Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Vertiges de l’interprétation : Loig Le Bihan, Shining au miroir. Surinterprétations

François Albera
p. 240-241
Référence(s) :

Loig Le Bihan, Shining au miroir. Surinterprétations, Aix-en-Provence, Rouge Profond, 2017, 394 p.

Texte intégral

1La « sublime énigmaticité » de Shining, seul film « d’horreur » de Stanley Kubrick, « a suscité une puissante et longue vague d’interprétations » dit Le Bihan. Parmi celles-ci deux principales : soit l’hôtel Overlook et son labyrinthe sont envisagés « comme un lieu mythologique, voire métaphysique – la réplique d’un autre lieu cérébral et confiné : le vaisseau Discovery de 2001 : l’odyssée de l’espace », soit l’hôtel Overlook, fondé sur un cimetière indien, est considéré comme un reflet de l’histoire des États-Unis. L’auteur, maître de conférence en études cinématographiques à Montpellier, a divisé son ouvrage en deux parties. La première, « Shining et ses versions » examine la genèse du film, ses différentes versions, les textes sources de Stephen King, se fondent sur les archives Kubrick, des témoignages, d’autres documents. Elle aboutit à un chapitre intitulé « Une esthétique de l’inquiétante étrangeté » dont ressortent les motifs constructifs de la réversion, de la bifurcation, du labyrinthe et de l’indétermination. La seconde partie, intitulée « Shining et ses interprétations » examine les différentes interprétations et surinterprétations dont le film a fait l’objet. La première d’entre elles est due au philosophe américain Fredric Jameson (dans Signature of the Visible) qui voit moins dans Shining un film appartenant au genre de l’horreur qu’à celui, plus ancien, du « récit de fantôme » et qui considère que l’hôtel Overlook n’est pas seulement hanté par quelque fantôme de fiction mais par l’histoire de l’Amérique. Son personnage « n’est possédé ni par le mal en soi ni par le diable ou quelque force occulte analogue, mais très simplement par l’histoire, par l’Amérique du passé telle qu’elle a laissé ses traces sédimentées dans les couloirs et les suites démembrées de ce monumental terrier ». La toile de fond historique du roman de King, une « tapisserie » de références distribuées dans le récit, « cette vague et globale domination par toutes ces voix émanant au hasard de toute l’histoire de l’Amérique » est, selon Jameson, transformée dans le film « en un discours précis et un commentaire historique articulé ». Discours portant sur une période unique, celle des années 1920, « dernière époque durant laquelle une authentique classe oisive américaine mena[nt] une existence publique ostentatoire et agressive, durant laquelle la classe dirigeante américaine projetait une conscience de classe et une image indécente d’elle-même et s’adonna[nt] à la jouissance de ses privilèges sans culpabilité, ouvertement, et armée de ses emblèmes que sont les hauts-de-forme et les coupes de champagne sur la scène sociale et pleinement en vue des classes sociales ». Tournant le dos à la mode du nostalgia film du type d’American Graffiti de George Lucas, le film révélerait une « nostalgie refoulée ». Le Bihan analyse l’approche « sociologique » de Jameson, examine ensuite celles de David Cook puis de Geoffrey Cocks qui s’ancrent, elles, sur la référence à Summer 42 (Robert Mulligan, 1971), ce qui permet, via divers relais (dont un Bugs BunnyAny Bonds Today – et la présence d’une machine à écrire de marque allemande – Adler) d’introduire la question de l’Holocauste. Le Bihan qui enseigne l’analyse de films est donc confronté à ce qu’on peut appeler une série de « surinterprétations » – dont Mathias Lavin a fait « l’éloge » – et d’une considération « cryptologique » du cinéma promue par Alain Kleinberger (« le film comme cryptogrammes ») qui considère que nombre de « détails », « indices », etc. disséminés dans un film (des tableaux par exemple, des inscriptions, etc.) visent à faire le spectateur considérer « que l’essentiel ne figure pas dans l’anecdote mais qu’il est à lire dans les marges, à l’arrière-plan ». En terminant son livre sur la méthodologie proposée par Youssef Ishagpour en faveur d’une « poétique historique » qui tient compte du contexte historique du film mais doit admettre que le lien du film à ce dernier « n’atteint sa vérité que dans un procès indéfini d’écriture et d’explication toujours en reste par rapport à ce que serait la chose » avançant le terme de « constellation », l’auteur nous suggère que les interprétations textuelles de Shining n’en ont pas fini de proliférer, livrées aux associations d’idées inconscientes des lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Albera, « Vertiges de l’interprétation : Loig Le Bihan, Shining au miroir. Surinterprétations », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 83 | 2017, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 03 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5880

Haut de page

Auteur

François Albera

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page