Navigation – Plan du site
Études

Courses de taureaux Lumière : une vue hors norme en 1898, chaînon essentiel dans la progression narrative du cinéma des premiers temps ?

Lumières' Course de taureaux: an exceptional view from 1898, an essential link in the narrative evolution of early cinema ?
Thierry Lecointe
p. 50-77

Résumés

La maison Lumière tourne en mai 1898 une Course de taureaux. Si le sujet de la vue peut paraître a priori banal, nous verrons d'abord que les moyens consentis pour le tournage furent hors normes. Cette vue scénarisée et constituée d'une dizaine de bobines eut dans sa diffusion un rayonnement très particulier en France comme à l'étranger. Considérée comme l'une des premières vues longues, nous montrerons qu'elle a préfigurée les prémices des longs métrages narratifs et a donc marquée une étape importante dans l'historiographie des premiers temps.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1896 : un contexte technico-commercial compliqué
Un thème attractif dès 1896 : la corrida
État des lieux de la filmographie française en 1896-1897.
Progression narrative : le cas Courses de taureaux Lumière du 8 mai 1898
L’exploitation du film : une approche de la notion de versions multiples
1) En France
2) En Italie
3) En Allemagne
4) Au Mexique
5) En Espagne
6) En Angleterre
Une progression narrative réellement engagée depuis Courses de taureaux

Aperçu du début du texte

On a récemment pu lire que : « La production de Méliès ne s’étend que de 1896 à 1912, mais [que] ce sont seize années de métamorphoses incessantes d’un art cinématographique en train de s’inventer. [...] cette expérimentation continuelle [...] ne procède pas de façon linéaire ». Cette assertion n’est-elle pas applicable à l’historiographie du cinéma ? Ainsi, si nous devions représenter l’évolution du cinéma(tographe) en France dans un repère qui aurait en abscisse une unité de temps et en ordonnée le nombre de spectateurs, nous serions probablement en présence d’une courbe complexe continue présentant des sommets (hauts et bas) et des points d’inflexion. Chacun de ces points particuliers pourrait sans doute être mis en relation avec des événements d’ordre socio-économique (stagnation ou augmentation de la production, modification du système de distribution), technique (arrivée de la pellicule orthochromatique, du film sonore, de la couleur), logistique (implantation généralisée de t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Lecointe, « Courses de taureaux Lumière : une vue hors norme en 1898, chaînon essentiel dans la progression narrative du cinéma des premiers temps ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5238 ; DOI : 10.4000/1895.5238

Haut de page

Auteur

Thierry Lecointe

Thierry Lecointe est chercheur indépendant. Il a publié des articles sur le cinéma des premiers temps dans 1895 revue d'histoire du cinéma et au sein d'autres ouvrages collectifs dont les actes de l'association Domitor parus en 2010, 2012 et 2014.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page