Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’avventura. International Journal of Italian Film and Media Landscapes

No 1, janvier-juin 2015 et no 2, juillet-décembre 2015
Laurent Guido
p. 185-186
Référence(s) :

L’avventura. International Journal of Italian Film and Media Landscapes, no 1, janvier-juin 2015 et no 2, juillet-décembre 2015

Texte intégral

1Le titre engageant de cette nouvelle revue – éditée à Bologne par les soins des éditions il Mulino –, reflète bien son propos des plus curieux et dynamiques. Exclusivement dédiée à la cinématographie et aux autres médias visuels italiens, L’avventura suscite en effet l’attrait par la richesse et la qualité des études qu’elle présente. Accueillant des articles rédigés soit en italien, soit en anglais, elle possède certainement les atouts nécessaires pour toucher le public spécialisé, au plan international, en portant notamment à sa connaissance les recherches les plus actuelles qui émanent des universités transalpines. Après deux numéros parus (couvrant l’année 2015), cette publication convainc non seulement par son exigence scientifique, mais aussi par la circulation agréable que propose chaque livraison, entre histoire, esthétique et orientations socio-culturelles. De ce panachage d’approches, dont on pouvait légitimement craindre qu’il se résume à une énième collection hétérogène destinée aux étagères des bibliothèques universitaires (ou à l’achat potentiellement fragmentaire qu’autorisent désormais les éditions électroniques) émerge au contraire une vue plutôt cohérente, à la fois novatrice et érudite de l’imaginaire médiatique italien depuis plus d’un siècle.

2En recourant à des sources inédites, en confrontant les formes d’expression audiovisuelles à d’autres champs artistiques et culturels, ainsi qu’en les situant dans différents contextes socio-historiques, L’avventura est en phase avec les attentes d’aujourd’hui au plan de la recherche sur le cinéma et les médias. L’impression de cohésion qui se dégage de l’ensemble provient d’ailleurs plus de l’originalité et de la profondeur des contributions sélectionnées – qui participent à un renouvellement en cours de l’étude historique et esthétique du cinéma italien – que des différentes sections dans lesquelles sont distribués les articles. Ces grandes entrées (« Formes, styles et figures » ; « Archive » ; « Différences » – à propos de questions d’identité - ; « Spectateurs » ; « Caméra » – sur les rapports entre la photographie et les autres médias - ; « Récit contemporain » – autour de problématiques narratives dans le contexte intermédial d’aujourd’hui) offrent certes un mode de découpage qui oriente immédiatement les lecteurs, d’une manière très stimulante. Mais le fait que ces étiquettes sont pour la plupart situées à des niveaux différents, donc susceptibles de se recouper, pousse quelquefois à s’interroger sur la place attribuée à certains textes qui se situent à l’évidence à l’intersection de plusieurs de ces catégories.

3Cette remarque reste sans conséquence sur le fond. Le sommaire des deux premiers numéros ne peut que frapper l’attention par son apport foisonnant à la connaissance du domaine concerné, par l’entremise d’éclairages inédits et solidement étayés. On y retrouve ainsi, en ce qui concerne l’histoire du cinéma, des études sur des sujets aussi variés que l’iconographie suscitée par la diva Lyda Borelli, entre symbolisme, décadentisme et Art Nouveau ; le retour sur un « dispositif » littéraire des années 1910-1920, où des victimes de la profusion d’images cinématographiques se retrouvent soudainement projetées au sein de l’univers filmique ; une enquête sur les vestiges d’un film en versions multiples de 1932, Una notte con te ; les coopérations de production entre l’Autriche et l’Italie dans les années 1930 ; le matériel publicitaire de la période néo-réaliste, en particulier les affiches ; les modèles de féminité dans les « comédies balnéaires » de l’après-guerre ; un projet non abouti de Cesare Zavattini, La cavia (1962) ; la dimension « ironique » de la photographie conceptuelle italienne des années 1960-1970 ; le remontage avant-gardiste de morceaux de Guiseppe Verdi dans les bandes sonores de La via del petrolio (Bernardo Bertolucci, 1967) et La villegiatura (Marco Leto, 1973) ; le parcours multiforme du cinéaste expérimental Mario Garriba, auteur d’In punto di morte (1971) et contributeur à la revue Filmcritica ; ou encore une réflexion sur l’historiographie du cinéma à partir de Puccini e la fanciulla (Paolo Benvenuti, 2008). À la lecture de cette revue où les analyses narratives et esthétiques se croisent régulièrement avec des problématiques socio-culturelles, on pourra également se rendre compte de la manière cruciale dont la topique du crime a façonné la culture visuelle italienne contemporaine, qu’il s’agisse de séries télévisées comme 1992 et Gomorra, ou du tournant dans la représentation plus affirmée des victimes qu’ont signalé les films de mafia depuis quelques années. On ne peut que recommander aux italianistes de tous horizons la consultation de ce périodique généreux qui s’impose d’emblée comme une référence importante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Guido, « L’avventura. International Journal of Italian Film and Media Landscapes », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 80 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5259

Haut de page

Auteur

Laurent Guido

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page