Navigation – Plan du site
Archives

Affiches de cinéma

Dossier: Film Posters on Display
Dossier : Il cinema si manifesta
François Albera
p. 132-137

Résumés

La place, le rôle et la spécificité de l'affiche de cinéma est à la fois entrevue par le biais de l'utilisation massive qu'on en fait au titre d'illustration, et mal documentée : son histoire reste à écrire, les techniques qu'elle a mobilisées restent à décrire, leurs auteurs comme leurs usages restent à étudier. Le présent dossier, à la faveur d'une « actualité » qui s'y prête à laquelle contribuent l'Institut Jean Vigo de Perpignan, la Fondation Pathé-Seydoux à Paris, le Centre Pompidou-Metz, le Musée de l'Elysée de Lausanne, le Musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds et la Cinémathèque française, en donne quelques aperçus à partir de trois cas d'école : les projets d'affiches pour la Roue de Gance et l'Inhumaine de L'Herbier dus à Fernand Léger ; les affiches de cinéma réalisées en Pologne par Wojciech Zamecznik dans les années 1960 ; les affiches réalisées par François Roulet pour la Cinémathèque d'Alger de l'Indépendance du pays à 1971. Ces trois cas illustrent la fécondité des relations entre des domaines connexes dont les auteurs de ces affiches surent se faire les passeurs : la peinture et le dessin, le cinéma d'animation, la photographie, les arts graphiques et la typographie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Présentation

Aperçu du début du texte

Présentation

L'affiche de cinéma est très présente dans les expositions concernant le cinéma, dans les livres et les revues – à commencer par la nôtre. Comme élément parafilmique, elle offre en effet un document précieux à analyser concernant la sortie d'un film, la hiérarchie de son générique, l'accent mis sur tel ou tel de ses aspects ; mais elle offre aussi une illustration commode : elle comporte des mentions écrites permettant d'emblée d'identifier le film qu'elle présente, elle est plus synthétique qu'un photogramme ou une photographie de plateau pour « signifier » ce film car tous les éléments qui le caractérisent s'y trouvent réunis ; en outre, elle est, le plus souvent, en couleur y compris quand le film est en noir-blanc, ce qui est plus flatteur. Ses qualités et ses fonctions propres ne sont cependant pas toujours prises en compte dans les usages qu'on en fait. Ici même, si elle a beaucoup été sollicitée, aucun dossier ne lui a été consacré depuis la création de 1895. Les ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Affiches de cinéma », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5288 ; DOI : 10.4000/1895.5288

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page