Navigation – Plan du site
Point de vue

« Trouvailles fortuites au lieu de vaines recherches : Emprunts et affinités méthodologiques pour une anarchéologie de la vision et de l'audition technicisées »

`Chance discoveries instead of fruitless research’: methodological borrowings and affinities for an anarchaeology of technical vision and hearing
« Trovate fortuite anziché vane ricerche : prestiti e affinità metodologiche per una anarcheologia della visione e dell'audizione tecnicizzate »
Siegfried Zielinski
Traduction de Benoît Turquety
p. 9-35

Résumés

Reprenant le terme « anarchéologie » de Rudi Visker, l'auteur revendique, dans ce chapitre de son livre, Archäologie der Medien : Zur Tiefenzeit des technischen Hörens und Sehens, une méthode fondée sur l'imagination, l'écoute, et l'art de combiner les dispositifs techniques, qui privilégie la diversité de leurs possibles plutôt que leur réalité de produits. Méthode qui n'a cependant absolument rien de l'errance ou de la flânerie sans but : à travers des « moments » clés de la pensée scientifique et technique comme de la pensée philosophique – d'Empédocle à Joseph Mazzolari, de Gotthilf Heinrich von Schubert à Athanasius Kircher et Edouard Glissant –, cette anarchéologie plaide pour une conception des médias ouverte où les projections imaginaires d'il y a 2000 ou 400 ans nous aident à comprendre le paysage médiatique actuel. Pour l'auteur notre relation aux médias est similaire à la relation de l'endophysicien Roessler avec la conscience : nous y nageons comme les poissons dans l'océan, ils nous sont essentiels et, pour cela, inaccessibles. On ne peut qu'y opérer des coupes afin d'y gagner un accès opératoire, qui sont autant de constructions : des interfaces, des dispositifs, des programmes, des systèmes techniques, des réseaux, et des formes médiatiques de réalisation et d'expression, comme le film, la vidéo, les installations machiniques, les livres ou les sites internet.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de l'anglais par Benoît Turquety

Notes de l'auteur

Note du traducteur :
Le texte ci-dessus est le premier chapitre de l'ouvrage Archäologie der Medien : Zur Tiefenzeit des technischen Hörens und Sehens, publié en 2002 chez Rowohlt (Reinbek près Hambourg) par Siegfried Zielinski. Il a depuis été traduit en anglais par Gloria Custance sous le titre Deep Time of the Media : Toward an Archaeology of Hearing and Seeing by Technical Means (Cambridge, Londres, The MIT Press, 2006, où il apparaît comme chapitre 2). Après une introduction sur la notion de « temps profond » des médias, entendus ici plus particulièrement comme machinations du voir et de l'entendre, ce chapitre constitue une présentation, ou plutôt une défense et illustration de la méthode employée par l'auteur dans son ouvrage. N'ayant pas voulu intervenir dans le rythme singulier de l'écriture et de l'élaboration de la pensée à l'œuvre ici, et afin de donner le sens de la place de ce chapitre dans la structure d'ensemble du livre, nous avons maintenu, dans sa dernière partie, la présentation que donne Zielinski des sujets des chapitres suivants de son ouvrage. Le chapitre 1 est donc ici donné dans son intégralité.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Sur les choses qui émettent leur propre lumière
Physica Sacrorum
Astronomie renversée
« Mittel und Meere »
La Réalité comme simple ombre du possible
Durée et moment
Éloge des curiosités

Aperçu du début du texte

« Satie acheta sept costumes de velours vert avec chapeaux assortis, qu'il porta sans interruption pendant sept ans. »
Volta, Erik Satie

Sur les choses qui émettent leur propre lumière

La bioluminescence est un curieux phénomène : c'est la capacité qu'ont certains animaux et plantes, indépendamment de toute source de lumière artificielle ou naturelle à proximité, d'émettre de brefs éclairs de lumière ou de luire sur une plus longue période de temps sans aucune augmentation de la température de l'organisme. Pour cette raison, on l'appelle aussi luminescence froide. Pline l'Ancien a été le premier à chercher à l'analyser au premier siècle de notre ère, et elle a continué depuis lors à fasciner les scientifiques et les philosophes de la nature. Bien qu'il y ait de nombreuses et intrigantes spéculations, jusqu'ici la recherche biologique n'a pas offert d'explication théorique entièrement satisfaisante au phénomène des organismes vivants qui émettent leur propre lumière. Il a été établi que...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Siegfried Zielinski, « « Trouvailles fortuites au lieu de vaines recherches : Emprunts et affinités méthodologiques pour une anarchéologie de la vision et de l'audition technicisées » », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5275 ; DOI : 10.4000/1895.5275

Haut de page

Auteur

Siegfried Zielinski

Siegfried Zielinski est professeur de Théorie des Médias : archéologie et variantologie des médias à l'Université des Arts de Berlin, professeur de Techno-Culture et archéologie des médias à l'Ecole supérieur européenne de Saas Fee et directeur des Archives internationales Vilém Flusser., il dirige l'Université des arts et du design de Karlsruhe depuis 2015. Dernières publications : AnArchive(s) - A Minimal Encyclopedia on Archaeology of the Arts and Media (2012) ; Over the Head – Projecting Archaeology Variantology of Arts Media. Zur Archäologie Variantologie der Künste und Medien (2014).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page