Navigation – Plan du site
Archives

1967 : Un projet de Société d’Histoire du Cinéma
(en marge de l’« Affaire Langlois »)

1967 : a project for a Film History Society (in the margins of the « Langlois Affair »)
Gaël Péton
p. 128-145

Résumés

Dans une lettre du 16 mai 1967 adressée au ministre des Affaires culturelles, Charles Ford fait part d'un ambitieux projet de création d'une association de type loi 1901 dénommée « Société d'histoire du cinéma ». Les buts avancés sont « de donner à la recherche historique dans le domaine du cinéma un essor nouveau et de contribuer à éclaircir de nombreux points d'histoire demeurés obscurs ». Découverte parmi un versement du Centre national de la cinématographie (CNC) aux Archives nationales, une série de documents révèle l'existence de ce projet auquel participa également Jacques Deslandes notamment. Les documents reproduits illustrent combien les rapports tendus entre les pouvoirs publics et Henri Langlois, contemporains à ce projet, ont entravé la demande de « haut patronage » soumise à André Malraux et l'ont fait échouer.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Un étonnant portrait de groupe
L’inévitable rencontre avec les enjeux de l’action publique
La dissolution d’une ambition de regroupement

Aperçu du début du texte

Jusqu’à la création en 1984 de l’Association française d’histoire du cinéma par Jean A. Gili, Jean-Pierre Jeancolas et Vincent Pinel, sous le parrainage de Jean Mitry, les initiatives françaises en matière d’histoire du cinéma seront restées majoritairement des entreprises individuelles. Plusieurs expériences avaient pourtant suscité des rapprochements inédits en ce sens, notamment autour de la Cinémathèque française avec l’existence de la Commission de recherches historiques (CRH) de 1943 jusqu’au début des années 1960 ou encore celle, dépassant le cadre strictement français, du Bureau international de recherche en histoire du cinéma (BIRHC) engagée en 1952 mais dont la pérennité ne fut pas plus assurée. Une autre initiative méconnue -- qui ne verra par contre jamais le jour -- vient réinterroger cette question de la mobilisation collective en histoire du cinéma sous l’angle de l’engagement de l’État mais aussi, à nouveau, quoique de manière indirecte cette fois, de la Cinémathèque...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël Péton, « 1967 : Un projet de Société d’Histoire du Cinéma
(en marge de l’« Affaire Langlois »)
 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5245 ; DOI : 10.4000/1895.5245

Haut de page

Auteur

Gaël Péton

Gael Peton est doctorant à l'Université Paris 1 où il achève une thèse portant sur la politique publique au tournant de la Ve République (sous la direction de Sylvie Lindeperg et Dimitri Vezyroglou). Il a participé au Comité d'histoire du ministère de la Culture et de la Communication de 2012 à 2014 sur cette question. Il travaille également sur les rapports entre le cinéma et l'éducation populaire.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page