Navigation – Plan du site
Etudes

L’invention de la caméra Éclair 16 : du direct au synchrone

The invention of the Éclair 16 camera : from direct to synchronous
L'invenzione della macchina da presa Éclair 16 : dal « diretto » al « sincrono »
Vincent Sorrel
p. 106-131

Résumés

Cet article documente et reconsidère la « révolution » du cinéma direct à partir d'un lieu commun : une invention technique, la caméra légère et synchrone, aurait permis de faire évoluer les formes documentaires. Deux caméras sont principalement concernées en France : la KMT qui est restée un prototype et l'Éclair 16 produite à partir de 1963. En décrivant l'histoire de leurs conceptions, puis en détaillant les problèmes techniques que pose l'asservissement des moteurs de la caméra avec celui d'un magnétophone afin d'obtenir le synchronisme de l'image et du son, il apparaît que ce sont les cinéastes qui ont précédés la technique, et non le contraire. Ils ont su, sans en avoir les moyens, créer un sentiment de synchronisme avec les situations et l'époque par une série d'approches, de tentatives et de tâtonnements. La technique a suivi, et il faudra dix ans de mise au point pour obtenir un dispositif fiable. Ce n'est donc pas une invention technique qui a rendu possible « le cinéma direct », mais la volonté des cinéastes portée par des enjeux esthétiques et humanistes. En outre, cet article s'attache à distinguer l'invention formelle et celle des techniques de tournage, de l'invention technique elle-même. En effet, l'insonorisation ne pouvait être obtenues que par un processus de fabrication industrielle, et Éclair a lancé l'étude et la production d'une caméra de reportage parce que la télévision représentait un nouveau marché. Cela permet de relativiser la participation des cinéastes à la conception directe de l'objet technique sans leur enlever le mérite d'avoir rêvé et réalisé ces films sans en avoir encore les outils. En inventant la technique par la pratique, les tentatives des cinéastes pour s'approcher du « direct » représentent une puissance formelle qu'on ne peut pas réduire à l'invention d'un nouvel outil.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un point sur le synchrone
La caméra de reportage moderne
Le magnétophone
Le fil à la patte
Chronique d’un été
La KMT
Quel cahier des charges ?
Inventer la caméra ?
Donner une horloge à la caméra
La caméra ne résout pas la question du synchronisme
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le film de Jean Rouch et Edgar Morin, Chronique d’un été (1961) est souvent présenté comme l’une des premières expériences de tournage en son synchrone, préfigurant ce qu’on convient d’appeler aujourd’hui le « cinéma direct ». Ce terme désigne un tournage utilisant un matériel léger permettant au cinéaste d’être immergé et en prise directe avec des situations réelles. Saisir au plus près les aspirations et les préoccupations d’une époque – en particulier celles de la jeunesse – et pour cela, filmer les corps et la parole de l’Autre, contribuent à affirmer la nécessité technique du son synchrone. De nombreux textes importants pour la réflexion sur le cinéma documentaire, qui décrivent et analysent les apports essentiels de ces nouvelles formes, insistent sur le fait que cette « révolution » a été rendue possible grâce à l’invention d’une caméra légère et silencieuse permettant l’enregistrement synchrone du son et de l’image, l’Éclair 16. L’émergence de cette caméra est ainsi, souvent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Sorrel, « L’invention de la caméra Éclair 16 : du direct au synchrone », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5390 ; DOI : 10.4000/1895.5390

Haut de page

Auteur

Vincent Sorrel

Vincent Sorrel, chercheur associé à la Cinémathèque Française (2008), a suivi un enseignement à l'Université Lyon-2 et est actuellement inscrit en thèse à l'Université de Rennes (sous la co-direction de Benoît Turquety et Gilles Mouëllic).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page