Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Aldo Bernardini, Le imprese di produzione del cinema muto italiano

Bologne, Paolo Emilio Persiani Editore, 2015
Jean Antoine Gili
p. 214-216
Référence(s) :

Aldo Bernardini, Le imprese di produzione del cinema muto italiano, Bologne, Paolo Emilio Persiani Editore, 2015, 778 p.

Texte intégral

1Avant d'en venir à la présentation de ce livre monumental consacré aux sociétés de production italiennes, rappelons que depuis les années 1970, Aldo Bernardini s'est imposé comme le meilleur spécialiste du cinéma muet italien. C'est en France que son nom a commencé à être connu dans ce domaine (il avait publié en 1967 un livre sur Michelangelo Antonioni et en 1978 un ouvrage sur Ugo Tognazzi suivi d'un autre titre sur Nino Manfredi). En 1979, il donne une contribution fondamentale au numéro monographique que je préparais sur « le cinéma muet italien » pour les Cahiers de la Cinémathèque de Perpignan. Je l'avais connu lors de mon séjour de recherche à Rome et nous avions d'emblée partagé notre commune passion pour une meilleure connaissance du cinéma italien d'avant 1945. De cette rencontre et de la participation aux réunions de l'Association italienne pour les recherches d'histoire du cinéma naîtra en écho l'AFRHC. À partir de cette longue étude, Bernardini développe son travail et présente au début des années 1980 l'ensemble de ses recherches : aux éditions Laterza de Bari paraissent trois volumes, Cinema muto italiano, qui restent encore aujourd'hui la meilleure introduction à l'histoire du cinéma italien des origines à 1914. Il rejoint ensuite Vittorio Martinelli qui a commencé à publier à la fin des années 1970 une filmographie du cinéma muet italien dans des ouvrages édités sous la couverture de la revue Bianco e Nero. De 1980 à 1996 vont voir le jour 21 volumes qui proposent une monumentale filmographie de tous les films de fiction tournés en Italie des origines au début des années 1930, donnant pour chacun – en fonction des sources disponibles – générique, trame, accueil critique en Italie et dans les autres pays, notes informatives, photographies et affiches (on rêve de disposer d'un catalogue similaire pour le cinéma français). Avec Martinelli, Bernardini écrit également des ouvrages sur Francesca Bertini, Roberto Roberti, Leda Gys, la société de production Titanus, etc. En 1986, pour les éditions du Centre Georges Pompidou, dans la collection « Cinéma pluriel » que dirige Jean-Loup Passek, je fais appel à lui et nous coordonnons le volume le Cinéma italien de La Prise de Rome à Rome ville ouverte 1905-1945, volume destiné à accompagner une grande rétrospective, salle Garance. Bernardini s'occupe du cinéma muet, moi du cinéma de la période fasciste.

2Précis, toujours soucieux de vérifier ses informations, à la recherche de l'exhaustivité, il donne ensuite de 1991 à 1995 une série de livres édités par l'ANICA (Association nationale des industries cinématographiques et audiovisuelles) sur la base des ressources informatiques de l'organisme (une base de données qu'il a fondée en 1987 et qu'il dirige jusqu'en 2003). Cette série, Archivio del cinema italiano, constitue une source unique qui recense toute la production italienne. Elle est malheureusement hors commerce : volume I, Il cinema muto 1905-1931 ; volume II, Il cinema sonoro 1930-1969 ; volume III, Il cinema sonoro 1970-1990 ; volume IV, Il cinema sonoro 1990-1995 (on voit que les recherches de Bernardini ne se bornent pas au seul cinéma muet). Pour chaque titre sont fournies une incroyable quantité d'informations. À ces ouvrages s'ajoute un catalogue complet des sociétés de production italiennes de 1931 à 1995. À noter qu'en 1995, le chercheur donne au festival du cinéma italien d'Annecy une précieuse Filmografia delle comproduzioni italo-francesi 1947-1993, 500 pages de renseignements détaillés permettant, année par année, une approche systématique de l'ensemble des coproductions italo-françaises des lendemains de la Seconde Guerre mondiale au début des années 1990.

