Navigation – Plan du site
Point de vue

Lacan spectateur : un point aveugle entre cinéma et psychanalyse

Lacan as spectator : a blind spot between cinema and psychoanalysis
Lacan spettatore : un punto cieco tra cinema e psicoanalisi
Omar Hachemi
p. 8-35

Résumés

Si l’importance de la psychanalyse lacanienne pour la théorie du cinéma au cours des années 1970 n’est plus à démontrer, la question du rôle qu’a pu jouer le cinéma dans le développement de la théorie lacanienne reste entière. Or, les allusions cinématographiques au fil des séminaires de Lacan, lorsqu’elles sont envisagées diachroniquement, participent d’une forte cohérence théorique autour des concepts de « réel » et « d’objet a ». Que ce soit en référence au « rictus de jouissance » de Dalio dans la Règle du jeu ou à « l’œil inerte » de la bête marine dans la scène finale de la Dolce Vita (la Douceur de vivre), Lacan cherche à mettre en évidence, par ces fulgurantes allusions filmiques, la présence d’un point aveugle qui, dans le système symbolique du film, fait rupture. Si bien que le cinéma se révèle particulièrement enclin à rendre compte du caractère disruptif de « l’objet a ». Le présent article vise à démontrer que les références au cinéma chez Lacan tendent non seulement à faire système, mais qu’elles permettent surtout d’éclairer, dans une perspective historique, les glissements précoces des concepts lacaniens vers la théorie cinématographique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Faut-il « revoir » Lacan ?
L’objet a, un détail relevant
La règle du jeu : Lacan lecteur des Cahiers
L’objet a, la fente : l’image désinscrite de la chaîne
Le spectateur « éveillé » de la Dolce Vita
La schize de l’œil et du regard
Le geste du peintre filmé au ralenti
La suture, entre psychanalyse et cinéma
Structure linguistique et structure topologique
L’objet a comme perspective critique : le champ « zérologique »
Apparatus theory

Aperçu du début du texte

« Supposez que tous les hommes aient disparu de la terre. Je dis les hommes, étant donné la valeur élevée que vous donnez à la conscience. C’est déjà assez pour se poser la question – Qu’est-ce qui reste dans le miroir ? »

Telle se veut la question ironiquement mise en scène par Jacques Lacan dans son séminaire de 1954 avec pour objectif affiché de « trancher le nœud gordien » qui noue la conscience au sujet. Partant de l’hypothèse radicale d’un monde dépeuplé, il s’agit pour Lacan, à l’occasion de cet « apologue », d’envisager la structure symbolique dans la pureté de son autonomie. Alors que la phénoménologie, guidée par le principe de la réduction transcendantale, base ses démonstrations sur la mise entre parenthèse de l’existence du monde, situant le sujet conscient au centre de sa réflexion, Lacan se plaît ici à faire ironiquement le contraire. Dans le but de proposer une « interprétation matérialiste » du phénomène de conscience, il met l’humanité entre parenthèse et laisse le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Omar Hachemi, « Lacan spectateur : un point aveugle entre cinéma et psychanalyse », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.5642

Haut de page

Auteur

Omar Hachemi

Omar Hachemi, assistant à l’Université de Lausanne, prépare une thèse en Histoire et esthétique du cinéma intitulée « Le dispositif, de la structure au rizhome » (dirigée par le Prof. François Albera). Il collabore régulièrement aux revues Contrechamps et 1895 revue d’histoire du cinéma.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page