Navigation – Plan du site
Etudes

Le poids du déshonneur : William Hays aux prises avec le scandale Roscoe « Fatty » Arbuckle

Reconsidering William Hays and the Roscoe « Fatty » Arbuckle scandal
Il peso del disonore : William Hays e lo scandalo Roscoe « Fatty » Arbuckle
Frédéric Cavé
p. 36-59

Résumés

Considéré comme le scandale qui ébranla Hollywood au début des années 1920 et qui entraîna la mise en place du Code de production une décennie plus tard, l’affaire Roscoe « Fatty » Arbuckle fait toujours l’objet de plusieurs approximations. La plus connue reste l’attribution de son exclusion de l’industrie du cinéma par le président de la MPPDA, William Hays. La seconde est de considérer Arbuckle comme une victime d’un groupe finalement restreint d’individus manigançant contre la ferveur populaire favorable à l’acteur. Enfin, les biographes d’Arbuckle négligent l’étude de la pression du Public Relations Committee dans les prises de décision. Cet article, sans chercher à résoudre les zones d’ombres qui persistent encore, entend revenir sur cette année 1922 afin de remettre en jeu les perspectives offertes jusqu’à présent par les biographes et les exégètes de la censure hollywoodienne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

William Hays : unique responsable du bannissement d’Arbuckle ?
Le Public Relations Commitee, un lieu de fronde
L’impossible résurrection malgré la « charité chrétienne »
End of the story

Aperçu du début du texte

Bien que l’affaire Roscoe « Fatty » Arbuckle n’ait jamais fait l’objet d’une adaptation à l’écran, le titre original – Before and After (le Poids du déshonneur, 1996) – du film de Barbet Schroeder mentionné en français ci-dessus sied peut-être davantage aux études menées jusqu’à présent sur ce célèbre scandale hollywoodien. Celles-ci évoquent principalement les trois procès intentés au comédien, accusé d’homicide involontaire, quoique l’opinion publique retint le viol puis le meurtre de la jeune actrice Virginia Rappe, décédée le 9 septembre 1921, triste conséquence d’une party organisée le 5 septembre au St Francis Hotel de San Francisco. Après l’échec des deux premiers procès au cours desquels les jurys successifs ne purent annoncer un verdict à l’unanimité, Arbuckle fut finalement acquitté le 12 avril 1922 par cette déclaration restée célèbre :

L’acquittement n’est pas suffisant pour Roscoe Arbuckle. Nous pensons qu’une grande injustice a été commise. Nous pensons également qu’il ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Cavé, « Le poids du déshonneur : William Hays aux prises avec le scandale Roscoe « Fatty » Arbuckle », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5648 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.5648

Haut de page

Auteur

Frédéric Cavé

Frédéric Cavé, chercheur indépendant, travaille sur le fonctionnement de la Motion Picture Producers and Distributors of America (MPPDA) et l’avènement de l’auto-régulation à Hollywood entre 1922 et 1942 et sur ses modalités d’exécution. Il a collaboré à plusieurs reprises à 1895 revue d’histoire du cinéma et prépare actuellement une publication collective intitulée « Fantaisies de John Ford » avec Damien Keller.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page