Navigation – Plan du site
Etudes

Le mystère du « grand tableau gris » : l’animation des images fixes dans les premières projections cinématographiques

The animation of a still image in the first film projections
L'animazione di un'immagine fissa nelle prime proiezioni Lumière
Santiago Hidalgo et Louis Pelletier
p. 86-105

Résumés

Cet article se penche sur un point d'histoire intriguant. De nombreuses descriptions des premières projections Lumière dues à Maxime Gorki, Georges Méliès, Albert E. Smith, etc., parlent en effet de l'animation d'une image d'abord fixe. L'article essaiera de comprendre ce que ces réminiscences révèlent vraiment, puis de voir s'il était vraiment possible de projeter un photogramme de pellicule nitrate pendant plus d'une fraction de seconde. Ce qui amènera à étudier les filtres, condenseurs, bassins remplis de liquides et obturateurs équipant les lanternes utilisées pour les premières projections cinématographiques.

Haut de page

Notes de l'auteur

Les travaux sur lesquels se fonde le présent texte ont bénéficié de l’appui financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et du Programme des chaires de recherche du Canada, par l’intermédiaire des infrastructures universitaires dirigées par André Gaudreault, notamment la section canadienne du partenariat international de recherche TECHNÈS et la Chaire de recherche du Canada en études cinématographiques et médiatiques. Nous aimerions par ailleurs exprimer notre profonde gratitude envers Nicolas Dulac, Solène Secq de Campos Velho et Jean-Pierre Sirois-Trahan, qui nous ont généreusement fourni un grand nombre de conseils, informations et documents.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Percevoir la fixité
Produire la fixité
Step printing
La combinaison lanterne magique-cinématographe
Le filtre coupe-chaleur
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cet article considère sous deux angles différents, celui du discours et celui de la technologie, un problème procédant d’une observation formulée par plusieurs spectateurs des toutes premières projections cinématographiques et constituant, il nous semble, une sorte de point aveugle pour l’histoire du cinéma. Une des plus célèbres itérations de cette observation se trouve dans le compte rendu dressé par Maxime Gorki de sa découverte du Cinématographe Lumière en juillet 1896 :

Lorsque la lumière s’éteint dans la pièce où l’on présente l’invention des Lumière, sur l’écran apparaît soudain un grand tableau gris, une « Rue de Paris » qui a la teinte d’une mauvaise gravure. En la regardant, on voit des gens figés dans diverses attitudes, des voitures, des maisons, tout cela est gris, et le ciel lui-même au-dessus est gris. Avec une vue aussi familière, on ne s’attend à rien d’original, combien de fois a-t-on déjà vu ces rues de Paris sur des images... Mais soudain, l’écran est agité d’un é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Santiago Hidalgo et Louis Pelletier, « Le mystère du « grand tableau gris » : l’animation des images fixes dans les premières projections cinématographiques », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5374 ; DOI : 10.4000/1895.5374

Haut de page

Auteurs

Santiago Hidalgo

Santiago Hidalgo est chercheur postdoctoral à l'Université de Montréal et coordonnateur scientifique de la chaire de recherche du Canada en Études cinématographiques et médiatiques. Titulaire d'une thèse intitulée The Possibilities of Film Conciousness : A Formulation in Search of a Theory (Université de Montréal, 2016), il a codirigé The Blackwell Companion to Early Cinema (2011) et dirigé l'ouvrage Technology and Film Scholarship : Experience, Study, Theory (2017).

Louis Pelletier

Louis Pelletier est chercheur postdoctoral et chargé de cours à l'Université de Montréal, où il participe aux activités du partenariat international de recherche sur les techniques et technologies du cinéma Technès. Il est également coordonnateur scientifique du Canadian Educational, Sponsored and Industrial Film Project à l'Université Concordia. Il a publié sur le cinéma muet, le cinéma industriel, le cinéma amateur et l'exploitation cinématographique dans Film HistoryThe Moving ImageCinémasNouvelles Vues et Living Pictures.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page