle Nivernaise'' » (Cinéa-Ciné pour tous, no 111, 15 juin 1928).

23 P. Ramain, « Lettre ouverte à Jean Epstein », Photo-Ciné no 12, avril 1928 [n.p.] A ce bilan navré s'ajoute un peu plus loin le Lion des Mogols « film sans art parce qu'uniquement photographique ».

24 Voir leur correspondance des années 1949-1950.

25 Epstein recueille et dépouille toute une bibliographie concernant ces questions, notamment dans le Valais suisse (voir le projet les Secrets de l'Alpe. Film de nature et d'évocation d'anciennes légendes valaisannes [fonds Epstein 29 B 13]).

26 Il s'agit des Aventures de Robert Macaire (prod. Albatros, 1925, film à épisodes et dont une version courte sera également exploitée. Avec Jean Angelo, Suzanne Bianchetti, Alex Allin, Camille Bardou).

27 Jean Tedesco dirige Cinéa-Ciné pour tous où le Dr Ramain publiera plusieurs études et articles à partir de 1925.

28 Cette phrase est citée dans une note de la rédaction en fin d'un article de Paul Ramain, « Sensibilité intelligente, objectif ensuite », dédié « A Jean Epstein en toute sympathie », et consacré à la Belle Nivernaise dans Cinéa-Ciné pour tous no 55, 15 février 1926 : « Au moment de mettre sous presse l'article de notre excellent collaborateur, celui-ci nous fait part d'une lettre d'Epstein où ce dernier lui déclare... (p. 8).

29 Outre « Sensibilité intelligente, objectif ensuite » (voir ci-dessus), il doit s'agir de « Les idées derrière l'écran. De l'expression musicale et onirique du Cinématographe » (Cinéa Ciné pour tous, no 56, 1er mars 1926) où, dans un paragraphe, Ramain s'adresse à Epstein : « A vous, Jean Epstein, qui rêvez de filmer la psychologie des pèlerins de Lourdes, de faire cette œuvre. Seul, votre génie cinégraphique mis en valeur dans Cœur Fidèle et la Belle Nivernaise peut réussir là où tous ont échoué. Mais lâchez les mélos lamentables qui empêcheront toujours le Cinéma de sortir du bourbier et de la tourbe ``populacière''. Vous le savez. » (p. 10).

30 Charles-Ferdinand Ramuz, la Grande Peur dans la montagne, Paris, Grasset, 1926 (paru auparavant dans la Revue hebdomadaire en six livraisons du 20 juin au 1er août 1925).

31 Ces indications font écho à l'indignation de Paul Ramain dans Ciné (no 11, mars 1927, p. 128) où il s'insurge contre les « Exagérations » (titre de son article) : « N'a-t-on pas fait dire à J. Feyder (Cinémagazine no 6, 6 février 1925) (...) que de Sierre à St-Luc, dans le Val d'Anniviers où fut tourné Visages d'enfants, à la fin du printemps 1924, il y avait ``neuf heures de marche, la plupart du temps dans la neige'' ; que le dit St-Luc est situé à l'altitude hymalayenne ou thibétaine de... 2 800 mètres au dessus du niveau de la mer », au lieu des 1.643 mètres d'altitude réelle ; et que l'Hospice du Grand St-Bernard atteignait aussi l'altitude d'un repaire de Grands Lamas du Thibet avec... 3 800 mètres ! (sic), soit une erreur de plus de 1.000 mètres sur 2.575 mètres réels. »

32 La Chute de la Maison Usher (prod. Jean Epstein, 1928). Il s'agit en réalité de deux contes de Poe : « Le portrait ovale » et « La Chute de la Maison Usher ».

33 Villa Saint-Jean, collège privé français créé à Fribourg en Suisse par François Kieffer en 1903 au moment où Émile Combes travaillait à une laïcisation complète de l'éducation. L'année suivante fut proclamée l'interdiction d'enseigner pour les congrégations religieuses. Le Vatican rompit alors ses relations diplomatiques avec la France avant que la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat n'établisse un modus vivendi. Animé par des marianistes, ce collège accueillait principalement des élèves issues de la haute bourgeoisie française qui suivaient un cursus menant au baccalauréat français dont les épreuves se déroulaient à Thonon-les-Bains. Antoine de Saint-Exupéry fut l'un des célèbres pensionnaires de ce collège où fut accueilli Jean Epstein et que fréquenta peut-être quelque temps Paul Ramain.

