Navigation – Plan du site
Etudes

Traduire l’avant-garde : Léon Moussinac, Juan Piqueras et la pédagogie critique de cinéma

Translating the avant-garde : Léon Moussinac, Juan Piqueras and critical film pedagogy
Tradurre l’avanguardia : Léon Moussinac, Juan Piqueras e la pedagogia critica del cinema
Enrique Fibla-Gutiérrez
Traduction de Antoine Damiens
p. 40-67

Résumés

Cet article se concentre sur la relation entre les critiques Juan Piqueras et Léon Moussinac et leurs projets pour une pédagogie critique du cinéma. L’essai adopte une lecture alternative de l’avant-garde comme un modèle « pouvant être traduit » pour démontrer la synergie productive ente les cultures cinématographiques radicales françaises et espagnoles de la fin des années 1920 et du début des années 1930. En tant que traducteurs des luttes sociales en initiatives culturelles, Piqueras et Moussinac ont poussé l’avant-garde internationale et certaines initiatives militantes à être adoptées dans et adaptées à leur contexte local. Dans un contexte politique et social de plus en plus radicalisé, l’esthétique révolutionnaire n’est cependant pas suffisante pour Moussinac et Piqueras. L’art ne peut simplement se « dissoudre dans la vie de tous les jours » de manière abstraite, mais doit au contraire donner lieu à la création d’institutions culturelles au service d’une émancipation politique et artistique. Les projets de Piqueras et Moussinac révèlent non seulement la manière dont l’intervention du cinéma dans la société était imaginée, mais aussi sa mise en pratique dans les domaines culturels, politiques et sociaux de la vie de tous les jours, au-delà des simples cercles esthétiques élitistes et des institutions étatiques.

Haut de page

Notes de l'auteur

NB. Une partie de cet article publié en anglais dans Screen vol. 58, no 4, décembre 2017 sous le titre : « Film Called into Action : Juan Piqueras, Léon Moussinac, Harry Alan Potamkin and the Internationale of Film Pedagogy ».

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Organiser les nœuds et réseaux de l’avant-garde
Piqueras, Moussinac et l’impératif éducatif de l’avant-garde
Fins tragiques et nouvelles batailles de l’avant-garde

Aperçu du début du texte

En 1932 le critique de cinéma Juan Piqueras publie, dans la section « Problèmes contemporains » de la revue Nuestro Cinema, une traduction en espagnol de l’article de Léon Moussinac « L’Avant-garde ». Il donne à cet essai un nouveau titre, « La mort de l’avant-garde », soulignant par là même de manière assez directe que « pour n’avoir envisagé le problème que sous l’angle esthétique, pour avoir voulu ignorer les lois économiques qui la commandaient, l’Avant-garde est morte ». Moussinac avait, en effet, solennellement déclaré la mort de cette formation culturelle : si, d’après lui, l’avant-garde avait découvert que le médium cinématographique était un « moyen d’éducation et de propagande à l’égard des masses », elle ne pouvait être aussi efficace qu’elle ne le fut auparavant du fait de la crise économique et technique traversée par l’industrie cinématographique. Pour lui, la mort prématurée de l’avant-garde s’explique par volonté de celle-ci de ne se situer que sur le plan esthétique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enrique Fibla-Gutiérrez, « Traduire l’avant-garde : Léon Moussinac, Juan Piqueras et la pédagogie critique de cinéma », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/6035 ; DOI : 10.4000/1895.6035

Haut de page

Auteur

Enrique Fibla-Gutiérrez

Enrique Fibla Gutiérrez, doctorant en Film and Moving Image Studies à l’Université Concordia de Montréal (Québec). Il travaille actuellement sur le cinéma non commercial durant la Seconde République espagnole (1931-1939), s’attachant en particulier aux relations entre la culture filmique et l’émergence de nouvelles formations sociales, culturelles et politiques. Il a publié des articles notamment dans le Journal of Spanish Cultural Studies et Screen, a co-dirigé un numéro spécial de Film History avec Masha Salazkina « Towards a global history of amateur film practices and institutions [Vers une histoire mondiale des pratiques et des institutions de cinéma amateur » (printemps 2018) et a édité A Global History of Amateur Film Cultures [Une histoire mondiale des cultures de cinéma amateur] pour Indiana University Press (2018). En 2018-2019, he dirigera le projet de recherche et l’exposition « Out of the home ! Amateur film beyond the domestic space » à la Filmoteca Catalunya.

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page