Navigation – Plan du site
Etudes

Écrire sur le cinéma durant l’entre-deux-guerres

Vers une cinéologie
Writing about cinema during the inter-war period : towards a « cinéologie »
Scrivere di cinema tra le due guerre : verso una « cinéologie »
Karine Abadie
p. 88-105

Résumés

Cet article porte sur le développement d’une écriture au sujet du cinéma portée par une production textuelle proposée durant l’entre-deux-guerres par des écrivains français aussi variés qu’Alexandre Arnoux, Blaise Cendrars, Colette, André Delons, Jean Epstein, ou encore Jean Prévost. À un moment de son histoire où il gagne en popularité et est de plus en plus envisagé comme une forme artistique, les écrivains vont s’intéresser de près au cinéma afin de réfléchir sur son histoire présente, passée et à venir, prendre position quant à ses évolutions et proposer des avenues dans lesquelles ils aimeraient bien le voir s’engouffrer. Les discours développés par les écrivains n’apparaissent pas comme un bloc uniforme, mais on peut repérer en eux des caractéristiques communes, donnant à lire une véritable histoire parallèle du cinéma s’articulant autour d’une recherche de vocabulaire, d’images et de références adaptées. L’étude de ces discours nous permet de proposer l’ébauche d’une possible typologie de ce que nous avons appelé, après Mitry, la cinéologie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’écrivain de cinéma
Les lieux de publication
La défense du cinéma
Écrire sur le cinéma
Nouvelles modalités d’expressions pour un nouvel art : le vocabulaire
Nouvelles modalités d’expressions pour un nouvel art : de nouvelles images
Nouvelles modalités d’expressions pour un nouvel art : références

Aperçu du début du texte

Un vaste pan du savoir cinématographique de l’entre-deux-guerres se lit, en France, dans une production textuelle qui résulte de l’intérêt d’écrivains qui se sont, un jour ou l’autre, arrêtés sur la nouveauté du cinéma. Cette production est considérable, variée, tant dans ses formes que dans ses objets, et elle est élaborée par des auteurs appartenant à différents champs et à différents courants. Ne se présentant évidemment pas comme un tout uniforme, développé selon une stratégie organisée et réfléchie, elle participe néanmoins à l’intégration du cinéma dans l’horizon culturel de l’époque.

Cette production textuelle peut être abordée comme une cinéologie, c’est-à-dire comme une écriture au sujet du cinéma. Le recours à cet archaïsme permet de cibler spécifiquement les discours critiques et théoriques sur le cinéma, dans un ensemble plus vaste de formations discursives historiques, corporatives, techniques et scientifiques. Le vocable cinéologie demeure cependant porteur d’une plural...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Abadie, « Écrire sur le cinéma durant l’entre-deux-guerres », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 84 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/1895/6058 ; DOI : 10.4000/1895.6058

Haut de page

Auteur

Karine Abadie

Karine Abadie, professeure adjointe au Département de langues, littératures et cultures modernes à Memorial University of Newfoundland (Canada), docteure en littérature française, spécialiste de l’entre-deux-guerres et du discours critiques sur le cinéma des années 1920 et 1930. Ses recherches portent sur les rapports entre écrivains et cinéma, tant du point de vue des pratiques que de celui des discours, sur la cinéphilie et la théorie du cinéma dans la première moitié du xxe siècle, en France, ainsi qu’à l’influence du cinéma dans le roman contemporain. A publié récemment André Delons avec le cinéma (2017).

Haut de page

Droits d'auteur

© AFRHC

Haut de page