Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Laurence Brogniez, Valérie Dufour (dir.), Entretiens d'artistes. Poétique et pratique

Paris, Vrin, « Musicologie », 2016
François Albera
p. 221-222
Référence(s) :

Laurence Brogniez, Valérie Dufour (dir.), Entretiens d'artistes. Poétique et pratique, Paris, Vrin, « Musicologie », 2016, 267 p.

Texte intégral

1Issu d'un colloque tenu à Bruxelles en 2010, cet ouvrage se présente comme le premier à être entièrement consacré à ce genre littéraire, « l'entretien d'artiste ». On note cependant que les PUR éditèrent il y a quelques années un livre collectif au titre parent de celui-ci dû à Jérôme Dupeyrat et Mathieu Harel Vivier, les Entretiens d'artistes. De l'énonciation à la publication (2013). Quoi qu'il en soit de la précellence de l'un ou l'autre, ce questionnement est capital et on s'étonne en effet qu'on ait tant tardé à l'engager. Bien qu'il s'agisse ici prioritairement du champ artistique (arts plastiques, musique, chorégraphie), on comprendra aisément que le domaine du cinéma émarge de plein droit à ce « genre » et peut-être même qu'il a pu servir de modèle en la matière – la question n'est pas soulevée – tant les grands entretiens avec des réalisateurs dans les revues de cinéma, dès les années 1920 et plus massivement après la Deuxième Guerre mondiale, ont joué un rôle structurant dans les approches des films et surtout des réalisateurs comme auteurs, donnant lieu progressivement à des ouvrages dont le plus fameux est évidemment les entretiens avec Hitchcock menés par Truffaut. Le présent ouvrage comporte justement une étude, due à Christian Janssens (qui a étudié par ailleurs les rapports de Maeterlinck et du cinéma) concernant « Les interviews du réalisateur Maurice Tourneur dans la presse périodique américaine et française (1914-1926) » qui met bien en évidence les enjeux de cette recherche envisagée dans les termes de la sociologie des champs culturels de Pierre Bourdieu. Les entretiens d'artistes, dans cette approche, en effet, « sont aussi des prises de position [...] articulées avec la position des agents dans le champ ». Dans le cas de Tourneur étudié, il s'agit d'envisager la logique de la succession des positions occupées par l'artiste et leurs variations, en fonction de sa place dans la production et de l'autonomie dont il dispose, des organes de presse auxquels il s'adressse (l'auteur distingue les revues hétéronomes et autonomes selon leurs liens et dépendances par rapport au monde économique) et par rapport à l'édification d'un discours d'auteur. « L'interviewer n'a qu'à me dire les mots qu'il veut que je prononce et je les répéterai après lui » : cette phrase provocatrice d'Andy Warhol introduit bien à l'ambiguïté du propos d'auteur. Pascal Mérigeau l'applique presque à la lettre dans sa biographie de Jean Renoir afin de mettre en évidence combien ce dernier consentit et collabora à la construction du « Renoir des Cahiers du cinéma » à la fois légitimé par ceux qui l'interrogeaient et les légitimant en retour. L'autre contribution concernant le cinéma, due à Fabien Gérard, est consacrée à « Texte et contexte : autour de Pasolini et Bertolucci ». Il met en lumière, s'agissant du volume d'entretiens avec Pasolini qu'édita Jean Duflot en 1970 combien le cinéaste tint à se montrer précautionneux quant au genre de l'interview et combien il tint à intervenir sur le texte transcrit en ajoutant des didascalies entre parenthèses commentant ses réponses, attirant l'attention du lecteur sur les signes iconiques, mimiques, etc. de la communication orale que l'écriture faisait disparaître. Mais aussi combien la réédition « augmentée » de 1981 (les Dernières Paroles d'un impie), après la mort de Pasolini, transforma le livre en omettant toutes ces interventions du cinéaste-sémiologue et en donnant à des entretiens ultérieurs non relus par l'intéressé un ton tout autre, en particulier touchant à son orientation sexuelle. L'autre ensemble d'entretiens examiné par Gérard concerne Scene madri di Bernardo Bertolucci d'Enzo Ungari (1982), conçu sur le modèle des entretiens avec Hitchcock (dont les rééditions ont aussi modifié les intitulés princeps du titre). C'est un cas différent du précédent en raison des relations étroites qu'avaient les deux hommes et du parti pris constructif d'Ungari procédant à un montage des matériaux recueillis, augmentés d'autres documents, les enregistrements ayant servi de base à un vrai travail de réécriture. Ungari disparu en 1986 avant d'avoir mené à bien la réédition de cet ouvrage, l'Anglais Don Ranvaud le compléta par un chapitre additionnel d'une quarantaine de pages) et en devint le co-auteur « à part entière ». Les autres contributions du livre concernent Stravinski, Thomas Couture, Marcel Broodthaers, Jacques Villeglé, Frank Stella. Ce dernier cas est fascinant car l'entretien de Stella, Judd et Dan Flavin par le critique Bruce Glaser joua un rôle majeur dans la mise en place de l'art minimal américain au milieu des années 1960. Or Anaël Lejeune montre que l'échange original – intitulé « New Nihilism or New Art ? » (1964) – diffusé sur une radio de New York donna lieu à une construction différente lors de sa publication, donnant à l'ensemble qui était contradictoire une cohérence par gommage de l'un des protagonistes (Flavin) et omissions de certaines parties, faisant du texte une sorte de fondement à une « école » qui n'existait alors pas, mais le devint dans le discours critique et historique ultérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Laurence Brogniez, Valérie Dufour (dir.), Entretiens d'artistes. Poétique et pratique », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 81 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5313

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page