Navigation – Plan du site
Point de vue

« Être dans la machine », une posture moderne. Dispositifs cinématographiques de Bergson à L’Herbier

« Being in the machine », a modern posture. The film apparatus from Bergson to L'Herbier
« Essere nella macchina », una postura moderna. Dispositivi cinematografici da Bergson a L'Herbier
Maria Tortajada
p. 14-33

Résumés

Cet article repart de la critique bergsonienne du cinématographe qui modéliserait une forme de connaissance échappant au pouvoir de l'intuition. Bergson décrit, en effet, le résultat de la décomposition qu'opèrent la perception, la pensée ou la science comme une série de « vues prises » sur le mouvement des choses : des « instantanés photographiques ». Le modèle cinématographique sert, chez lui, à rendre compte de la juxtaposition spatiale de ces vues, opposées au flux continu du devenir : une série d'images constituées à partir d'un point de vue extérieur, tournant le dos au devenir intérieur des choses mais aussi recomposant leur devenir artificiellement. Cette dernière expression montre que Bergson ne fait pas seulement porter sa critique du mécanisme de la pensée sur le stade de décomposition du mouvement, mais aussi sur le moment de sa restitution. Ce qui est visé est alors le moment de la synthèse, de ce qui est le propre de la machine à projection car c'est elle qui donne le mouvement artificiel aux instantanés. Or ce mouvement des rouages est invisible, il offre un « point de vue » impossible, aveugle : comment dès lors « s'installer dans le mouvement », postulat immersif du bergsonisme ? Pourtant la modernité a envisagé ce point de vue, « être dans la machine » (Jarry, Vertov, Chaplin). Marcel L'Herbier, retournant Bergson contre lui-même, transforme ainsi le requisit de l'intuition – s'installer dans le flux du devenir, de la continuité du monde –, en installation dans la machine, au cœur du mécanisme cinématographique, à cette place impossible mais postulée implicitement par le philosophe, où le mouvement de la bande cinématographique reconstitue le mouvement factice sur l'écran. Pour lui le mouvement de la machine est l'équivalent du mouvement indécomposable de la vie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Être dans le mouvement : Bergson et le point de vue
Un autre spectateur
L’homme-pensée mouvante, sous forme de portrait
« Être dans la machine »

Aperçu du début du texte

On peut sans aucun doute apporter plusieurs réponses à la question « Qu’est-ce que la modernité ? », qui impliquent différents moments de l’histoire des xixe et xxe siècles et diverses aires géographiques. La pluralité des définitions est impliquée dans le concept même de modernité, qui présuppose son constant dépassement dans une nouvelle forme.

Pour penser certains moments historiques, une épistémologie des dispositifs de vision et d’audition s’avère très productive car elle permet de reconstruire un réseau de relations entre des pratiques, des figures, des concepts, des imaginaires articulés à certains dispositifs. Le cinéma et la photographie sont de ceux qui ont participé à la définition de la modernité au tournant du xxe siècle. Les schèmes épistémiques auxquels ils sont liés participent à la définition des conditions de possibilités de formes de création et de pensée. Cet article se concentrera sur une figure qui touche à la position de spectateur aussi bien qu’à la figuration...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Tortajada, « « Être dans la machine », une posture moderne. Dispositifs cinématographiques de Bergson à L’Herbier », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5347 ; DOI : 10.4000/1895.5347

Haut de page

Auteur

Maria Tortajada

Maria Tortajada, professeur ordinaire d'Histoire et esthétique du cinéma à l'Université de Lausanne, auteur récemment de Eric Rohmer : le spectateur séduit. De l'interprétation (2017) et co-directrice de Ciné-dispositifs. Spectacles, cinéma, télévision, littérature (2011), Cinema Beyond Film. Media Epistemology in the Modern Era (2010), Cinéma suisse : Nouvelles approches (2000).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page