Navigation – Plan du site
Point de vue

Pour une histoire du cinéma sans noms

For a film history without names
Leonardo Quaresima
p. 8-31

Résumés

Partant du constat qu'une théorie (et une histoire) des « formes » cinématographiques font actuellement défaut, la proposition d'une histoire du cinéma sans noms n'ambitionne pas de s'interroger sur la « nature intrinsèque » du cinéma ni sur les fondements de l'instance auteuriste, elle veut essayer de raisonner comme si on pouvait mettre de côté les théories auteuristes, les poétiques d'auteurs, les systèmes de cohérence liés à ces modèles, pour essayer de regarder (avant que d'analyser) les films en les mettant en relation avec les autres phénomènes de la culture et avec le contexte historique. Il s'agit d'explorer un mode possible de manifestation du cinéma, non de participer à une nouvelle entreprise de fondation du cinéma. Comment procéder à cette simulation ? Quels instruments utiliser ? Il est sans doute nécessaire de reconstituer une histoire du spectateur pouvant permettre de récupérer passages et fonctions de première importance marginalisées ou occultées par le modèle « de l'auteur ». Sans la volonté de construire un système conceptuellement organique et fermé, cette histoire du cinéma pourrait donc fonctionner de manière intermittente, discontinue, se replier sur elle-même, faire des sauts. L'histoire des formes, l'évolution des unités de style, à leur tour, nous demandent ce type de schémas, cette liberté.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.

Aperçu du début du texte

1.

L’idée est née d’une disproportion. Et de la flagrance d’un paradoxe. Que le cinéma, malgré sa dimension industrielle, les modalités collectives de travail (je simplifie, évidemment...) ; malgré l’anonymat de la plus grande partie des produits (vus du côté de la consommation, orientée par le domaine des genres, les formules de storytelling ; par les systèmes rythmiques cristallisés comme de véritables formes métriques ; par la typologie physiognomonique des interprètes) ; malgré l’impulsion donnée par la scène numérique contemporaine (qui pousse les images numériques à « s’émanciper des sources qui les originent ») ; malgré la situation toujours plus envahissante de la sérialité ; malgré la promiscuité des lieux de diffusion (contribution ultérieure à la perte de tout résidu auratique des contenus et à leur institution en tant que produits) ; le paradoxe, donc, que le cinéma continue à activer une dimension – un système d’attentes, un système d’évaluation – principalement ancrée d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leonardo Quaresima, « Pour une histoire du cinéma sans noms », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5235 ; DOI : 10.4000/1895.5235

Haut de page

Auteur

Leonardo Quaresima

Leonardo Quaresima est professeur ordinaire d'études cinématographiques aux universités de Bologne et d'Udine, animateur des colloques internationaux annuels d'Udine (22 éditions), directeur des revues Cinéma Cie et L'avventura. Il a publié l'anthologie Cinema a rivoluzione. La via tedesca, 1919-1932 (1979) et des ouvrages sur Leni Riefenstahl (1985), Walter Ruttmann (1994) et sur les rapports entre cinéma et les autres arts (1996). Il est responsable de la nouvelle édition américaine revue et augmentée de From Caligari to Hitler de Siegfried Kracauer (2004) et de la première traduction italienne de l'Homme visible de Béla Baláz (2008).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page