Navigation – Plan du site
Archives

L’écran divisé de Construire un feu de Jack London dessiné par Claude Autant-Lara

Pour le centenaire de la mort de Jack London – Construire un feu dessiné par Claude Autant-Lara
For the centenary of the death of Jack London – Construire un feu drawn by Claude Autant-Lara
Per il centenario della morte di Jack London – Construire un feu disegnato da Claude Autant-Lara
François Albera
p. 147-173

Résumés

En 1928, Claude Autant-Lara, décorateur de théâtre et de cinéma jusque là pour L'Herbier, Renoir et quelques autres, auteur d'un premier court métrage, Fait divers (1925), qui lui a valu un succès d'estime, entreprend de réaliser un film utilisant l'invention technique du Prof. Chrétien, l'objectif à anamorphe, l'Hypergonar. Autant-Lara voit dans cette ressource le moyen de proposer une solution nouvelle aux problèmes de l'écran large, de la multiplication des écrans et de ce que Gance a appelé la « polyvision ». Il envisage la disposition de plusieurs images au sein du même photogramme anamorphosé soit horizontalement, soit verticalement, en faisant varier la dimension de l'écran. Son film, Construire un feu, sorti en 1929, est perdu, mais le cinéaste avait dessiné ses plans en une série de planches remarquables dont on donne ici pour la première fois l'intégralité.

Haut de page

Notes de l'auteur

Ce texte reprend en partie une étude comparative entre la suite dessinée et les collages d’Autant-Lara, une adaptation en bande dessinée de la nouvelle de London par Christophe Chabouté chez Vents d’Ouest (2007) et le texte même de London, publiée sous le titre « Le cinémascope par la bande » dans Alain Boillat (dir.), les Cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue (Chêne-Bourg, Georg, L’équinoxe, 2010).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Construire un feu d’Autant-Lara (1929) : l’écran large
Exploser le cadre

Aperçu du début du texte

Après Gold Rush (la Ruée vers l’or, Chaplin, 1925) et Po Zakonou (Dura Lex, Lev Kouléchov et Viktor Chklovski, 1926) d’après The Unexpected (l’Inattendu) de Jack London, Claude Autant-Lara choisit, en 1928, une courte nouvelle de London, située également dans le Klondike, au bord du Yukon, pour son deuxième film personnel, après Fait divers. Comme London le faisait lui-même, ces trois films insistent sur la dimension socio-économique de cette ruée vers l’or qui jeta des dizaines de milliers de dupes vers la mort, en s’intéressant à ses répercussions dans les rapports interindividuels, dans le psychisme de chacun. Tous trois mettent au centre de leurs récits la division entre les hommes que génère la soif de l’or (jalousie, vol, meurtre, folie) – comme, déjà, Stroheim l’avait magistralement évoqué dans Greed (les Rapaces, 1924) où le désert de la mort est de sable et non de neige. Peu après viendra le projet d’adaptation de l’Or de Blaise Cendrars qu’Eisenstein propose à la Paramount...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « L’écran divisé de Construire un feu de Jack London dessiné par Claude Autant-Lara  », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/5410 ; DOI : 10.4000/1895.5410

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page