Navigation – Plan du site
Archives

« Les clefs de la propagande cinématographique en Europe » : les Soviétiques au premier festival de Cannes en 1946

The keys to film propaganda in Europe : the Soviets at the first Cannes film festival
Le « chiavi della propaganda cinematografica in Europa » : i sovietici al primo festival di Cannes nel 1946
Valérie Pozner
p. 136-185

Résumés

On a déjà évoqué l’importance que revêtit la présence soviétique lors du 1er festival de Cannes en 1946 où l’URSS récolta 8 prix (contre 6 à la France et 3 aux Etats-Unis). Le document qui est ici présenté et publié dans une traduction intégrale, permet d’envisager cet événement vu du côté soviétique. Conservé dans le fonds du Ministère du cinéma (Archives russes d’art et de littérature, le RGALI), il s’agit du rapport rédigé à son retour par le chef de la délégation, le cinéaste Mikhaïl Kalatozov, adressé aux membres du Comité Central du Parti communiste soviétique et en particulier à Andreï Jdanov. Outre l’enjeu du festival lui-même et de la place qu’entend y tenir l’URSS, il s’agit, à plus long terme, de la question de la distribution en Europe occidentale du cinéma soviétique. Face à la présence déjà bien établie des États-Unis, dans cette antichambre de la « guerre froide », l’URSS devrait pouvoir utiliser son cinéma dans le cadre du soft power. Pourtant les recommandations de Kalatozov resteront lettres mortes en raison du contexte national et international mais aussi en raison d’une mentalité « isolationniste » de la part de certains responsables. En mettant ce rapport en lien avec d’autres sources, on peut donner du cinéma soviétique une image plus complexe qu’à l’accoutumée, montrant à la fois les dissensions internes et la force de proposition des acteurs qui sollicitent les instances supérieures et prennent des initiatives. Loin d’être dirigé par des fonctionnaires sans âme, on voit ici que même dans les années sombres de l’après-guerre, le cinéma soviétique avait des capacités de réforme qui tenaient largement à l’implication de personnalités de talent comme Kalatozov.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

La présence d’une délégation soviétique lors du premier festival de Cannes, en septembre-octobre 1946, constitua une des attractions de la manifestation et fit sur le moment couler beaucoup d’encre : enthousiasme pour les films ou condescendance, stupéfaction face au faste déployé, ou sarcasme – les réactions contrastées exprimées dans la presse française montrent que le cinéma soviétique comme les cinéastes présents ne laissèrent pas indifférent. Les huit prix remportés par l’URSS (contre trois seulement aux États-Unis et six à la France) suscitèrent l’étonnement, l’envie, ou l’admiration. Cette page de l’histoire du cinéma et des relations internationales a déjà fait l’objet d’un éclairage dans la revue. Dans son étude, Pauline Gallinari se penchait plus généralement sur la présence – et les absences – du cinéma soviétique à Cannes entre 1946 et 1958, dans le contexte de la guerre froide. On se propose ici de revenir sur cette première expérience, mais vue cette fois du côté sovié...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Pozner, « « Les clefs de la propagande cinématographique en Europe » : les Soviétiques au premier festival de Cannes en 1946 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/5706 ; DOI : 10.4000/1895.5706

Haut de page

Auteur

Valérie Pozner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page