Navigation – Plan du site
Études

Les pratiques cinéphiles au prisme de la programmation des ciné-clubs : du choix des animateurs aux goûts des adhérents

Cinephile practices through the prism of film club programming: from the choice of the organisers to the tastes of the members
Le pratiche cinefile alla luce della programmazione dei cineclub : dalla scelta degli animatori ai gusti dei soci
Léo Souillés-Debats
p. 53-70

Résumés

Au-delà de la constitution théorique, administrative et juridique des ciné-clubs, le milieu des années 1950 est l'occasion pour le mouvement d'établir un premier bilan de son impact sur les spectateurs qu'il cible depuis sa rencontre avec l'éducation populaire. Si les employés, les ouvriers et les paysans constituent une part effective des adhérents du mouvement après la Libération, ils demeurent en revanche absents de la direction des clubs. On peut y voir un premier échec dans l'entreprise de transmission et d'autogestion défendue par les représentants du mouvement ciné-clubs. Cette différentiation socioculturelle entre cadres et usagers, en effet, favorise le monopole de l'expertise cinématographique par les animateurs, et éclaire la géographie et la morphologie des ciné-clubs. Du choix de programmation des animateurs aux goûts des adhérents, se dessinent ainsi les contours d'une cinéphilie des spectateurs ordinaires dont les principaux points de repère se calquent en définitive sur un modèle de référence qui reste et demeure celui d'une cinéphilie légitimée par des situations professionnelles, des positions sociales et des postures intellectuelles bien spécifiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La programmation des ciné-clubs : une difficile reconstitution
L'influence du spectateur sur la programmation des ciné-clubs
Les critères d'évaluation des spectateurs
La légitimation d'une posture de consommation et d'un corpus de référence
Le plaisir comme critère d'évaluation des films ?

Aperçu du début du texte

Depuis la Libération, le mouvement ciné-club ne cesse de s'étendre sur l'ensemble du territoire français. En 1957, le CNC recense 10 735 ciné-clubs réunissant plus de 5 millions de spectateurs. Cette croissance qui se maintient jusqu'à la fin des années 1960 est le fruit d'une rencontre. Celle des ciné-clubistes des années 1920-1930 et des héritiers du cinéma éducateur laïque et confessionnel dont les réseaux épousent ceux de l'éducation populaire renaissante dans la France d'après-guerre. Le mouvement est fédéré par l'intermédiaire d'organismes reconnus par le CNC et « habilités à diffuser la culture par le film » depuis 1949. Qu'elles soient d'obédience laïque, communiste, catholique ou protestante, les fédérations de ciné-clubs affichent toutes le même objectif : élever le spectateur par et pour le cinéma. Cette élévation se veut culturelle, politique, sociale ou spirituelle mais pointe vers le même but : armer le spectateur profane contre la fascination qu'exerce le cinéma, à la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Souillés-Debats, « Les pratiques cinéphiles au prisme de la programmation des ciné-clubs : du choix des animateurs aux goûts des adhérents », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5281 ; DOI : 10.4000/1895.5281

Haut de page

Auteur

Léo Souillés-Debats

Léo Souillès-Débat est maître de conférence à l'Université de Lorraine. Il a soutenu une thèse de Doctorat intitulée « La « cinéphilie ciné-club » : histoire d'une culture cinématographique » (sous la direction de Fabrice Montebello) et a co-dirigé l'ouvrage collectif la Ligue de l'enseignement et le cinéma (2016)

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page