34 Jacques de Layr est le directeur de Photo-Ciné où Ramain publiera sa « Lettre ouverte à Jean Epstein » dans le no 12 d'avril 1928.

35 Il s'agit sans doute de se rendre à une séance de Ciné d'art, le ciné-club lié à la revue Ciné. Revue d'Art cinématographique que dirigent John Pisteur et Louis Elie et à laquelle collabore activement Paul Ramain. Il y avait à cette époque trois ciné-clubs à Genève (Ciné d'art, 1927-1928, le Ciné-club de Genève, 1928-1930, les Amis du film nouveau, 1928-1929).

36 C'est dans sa « Lettre ouverte » de Photo-Ciné que Ramain attribue à Aës les « maquettes » d' Usher. Epstein recruta le jeune dessinateur Pierre Kéfer et le fit débuter sur le Double Amour avec Meerson – qui le lui a peut-être fait rencontrer. Il deviendra son décorateur par la suite et de lui seul (Mauprat, Six et demi, onze, la Glace à trois faces, la Chute de la Maison Usher). Les deux hommes sont manifestement très liés : alors qu'il est soldat à Nancy, Kéfer envoie à Epstein des dessins où s'entremêlent bolides et coupes de champagne entre des considérations sur sa nouvelle Panhard 10 HP, Dedalus de Joyce, L'Equipage de Kessel, l'Or de Cendrars... Après Usher et le choix d'Epstein du décor naturel, Kéfer s'oriente vers la photographie. En 1930, il s'associe avec Dora Maar avec qui il partage un atelier, rue Campagne-Première (prêté par Harry Ossip Meerson, frère de Lazare) et co-signe des photographies notamment publicitaires, puis il participe à des éditions de livres illustrés. Il réalise encore la scénographie d'un spectacle de théâtre en 1937 (Pacifique, scènes de la vie polynésienne, de Henri Lenormand, mis en scène par Alice Cocéa aux Ambassadeurs avec le fameux artiste noir Habib Benglia).

37 Le projet est abandonné. Le livre de Ramuz fera l'objet de deux adaptations pour la télévision en 1966 (par Pierre Cardinal) et en 2006 (par Claudio Tonetti).

38 Nom d'un probable ciné-club dont Ramain a le projet (peut-être à Thonon-les-Bains) et qui n'a, sauf erreur, pas vu le jour.

39 Paul Francoz est un des collaborateur de Photo-Ciné.

40 Le compositeur (et peintre) Ange Flégier (1846-1927) avait composé un air célèbre – « Poème pittoresque » – d'après « Le Cor » d'Alfred de Vigny commençant par la fameuse formule « J'aime le son du cor le soir au fond des bois... ». Epstein tourna cette « chanson filmée » sous le titre le Cor (6 minutes) pour Synchro-Ciné avec le chanteur Jean Claverie (baryton basse).

41 L'Or des mers situé sur l'île d'Hoëdic dans le Morbihan, au large de Quiberon, se fonde sur une légende locale (un vieux pêcheur « pilleur d'épaves » dont le fils est amoureux d'une fille de l'île rivale d'Houat). Le film est interprété par les habitants de l'île. Dans un documentaire de 1982, Patrick Le Gall retrace l'histoire de cette production et organise la rencontre, 50 ans après le tournage, des acteurs survivants avec ce film qu'ils n'avaient jamais vu.

42 Jean Epstein, l'Or des mers, Paris, Valois, 1932 (réédition Bayle, La Digitale, 1995). Le film, achevé en 1932 sortira en mai 1933 brièvement en raison de la généralisation du parlant.

43 Citation de Lucrèce dans De Rerum Natura : « Suave, mari magno turbantibus aequora ventis/e terra magnum alterius spectare laborem » (« Qu'il est doux, les vents agitant les plaines sur la grande mer, / depuis la terre de contempler le grand travail d'un autre », II, 1-2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Paul Ramain et Jean Epstein en correspondance », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 78 | 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.5117

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page