Navigation – Plan du site
Archives

La Cinémathèque de Boris Lehman : l’art de s’égarer

François Albera
p. 98-105

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Boris Lehman, cinéaste indépendant au plein sens du terme, mène une carrière cinématographique hors norme depuis une cinquantaine d’années, depuis sa sortie de l’INSAS de Bruxelles qu’il a fréquenté en même temps que Chantal Ackerman. Et peut-être bien avant cela, quand il commença de tourner des petits films 8mm avec des amis. Il a confondu sa vie avec son cinéma (dans tous les formats : 8, 16 voire 35 mm, vidéo, numérique), avec la photographie qu’il pratique quotidiennement et de manière extensive, avec l’écriture dans des carnets de notes, une correspondance nourrie (usage intensif de la carte postale). Au gré des années il a ainsi accumulé un matériel considérable, les matériaux de ses films bien entendu (copies, négatifs, rushes, coupes, essais, bandes son, etc.) et, au-delà d’eux, leurs contextes, leurs sources, leurs conséquences tant au plan de la production (scénarios, demandes d’aide, contrats, factures de laboratoire), de leurs présentations (affiches, press-books, festi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « La Cinémathèque de Boris Lehman : l’art de s’égarer », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/5671 ; DOI : 10.4000/1895.5671

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page