Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Christophe Damour (dir.), Jeux d'acteurs. Corps et gestes au cinéma

Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 208 p.
Jean-Marc Leveratto
p. 219-221
Référence(s) :

Christophe Damour (dir.), Jeux d'acteurs. Corps et gestes au cinéma, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, « Formes cinématographiques », 208 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une sélection de textes respectant, à deux exceptions près, la même forme : l'étude de l'efficacité esthétique du jeu d'un acteur ou d'une actrice de cinéma sélectionné(e) pour son expressivité particulière, sa singularité ou son exemplarité technique, son incarnation d'un rôle social, etc. L'introduction générale rédigée par Christophe Damour propose de les lire comme autant de contributions caractéristiques du champ des « études actorales », un domaine de recherche en études cinématographiques encore peu connu en France et que l'ouvrage vise à promouvoir. Chaque texte propose peu ou prou, en effet, au-delà de l'analyse du cas individuel que l'auteur a choisi de traiter, une réflexion sur la complexité de l'objectivation de l'expérience faite par le spectateur de l'acteur en action, sur le caractère multidimensionnel de l'efficacité esthétique de la performance de l'acteur de cinéma, ses caractéristiques et son évolution technique. Malgré leur hétérogénéité, critique impressionniste ou discours très armé scientifiquement, approche génétique ou posture phénoménologique, analyse historique ou réflexion philosophe, les textes rassemblés contribuent tous, par le biais de la convergence thématique, de la récurrence de certains concepts et du partage des mêmes auteurs de référence, à la promotion d'une esthétique du jeu cinématographique, un domaine des études cinématographiques encore peu stabilisé, en effet, dans le champ de la recherche universitaire française.

2La lecture attentive de la suite des contributions qui composent l'ouvrage – lequel autorise, du fait de son organisation, une lecture « papillonnante », qu'elle soit ludique ou professionnelle, en fonction de l'intérêt que l'on porte à un acteur ou à une actrice déterminée – confirme globalement la cohérence du projet. La présentation des « études actorales » rédigée par Christophe Damour est très éclairante, tant quant à la spécificité de ce courant français des études cinématographiques – dont la nouveauté justifie le recours, pour son appellation, à un néologisme (un peu opaque, il faut bien le dire) – que de ses enjeux empiriques. Selon Damour, qui s'exprime en tant que porte-parole du réseau des chercheurs français à l'origine de cette appellation et désireux de les promouvoir, les « études actorales » se différencient significativement des « stars studies », un type de publication caractéristique des « cultural studies » anglo-saxonnes, par l'attention privilégiée qu'il confère au jeu – « acting » – de l'acteur de cinéma et à son travail d'interprétation d'un rôle – « to perform » en anglais – plutôt qu'aux représentations et valeurs dont il est le véhicule. La clarté et la simplicité du propos, par ailleurs très référencé – Damour propose un petit état des lieux bibliographiques de la littérature française et anglo-saxonne qu'il range sous le chef des « études actorales » – fait incontestablement l'intérêt de ce texte d'ouverture, qui a une importance stratégique pour le lecteur. Il structure sa découverte et son utilisation potentielle de l'ouvrage en identifiant des postures empiriques, des méthodes d'analyse et des thématiques propres aux « études actorales », leur différenciation servant de principe de sélection et de regroupement des textes qui composent l'ouvrage en quatre grandes rubriques, de longueurs à peu près équivalentes, sauf pour la première : « Ontologie de l'acteur cinématographique », « Stars et acteurs », « Jeux et genre(s) », « Visages ». Si l'on prend en compte la longue bibliographie (4 pages) raisonnée, intitulée « Les études actorales depuis les années 2000 » qui clôt le livre, cette organisation de l'ouvrage lui assigne implicitement la valeur et la fonction d'un « textbook », d'un manuel à l'usage des étudiant en études cinématographiques, leur permettant de s'initier à un type d'approche des films et d'en différencier les applications : réflexion sur le statut ontologique de l'acteur de cinéma, analyse de l'emploi d'un acteur (au sens de la singularité esthétique de sa présence), analyse des modes d'expression de l'émotion et de leur variation selon le genre (au sens du type de récit cinématographique) et le genre (au sens du sexe social), analyse de l'efficacité visuelle de certaines parties (« lieux ») du corps de l'acteur et de son usage par les réalisateurs.

