Navigation – Plan du site
Point de vue

De « l’instant décisif » à la photographie documentaire critique

From the « decisive moment » to the critical documentary
Dal « momento decisivo » al documentario critico
Philippe Bazin
p. 25-39

Résumés

Cet article se confronte au fameux texte de Henri Cartier-Bresson « L’instant décisif » et en développe une analyse critique en six points aboutissant à voir en lui une forme de pouvoir fondée sur le « coup d’œil immanent et transperçant ». Puis il propose une alternative à cette forme de photographie, adoptée par le photojournalisme, avec la photographie documentaire critique. S’appuyant sur certains photographes américains comme Allan Sekula et Martha Roesler, il définit une « attitude documentaire » qui cherche à poser des questions et non à donner des réponses et pose en particulier celle qu’énonça Michel Foucault : « Qu’est-ce que notre actualité ? », soit « qu’est-ce qui, dans notre présent, fait sens ? ». Une démarche aboutissant à des documents d’expérience qui n’exclut ni la question du sujet au profit de préoccupations formelles, ni la part de hasard qui entre dans un tel document et qui postule un travail d’après-coup, de réélaboration de l’œuvre par la confrontation à des textes (coupures de presse, discours politiques, rapports administratifs, commentaires, légendes, etc.), des paroles d’acteurs du terrain, jouant du montage contre la narration afin que le spectateur s’empare des propositions pour construire son propre point de vue critique sur la question.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Critique de « l’instant décisif »
« J’ai toujours eu une passion pour la peinture »
« J’avais découvert le Leica »
« J’avais surtout le désir de saisir dans une seule image l’essentiel d’une scène qui surgissait »
« En quoi consiste un reportage photographique ? Parfois une photo unique, dont la forme ait assez de rigueur et de richesse et dont le contenu ait assez de résonance, peut se suffire à elle-même »
« C’est pour chacun de nous, en partant de notre œil, que commence l’espace qui va s’élargissant jusqu’à l’infini »
« Une photographie est pour moi la reconnaissance simultanée, dans une fraction de seconde, d’une part de la signification d’un fait et, de l’autre, d’une organisation rigoureuse des formes perçues visuellement qui expriment ce fait »
Une alternative : une photographie documentaire critique
Critique américaine
Pour une photographie documentaire critique
Quelques exemples
Conclusion

Aperçu du début du texte

Quand j’ai commencé à faire de la photographie, en 1980, à peu près au même moment que les autres photographes français de ma génération (Yves Trémorin, Florence Chevallier, Patrick Faigenbaum, Jean-Luc Moulène, Jean-Marc Bustamante, Jean-Louis Garnell, Patrick Tosani, etc.), le seul horizon qui était proposé par les médias spécialisés était celui du photoreportage appuyé sur sa figure tutélaire, Henri Cartier-Bresson, et son fameux texte de référence, « l’instant décisif ». Dans le champ de la photographie, on parlait alors d’auteur et surtout pas d’artiste, ce qui passait pour inapproprié et prétentieux pour qui voulait être un créateur. Et dans cette catégorie, le seul auteur de référence était Cartier-Bresson et son texte dont certains photographes pouvaient citer des passages entiers, comme ceux d’un bréviaire. La critique de ce texte était quasi impensable, puisqu’il définissait le cadre général à l’intérieur duquel une pratique non commerciale de la photographie semblait pouv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bazin, « De « l’instant décisif » à la photographie documentaire critique », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/6024 ; DOI : 10.4000/1895.6024

Haut de page

Auteur

Philippe Bazin

Philippe Bazin, docteur en médecine et médecin généraliste, diplômé de l’École nationale de photographie d’Arles, photographe et professeur de photographie (HDR) à l’Ecole nationale supérieure d’art de Dijon après celle de Valenciennes. Prix Niépce 1999, Docteur Honoris Causae de l’Université de Sherbrooke (Canada) 2008. Responsable du programme de recherche « Les non-lieux de l’exil » (EHESS-Inalco). Collabore régulièrement à la revue Pratiques, cahiers de la médecine utopique et a publié de nombreux ouvrages dont la Radicalisation du monde (co-Christiane Vollaire, Georges Didi-Huberman, 2009), Photographies et photographes (2012), Face à faces (2012), John Brown’s Body (2016), Reconstruction (2014), Pour une photographie documentaire critique (2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page