Navigation – Plan du site

Errata et Addenda

p. 238-240

1895 revue d'histoire du cinéma, no 79, été 2016, « Éric Rohmer, professeur de cinéma », pp. 137-151

La présentation d'Antoine de Baecque et Noël Herpe de l'inédit d'Éric Rohmer, « Éric Rohmer professeur de cinéma », a suscité plusieurs mises au point et prolongements de la part de Jean A. Gili, d'une part, et de Dimitri Vezyroglou, d'autre part, que nous livrons bien volontiers ci-dessous à nos lecteurs.

1. Jean A. Gili :

J'ai dirigé le département cinéma de l'UFR 03, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (3 rue Michelet, 75006 Paris) de septembre 1993 à août 2008. C'est à ce titre que je peux apporter quelques précisions.

D'abord un détail concernant la page 137 : l'Institut Michelet en tant que tel n'existe pas, il s'agit de l'Institut d'art et d'archéologie de la rue Michelet.

Il ressort de l'article de De Baecque et Herpe que Rohmer a commencé son enseignement à l'Institut d'art en novembre 1969 à l'invitation de Jacques Goimard et l'a poursuivi jusqu'en 1995. Il se clôt le 20 mars 1995 par une conférence publique donnée au Collège de France.

En fait, il semble qu'après une interruption (Bertrand Tavernier le remplace car le directeur du département de l'époque, Claude Beylie, tenait beaucoup à ce qu'un cinéaste intervienne dans les enseignements), Rohmer reprend son cours deux ou trois ans plus tard. Lorsque je suis arrivé à la rentrée 1993, Rohmer assurait un cours chaque lundi de 19 à 21 heures dans la fameuse salle 106 dédiée aux enseignements de cinéma. Dans ses cours, il se livrait à des commentaires sur ses films en cours de montage. Cet enseignement dura jusqu'en 2001. Il m'avait averti – travaillant sur l'Anglaise et le Duc – qu'il n'aurait pas d'autre film à évoquer à la rentrée suivante et qu'il mettait un terme à son enseignement. Je me rappelle, en mai 2001, l'avoir accompagné à la salle 106 pour son dernier cours ; il avait refusé que je prenne la parole pour le remercier.

Autre point : les auteurs de l'article indiquent que Rohmer enseignait aux côtés de Jacques Goimard, Gérard Legrand, Francis Lacassin, Jean Mitry, Jacques Demeure, Philippe d'Hugues et Claude Beylie. Ces informations sont en partie erronées : si Jacques Goimard, Jean Mitry, Gérard Legrand et Claude Beylie ont bien enseigné à l'Institut d'Art, par contre Francis Lacassin, Jacques Demeure, Philippe d'Hughes (vérification faite auprès de d'Hugues pour ces trois derniers) n'y ont jamais professé. Dans cette liste, on peut noter l'oubli, parmi les enseignants titulaires, de Jean-Paul Török et Pierre Jenn.

2. Dimitri Vezyroglou :

Pages 137-138 : « À l'université Paris 1, dans le vent de réforme suivant Mai 68, le département ``Arts et archéologie'' dirigé par Étienne Souriau, installé à l'Institut Michelet, beau bâtiment mauresque de briques rouges en haut du boulevard Saint-Michel, a décidé d'ouvrir un enseignement de cinéma, confié à Jacques Goimard ».

Tout d'abord, il ne s'agit pas d'un « département », mais d'une UER (Unité d'enseignement et de recherche), dénommée « Art [au singulier] et archéologie », qui naît de l'éclatement, consécutif à Mai 68 mais effectif seulement en 1970, de l'ancien Institut d'art et d'archéologie de la Sorbonne.

Ensuite, le premier directeur de cette UER n'est pas Étienne Souriau, qui ne rejoint d'ailleurs pas cette UER, mais Jean Deshayes, titulaire de la chaire d'archéologie orientale depuis 1968.

Par ailleurs, le bâtiment, situé au 3 rue Michelet, à l'angle avec l'avenue de l'Observatoire, ne s'est jamais appelé « Institut Michelet », mais, reprenant le nom de l'unité pédagogique qu'il abritait du temps de la Sorbonne, « Institut d'art et d'archéologie », ou, dans le langage administratif de Paris 1 depuis sa création, « centre Michelet ».

Enfin, Jacques Goimard arrive à la Sorbonne avant son éclatement, dès 1967, et il est recruté non par Etienne Souriau, mais par le titulaire de la chaire d'histoire de l'art contemporain René Jullian qui, lui, rejoindra bien l'UER Art et archéologie de Paris 1 en 1970.

Page 138 : « [Rohmer] commence un enseignement en novembre 1969, en tant que chargé de cours ».

Le nom de Rohmer fait son apparition dans les brochures de Paris 1 seulement à compter de la rentrée 1972.

Page 138 : « la forme [de la thèse de Rohmer] est parfaitement universitaire » et la soutenance se déroule « devant Souriau, son directeur de thèse, Goimard et Jean Mitry ».

Il s'agit certes d'une thèse de 3e cycle, dont le format était bien plus léger que celui des thèses d'État. Mais tout de même : la thèse de Rohmer compte en tout et pour tout 147 pages dactylographiées, ce qui, une fois décomptées une vingtaine de pages d'« appendices » (annexes) et... 2 pages et demie de bibliographie (!), se résume à moins de 125 pages de texte proprement dit, d'ailleurs dénué de conclusion. Soit un format qui se rapproche beaucoup plus de ce qu'on demandait pour un mémoire de maîtrise à l'époque (une centaine de pages) que d'une thèse « parfaitement universitaire », fût-elle de 3e cycle.

Par ailleurs, Souriau n'a pas été le directeur de thèse de Rohmer : il s'est inscrit, dans un premier temps, avec René Jullian, qui, à compter de 1971, passe le relais à Jean Mitry, nommé cette année-là professeur associé à Paris 1, rattaché à l'UER Art et archéologie (Voir la lettre de Jullian à Rohmer, 3 mai 1971, IMEC, fonds Rohmer, 112.01 : « La nomination de M. Jean Mitry comme professeur-associé d'histoire du cinéma à notre Université me conduit à vous informer que c'est désormais lui qui se chargera de diriger votre thèse. Je n'en continuerai pas moins à m'intéresser à vos recherches et je vous prie de croire à mes sentiments bien cordialement dévoués »). C'est bien sous la direction de ce dernier que la thèse est soutenue, comme l'indique la mention sur le mémoire lui-même.

Page 140 : « la lettre qu'écrit le cinéaste au président de l'université Paris 1 au printemps 1977 »...

J'ai consulté les mêmes archives et n'y ai pas trouvé de lettre de Rohmer au président de Paris 1. Par contre, le texte de cette lettre est identique à celui d'un brouillon de lettre – manuscrit et non daté – de Rohmer à Jacques Goimard, qui répond visiblement à une sollicitation de Goimard. Le texte retranscrit dans l'article commence ici par : « Cher Jacques Goimard, Oui, je crois qu'il convient qu'une licence de cinéma soit créée à Paris 1 »... (IMEC, fonds Rohmer, 107.16).

3. Nota Bene

Rappelons que la thèse de 3e cycle d'Éric Rohmer, l'Organisation de l'espace dans le Faust de Murnau est parue sous forme d'ouvrage chez UGE « 10/18 » no 1145 en 1977 où elle compte 179 pages et qu'elle a été rééditée chez Ramsay dans la collection « Poche Ramsay Cinéma » en 1997, puis aux éditions des Cahiers du cinéma, collection « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma » en 2000 où elle compte 144 pages.