3Infatigable, Bernardini s'attelle alors à un nouveau chantier qui le ramène au cinéma muet. Trois ouvrages voient le jour. Ils sont édités par la Cineteca del Friuli de Gemona, Cinema delle origini in Italia, tome 1 : Gli ambulanti (2001), tome 2 : I film « dal vero » 1895-1914 (2002), tome 3 : I film « dal vero » di produzione estera 1895-1907 (2008). Le tome 1 décrit toutes les entreprises foraines actives en Italie au temps du muet, y compris les entrepreneurs étrangers parcourant la péninsule. Le tome 2 présente un catalogue exhaustif de toute la production italienne en matière de documentaires et d'actualités des origines à 1914 (une sorte de complément à la filmographie des films de fiction). Le tome 3 – encore plus pointu – examine, avec un extraordinaire souci de précision, tous les documentaires de production étrangère ayant circulé en Italie jusqu'en 1907 (précieux pour différentes productions, notamment française).

4En 2012, pour en venir au volume qui nous occupe, Bernardini publie aux éditions Kaplan de Turin Cinema muto italiano. Le imprese di produzione, tome 1. Il Centro-Sud. Aujourd'hui, plutôt que d'éditer la suite de son travail en abordant les sociétés de production de l'Italie du Nord, il regroupe l'ensemble de ses recherches dans un très gros volume qui rassemble la totalité de son travail et qui constitue une contribution fondamentale à la connaissance du cinéma muet italien. Après l'éditeur turinois, c'est un éditeur de Bologne (celui-là même qui publie Immagine, la revue de l'association italienne pour les recherches d'histoire du cinéma) qui prend le relais et présente un livre austère pour une entreprise destinée avant tout à des historiens spécialisés.

5À l'évidence, cette somme repose sur une exceptionnelle connaissance des sources et sur la volonté d'aborder – avec le travail de bénédictin que cela représente dans le dépouillement des archives – un domaine généralement survolé, quand il n'est pas simplement laissé de côté. Lors de la présentation du livre pendant le Cinema ritrovato de Bologne, l'auteur déclare : « J'étais parti de la conviction qu'une recherche systématique sur les aspects industriels et commerciaux, souvent négligés dans l'historiographie du cinéma, constituait un chapitre important, riches d'éléments nouveaux dans mon exploration du cinéma muet italien ».

6De fait, avec ce travail, Bernardini offre le résultat de recherches commencées à la fin des années 1970 sur l'industrie cinématographique italienne. L'ouvrage s'organise par régions. On voit d'ailleurs une différence fondamentale avec le cinéma français où l'industrie cinématographique s'est essentiellement constituée à Paris et dans la région parisienne, avec l'exception de Lyon et de la production Lumière au cours des premières années. En Italie, outre les deux capitales de Turin et de Rome, c'est toute la péninsule qui voit apparaître une myriade de sociétés. Dans le Nord, l'activité occupe non seulement le Piémont et Turin, mais aussi la Lombardie et Milan, la Vénétie, la Ligurie, l'Emilie.

7Dans le « Centre-Sud » de l'Italie – soit toutes les régions de la Toscane à la Sicile en englobant bien entendu le Latium et Rome, la Campanie et Naples, pour ne parler que des régions les plus actives en termes de production cinématographique –, l'activité est également fébrile. Au total, ce sont plus de deux cents sociétés qui sont passées en revue. On sait par ailleurs que l'auteur a encore en réserve un volume qui présentera les bio-filmographies des cinéastes sous l'angle de leur activité au sein des diverses sociétés de production.

