Navigation – Plan du site
Hommages

Michelle Aubert (1942-2016)

Éric Le Roy
p. 235-237

Michelle Aubert est née à Nice le 18 juin 1942, quatrième enfant d'une fratrie de cinq. En 1928, ses parents bas-alpins, originaires de Bras-d'Asse et d'Estoublon, quittent la Haute-Provence pour tenter leur chance à la ville et choisissent de s'installer à Nice. Michelle découvre le cinéma dans une salle de son quartier aux séances du jeudi, à l'époque jour de congé scolaire, puis elle fréquente, une fois la semaine, le Ciné-Club Jean Vigo, où sa sœur Christiane et elle sont intriguées par un beau jeune homme toujours assis au premier rang, qui ne dit mot pendant « la discussion » de rigueur après le film : J.M.G. Le Clézio. Une fois reçue au baccalauréat, le premier dans sa famille, Michelle décide de faire propédeutique par correspondance et de financer ses études en travaillant au pair en Angleterre, à Leicester. Elle y rencontre Antony Snapes, étudiant en psychologie, et pour rester avec lui, elle prend un emploi d'assistante infirmière en psychiatrie. Ils se marient en janvier 1963.

Après avoir quitté Leicester, Michelle travaille dans plusieurs bibliothèques londoniennes, dont la Westminster Public Library, où elle se spécialise dans l'indexation-catalogage et obtient le diplôme anglais de documentaliste. C'est comme documentaliste, responsable de l'indexation, que Michelle entre au British Film Institute (BFI) en 1969. De 1975 à 1986, elle est conservatrice au département Stills, Posters and Design (photographies, films, maquettes de costumes et de décors) à la National Film Archive du BFI, département qu'elle réforme de fond en comble. Elle participe ainsi à l'iconographie de nombreux ouvrages sur le cinéma britannique et les cinématographies étrangères, ce qui lui permet de nouer des liens avec les auteurs de ces livres sur le cinéma, historiens ou journalistes – dont Michel Ciment de Positif – et d'avoir des contacts avec les réalisateurs britanniques : Derek Jarman, Joseph Losey, Michael Powell ou encore Richard Attenborough, qui présidait le conseil d'administration du BFI quand Michelle quitta cette institution. Elle est l'ambassadrice qui accueille et guide les personnalités du cinéma français invitées à Londres par le BFI : Abel Gance, Marcel Carné, Yves Montand, Jean Rouch... En 1986, elle devient conservateur-adjoint de la NFA aux côtés de David Francis.

Michelle s'est aussi occupée très activement de la rétrospective du cinéma anglais présentée à la Cinémathèque française à partir du mois de février 1988. Quelques mois plus tard, elle revient à Paris pour le Congrès du 50e anniversaire de la FIAF au Musée d'Orsay. Du côté de sa vie personnelle, elle divorce de son époux anglais et rencontre le réalisateur Jacques Mény, avec lequel elle se remarie en juillet 1993. C'est au début de novembre 1989 que Michelle revient s'établir en France, après 27 années passées au Royaume-Uni. Ceux qui la connaissaient bien savent qu'une partie d'elle-même est toujours restée anglaise et qu'elle gardait la nostalgie des belles années 1960 à Londres, celles du « Swinging London » et des Beatles.

Elle dirigera le Service des archives du film du CNC (qui deviendra, à son initiative, les Archives françaises du film), à Bois-d'Arcy jusqu'à son départ en retraite en 2007, un an avant le Congrès des 70 ans de la FIAF à Paris. Durant ses dix-huit années passées au CNC, Michelle Aubert a mené de nombreux chantiers, tant en interne qu'en externe, et transformé en profondeur l'institution dont elle avait la charge, soutenue par la direction du CNC.

Elle s'attaque tout d'abord aux stocks de films nitrate, fait établir un bilan et organise ce qui va devenir le Plan de restauration et de sauvegarde des films anciens incluant les collections de la Cinémathèque française et de la Cinémathèque de Toulouse puis des cinémathèques régionales. Plus communément appelé Plan nitrate, ce programme sur 15 ans est accepté par la direction du CNC et le ministère de la Culture, puis lancé officiellement le 12 septembre 1990 à Bois-d'Arcy, en présence de Dominique Wallon, Jack Lang et Martin Scorsese. Michelle met en place un nouvel organigramme, embauche du personnel et favorise sa formation.

Le Plan nitrate a mobilisé les équipes des différentes institutions concernées et a considérablement modifié le paysage des institutions patrimoniales avec la mise en place de l'ouverture des collections au public (chercheurs et professionnels) par la levée du secret des films conservés, par la mise en place d'une politique conventionnelle avec les détenteurs de catalogues (qui favorise leur diffusion culturelle auprès des chercheurs et aux affiliés de la FIAF), avec l'enrichissement des collections axée sur les films militants, le cinéma régional, les auteurs-producteurs indépendants (Agnès Varda, Yannick Bellon, Straub et Huillet, Gérard Blain, Paul Carpita, Paula Delsol, Léonard Keigel, Jean-Pierre Mocky, les plasticiennes Maria Klonaris et Katerina Thomadaki, et bien d'autres).

