Navigation – Plan du site
Etudes

Les débuts du cinéma au Togo

The birth of cinema in Togo
Gli inizi del cinema in Togo
Claude Forest
p. 60-77

Résumés

À la naissance du cinématographe, le Togo venait juste d’être occupé par les Allemands et, en 1895, l’actuelle capitale, Lomé, n’était alors qu’un bourg de pêcheurs qui comptait environ 3000 habitants dont 67 blancs. Si l’absence de culture de l’écrit en cette région, et la faible présence occidentale durant deux décennies encore, compliquent la tâche du chercheur, il semble avéré que les premiers films tournés sur ce territoire le seront par un Allemand, Hans Schomburgk, au cours de deux expéditions des années 1913 et 1914. Le financement de ses prises de vues sera assuré par un Autrichien, Anton Codelli. Il assurera également en octobre 1913 des projections non commerciales auprès des populations, et privées en faveur des autorités allemandes, mais il faudra attendre 1916 pour que deux Français, exploitants ambulants longeant la côte, y assurent les premières projections publiques payantes de cinéma.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les précurseurs
Heinrich Klose
Julius Friedrich Carl Müller (1868-1935)
Hans Schomburgk (1880-1967)
Anton Freiherr Codelli von Codellisberg, Sterngreif und Fahnenfeld (1875-1954)
Emma Augusta Gehrts, dite Meg Gehrts (1891-1966)
Les premiers films au Togo
Les films d’Hans Schomburgk
Les premières projections commerciales au Togo

Aperçu du début du texte

Comme tous les pays africains, le Togo n’existait pas en tant que nation jusqu’à la fin du xixe siècle, et ses limites territoriales ont fortement varié au début de son existence coloniale, dues au hasard des explorations d’occidentaux, puis des partages entre puissances européennes, étant l’un des rares pays d’Afrique à avoir subi trois régimes de colonisation : germanique, britannique puis français, l’apparition du cinématographe se faisant sous le premier. En 1895, l’actuelle capitale, Lomé, n’était alors qu’un bourg de pêcheurs qui comptait environ 3 000 habitants dont 67 blancs (19 fonctionnaires, 22 missionnaires et 26 commerçants), faibles effectifs pour le spectacle cinématographique naissant. Les Allemands l’occuperont de 1884 à 1914, y établiront le siège du gouvernement impérial, la développeront, notamment architecturalement, sans toutefois bâtir aucun lieu réservé aux spectacles, pas plus qu’en aucune autre ville.

La communauté européenne s’y était toutefois organisée po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Forest, « Les débuts du cinéma au Togo », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 03 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.5654

Haut de page

Auteur

Claude Forest

Claude Forest, Professeur en Études cinématographiques et chercheur à l’IRCAV à l’Université Paris 3, a récemment publié Figures des salles obscures (co-S. Bonvoisin, H. Valmary, 2015), Au cinéma en Afrique (dir., 2017), l’Internationalisation des productions cinématographiques et audiovisuelles (dir., 2017), Regarder des films en Afriques (co-P. Caillé, 2017).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page