Navigation – Plan du site
Etudes

La stochastique des cristaux d’halogénure d’argent : l’histoire mouvementée des procédés cinématographiques de restitution du mouvement

The stochastic process of silver halide crystals : the complex history of motion restoration processes in the field of cinematography
La stocastica dei cristalli d'alogenuro d'argento : la storia particolarmente ?movimentata dei procedimenti di restituzione del movimento in materia di cinematografo
André Gaudreault et Solène Secq de Campos Velho
p. 34-51

Résumés

L'avènement du numérique a déclenché un mouvement de retour sur la « matérialité » du cinéma. Cet article s'attache à la question du mouvement restitué ou reconstitué par l'appareil de cinéma en s'intéressant aux mécanismes et aux caractéristiques physiques et chimiques qui le permettent à partir d'une distinction de base concernant le caractère continu ou intermittent du défilement des images (fixes) mises en mouvement : l'obturateur et ses équivalents dans le zootrope, le phénakistiscope et le praxinoscope de Reynaud, le kinétoscope d'Edison – qui tous se fondent sur un défilement continu, puis chez Lumière qui instaure la prééminence du défilement intermittent ; le miroir du Théâtre optique qui se retrouve dans les projecteurs numériques et supplantant le système intermittent réinstaure le défilement continu ; le grain de l'émulsion argentique qui crée du mouvement même dans la fixité de l'action par la seule succession des photogrammes, en raison de leur disposition aléatoire au sein de la couche sensible, suscitant un effet de « fourmillement » inexistant dans l'image numérique (dont les pixels sont ordonnés mathématiquement). Un fourmillement que Roger Leenhardt déplorait (il parlait d'épileptisme) en lui opposant l'image du Théâtre optique. Ainsi les dispositifs de Reynaud comme le projecteur numérique donnent à voir des images animées, alors que le Cinématographe Lumière donnait à voir des images en mouvement, où tout est en mouvement.

Haut de page

Notes de l'auteur

Les travaux sur lesquels se fonde le présent texte ont bénéficié de l’appui financier du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC), du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et du Programme des chaires de recherche du Canada, par l’intermédiaire de trois infrastructures universitaires dirigées par André Gaudreault : le groupe de recherche sur l’avènement et la formation des institutions cinématographique et scénique (GRAFICS), la section canadienne du partenariat international de recherche TECHNÈS et la chaire de recherche du Canada en études cinématographiques et médiatiques. Les auteurs remercient Benoît Turquety pour le soutien qu’il leur a apporté, et Christelle Odoux pour les précisions documentaires qu’elle leur a fournies.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Obturation avec ou sans obturateur
Le stade du miroir
Si le grain ne meurt...

Aperçu du début du texte

« L’œil est notre sens le plus élevé, celui qui communique le plus étroitement avec notre cerveau, la conscience. L’idée d’un mouvement vital du monde et son mouvement est simultanéité. Notre compréhension est corrélative à notre perception. »
Robert Delaunay

L’avènement du numérique a provoqué dans l’univers des médias une série de bouleversements dont on n’a pas encore fini de mesurer la portée. Le paysage audiovisuel en a été affecté jusque dans ses moindres recoins. Au chapitre des effets « monstres », il y a bien sûr le brouillage des frontières entre les médias, dont les conséquences sont énormes, ne serait-ce que dans la mesure où le cinéma a fini par perdre, dans les âmes et consciences (mais aussi sur le terrain de la diffusion, de la production et de la création), la place hégémonique qu’il occupait par rapport aux autres « séries audiovisuelles ». L’une des conséquences de ce brouillage des frontières entre les médias est la résurgence de ce qu’on pourrait appeler la matéri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Gaudreault et Solène Secq de Campos Velho, « La stochastique des cristaux d’halogénure d’argent : l’histoire mouvementée des procédés cinématographiques de restitution du mouvement », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5358 ; DOI : 10.4000/1895.5358

Haut de page

Auteurs

André Gaudreault

André Gaudreault, Professeur au département d'Histoire de l'art et d'études cinématographiques (section cinéma et jeu vidéo) de l'Université de Montréal, titulaire de la chaire de recherche du Canada en Études cinématographiques et médiatiques, directeur de la section canadienne de Technès, du Grafics et de l'Observatoire du cinéma au Québec, co-auteur récemment de la Fin du Cinéma ? (2016) et co-directeur entre autres de Méliès au carrefour des attractions (2014) et Techniques et technologies du cinéma. Modalités, usages et pratiques des dispositifs cinématographiques à travers l'histoire (2015), The Blackwell Companion to Early Cinema (2011)

Articles du même auteur

Solène Secq de Campos Velho

Solène Secq de Campos Velho est doctorante en études cinématographiques en co-tutelle (Lille 3/UdeM). Elle est dirigée par Laurent Guido et André Gaudreault. Sa thèse porte sur les relations entre innovations technologiques et division du travail dans les laboratoires cinématographiques, et plus particulièrement sur l'évolution du métier d'étalonneur. Elle est chargée de cours depuis 2013 à l'université de Lille 3 où elle enseigne l'économie et l'histoire des techniques du cinéma. Elle fait également partie du conseil d'administration de deux cinémas associatifs et participe au développement du labo CCP, un laboratoire cinématographique indépendant en région lilloise. 

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page