Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Archives no 108, juin 2016 : « la vie dans les studios Gaumont en 1912 racontée par Armand Tallier »

François Albera
p. 213
Référence(s) :

Archives no 108, juin 2016 : « la vie dans les studios Gaumont en 1912 racontée par Armand Tallier »

Texte intégral

1Le dernier numéro de la revue de l'Institut Jean-Vigo présente un texte tiré de souvenirs enregistrés au magnétophone par Armand Tallier (dans les années 1950, dans une perspective radiophonique qui n'aboutit pas) : « La Vie dans les studios Gaumont en 1912 racontée par Armand Tallier ». C'est Pierre Billard, récemment disparu – et dont ce sera sans doute la dernière publication –, qui a eu accès à ces bandes magnétiques par le truchement de M. Gilles Peillon (dont la mère, qui était associée depuis 1939 avec Tallier, assura la gestion du Studio des Ursulines après la disparition de ce dernier en 1958) et qui a procédé à une sélection d'extraits de ce que Tallier appelait un « conte radiophonique ». Après la brève introduction de Pierre Billard, François de La Bretèque présente lui-même l'ensemble de ce document inclassable puisque l'auteur donne une forme fictionnelle à ses souvenirs et à sa mémoire. De La Bretèque s'interroge : « Le récit d'Armand Tallier [...] n'est pas un document historique à l'état brut. Fallait-il alors le publier ? » Et répond par l'affirmative car, dit-il, « Tallier a été un témoin oculaire direct des lieux et des pratiques qu'il décrit » : sa carrière a commencé en 1911 chez Gaumont. Billard retrace d'ailleurs la carrière de Tallier que son rôle comme fondateur et animateur du Studio des Ursulines a quelque peu occultée. Tallier fut en effet un comédien célèbre au théâtre et il débuta au cinéma chez Pouctal en 1911, tournant plus de cent films. C'est cependant moins en tant que témoignage qu'il faut retenir son texte qu'en tant que « mémoire construite en mythologie du cinéma des premières décennies », c'est là ce qui fait « tout son intérêt. Comment voyait-on, comment percevait-on, depuis le milieu du xxe siècle cet univers englouti ? Que restait-il de ce qu'il avait été, et comment la mémoire l'avait-elle transformé, à une époque où le mouvement de redécouverte était à peine amorcé ? ». Dans les quatre parties du texte – qui sont quatre situations de tournage –, l'accent est majoritairement satirique. Tallier se fonde sur des faits sans doute réels et peut-être vécus (annotés par Christophe Gauthier qui les identifie ou les rapproche d'autres similaires), mais il privilégie l'extraordinaire et les moments de crise. Ainsi les scènes avec des fauves donnent lieu à ce type de dialogues entre un chef machiniste et des acteurs : « C'est rien, dit Anselme [...] y a pas de bobo pour le moment, ils tournent Héliogabale sur le grand plateau avec douze lions, ça fait un foin de tous les diables. Il vaudrait mieux quand même s'arrêter un peu parce qu'on va tirer des coups de revolver pour énerver les bêtes et j'ai besoin de tous mes machinos en cas que... » Et peu après : « Après tout, c'est pas mes oignons, si ça vous hante de vous faire enlever un bifteck, moi je veux bien. » Ailleurs le tournage d'Unis par le léopard, film « d'action et de mouvement », tourné dans la « jungle » de Fontainebleau, provoque la terreur dans la population de Barbizon avec ses lions, chimpanzé, léopard et sa « bande de joyeux drilles, casseurs d'assiettes chantants et trousseurs de filles », tandis que Claire [Berthe] Dagmar est louée de « supporter sans frémir l'étreinte froide d'un cobra voluptueusement enroulé autour de son cou que ni la persuasion inquiète du dompteur, ni les efforts conjugués de trois machinistes râblés, suant et jurant, n'obligent à desserrer son étreinte ». Un aspirant scénariste, Louis de Gonzague-Fric, se fait retourner son manuscrit par un régisseur (« ça manque un peu de poursuites »). Titre du scénario-poème : « Fantasmes eurythmiques. Essais de rythmes visuels sur des images absconses »... « Scénario peu néronien » avoue-t-il dans un murmure. A la fin le spectateur rentre en lice qui observe dans une scène de suspens, un « clou » où un homme est ficelé sur la voie ferrée, que la fumée de la locomotive « en contradiction absolue avec les principes établis par Denis Papin » se précipite d'un jet rapide dans la cheminée, avouant par là le trucage d'un tournage « à l'envers » et en retenant la main pour donner l'impression d'un convoi lancé à toute allure...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Archives no 108, juin 2016 : « la vie dans les studios Gaumont en 1912 racontée par Armand Tallier » », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5306

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page