Navigation – Plan du site
Etudes

Les appareils cinématographiques Lumière

Lumière film cameras and other equipment
Gli apparecchi cinematografici Lumière
Laurent Mannoni
p. 52-85

Résumés

Malgré la littérature abondante publiée sur Auguste et Louis Lumière depuis le début du xxe siècle, aucune étude sérieuse n'a été consacrée jusqu'ici aux appareils cinématographiques produits par les deux frères. En attendant un travail plus étendu qui pourra permettre, on l'espère, d'éclaircir encore bien des mystères, cet inventaire chronologique des machines cinématographiques Lumière recense ici les prototypes et appareils fabriqués en série, avec leurs principales caractéristiques. Des deux premiers prototypes d'« appareil servant à l'obtention et à la vision des épreuves chronophotographiques » datant de fin 1894 et début 1895 au Cinématographe-type de décembre 1895, jusqu'aux appareils afférents comme la tireuse, le défileur Carpentier-Lumière, le Kinora, la caméra 50 mm puis 75 mm et aux appareils proposant le relief qui sont mis au point jusqu'au milieu des années 1930 mais ne seront jamais exploités.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La caméra chronophotographique réversible future « Cinématographe », prototype no 1 (Institut Lumière, Lyon)
La caméra chronophotographique réversible future « Cinématographe », prototype no 2 (Musée des arts et métiers, Paris)
1895-1896 : Le Cinématographe-type
Le Cinématographe Spécial pour projections
Prototype : tireuse à deux couloirs de film
Le Défileur Carpentier-Lumière
Le Kinora
La caméra 50 mm
La caméra et le projecteur 75 mm
Le Cinématolabe
Le projecteur à défilement continu
Le cinéma en relief
Un immense chantier archéologique

Aperçu du début du texte

Il est curieux de constater que, malgré la littérature abondante publiée sur Auguste et Louis Lumière depuis le début du xxe siècle, aucune étude approfondie n’a été consacrée, à notre connaissance, aux appareils cinématographiques produits par les deux frères. En attendant un travail beaucoup plus étendu qui pourra permettre, on l’espère, d’éclaircir encore bien des mystères, cet inventaire chronologique des machines cinématographiques Lumière recense ici les prototypes et appareils fabriqués en série, avec leurs principales caractéristiques.

La caméra chronophotographique réversible future « Cinématographe », prototype no 1 (Institut Lumière, Lyon)

Le mercredi 13 février 1895 à 12 heures, les ingénieurs lyonnais Lépinette et Rabilloud, aux noms d’Auguste et Louis Lumière, déposent à Lyon, à la préfecture du Rhône, le brevet no 245 032 pour un « Appareil servant à l’obtention et à la vision des épreuves chronophotographiques ». Des additions sont apportées les 30 mars (la came ronde ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Mannoni, « Les appareils cinématographiques Lumière », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5368 ; DOI : 10.4000/1895.5368

Haut de page

Auteur

Laurent Mannoni

Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine et du Conservatoire des techniques de la Cinémathèque française, auteur et co-directeur de Mouvements de l'air : Étienne-Jules Marey, photographe des fluides (2004) ; Histoire de la Cinémathèque française (2006) ; Etienne-Jules Marey : Actes du colloque du centenaire (2007) ; l'Œuvre de Georges Méliès (2008) ; Alice Guy, Léon Gaumont et les débuts du film sonore (2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page