Navigation – Plan du site
Etudes

La vie est à nous : penser l’auteur d’une œuvre collective

La vie est à nous : understanding authorship within a collective artwork
La vie est à nous : la questione dell’autorialità in un’opera collettiva
Aurélian Michon
p. 68-87

Résumés

Depuis sa sortie en 1936, La vie est à nous a soulevé de nombreuses interrogations. Cet article veut étudier la diversité des points de vue sur le film selon leur époque et leur origine géographique. Attribué dès sa sortie en 1936 à un collectif anonyme, le film est ensuite attaché à la figure de Jean Renoir. L’étude du film connaît un renouveau avec sa redécouverte en 1969. Mais les critiques français ont du mal à s’approprier cet objet, hormis le cas particulier des Cahiers du Cinéma qui le transforment en manifeste de film politique avant de se renier. Dans le monde anglo-saxon, le film a pourtant été étudié depuis longtemps, du fait d’une approche peut-être moins obsédée par la quête de « l’auteurisation » du film.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

« Un cinéma libéré » ?
Une redécouverte placée sous la figure de Renoir
La vision des Cahiers : film étendard de la théorie critique
L’éternelle « image d’Épinal »
« The People of France » : l’approche anglo-saxonne

Aperçu du début du texte

Pour les 80 ans du Front Populaire, le film La vie est à nous a été l’objet d’une nouvelle restauration accompagnée de nouveaux débats et approches critiques. Œuvre collective, réalisée en 1936 sous la direction de Jean Renoir et sur commande du Parti Communiste Français, ce film est devenu un des symboles des « lendemains qui chantent ». Film militant, film perdu puis redécouvert et aujourd’hui film restauré, il cristallise beaucoup de questionnements. Comment aborder un tel film ? Que faire du sujet délicat de sa paternité ? Les interrogations nombreuses autour du film, notamment sur la signature d’auteur et, inversement, celle du collectif, renvoient à la manière d’appréhender une œuvre hors normes. Si les réponses sont inscrites dans l’histoire, ces questions ne le sont pas moins. Comment donc interpréter la diversité et le renouvellement régulier des points de vue sur La vie est à nous, selon les époques et selon les pays ?

« Un cinéma libéré » ?

Une fois le film terminé en mars ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélian Michon, « La vie est à nous : penser l’auteur d’une œuvre collective », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/6046 ; DOI : 10.4000/1895.6046

Haut de page

Auteur

Aurélian Michon

Aurélian Michon, diplômé de l’INA, après des études de cinéma à Paris 8 et un mémoire sur La vie est à nous (1936) : conception, production et diffusion d’un film partisan (sous la direction de Jennifer Verraes).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page