Navigation – Plan du site
Archives

Restauration des films : le principe de la documentation
et le rôle de la recherche

Film restoration : the principle of documentation and the role of research
Restauro dei film : il principio della documentazione e il ruolo della ricerca
Iris Deniozou
p. 110-127

Résumés

En repartant des débats toujours vifs concernant les notions d'original et de recréation d'une œuvre dans le processus de sa « restauration » – tels que Cesare Brandi les a posés et qui sont discutés de nos jours parmi les archivistes de films –, cet article veut mettre en lumière l'importance de la documentation (interne et externe à l'œuvre) et donc de la dimension de recherche scientifique à laquelle sont désormais voués les restaurations de films, de la nécessité d'établir une charte de restauration et de définir des protocoles précis définissant une déontologie. Le contexte de mutations technologiques que connaît le cinéma décuple, en effet, les dangers d'altération que comportent l'idéologie de « l'amélioration » et la recherche d'une « perfection ». Il appelle enfin à une collaboration accrue entre archivistes, chercheurs universitaires théoriciens qui loin de se situer dans deux mondes différents appartiennent au même, l'histoire du cinéma.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La documentation « interne » – expertise historique et technique
Les sources non-film
Les éléments filmiques
Entre film et non-film : les appareils, les logiciels, les documents du laboratoire
Catalogage et expertise de l’œuvre : deux activités interdépendantes
La documentation « externe » – organisation, argumentation, présentation
Ouverture au public et échange interinstitutionnel
Vers une méthode de documentation officielle
La part des métadonnées
Conclusion – La place de la recherche dans la restauration des films ou la place de la restauration des films dans la recherche

Aperçu du début du texte

Lors du dernier festival « Toute la mémoire du monde » à la Cinémathèque française, Nicola Mazzanti est revenu sur la notion d’original dans la restauration des films et affirmait : une restauration ne pourra jamais reconstituer l’œuvre telle qu’elle a été vue et entendue lors de sa première diffusion. Sa présentation nous a rappelé un aphorisme sur le même sujet venu du milieu des arts plastiques – celui de Paul Philippot : « L’état original est une idée mythique, anhistorique, capable de sacrifier des œuvres d’art à un concept abstrait et de les présenter dans un état qui n’a jamais existé ».

L’idée de la nature « relative, partiale, éphémère » de la restauration a effectivement été débattue par les restaurateurs des œuvres d’arts plastiques durant le XXe siècle, pour être également adoptée à la fin de celui-ci par des archivistes intéressés à la philosophie et à la déontologie de la restauration des films. Ceux-ci, tout comme Paul Philippot, ont principalement été influencés par l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iris Deniozou, « Restauration des films : le principe de la documentation
et le rôle de la recherche
 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.5687

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page