Navigation – Plan du site
Études

Walter Percy Day (1878-1965), pionnier britannique des effets spéciaux français des années 1920

Walter Percy Day (1878-1965), a British special effects pioneer in French cinema of the 1920s
Susan Day et Réjane Hamus-Vallée
p. 108-127

Résumés

Entre 1921 et 1932, le peintre britannique Walter Percy Day transforme en profondeur la façon de truquer les décors en France. Il met à la mode la peinture sur verre et y introduit le Procédé Hall, qui permet d'agrandir les décors en utilisant une peinture de taille réduite positionnée sur un support rigide devant la caméra, pour un coût modeste et de manière imperceptible. En 1929, il invente, pour Au bonheur des dames de Julien Duvivier, son propre dispositif, le stationary matte, qu'il ira déployer en Grande-Bretagne sur des projets comme le Voleur de Bagdad (1940, Berger et Powell), Colonel Blimp (1943) et le Narcisse noir (1947), tous deux de Powell et Pressburger. Lors de sa carrière française, il collabore à une trentaine de films aussi divers que Salammbô (1925) de Pierre Marodon, Nana (1926) de Jean Renoir, Napoléon (1927) et la Fin du monde (1930) d'Abel Gance, Casanova (1927) d'Alexandre Volkoff, Verdun, visions d'histoire (1928) de Léon Poirier. Cet article met en avant la contribution majeure de Walter Percy Day à la technique cinématographique française, à l'aide des archives privées conservées par sa petite-fille, Susan Day.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Du photographe au peintre, à la peinture photographique
La révolution de la peinture sur verre, le glass shot
Et la technique du Hall’s Process
L’apport de Walter Percy Day en France
Le tournant de l’après 1925 : Nana et Napoléon
Le cache/contre-cache, Au bonheur des dames
La rivalité avec les miniatures suspendues
L’oubli des leçons de Day
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le « procédé Day » ou « la maquette Day » sont des termes techniques que l’on retrouve dans le vocabulaire professionnel français jusqu’au début des années 1990, que ce soit dans l’Encyclopédie du cinéma de 1989 (« le procédé Day, du nom de son inventeur »), ou dans différents travaux de Vincent Pinel (la « maquette Day »). Si cet usage atteste de l’importance de l’inventeur Day pour l’industrie française, à tel point que le terme est encore utilisé plus de soixante ans après le retour effectif de ce Britannique dans son pays natal, on commence à peine à entrevoir le rôle majeur de ce brillant technicien dans l’essor des décors du cinéma français des années 1920.

Il fut tour à tour peintre, inventeur, superviseur des effets spéciaux, peintre sur verre, maquettiste, et même acteur, et la polyvalence de Walter Percy Day, pourtant commune à cette époque, rend difficile la production de recherche à son sujet. Sa carrière tunisienne, anglaise, française, puis à nouveau anglaise, multiplie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Susan Day et Réjane Hamus-Vallée, « Walter Percy Day (1878-1965), pionnier britannique des effets spéciaux français des années 1920 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5241 ; DOI : 10.4000/1895.5241

Haut de page

Auteurs

Susan Day

Susan Day est la petite-fille de Walter Percy Day, nièce de Peter Ellenshaw et cousine de Harrison Ellenshaw, tous trois spécialistes de peinture sur verre. En 1985, elle a soutenu une thèse consacrée aux tapis turcs ottomans. Bibliothécaire en chef de l'Institut Français d'Architecture / Cité de l'Architecture et du Patrimoine entre 1981-2004, elle a été nommée conseillère scientifique pour les tapis islamiques et textiles par le Musée du Louvre de 2004. Elle a contribué à des expositions et des catalogues sous les auspices du Louvre, collaboré avec le Musée des Arts Décoratifs de Paris et le Musée des Tissus de Lyon a publié de nombreux articles sur l'architecture du xxe siècle et les arts décoratifs et les textiles islamiques. Elle réside maintenant dans le Dorset, en Angleterre, où elle continue à écrire, à peindre et à alimenter ses archives personnelles sur son grand-père Walter Percy Day.

Réjane Hamus-Vallée

Réjane Hamus-Vallée est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches au sein de l'Université d'Evry Val d'Essonne, Centre Pierre Naville, où elle dirige le Master « Image et société : documentaire et sciences sociales ». Elle travaille sur les effets spéciaux, sur les métiers du cinéma et de l'audiovisuel avec Caroline Renouard, et sur la sociologie visuelle et filmique. Membre du programme de recherche « Les Arts trompeurs. Machines. Magie. Médias » (Labex Arts-H2H), elle a publié en 2016 « Peindre pour le cinéma. Une histoire du Matte Painting », « Images et sons » et a dirigé « Trucage et télévision » (CIRCAV no 25).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page