8Globalement, on est frappé par l'ampleur de la recherche. Bernardini analyse les structures industrielles et commerciales qui ont soutenu la production cinématographique au temps du muet. Il accorde une attention particulière aux aspects légaux et financiers qui ont caractérisé la fondation des différentes sociétés, il identifie les promoteurs et les actionnaires ainsi que les composantes du personnel technique et artistique (d'où l'idée, pour alléger cette partie, de mettre à part en un volume autonome les cinéastes). Il reconstruit l'évolution du statut des sociétés, il commente les comptes rendus et les bilans présentés dans les conseils d'administration, il examine les étapes des éventuelles conquêtes de marchés étrangers, il souligne les relations des entreprises de production avec les secteurs en plein développement de la distribution et de l'exploitation. Bernardini s'occupe également des films réalisés – non pour en souligner les réussites au plan artisanal ou artistique –, mais pour en cerner du point de vue quantitatif – et donc commercial – les caractéristiques : développement des différents genres, activité comparée des cinéastes, etc. Pour chaque région, l'auteur sépare sociétés principales et société secondaires ; pour chacune des premières, il adopte un schéma identique qui l'amène à présenter successivement la constitution de la société, le siège et les structures, le personnel administratif, technique et artistique, les caractéristiques de la production, les diverses activités de la société (avec l'analyse éventuelle de l'expansion sur les marchés étrangers), enfin – et c'est un point majeur – la localisation actuelle des copies dans les différentes cinémathèques. Ainsi, pour certaines entreprises, on dispose d'une quantité incroyable de données : pour Rome, 18 pages de texte serré pour la Film d'Arte Italiana, 21 pages pour la Celio Film, 65 pages pour la Cines ; pour Turin, 30 pages pour la Pasquali, 34 pages pour l'Itala Film, 53 pages pour l'Ambrosio... La masse d'informations est proprement sidérante.

9Comme toujours, Bernardini privilégie les données factuelles mais son travail est également riche de commentaires et de mises en perspective. Il pose ainsi les fondations sur lesquelles d'autres chercheurs pourront développer leurs propres chantiers. Dans la préface, Gian Piero Brunetta écrit : « Ce travail ouvre la route pour un nombre infini de futures recherches sur l'histoire économique du cinéma italien. [...] Au moment où je feuillette ce volume sur les entreprises de production, que j'en ressens, fiche après fiche, la manière de travailler, la fatigue, les difficultés, les moments de doute, le plaisir de la découverte et de l'insertion de l'information éclairante, et que je prends acte du résultat d'ensemble qui redessine de manière totalement nouvelle et beaucoup plus précise l'ensemble du panorama productif de tout le cinéma muet, du Piémont à la Sicile, je ne peux pas ne pas penser aux mots de conclusion du récit de Giono, L'homme qui plantait des arbres : l'écrivain écrit qu'il parle ``sans risque d'erreur d'être en présence d'une personnalité inoubliable''. Je les fais miens, rendant grâce aux résultats admirables de son travail, à sa constance et à sa générosité pour obtenir ce résultat qui m'a émotionné et concerné dès la première lecture, résultat dont pourront longtemps jouir les futures générations de jeunes qui voudront étudier les premières décennies de l'histoire du cinéma italien. »

10Dernière remarque, face à un travail d'une telle envergure dans lequel un chercheur se livre tout entier, on est surpris d'apprendre que l'auteur a rencontré les pires difficultés pour trouver un éditeur et que les cinémathèques ne se sont guère mobilisées pour soutenir l'entreprise. Ce n'est finalement que grâce aux éditions Persiani de Bologne et à la contribution de Reto Kromer, entrepreneur suisse qui dirige à Berne un laboratoire de conservation et de restauration de films et lui-même spécialiste du cinéma (il a collaboré dans 1895 revue d'histoire du cinéma à des comptes rendus du Cinema ritrovato de Bologne), que l'ouvrage a pu voir le jour. C'est l'essentiel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Antoine Gili, « Aldo Bernardini, Le imprese di produzione del cinema muto italiano », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5307

Haut de page

Auteur

Jean Antoine Gili

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page