3La lecture suivie de ce qu'on peut assimiler (à part deux textes, l'un sur « l'acteur expérimental », l'autre sur les héroïnes des films d'action américain depuis les années 1980) à des articles consacrés chacun à un interprète du cinéma parlant, homme ou femme, vivant ou disparu, célèbre ou oublié, acteur principal ou acteur secondaire, français ou étranger – soit dans l'ordre Marlon Brando, Stephen Boyd, Anna Magnani, Johnny Depp, Cary Grant, Fay Wray, Great Garbo, Tadanobu Asano, Stefania Sandrelli, Emmanuelle Devos, Wu Nien-Jen – est globalement plaisante, même pour un lecteur non spécialiste. Le plaisir a plusieurs sources : la réactivation de la mémoire des gestes et de la présence d'interprètes de renom, pour ceux qui les ont connus ou les connaissent, la découverte de figures d'acteurs inconnus, la reconstitution d'une carrière cinématographique re-située dans une culture nationale et un système de production déterminé, l'analyse de l'évolution des techniques d'expression de certaines émotions ou de présentation de soi, la mise en valeur de certains aspects du langage cinématographique perçus intuitivement par le spectateur mais difficiles à formaliser, etc. Il est aussi, il faut l'admettre, contrarié parfois par le côté parfois pédant et forcé de certains commentaires (sur « l'étage digestif du visage » par exemple), l'absence de supports visuels requis pour donner toute leur force à certaines démonstrations (l'article sur Fay Wray et l'expression de l'horreur par exemple) ou célébrations (comme l'article sur le visage d'Emmanuelle Devos), des développements parfois trop brefs, d'autres trop longs, etc.

4Evalué plus globalement à l'aune de la rigueur revendiquée dans sa présentation par Christophe Damour, l'ouvrage suscite par ailleurs parfois certaines interrogations épistémologiques au fur et à mesure du déroulement de la lecture. Elles portent notamment sur la sélection de certains textes : les « remarques sur l'acteur expérimental » proposent par exemple une définition du « champ actoral » incluant « danseurs, plasticiens, musiciens et bien sûr performers », alors que le texte d'ouverture exclut explicitement la performance au sens des arts plastiques des « études actorales ». Elles peuvent porter, également, sur l'appartenance d'un texte à une rubrique, l'orientation « ontologique » de l'analyse par Vincent Amiel du type de jeu de l'acteur Marlon Brando dans Julius Caesar (Jules César, 1953) étant, il faut bien le dire, très peu perceptible à la différence de l'observation des « prototypes d'êtres qui peuvent s'inscrire non seulement dans l'histoire des images et des idées, mais aussi dans le réel social » que propose le texte sur l'acteur expérimental. En fait, on voit mal ce qui interdit à ce texte de se placer dans la rubrique « Visages », n'était le choix de regrouper sous ce seul terme des textes dont certains traitent plus globalement – comme le remarquable texte de Benjamin Thomas sur l'acteur japonais Tadanobu Asano – de styles de jeu.

5Mais, pour reprendre les termes mêmes de Damour, l'établissement « d'un authentique champ de recherche actoral » nécessitera sans doute bien d'autres efforts d'« organisation théorique » et de « synthèse épistémologique ». Dans l'immédiat, l'ouvrage proposé répond à l'ambition annoncée d'ouvrir « de nouvelles perspectives à l'analyse filmique » en se proposant d'appréhender systématiquement, à rebours d'une vision auteuriste qui domine encore le champ des études cinématographiques françaises, « le cinéma à partir de l'acteur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Leveratto, « Christophe Damour (dir.), Jeux d'acteurs. Corps et gestes au cinéma », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5311

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Leveratto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page