Navigation – Plan du site
Etudes

Tensions dans l’œuvre cinématographique de Jean Rouch entre représentation visionnaire d’une Afrique en mutation et restitution de l’imaginaire d’une Afrique traditionnelle

Tensions in the work of Jean Rouch between visions of African modernisation and the representation of traditional Africa
Tensioni nell’opera cinematografica di Jean Rouch tra rappresentazione visionaria di un’Africa in trasformazione e restituzione dell’immaginario di un’Africa tradizionale
Catherine Papanicolaou
p. 78-97

Résumés

Jean Rouch a réalisé en Afrique de l’Ouest des films ethnographiques innovants et importants, principalement de la fin des années 1940 aux années 1970. Il existe un contraste évident – à la fois dans le sujet et dans le style – entre ses films sur une certaine jeunesse africaine dans la période précédant les indépendances et ses films plus traditionnellement ethnographiques dans le sillage de Griaule, plus intéressés par le « primitif » des sociétés traditionnelles comme par « la vérité profonde » présumée inscrite dans la cosmologie dogon. Ce dualisme qui reflète les transformations en cours de la discipline est une source de tension dans son corpus filmique. Dans les pas de Leiris et de Balandier, l’ethnologie française de l’après-guerre appréhendait en effet les changements rapides que l’Afrique connaissait et essayait de reconfigurer en conséquence ses propres fondations théoriques. Rouch s’est peut-être retrouvé en conflit avec ce nouveau paradigme au moment de filmer chez les Dogon, mais dans le même temps il montait des films qui donnaient des voix et une identité à ses personnages, dans une anticipation des « regards croisés » que revendique une certaine critique postmoderne. Dans les films qui se rapportent aux mouvements de sociétés, Rouch mêlait comme il lui convenait la fiction aux thèmes fondamentaux : la décolonisation, la modernisation, la politique, la sociologie des migrations de populations des zones rurales vers les villes. Les travaux de Balandier, notamment sa Sociologie des Brazzavilles noires, et les Maîtres fous, Moi un noir et Jaguar, entraient donc en résonance en offrant une approche plus dynamique de la culture africaine. Toutefois, la dichotomie repérable dans l’œuvre de Rouch, entre ses sujets traditionnels et ses sujets modernes, n’est pas une bizarrerie, mais une marque de fabrique qui reflète la singularité de son itinéraire inscrit dans un moment de reconfiguration de l’ethnologie française, et constitue une source de tension dans son œuvre qui ne peut qu’inviter à poursuivre et à approfondir sa contextualisation historique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Itinéraire de Rouch
De la tradition à l’urbanité, intérêts de l’ethnologie déplacés à l’orée des indépendances en Afrique de l’Ouest
Une réévaluation de l’œuvre de Rouch
Rouch du traditionnel au moderne dans le sillage de Leiris et Balandier
Retour au traditionnel et à Griaule
Perspectives

Aperçu du début du texte

« J’avais désiré l’Afrique pour prendre quelque distance vis-à-vis de notre civilisation, et je me trouvais déporté vers l’étude de ces transformations par lesquelles les sociétés noires “s’occidentalisent”. Je me suis efforcé de tenir la balance égale entre ces deux tendances ; j’y ai trouvé, à l’expérience, une condition favorable à une rigoureuse objectivité. »
Georges Balandier, 1957

« L’anthropologie devra se transformer dans sa nature même, et confesser qu’il y a, en effet, une certaine impossibilité, d’ordre logique autant que moral à maintenir comme objets scientifiques (dont le savant pourrait même souhaiter que l’identité fût préservée) des sociétés qui s’affirment comme des sujets collectifs, et qui, à ce titre, revendiquent le droit de changer. »
Claude Lévi-Strauss, 1961

À la veille des indépendances des États de l’Ouest africain, au milieu des années 1950, l’ethnologue et cinéaste Jean Rouch (1917-2004) a déployé, en filmant la migration et l’urbanisation de jeunes noirs A...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Papanicolaou, « Tensions dans l’œuvre cinématographique de Jean Rouch entre représentation visionnaire d’une Afrique en mutation et restitution de l’imaginaire d’une Afrique traditionnelle », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 03 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5663 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.5663

Haut de page

Auteur

Catherine Papanicolaou

Catherine Papanicolaou, entrée au CNRS en 1986 comme biologiste, a rejoint l’équipe ARIAS en 2005 et est membre de l’UMR THALIM. Spécialiste de Jean Rouch, elle a publié une série d’articles sur sa collaboration avec le producteur Pierre Braunberger, notamment dans 1895 revue d’histoire du cinéma. Elle prépare actuellement une anthologie critique de l’ensemble de son œuvre cinématographique mettant en perspective ses emprunts à la littérature ethnographique française et interrogeant ses résonances dans les études africaines, en France et à l’étranger.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page