Michelle s'intéressait aussi aux bâtiments, leur conception, leur construction et leur aménagement : sous son impulsion, la Direction du patrimoine cinématographique a soutenu également une politique d'investissement destinée à favoriser la conservation de ses collections et de celles de la Cinémathèque française dans les meilleures conditions. En dix ans, d'importants crédits ont été dégagés pour permettre la construction, la rénovation et la maintenance d'installations lourdes de stockage et notamment des cellules de conservation nitrate, action qui s'est poursuivie par la suite.

Autre « révolution » menée par l'inépuisable Michelle : dès le lancement du Plan nitrate, une nouvelle organisation du patrimoine cinématographique se met en place en France. Les collections « non film » du CNC et de la CF sont regroupées dans une nouvelle institution, le CNC gardant la responsabilité de la collection films. Ainsi, les collections « papier » de la Fémis (ex-IDHEC), de la Cinémathèque française et du CNC ont été réunies au sein de la Bibliothèque du film (BiFi). De la même manière, les collections d'appareils cinématographiques anciens du CNC ont rejoint l'importante collection de la Cinémathèque française.

Michelle Aubert a aussi mené un projet international visant à reconstituer le catalogue des films Lumière et a proposé ce fonds à l'inscription au Registre Mémoire du monde, correspondant au catalogue des 1423 titres inscrits sur les listes de vente de l'usine des frères Louis et Auguste Lumière. Au même moment, c'est sous son impulsion que le dépôt légal en France a été remanié en 1992 et réparti entre plusieurs institutions dotées d'un conseil scientifique. La responsabilité du dépôt légal des films sur support photochimique est transmise au CNC qui collecte, conserve, catalogue et communique cette collection.

L'une des passions de Michelle fut aussi la formation et la transmission des savoirs entre les générations, les métiers et les continents : nombre de stagiaires sont arrivés à Bois-d'Arcy dès 1990 du Chili, du Maroc, d'Algérie, de Tunisie... Son intérêt constant pour la recherche, qui la conduira à faciliter l'accès aux films pour nombre de chercheurs, mais aussi à préserver des films considérés comme mineurs (films de commande, pédagogiques, ou autres) aura grandement contribué au développement des travaux en histoire du cinéma français et des problématiques portées par les universitaires et historiens depuis de nombreuses années.

La passion et la détermination que Michelle Aubert a montrées dans les deux institutions où elle a laissé son empreinte, toutes deux membres éminents de la FIAF, ont guidé le travail impressionnant qu'elle a fourni au bénéfice de la Fédération et de sa communauté mondiale. Dès le début des années 1970, elle avait été l'une des initiatrices du « Periodicals Indexing Project » (PIP), avant d'être nommée à la tête de la Commission de documentation de 1988 à 1991, puis de rejoindre, la même année, le Comité directeur de la FIAF. De tempérament combatif et activant de nombreux projets, elle a eu le désir, portée par le soutien de nombreux collègues, de se présenter à la présidence de la Fédération. Élue à Los Angeles en 1995, elle a mené à bien deux mandats successifs. Durant ces quatre années, elle s'est impliqué corps et âme dans le développement de la Fédération, soutenant notamment la création d'institutions dans les pays en voie de développement, notamment en Afrique, et les incitant à rejoindre la Fédération. Sa présidence a aussi coïncidé avec le recrutement de Christian Dimitriu en tant qu'administrateur délégué à Bruxelles, et la mise en place des outils modernes de communication, comme les bases de données, le site Internet, le courriel... Autant de nouvelles méthodes de fonctionnement indispensables au bon fonctionnement du secrétariat. C'est aussi au même moment que la Fédération a déménagé dans des nouveaux locaux rue Defacqz, avec l'équipe du PIP (précédemment basé à Londres). Enfin, et entre autres, c'est sous son impulsion que le Code d'éthique de la FIAF a été rédigé, discuté et approuvé en assemblée générale.

En 1991, plusieurs cinémathèques et archives d'Europe fondèrent l'Association des cinémathèques de la Communauté européenne (ACCE) et lancèrent le projet LUMIERE, encadré et financé par le Programme européen MEDIA I. Michelle fut l'une des initiatrices de ce mouvement et a fait partie du bureau à plusieurs reprises. L'association fut rebaptisée Association des cinémathèques européennes (ACE) et son assemblée générale décida que toutes les institutions du patrimoine cinématographique européennes affiliées à la FIAF pourraient adhérer à l'ACE.

Tenter de reconstruire le film d'une vie aussi active est à la fois impressionnant et douloureux. Tout un chacun a pu apprécier l'appétit et l'amour du cinéma et du travail de Michelle. Elle pouvait agacer, amuser, passionner, mais ne laissait personne indifférent. Après son retour sur ses terres noires des Alpes-de-Haute-Provence, elle a continué à s'intéresser aux défis de notre secteur, et à nous conseiller. Elle a su, avec la force qu'on lui connaissait, écrire une nouvelle page de sa vie et réveiller son village d'Estoublon, en s'occupant de la mairie, de l'histoire de ses habitants, montant des expositions et reconstituant leur histoire. J'ai pu aller la voir peu de temps avant sa disparition et nous remémorer nos 26 ans d'amitié solide et fraternelle. Cela m'a bouleversé. C'est un moment qui restera gravé en moi comme un souvenir que l'on ne peut effacer.

Cet hommage à Michelle Aubert paraîtra dans les colonnes de l'organe de la FIAF, le Journal of Film Preservation no 96 (2017).